Navigation – Plan du site

Texte intégral

1Moshe Lewin est né le 7 novembre 1921 à Wilno, alors polonaise, aujourd’hui Vilnius, capitale de la Lituanie. Il est décédé à Paris le 14 août 2010, où il s’était retiré il y a trois ans, s’éloignant du débat intellectuel et scientifique qu’il avait tant aimé.

2Sa mère était russe, son père juif polonais. Celui-ci, avait fait de nombreux petits travaux et était devenu acrobate, avant de prendre la direction du cirque de Wilno. Tous deux furent massacrés lors de l’extermination des juifs de cette ville.

3Moshe Lewin étudie d’abord dans un lycée polonais, puis, militant sioniste, passe dans un lycée hébraïque. En juin 1941, il échappe à l’holocauste en sautant dans un camion soviétique de l’Armée rouge qui quitte la Lituanie à l’approche de l’armée allemande. Il portera toute sa vie une reconnaissance particulière à ces soldats soviétiques qui lui permirent ainsi d’échapper à la mort, reconnaissance qu’il gardera aussi vis-à-vis de l’URSS, mais qui ne l’empêchera pas de poser sur l’histoire de ce pays un regard profondément critique.

4Une fois en URSS, les soldats le déposent dans un kolkhoze dans la région de Tambov. Évacué vers l’est à l’approche des Allemands, il travaillera dans une mine de fer de l’Oural, puis dans les hauts-fourneaux de la ville de Serov, où il restera l’essentiel de la guerre. À de multiples reprises il demande à entrer dans l’Armée rouge, mais son statut d’étranger, juif-polonais, lui en interdit l’accès presque jusqu’à la fin de la guerre. Quand il devient soldat dans la région de Gor´kij (Nižni-Novgorod), il est intégré pour quelques mois dans une école d’artillerie dont il sort officier quelques jours après la fin de la guerre. Il sert alors à Vilnius jusqu’au début 1946, année où il quitte l’URSS pour la Pologne.

5Il participe à nouveau à des mouvements sionistes de gauche, puis, en 1950, il rejoint la France, où il vit d’expédients (un temps il est même représentant d’un théâtre juif en France, renouant ainsi, de façon éphémère, avec les activités de son père). Puis il part en Israël, devient membre d’un kibboutz, et finalement s’installe à Tel Aviv, où il débute des études universitaires d’économie. Titulaire d’une bourse du gouvernement français, il revient ensuite à Paris, et écrit une thèse sous la direction de Roger Portal, qui va donner son ouvrage majeur, La Paysannerie et le pouvoir soviétique : 1928-1930, (Mouton, 1966), première étape intellectuelle d’un historien qui a profondément marqué l’historiographie soviétique de la seconde moitié du xxe siècle.

6Dans cet ouvrage, il se saisit du monde paysan pour le révéler dans toute sa complexité, pour montrer les relations conflictuelles qu’il entretient avec le pouvoir soviétique, tout en signalant aussi les tensions qui le traversent. Il se saisit des sources bureaucratiques soviétiques pour les lire avec un regard neuf et y traquer la moindre trace de profondeur sociale et humaine.

7En juin 1964, une fois sa thèse soutenue, il enseigne jusqu’en 1967 à la 6e section de l’École pratique des hautes études, employé sur des postes de chef de travaux ou directeur d’études remplaçants. (Voir, ci-après, le fac-similé du curriculum vitæ qu’il adressa à l’Ephe en 1964 dans le cadre de son dossier de candidature à ces postes, archives Ehess).

8Invité à l’Université de Columbia, en 1967-1968, il obtient un poste de professeur à l’université de Birmingham entre 1968 et 1978, puis s’installe à l’université de Pennsylvanie, où il enseignera et travaillera jusqu’en 1995, tout en venant souvent en France, pays auquel il restera attaché toute sa vie (il donne ainsi un séminaire régulier à l’Ehess entre 1982 et 1985).

9Dans une série d’ouvrages essentiels, en particulier La Formation du système soviétique. Essais sur l’histoire sociale de la Russie dans l’entre-deux-guerres (Gallimard, 1987) ou encore Le Siècle soviétique (Fayard/Le Monde diplomatique, 2003), il développe toute une théorie de la formation de l’État soviétique, de la transformation du parti révolutionnaire en parti d’administrateurs-bureaucrates qui tourne le dos à l’idée révolutionnaire, il démonte avec précision les mécanismes de prises de décision, mais aussi, dans le second ouvrage, la place des personnalités dans les orientations de l’URSS après le stalinisme.

10Que ce soit dans Le Dernier Combat de Lénine (Les Éditions de Minuit, 1967, coll. Arguments, 1978) ou dans The Political Undercurrents of Soviet Economic Debates: From Bukharin to the Modern Reformers (Princeton University Press, 1974), il développe une thèse qui lui tiendra à cœur tout au cours de sa vie : le stalinisme n’est pas la suite inéluctable de la révolution, une alternative est possible, tant dans le domaine politique, qu’économique, là où il se réfère beaucoup aux thèses de Buharin.

11Ces dernières années, il s’était engagé vers une réflexion comparative approfondie sur les convergences et différences entre stalinisme et nazisme, au sein d’un des premiers ouvrages ayant traité d’un sujet désormais classique, dirigé en compagnie du grand historien du nazisme Ian Kershaw : Stalinism and Nazism: Dictatorships in Comparison (Cambridge University Press, 1997).

12Moshe Lewin adorait la polémique. Il aimait donner à penser qu’il n’aimait pas ses ennemis intellectuels, mais il était extrêmement respectueux de leur travail. Il était sans concession, s’opposant à de multiples reprises aux tenants les plus marquants de l’école totalitaire, ce qui le désigna rapidement comme le chef de file d’une école appelée école révisionniste, cherchant à comprendre l’URSS d’en bas, sans en faire un pays monolithique et exclusivement politique. Pour lui, la société existait, il prenait au sérieux les luttes entre groupes sociaux, qui avaient en partie porté la révolution. Mais il s’opposait aussi à ceux qui, pourtant, étaient profondément inspirés par ses travaux, sa méthode toute particulière, désormais devenue la norme, d’étude des sources bureaucratiques soviétiques.

13Esprit brillant, toujours à l’écoute de la moindre transformation du monde contemporain, Moshe Lewin n’a pas d’élèves à proprement parler, car il tenait avant tout à la liberté d’esprit. Pourtant, il laisse un champ entier aux spécialistes de l’histoire soviétique, profondément marqués par son œuvre, mais aussi par sa personnalité, aussi dérangeante qu’attachante. Polyglotte distingué, il maîtrisait aussi bien le polonais, le russe, l’anglais, le français, l’allemand, le yiddish et sa variante litvak, l’hébreu. Lors des longues discussions qu’il tenait, il aimait sauter d’une langue à l’autre, surprenant toujours son interlocuteur, passant du sérieux à l’humour le plus acide qui soit.

14C’est un des grands historiens du xxe siècle qui nous a quittés, un homme à la personnalité particulièrement attachante, un homme contrasté, passionné, qui ne laissait jamais indifférent, avec lequel on pouvait se heurter, parfois même violemment, mais qui, toujours forçait le respect.

Moshe Lewin, Les Alpes, 1985

Moshe Lewin, Les Alpes, 1985

(photographie A. Graziosi)

CV adressé par Moshe Lewin à l’Ephe en 1964 dans le cadre de son dossier de candidature (cf. plus haut courte bibliographie)

CV adressé par Moshe Lewin à l’Ephe en 1964 dans le cadre de son dossier de candidature (cf. plus haut courte bibliographie)

Source : Archives de l’Ehess, fonds Heller – Correspondance Centre russe, cp CH14, Lewin Moshé, 1964-1968.

Haut de page

Table des illustrations

Moshe Lewin, Les Alpes, 1985
(photographie A. Graziosi)
URL http://monderusse.revues.org/docannexe/image/9739/img-1.jpg
image/jpeg, 77k
CV adressé par Moshe Lewin à l’Ephe en 1964 dans le cadre de son dossier de candidature (cf. plus haut courte bibliographie)
Source : Archives de l’Ehess, fonds Heller – Correspondance Centre russe, cp CH14, Lewin Moshé, 1964-1968.
URL http://monderusse.revues.org/docannexe/image/9739/img-2.jpg
image/jpeg, 256k
Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Alain Blum, « In memoriam », Cahiers du monde russe [En ligne], 50/2-3 | 2009, mis en ligne le 14 janvier 2013, Consulté le 30 avril 2017. URL : http://monderusse.revues.org/9739

Haut de page

Auteur

Alain Blum

Articles du même auteur

Haut de page

Droits d'auteur

© École des hautes études en sciences sociales, Paris.

Haut de page