Navigation – Plan du site
Documents

Gaston Paris et Aleksandr Veselovskij

Les relations scientifiques franco-russes, une page d'histoire
Michel ZINK et Petr ZABOROV
p. 637-665

Résumés

Résumé

Cette publication est consacrée à une correspondance, dans sa plus grande partie inédite, qui s’est échelonnée de 1868 à 1899 et qui réunit deux grands médiévistes, Gaston Paris, professeur au Collège de France, et Aleksandr Veselovskij, professeur à l’université de Saint-Pétersbourg. Par-delà leurs aspects personnels ou anecdotiques, ces lettres présentent un double intérêt. D’une part, elles offrent un petit aperçu sur la vie scientifique et les relations de ces deux grands personnages. D’autre part, et surtout, elles permettent de mesurer, même si c’est à travers un cas particulier, l’importance des relations personnelles et des réseaux de correspondants scientifiques, dans lesquels les savants russes s’inséraient de plus en plus à la fin du xixe siècle.

Haut de page

Texte intégral

Avant-propos

  • 1 Ursula Bähler, Gaston Paris et la philologie romane, Genève : Droz, 2004, p. 37-38.
  • 2 Voir ci-dessous lettre 3.

1Gaston Paris et Aleksandr Veselovskij auraient pu se rencontrer en Russie, où en 1856, à l’issue de ses études secondaires, Gaston Paris accompagne ses parents. Il s’agit de rendre visite à ses sœurs aînées, qui y sont pour un temps toutes deux installées avec leurs maris négociants. Son père Paulin Paris, professeur au Collège de France depuis 1852, est en outre chargé par le ministère de l’Instruction publique d’une mission de recherche et de consultation des manuscrits français dans les bibliothèques de Saint-Pétersbourg et de Moscou. Gaston Paris profite de ce séjour de trois mois pour étudier le russe1. Vingt-et-un ans plus tard, il ne laissera pas ignorer à Aleksandr Veselovskij qu’il a quelque connaissance de cette langue2.

  • 3 Bähler, op. cit., p. 127.
  • 4 Romania, t. 6, 1877, p. 161-198.

2Mais à quoi bon récrire l’histoire ? La Russie est vaste. Les deux jeunes gens (Gaston Paris avait alors dix-sept ans, Veselovskij dix-huit) ne s’y sont pas croisés. Ils n’entreront en correspondance que douze ans plus tard. Lorsque Veselovskij lui écrit pour la première fois, en janvier 1868, la position proprement universitaire de Gaston Paris est encore modeste. C’est seulement l’année suivante, dès la création de cette institution, qu’il commencera son enseignement à l’École pratique des hautes études. Mais son grand livre, Histoire poétique de Charlemagne, a paru dès 1865. Il est déjà une figure connue, comme le montre le fait qu’à partir de cette même année 1868 il est convié aux fameux dîners Magny3. Durant l’année universitaire 1866-1867, il a pour la première fois remplacé son père dans son enseignement au Collège de France. Enfin, il a fondé en 1866 avec Paul Meyer, Charles Morel et Hermann Zotenberg la Revue critique d’histoire et de littérature : c’est à l’occasion de l’envoi de son premier livre à la revue que Veselovskij lui adresse sa première lettre. Elle ne semble pas avoir marqué le début de relations suivies ni d’une véritable correspondance, puisque les premiers mots d’une lettre de Veselovskij huit ans plus tard, en avril 1874, sont : « Monsieur, Si je prends la liberté de m’adresser à vous sans avoir eu l’honneur de vous connaître personnellement [...] ». Entre temps, Gaston Paris est devenu le maître de la philologie romane. En 1872, il a succédé à son père comme professeur au Collège de France et il a fondé avec Paul Meyer la revue Romania, où il se réjouit en 1877 de pouvoir publier le Dit de l’empereur Constant édité par Aleksandr Veselovskij4.

3À partir de ce moment, la correspondance entre les deux savants, qui se poursuit à intervalles espacés jusqu’en 1899 (Gaston Paris mourra en 1903, Veselovskij en 1906), témoigne d’une chaleur, d’une estime et d’une confiance grandissantes entre eux. Leurs lettres n’auraient cependant qu’un intérêt anecdotique sans l’importance de leur personnalité à l’un et à l’autre (encore Gaston Paris ne semble-t-il pas mesurer pleinement la puissance intellectuelle de son correspondant) et surtout si l’on ignorait le rôle et la position d’Aleksandr Veselovskij dans l’un des plus grands débats scientifiques de la philologie romane à cette époque, celui dans lequel Gaston Paris s’est le plus fortement impliqué : la question de l’origine des chansons de geste.

4Dans son Histoire poétique de Charlemagne, Gaston Paris supposait que les événements qui, à l’époque carolingienne, avaient frappé les imaginations (par exemple le désastre de Roncevaux) avaient immédiatement donné naissance à des poèmes brefs, des cantilènes, longtemps diffusées oralement avant d’être rassemblées et refondues pour donner naissance aux longs poèmes que sont les chansons de geste. Il applique ainsi aux épopées romanes les théories alors en vogue touchant la composition des poèmes homériques. En 1884, le philologue italien Pio Rajna publie ses Origini dell’epopea francese. Sans être en désaccord sur tous les points avec Gaston Paris, il met en doute l’existence de cantilènes romanes telles que les imaginait Gaston Paris et insiste surtout sur les origines germaniques des chansons de geste. Gaston Paris se rallie pour l’essentiel à ses vues dans un très long compte rendu publié la même année dans Romania.

  • 5 Je dois toute mon information sur ce compte rendu et sur la position de Veselovskij à l’article de (...)
  • 6 Gasparini, art. cit., p. 242.

5L’ouvrage, pourtant capital, de Pio Rajna suscita peu d’autres réactions du côté français, à l’exception d’un compte rendu très élogieux d’Arsène Darmesteter dans la Revue critique de 1884. Mais l’année suivante Aleksandr Veselovskij en publia un à son tour, très long, très critique, mais extrêmement suggestif, dans la Revue du ministère de l’Instruction publique d’avril 1885 (p. 253-285)5. Il formidabile Russo, comme l’appelait Carlo Dionisotti6, y prenait ses distances aussi bien avec Gaston Paris qu’avec Pio Rajna, en réservant cependant à ce dernier l’essentiel de ses traits. Le détail du débat importe peu ici. Mais le socle de l’argumentation de Veselovskij mérite d’être rappelé. Il dénonce une approche trop historique de l’origine des chansons de geste et une confusion entre des poèmes épiques déjà constitués d’une part, et de l’autre l’universalité de l’imagination, de la poétique et des légendes épiques. Les motifs sur lesquels Pio Rajna croyait pouvoir s’appuyer pour reconstituer une filiation des poèmes épiques (combat du père contre le fils, discours hautain des ambassadeurs, utilisation d’un philtre soporifique pour s’emparer de quelque chose, etc.), il montre qu’on ne les trouve pas seulement dans les épopées germaniques et dans les chansons de geste romanes, mais partout, et qu’ils demandent à être interprétés dans une perspective, non seulement comparatiste, mais aussi, comme nous dirions aujourd’hui, anthropologique. Il réclame une typologie des motifs. Il juge l’épopée médiévale historique, non en ce qu’elle mentionne des faits historiques, mais en ce qu’elle reflète les mouvements de l’âme populaire à travers les siècles de l’histoire.

6S’il élargit ainsi le débat et si la minutieuse enquête positiviste de Rajna lui paraît étriquée, c’est probablement parce qu’il est Russe et qu’il a, s’agissant des traditions et de la poésie populaires, un horizon culturel beaucoup plus vaste que ses collègues français ou italiens. On voit aussi que, dès ce moment-là et sur un sujet que tous les autres savants de son temps considèrent comme relevant uniquement de la philologie et de l’histoire littéraire, il est le précurseur de Propp. Mais il prêche dans le désert.

7Sa correspondance avec Gaston Paris, aujourd’hui reconstituée grâce à l’heureuse découverte de ses lettres complétant celles, déjà connues, du savant français, ne dépasse guère le niveau des bonnes manières entre collègues. C’est peut-être que, sur les questions les plus fondamentales posées par leurs études, Veselovskij était seul.

Introduction

  • 7 Eugène Melchior de Vogüé, Sous l’horizon, hommes et choses d’hier, P. : A. Colin, 1904, p. 253-254.

8Gaston Paris (1839-1903), un des principaux médiévistes français, professeur au Collège de France et à l’École pratique des hautes études, membre de l’Académie des inscriptions et belles-lettres de l’Académie française, ainsi que de nombreuses sociétés savantes, enfin fondateur avec Paul Meyer de la revue Romania, jouissait d’une grande notoriété aussi bien en France que dans le monde. Dans son article intitulé « In memoriam. Gaston Paris », Melchior de Vogüé soulignait en ces termes son autorité internationale : « À Edimbourg comme à Stockholm, à Berlin comme à Moscou, le nom de Paris était grand entre les plus grands de France»7.

  • 8 Voir I.K. Gorskij, Aleksandr Veselovskij i sovremennost´ [Alksandr Veselovskij et l’époque actuelle (...)
  • 9 Čtenija v Istoričeskom obščestve Nestora-letopisca [Lectures à la société d’histoire du chroniqueur (...)

9Saint-Pétersbourg aurait pu figurer parmi ces villes choisies un peu au hasard : Aleksandr Veselovskij (1838-1906), professeur à l’université de Saint-Pétersbourg et académicien, y travailla de 1870 à la fin de sa vie8. Son érudition exceptionnelle, sa connaissance d’un grand nombre de langues, l’étendue de ses intérêts scientifiques (linguistique, ethnographie, poétique historique, étude comparée des cultures, etc.), en firent un phénomène proprement remarquable dans la vie intellectuelle russe. « Il ressemblait, d’une certaine façon, à un homme de la Renaissance, qui brillait d’une sorte de jeunesse d’esprit éternelle et lumineuse », écrivait son cadet V.N. Peretc, professeur à l’université de Kiev et futur académicien, qui ne craignit pas d’utiliser à son propos la formule : « Un Mozart de la science »9. Veselovskij joua un grand rôle dans la vie universitaire russe, car c’est sous sa direction et sous son influence que furent formés presque tous les spécialistes de langues et littératures romanes et germaniques à la fin du XIXe et au début du XXe siècle.

  • 10 Voir M.P. Alekseev, « A.N. Veselovskij i zapadnoe literaturovedenie » [A.N. Veselovskij et les étud (...)

10Le domaine de prédilection de Veselovskij étaient le Moyen žge et la Renaissance qui faisaient l’objet de la plupart de ses travaux : sa thèse de maîtrise et en partie sa thèse de doctorat, ses ouvrages sur Boccace et Pétrarque, ses cours, ses cycles d’articles et collections ; il était aussi l’auteur d’une excellente traduction du Décaméron. Cette orientation générale le conduisit à des relations avec des collègues étrangers, dont il suivait attentivement les travaux, s’efforçant de ne manquer aucune publication tant soit peu importante, que ce fût un ouvrage en plusieurs volumes ou une note dans une revue10.

11Veselovskij correspondit avec beaucoup de ses collègues, dont il connaissait certains personnellement ; assez souvent, ces contacts professionnels débouchèrent sur une sympathie mutuelle, voire une amitié. Il eut des relations particulièrement étroites et prolongées avec Alessandro D’Ancona, spécialiste littéraire, critique et journaliste italien, avec le slaviste d’origine croate Vatroslav Jagič, professeur aux universités de Berlin et de Vienne, qui avait longuement vécu en Russie, et enfin avec Gaston Paris.

  • 11 Journal des savants, novembre 1888, p. 664.
  • 12 Voir, par exemple, la lettre de Fedor Dmitrievič Batjuškov (évoqué ci-dessous) à Veselovskij, Paris (...)

12Veselovskij et Paris se rencontraient rarement et ne s’écrivaient pas très souvent, mais leur relation dura pendant plus de trente ans, elle fut parfois très nourrie et l’intérêt de Paris pour Veselovskij ne fit que croître, ce qui transparaît dans ses réactions aux travaux de son collègue (ce qui n’était guère facile pour Paris, étant donné sa faible connaissance de la langue russe). C’est ainsi qu’en 1888 il écrivait que « le Moyen žge français est devenu, pour la plupart des nations civilisées, comme une seconde antiquité », et relevait parmi elles la Russie « où M. Wesselofsky, le profond connaisseur des littératures du Moyen žge est en train de fonder une école de philologie romane »11. Répondant à la prière de Veselovskij, Paris donnait aussi volontiers des conseils et des renseignements aux élèves de celui-ci, qui évoquaient ensuite en des termes enthousiastes, dans leurs lettres à leur maître, leurs entretiens avec Paris, ses conférences au Collège de France et ses séminaires à l’École pratique des hautes études12.

  • 13 Certaines des lettres présentées ci-après (6, 8, 9, 10, 12, 14) ont déjà été publiées « Iz pisem Ga (...)

13On sait peu de choses sur les rencontres entre les deux savants, mais leur correspondance s’est conservée sinon in extenso, du moins sans graves lacunes. Ce sont 12 lettres de Paris, y compris deux cartes de visite, qui se trouvent à la Maison Pouchkine de l’Académie des sciences de Russie à Saint-Pétersbourg (fonds n˚ 45) et 8 lettres de Veselovskij récemment trouvées à la Bibliothèque nationale de France (MSS, NAFr. 24463. Correspondance Gaston Paris, vol. XXXIV). Les lettres de Paris ont été pour la plupart publiées13, ce qui n’est pas le cas de celles de Veselovskij. C’est seulement aujourd’hui qu’il devient possible de retracer l’histoire de cette amitié professionnelle.

Toutes les lettres sont publiées d’après les autographes ; nous avons corrigé les erreurs qui se sont glissées dans les textes de Veselovskij et qui viennent pour l’essentiel de l’influence de l’orthographe italienne. Les mots donnés sous forme abrégée sont rétablis dans leur intégralité avec des crochets brisés, de même que les caractères ou les dates qui sont omises dans les originaux, marquées ici entre des crochets droits. L’auteur remercie André Berelowitch pour ses précieux conseils.

1

14Alexandre Wesselofsky à Gaston Paris

153 (15) janvier 1868.

16Monsieur,

  • 14 Revue critique d’histoire et de littérature. Elle fut fondée en 1866 à Paris par G.Paris, P.Meyer, (...)
  • 15 Il s’agit de la version en italien de la thèse de maîtrise d’Aleksandr Veselovskij qui était la pub (...)
  • 16 Buon secolo -- le XIVe siècle.
  • 17 Luigi de Marsili (1330-1394), diplomate et théologien florentin ; Coluccio Salutati (1331-1406), hu (...)

17Permettez-moi de vous offrir le 1r volume du texte italien qui vient de paraître à Bologne et que je vois annoncé au premier N° de votre Revue critique de 186814. Il n’était pas dans mon intention de le donner au public tel que vous le voyez, détaché qu’il est du 2d volume, qui doit contenir la partie la plus intéressante du texte, et de la préface et des documents, qui doivent en relever la portée historique. Mais monsieur Romagnoli l’a voulu, et il est difficile de conter avec les éditeurs15. Ce qui me donne le plus de peine est l’appréhension que la lecture du 1r volume, qui est le plus ennuyeux, ne décourage le lecteur et ne lui ôte le désir de continuer. Car le style de mon auteur n’est pas de ceux qu’on goûte généralement en Italie : ce n’est pas certes la langue del buon secolo16, mais une langue de transition, l’auteur se souvenant dans sa vieillesse et dans le premier quart du XVe siècle, au milieu de la littérature latine naissante de la période des Médicis des traditions littéraires du siècle passé et des entretiens à la villa del Paradiso, où, jeune encore, il a pu entendre Luigi de’ Marsili et Coluccio Salutati, les amis et les disciples de Pétrarque et de Boccace17. Ainsi placé sur le confin de deux siècles, il se ressent de l’un et de l’autre, dans la langue comme dans les idées.

  • 18 Giosuè Carducci (1835-1907), poète et prix Nobel italien, spécialiste littéraire, depuis 1866 profe (...)
  • 19 Il Paradiso degli Alberti [...], vol.2, p.29. Voir note vol.1, partie 2.
  • 20 Nous ignorons la source de cette citation.

18Une autre cause ajoute beaucoup à l’imperfection du style : c’est l’état du manuscrit, dont notre texte n’est qu’une reproduction fidèle. C’est l’autographe même de l’auteur, un brouillon, tout bigarré de corrections interlinéaires, de renvois et de notes à la marge, qui en font difficile la lecture. L’auteur essaie la même phrase à plusieurs reprises, et parfois il oublie de rayer à côté de la rédaction qu’il accepte définitivement, quelque mot de la rédaction précédente qu’il a rejetée. D’autres fois, tout en faisant le même travail de révision, il raie par mégarde un mot de l’ancienne rédaction, qui devait faire partie de la rédaction définitive. C’est ainsi qu’il m’est échappé d’écrire avec celle-ci, page 29, 15 « chiare fontane, con mille rivoli pesci notate », où Mr.Carducci18 me proposait de lire notante, pour remédier un peu à la grammaire. Or, la première rédaction de l’auteur portait : « con mille rivoli da innumerabili pesci notate » ; une seconde : « da infiniti p<esci> n<otate> » en rayant l’une et l’autre, il en a fait autant de la préposition da, qu’il faut rétablir dans le texte, comme je le fais remarquer dans les errata et le glossaire joint au 2d volume19 (a<d> v<ocem> notato, usé dans le sens actif, comme Ovid. Pist. 179 : « È manifesta la mia usata via delle notate acque »)20.

19Le Ms. est sans titre et sans nom d’auteur : il m’a fallu lui donner l’un et tâcher de retrouver l’autre. Je ne sais si j’ai réussi à cette dernière recherche ; mais je crois d’avoir pu fixer avec assez de précision l’époque à laquelle doivent se rapporter ces réunions littéraires du Paradis, que l’auteur nous a décrites : les biographies de 15 personnages historiques contemporains, qui viennent y figurer successivement, m’ont facilité la tâche.

  • 21 Il s’agit de Favola composta per Giraldo Giraldi nel tempo della moria nell’anno 1479, Amsterdam (e (...)

20Il restait encore une chose à faire : il s’agissait de dévoiler un plagiaire, qui à la fin du siècle passé s’est servi de mon Ms. pour en extraire quelques nouvelles détachées, et les publier, en en rajeunissant le style, sous le nom d’un auteur imaginaire de la fin du хve siècle21. Heureusement ce monsieur a eu l’étrange idée de passer pour un honnête homme, et pour faire preuve de sa véracité et de la fidélité avec laquelle il aurait reproduit l’original, il a imaginé des lacunes dans son texte et reproduit par mégarde d’autres, qui se retrouvent ligne par ligne dans mon manuscrit. Aussi ai-je consacré les deux premiers chapitres de mon travail à dévoiler la fraude, en faisant en même temps l’histoire du plagiat et du manuscrit qui lui a servi de base.

21J’ai cru, Monsieur, en vous envoyant mon livre, devoir vous soumettre ces quelques observations, puisque après tout il s’agissait pour moi que les premières pages ne vous décourageassent de le lire jusqu’au bout : c’est à quoi je tiens beaucoup.

  • 22 À Karlsruhe, Veselovskij était précepteur de Serge, fils du duc Maximilien de Leuchtenberg et de la (...)

22Si vous aviez quelques recherches à faire dans les bibliothèques de Heidelberg, de Stuttgart ou de Carlsruhe, où je me trouve présentement22, veuillez vous servir de votre très dévoué

23Alexandre Wesselofsky.

2

24Alexandre Wesselofsky à Gaston Paris

258 (20) avril 1874.

26Monsieur,

27Si je prends la liberté de m’adresser à vous sans avoir eu l’honneur de vous connaître personnellement, c’est que je compte sur votre complaisance et que ma requête ne sera pas longue et ne vous prendra pas beaucoup de temps.

  • 23 Voir A.Paulin Paris, Les manuscrits français de la Bibliothèque du Roi, 1841, t.IV, p.18.
  • 24 Il s’agit de l’article « Skazanie o 12-ti pjatnicah » [La légende des 12 vendredis], qui entrait da (...)

28Parmi les employés de la bibliothèque Nationale il ne vous sera pas difficile de trouver quelqu’un, qui veuille bien me copier une demi-page d’ancien français. Il s’agit des jeûnes du Vendredi, dont le commencement a été donné par M.P<aulin> Paris : Mss. franç. IV, p.18 (ms.70193 f.3)23 ; j’en voudrais avoir la suite pour m’en servir dans un petit travail qui doit paraître prochainement24. Quant aux frais de la transcription, j’en enverrai le montant aussitôt que j’en suis avisé.

29Si jamais je suis en état de vous être utile dans un cas pareil, je le ferai avec le plus grand empressement.

30Agréez, Monsieur le professeur, l’assurance de mon profond dévouement.

31Alexandre Wesselofsky.

32Russie, St. Pétersbourg, Université.

3

33Gaston Paris à Alexandre Wesselofsky

34[Avril 1877.]

35Cher Monsieur,

  • 25 Article de Veselovskij « Le dit de l’empereur Constant », Romania, t. VI, n°22, 1877, p.161-198.
  • 26 Ce fait est mentionné par Veselovskij dans l’introduction de son article (note 17).

36Votre envoi est arrivé fort à point. Je m’évertuais à faire un article français pour le prochain n°de la Romania, et je ne trouvais pas le temps nécessaire, quand l’empereur Coustant est venu me tirer d’embarras25. Aussi est-il parti tout de suite pour l’imprimerie. Vous possédez si bien notre langue que j’ai eu bien peu de corrections à faire. Vous m’excuserez, je pense, comme j’ai revu avec soin le texte, d’avoir mentionné ce petit fait sous votre signature26.

  • 27 Thor Sundby (1830-1894), professeur de langue et de littérature françaises à l’université de Copenh (...)
  • 28 Veselovskij exauça cette demande de G.Paris en préambule à son article (voir note 18).

37J’ai été surpris, avant-hier, de voir entrer l’excellent Sundby27, qui traversait Paris allant en Espagne. Il m’a dit qu’il avait vu avec surprise sur la couverture de la Romania l’annonce de votre publication, qu’il vous avait en effet autorisé à imprimer sa copie, mais qu’il pensait que vous l’auriez fait dans un livre et non dans un journal, que cela, il aurait bien pu le faire lui-même ; qu’il n’était pas un copiste, etc. Je lui ai dit ce que j’ai pu ; mais vous ferez peut-être bien de m’envoyer deux ou trois lignes plus explicites pour le remercier de son obligeance, dire qu’il a fait non une simple copie, mais un texte préparé pour l’impression, etc., puisqu’il y tient28. C’est un homme d’un très grand mérite et très aimable, un peu susceptible peut-être.

38J’espère que vous ne vous en tiendrez pas là dans votre collaboration à la Romania. Cela pourrait vous servir à acheter des livres à Paris.

  • 29 Aleksandr Ivanovič Kirpičnikov (1845-1903), professeur de lettres à l’université de Kharkov, puis d (...)

39Est-il vrai que Kirpitchnikof soit à Berlin ?29 Si ce n’est pas vrai, et que vous le voyez, faites lui, je vous prie, toutes mes amitiés.

40Je n’ai pas fait en russe, pendant son séjour, les progrès que j’espérais, cependant je lis un peu plus facilement. Ne craignez donc pas de m’envoyer ce que vous publierez en russe.

41Ne désirez-vous avoir un tirage à part de votre mémoire, si intéressant ? Nos conditions sont : 50 exemplaires, payés par l’auteur (le papier) et non mis dans le commerce. Peut-être vous contenteriez-vous de quelques exemplaires des feuilles qui contiendront l’article. Veuillez me le faire savoir.

42Croyez, cher Monsieur, à mes sentiments bien distingués et tout dévoués.

43G. Paris.

447, rue du Regard.

45Maison Pouchkine (MP), f. 45, op. 3, N 593, l. 14-15. Cette réference sera donnée infra sous forme abrégée.

4

46Alexandre Wesselofsky à Gaston Paris

47Monsieur,

  • 30 Sophus Birket-Smith (1838-1919), spécialiste de lettres et historien.

48Je vous suis infiniment obligé de l’accueil favorable que vous avez fait à mon petit essai. Quant au texte, que Mr Sun[d]by a eu l’obligeance de me communiquer, en voici l’histoire. Ne connaissant MrSun[d]by que par ses écrits, je me suis adressé à Mrle prof. Smith à Copenhague30, en le priant de me faire copier, par quelque personne compétente, le Dit en question. MrSmith en parla à MrSun[d]by, qui a eu la bonté d’exécuter lui-même la copie requise. Il l’a fait suivre d’une lettre, dont voici le commencement : « N’ayant pas encore reçu la Revue que vous avez bien voulu m’offrir (il s’agit de mon article sur les “Constantinische Sagen” dans la Russische Revue), je ne connais pas votre notice sur l’histoire traditionnelle de Constantin ; mais cela n’empêche pas que je ne vous regarde comme l’éditeur naturel du Dit de Coustant, dont je vous ai envoyé une copie il y a trois mois. Quant à moi, je ne pense pas à publier ce petit texte, qui me paraît du reste assez curieux. Je l’ai copié pour vous, Monsieur, et je vous prie d’en disposer à votre gré ».

  • 31 Cette lettre (Copenhague, 2 octobre 1875) se trouve dans les archives de Veselovskij (MP, f.45, inv (...)

49Il est heureux pour moi que la lettre de MrSun[d]by se soit conservée ; je la garde encore31.

  • 32 « Par la gracieuse entremise de M. le prof. Smith, écrivait Veselovskij, M.Thor Sundby eut la bonté (...)

50Je vous remercie de l’avis que vous me donnez à cet endroit et j’écrirai aujourd’hui même à MrSun[d]by. Je crois qu’il serait bien de faire ressortir avec éclat, dans quelques lignes qui serviraient d’introduction au texte, la part de MrSun[d]by -- la mienne étant des plus minimes. Je ne voudrais pour rien au monde que mon apparition dans la Romania soulevât des susceptibilités ; n’ayant nulle envie d’en grossir la liste, je laisserai plutôt tomber mon article32.

51Comme je n’ai pas de tirage à part de mon écrit, inséré dans la Russ<ische> Revue, j’en voudrais avoir de la Romania (50 exemplaires). Le premier et le meilleur sera pour MrThor Sun[d]by.

52MrKirpitschnikoff est présentement à Saint-Pétersbourg. J’irai le voir un de ces jours ; pour le moment je suis hors d’état de voir ou de fréquenter qui que ce soit, car je figure depuis une semaine, et pour 15 jours encore, en qualité de juré.

53Agréez, cher Monsieur, l’expression de mes sentiments les plus distingués.

  • 33 Alfred Weber (1835-1914), philologue suisse, spécialiste de langues et littératures romanes. Il est (...)

54PS. Je ne sais si vous trouverez convenable de me faire dire quelque part au bas de la page, que mon article a été refait sur une première rédaction allemande. Voici de quoi il s’agit : dans mon écrit allemand j’ai renvoyé au travail, que vous connaissez, de MrA.Weber, que je considère comme mon devancier, lui cédant volontiers le pas et l’honneur33. Dans la rédaction française cette note a été omise, comme étant désormais inutile. Mais la susceptibilité de MrSun[d]by me donne à penser et je crains que la leçon ne recommence.

55St. Pétersbourg, Université.

56Le 7/19 mars 1877.

5

57Alexandre Wesselofsky à Gaston Paris

5828 juillet [18]77.

59Cher Monsieur,

  • 34 Paul Meyer (1840-1917) collègue et ami de G.Paris, professeur, puis directeur de l’École des Charte (...)
  • 35 Ce texte fut publié par Veselovskij dans Romania (t.VII, n° 26, 1878, p.327-329).

60Il se pourrait que vous ou MrMeyer34 trouvent de l’intérêt à une notice que j’ai prise, il y a une dizaine d’années, d’un fragment de Las Novas del papagay. Je ne crois pas qu’il vaille la peine d’être publié, mais puisque je l’ai retrouvé dans mes papiers, j’ai cru qu’il serait utile de le signaler35.

  • 36 Honoré Champion (1846-1913). Il s’agit du libraire parisien qui fut correspondant de Veselovskij (1 (...)

61J’attends de Champion la suite des publications des Anciens textes ; en attendant je ne suis arrivé qu’à Brun de la Montagne36.

62Je suis, Monsieur, votre très dévoué

6

63Gaston Paris à Alexandre Wesselofsky

  • 37 Avenay (Marne), ville natale de G.Paris.

64Avenay, ce 15 septembre 188237.

65Cher Monsieur,

  • 38 Maurice Tourneux (1849-1917), historien. En 1875-1877 il publia avec J.Assézat les Œuvres complètes (...)

66Cette lettre vous sera remise par Monsieur Maurice Tourneux, que je prends la liberté de recommander à votre bienveillant accueil. II est chargé par notre Ministère d’une mission à Saint-Pétersbourg et à Moscou pour y examiner les livres et papiers de Diderot (dont il a donné la dernière et excellente édition), en dresser 1’inventaire exact, et voir s’il s’y trouve encore quelque chose d’inédit et d’intéressant. Je vous serai très obligé de ce que vous pourrez faire pour lui faciliter sa tâche, et je vous demanderai particulièrement de 1’adresser à Moscou à ceux de vos amis qui puissent le guider le plus utilement38.

  • 39 Il appert d’une lettre de P.Meyer à Veselovskij du 2 janvier 1882 (MP, f.45, inv.3, N°524, l.1-2) q (...)
  • 40 Il s’agit du premier article de Paris sur les romans du cycle arthurien : « Études sur les romans d (...)
  • 41 À cette époque, G.Paris, de concert avec Jacob Ulrich, travaillait à l’édition d’un des romans (Mer (...)
  • 42 Il s’agit de la thèse de doctorat de Veselovskij : Iz istorii literaturnogo obščenija Vostoka i Zap (...)

67Je profite de cette occasion pour vous remercier de 1’attention que vous avez de m’envoyer un excellent article, que je ne verrais pas sans cela ; vous en notez sans doute dans la Romania 1’accusé de reception39. Ne nous donnerez-vous pas quelque article un de ces jours ? Je serais heureux de savoir que mon premier article sur la Table Ronde vous paraît plausible ; je vais poursuivre ces recherches pendant plus d’une année40. J’ai bien des choses intéressantes à dire sur Merlin41, et je profiterai alors de votre beau livre ; je 1’ai malheureusement prêté il y a longtemps à quelqu’un qui ne me 1’a pas rendu ; mais je sais où je puis le retrouver42. Avez-vous quelque grand travail sur le chantier ?

68Croyez bien, cher Monsieur et ami, à mes sentiments tout dévoués.

69G. Paris.

7011, rue de Varenne.

7

71Alexandre Wesselofsky à Gaston Paris

7222 janvier [18]83.

73Cher Monsieur,

  • 43 Jakov Karlovič Grot (1812-1893), membre de l’Académie des sciences de Russie (1855).

74Je n’ai pas eu de la chance avec Monsieur Tourneux. Il m’a fait remettre votre lettre par mon collègue à l’Académie MrGrote43, et comme j’avais justement alors des malades à la maison, je n’ai pu faire ma visite à MrTourneux qu’une dizaine de jours après. Je ne l’ai pas trouvé à la maison et ne l’ai pas revu depuis. Serait-il parti pour Moscou ? Il m’est extrêmement désagréable que les choses se soient passées ainsi et que je n’aie pas eu l’occasion d’être utile à MrTourneux. Je sais d’ailleurs qu’il a été très bien recommandé et p<eut>-ê<tre> mieux que je ne l’aurais pu faire.

75Je suis avec un grand intérêt vos études sur les romans de la Table Ronde. Malheureusement Champion, qui est mon libraire-correspondant à Paris, ne m’a pas encore envoyé les N°N° de la Romania, qui ont paru depuis le N°40. Il faut que je lui écrive. Et puisque je viens de toucher la question vexée de mes desiderata, permettez-moi de vous adresser une demande, que depuis plusieurs années j’adresse à Champion, quoique inutilement : il s’agit du N°33 de la Romania qui probablement s’est perdu en chemin et ne m’a jamais été remis. Il est vrai que j’ai pu me servir de l’exemplaire d’un abonné de mes amis ; mais comme ma collection demeurait incomplète, j’ai prié Champion de me procurer le N°33 « auf antiquarischem Wege », comme disent les Allemands, et contre remboursement. Il y a bien deux ans que j’attends la réponse ; y aurait-il quelques moyens d’y pourvoir ?

  • 44 Il s’agit de l’ouvrage de Fr.Vogt, Die deutsche Dichtungen von Salomon und Markolf. 1. Band : Salma (...)
  • 45 Razyskanija v oblasti russkih duhovnyh stihov [Recherches dans le domaine de la poésie religieuse r (...)

76Si vous avez besoin d’un exemplaire de mon livre sur Salomon et Kitovras etc., je pourrais vous l’offrir, pourvu que vous m’écriviez deux mots. Mais <c’est> bien là une anticaille, que j’ai dépassée moi-même (en bien ou en mal) sur bien des points. Vous auriez pu le voir de mon compte-rendu du livre de Vogt, qui s’est approprié les résultats de mon travail, vieux de dix ans44. Le 1r article a paru dans l’Archiv f<ür> Slavische Philologie VI, le 2d va paraître prochainement. L’un et l’autre ont été traduits par MrWolter du texte russe de mes « Recherches sur les sources des cantiques pieux du peuple russe » (geistliche Lieder), livr<aison> III (1881). Je vous ai envoyé, il y a bien longtemps, les deux premiers fascicules (Légendes de st. Théodore et st. Georges) et je pourrais vous offrir le 3e et le 4e, dont 23 feuilles sont déjà imprimées45. En en relisant les dernières épreuves je m’aperçois que j’y ai énoncé une foule d’hypothèses, les unes plus hasardées que les autres. Je me consolerai, si la critique, en écartant ce qui y est de trop, y trouve matière à des recherches ultérieures.

77En vous priant de saluer de ma part MrPaul Meyer, je vous prie, cher Monsieur et ami, d’agréer mes sentiments tout dévoués.

78A.Wesselofsky.

8

79Gaston Paris à Alexandre Wesselofsky

80[6 fevrier 1883.]

81Cher Monsieur,

  • 46 Friedrich Vieweg, libraire-éditeur parisien, le propriétaire-gérant de Romania.
  • 47 Romania, t.X, n°37, 1881, p.319-320.
  • 48 « Études sur les romans de la Table Ronde. Lancelot du Lac. II Le conte de la Charette » (Romania, (...)

j’ai fait passer votre requête à Champion, en y insistant vivement ; s’il ne vous satisfait pas, je vous ferai envoyer le n° 33 par Vieweg46. J’accepte avec reconnaissance l’offre d’un exemplaire de « Sal<omon> et Kitovras », le mien s’étant perdu, je ne puis deviner par quel accident. J’ai lu votre 1-er article dans l’Archiv et il m’a vivement intéressé ; j’ai moi-même quelque chose à dire sur ce sujet. Vous verrez dans la Romania que j’ai parlé de vos premières études sur les cantiques russes47, et je suis heureux d’avoir la suite, quoique, hélas ! la lecture du russe me fût bien pénible. Je n’ai pas donné depuis le n° 40 d’article sur le roman breton ; je viens de finir le second (sur le roman de la Charette), qui paraîtra dans le n° d’août 83 (46)48. Je pense vous avoir envoyé le tirage à part du 1er ; sinon je vous enverrai les 2 ensemble. J’ai fait vos amitiés à Meyer, qui vous envoie les siennes ; sa santé m’inquiète un peu. Merci et bien à vous

82G. Paris.

9

83Gaston Paris à Alexandre Wesselofsy

8411, rue de Varenne. Ce 25 avril 1884.

85Cher Monsieur,

  • 49 Arthur Chuquet (1853-1925), historien, secrétaire et plus tard directeur de la Revue critique d’his (...)
  • 50 La recension par Veselovskij, et sur la proposition de G.Paris, pour la Revue critique d’histoire e (...)

86Pardonnez-moi d’avoir tant tardé à vous répondre, cher ami, <c’est ainsi,> hélas ! que commencent toutes mes lettres. J’ai reçu votre intéressant article, et je ne 1’ai pas remis à Chuquet49, je l’ai, sauf votre agrément, bel et bien gardé pour la Romania où il convient mieux et par la dimension et par ce fait que vous y aviez déjà publié votre beau travail sur Constantin. Il paraitra en juillet, dans un n° double (avril-juillet)50.

  • 51 Il s’agit peut-être d’un tiré à part de l’article de G.Paris publié dans Romania (1882) : « Le Carm (...)

87J’ai toujours à vous faire les plus vifs remerciements pour les envois que vous me faites de vos articles ; je les parcours, et je vous promets, quand j’aurai du loisir, de les étudier à fond, un dictionnaire à la main. Je vous envoie, non en échange, une bluette qui aura peut-être quelque intérêt pour vous, et qui a au moins un mérite, c’est d’être une rareté, n’étant pas dans le commerce51.

  • 52 Il s’agit du cycle « K voprosu ob istočnikah Serbskoj Aleksandrii » [À propos des sources de l’Alex (...)

88L’Alexandre de Meyer est à peu près terminé, mais Dieu sait quand il paraîtra ! Il dit qu’on le verra cet été, j’en doute fort, et je vous engage à ne pas 1’attendre pour imprimer vos recherches52.

89Je me recommande toujours à votre bon souvenir, et vous prie de penser à 1’occasion à la Romania.

90Bien à vous

91G. Paris.

10

92Gaston Paris à Alexandre Wesselofsy

9311, rue de Varenne [ Juillet 1884.]

94Cher Monsieur,

  • 53 Voir note 36.

95Je vous ai envoyé, il y a déjà quelque temps, l’épreuve, avec la copie, de votre article sur Coen que j’ai, comme je vous en avais prévenu, gardé pour la Romania. -- Je n’ai pas reçu votre épreuve corrigée, et n’ayant pas le manuscrit, il m’est difficile de le corriger moi-même. Je vous en envoie un exemplaire, en vous priant de me le retourner immédiatement avec vos corrections, sans quoi je me verrais obligé de le renvoyer au N° d’octobre53.

96Pardonnez-moi mon importunité et croyez-moi bien

97Votre dévoué

98Envoyez la correction à la Bourboule (Puy-de-Dôme). Si vous m’aviez déjà adressé l’épreuve corrigée, ne prenez pas la peine de réitérer, à moins que vous ne l’eûssiez envoyée antérieurement au 23 juin ou environ, car dans ce cas elle se serait perdue à la poste.

11

99Gaston Paris à Alexandre Wesselofsky

100[Juillet-aout 1885.] Villa Bormettes. Le Pouliguen. Loire-Inférieure.

101Cher Monsieur,

  • 54 Il s’agit du mariage entre Gaston Paris et Marie Talbot.
  • 55 Voici l’annonce qui en fut faite dans Romania (t.XIV, n°56, 1885, p.620-621) : « L’un des directeur (...)

102Je suis bien sensible à vos aimables félicitations, et à votre projet plus aimable encore de faire durer par une petite publication per nozze le souvenir de la part que vous voulez bien prendre à l’heureux changement de ma vie54. J’ai annoncé mon mariage si peu de temps avant le jour où il s’est célébré que plusieurs de mes amis qui auraient eu la même intention y ont renoncé faute de temps. J’ai cependant reçu quatre de ces charmants témoignages, de Meyer, Darmsteter, Chatelain et Pitrè. Je vous envoie la plaquette de Meyer qui est un vrai petit chef-d’œuvre et qui a un intérêt littéraire que vous apprécierez55.

  • 56 Cycle : Južno-russkie byliny [Les byliny de la Russie du Sud] (vyp. III-XI, 1884).

103Je crois bien que j’ai reçu votre second fascicule sur les bylines jougo-slaves, mais je n’en suis pas tout à fait sûr, ayant été hors de Paris depuis plus d’un mois, et depuis plus longtemps encore hors de mes livres et de mes travaux. Je m’assurerai du fait à mon retour, vous pensez que je tiens à ne pas perdre un présent de cette valeur56.

104Je vous remercie encore bien cordialement, mon cher ami, et vous prie de me croire toujours très sincèrement

105Votre tout dévoué

106G. Paris.

107 Paris, 110, rue du Bac.

12

108Gaston Paris à Alexandre Wesselofsky

109[ début novembre 1886.]

110Cher Monsieur,

  • 57 Emmanuel Cosquin (1841-1919) folkloriste, auteur de Contes populaires de Lorraine, comparés avec le (...)
  • 58 Meran, petite ville de cure dans le Tyrol, actuellement Merano en Italie.
  • 59 L’épouse de Veselovskij, Elena Aleksandrovna, née Gen (1848-1906), avait une santé fragile.
  • 60 Veselovskij a dédié « à MrGaston Paris en souvenir du 20 juillet 1885 » un fragment du premier tome (...)
  • 61 L’Académie des inscriptions et belles-lettres.

111J’apprends par un mot de M. Cosquin57 que vous êtes à Meran58, où vous retient la santé de votre femme59, et je me hâte de vous y écrire. Je vous avais envoyé une lettre à Saint-Pétersbourg par un ami qui vient de partir pour la Russie et qui aurait été heureux de vous être présenté; il vous la rapportera, car il ne fait que passer quelques jours dans vos deux capitales. J’ai trouvé ici en revenant de la campagne le charmant souvenir que vous m’avez envoyé, et dont j’ai été, comme vous pouvez le croire, très fier et très touché60. Cette légende soulève, comme vous l’indiquez, des questions fort curieuses ; je crois depuis longtemps que 1’Italie du sud, aux IX-e-XI-e siècles, a été le grand intermédiaire intellectuel entre le monde byzantin et le monde latin. Vous avez la même pensée et je m’en réjouis, car j’espère que vous la mettrez en commerce par des travaux que personne ne peut faire aussi bien que vous, et qui serait d’une très grande importance pour 1’histoire littéraire du moyen âge. Je ne puis vraiment assez vous remercier d’avoir si amicalement attaché mon nom à cette petite publication. Vous seriez bien aimable de me dire à qui, en dehors de moi, parmi nos amis communs d’Allemagne et d’Italie, vous l’avez envoyé. J’en ai donné des exemplaires à ceux d’ici que je croyais pouvoir y prendre intérêt, ainsi qu’à notre Académie61, il m’en reste de votre riche envoi, que j’aimerais adresser à des savants étrangers ; mais je ne voudrais pas faire double emploi.

  • 62 Veselovskij écrivit à Cosquin entre le 1er et le 14 novembre 1886 et lui signifia son accord pour é (...)

112Cosquin m’écrit que vous ferez un article sur son livre ; j’en suis bien aise. C’est un ouvrage remarquable, et les vues générales, sauf quelques exagérations et quelques lacunes, sont justes et bonnes à répandre62.

113J’espère que la santé de Madame Wesselofsky se trouve bien de votre séjour en Tyrol. Ne repasserez-vous pas par ici ? Ma femme serait heureuse de vous remercier aussi d’un présent dont elle a sa part. Mille cordiales amitiés.

114G. Paris.

13

115Alexandre Wesselofsky à Gaston Paris

11618 novembre [1886].

117Cher Monsieur,

  • 63 Voir la note 46.

118Il y a bien longtemps que l’opuscule que vous venez de recevoir a été imaginé et même mis à exécution, ma pensée étant de vous le faire parvenir à l’anniversaire de votre noce. Je comptai sans la maladie de ma femme et je partis à la campagne, laissant à un ami le soin de surveiller l’impression, qui a traîné jusqu’au mois de septembre. C’était le moment du départ, j’étais pressé et c’est comme cela que l’envoi vous est parvenu sans que j’aie eu le temps de vous l’annoncer63.

  • 64 Ladin, nom donné à un groupe de dialectes appartenant à la famille des langues romanes et parlés da (...)
  • 65 G.Hæssel : éditeur à Leipzig.
  • 66 Voir la note 38.

119Je suis à Meran depuis à peu près un mois ; ma femme paraît s’y rétablir du mal de nerfs, dont elle souffre depuis quelque temps. Quant à moi, je me trouve ici comme dépaysé : en fait d’intérêt scientifique il n’y a que les ladins du voisinage, qui ne m’intéressent que médiocrément64, il faut que je me fasse venir chaque bagatelle de Leipzig ou de Vienne, car on ne trouve rien sur place. J’ai demandé à mon correspondant de Leipzig (Hæssel)65, le livre de MrPaul Meyer sur les romans d’Alexandre (annoncé dans la Romania), mais il y a bien deux semaines que je l’attends66.

  • 67 La Tavola Ritonda o l’istoria di Tristano, testo di lingua publ. per cura di Filippo e Luigi Polido (...)
  • 68 Pio Rajna (1847-1930), spécialiste littéraire.
  • 69 Fedor Aleksandrovič Braun (1862-1942), élève de Veselovskij, spécialiste de littératures germanique (...)
  • 70 Hermann Paul (1846-1927), Karl Friedrich Brugmann (1849-1919), Fritz Neumann, philologues allemands (...)
  • 71 G.Paris accepta cette prière de Veselovskij et, mieux encore, autorisa Braun à assister à ses cours (...)

120Pour le moment j’ai en mains un petit travail sur un Tristan russe, encore inédit, le seul qui existe à ma connaissance, traduit du serbe (texte perdu ou non retrouvé), dont l’original a dû être italien et différait du texte de Polidori (Tavola Ritonda) en tant qu’il suit assez servilement le roman français en prose. La concordance avec ce dernier (et la Tavola Ritonda)67 cesse à l’épisode de Tristan délivrant Iseult des mains de Palamédès que celui-ci emmenait avec soi. Tout le reste est raconté différemment et sur un plan tout à fait divergent. J’ai demandé à Rajna s’il connaissait un texte pareil au mien68 ; mais il faudrait aussi voir le roman français (éd. de 1489 et 1520) dont je ne possède que des extraits. Puisqu’il n’y a pas moyen d’en avoir ici un exemplaire, j’en demanderai d’autres extraits à mon ancien élève, MrBraun69, qui vient de faire ses études chez Paul, Brugmann et Neumann70 et se trouve pour le moment à Paris pour raisons de santé. Il aurait grand plaisir de faire votre connaissance, si toutefois vous permettez qu’il se présente chez vous71.

121Mes saluts respectueux à Madame Paris, et n’oubliez pas de me rappeler à la mémoire de Monsieur Paul Meyer.

122Je suis, Monsieur,

123Votre très dévoué

124Je ne me suis réservé que 7 exemplaires de la brochure que je vous ai transmise, et je l’ai distribuée parmi quelques amis de Pétersbourg.

14

125Gaston Paris à Alexandre Wesselofsky

126[25 ou 26 avril 1887].

127Cher Monsieur,

  • 72 Gaston Paris, La poésie du Moyen âge. Leçons et lectures, 1e sér,. P., 1887.
  • 73 Les Veselovskij se trouvaient alors à Meran.

128J’ai un assez gros travail à vous envoyer ; quoiqu’il ne fût guère approfondi et qu’il fût, par les circonstances, bien incomplet, il pourra avoir quelque intérêt pour vous72. Mais je ne sais au juste où vous prendre, et je ne voudrais pas que mon volume se perdît. Veuillez me donner votre adresse actuelle73, et je vous 1’expédierai. J’espère que la santé de Madame Wesselofsky s’est raffermie, et que votre voyage aura été utile.

129Bien à vous

130BeceÎo‚cÍËÈ, ÔpoÙeccop ‚ YÌË‚epcËÚeÚe

131Monsieur A.Wesselovsky, professeur à l’Université,

132Saint-Pétersbourg (Russie)

15

133[Carte de visite]

134Gaston Paris Membre de lInstitut

  • 74 Paul Stapfer (1840-1917), professeur d’histoire littéraire à l’université de Bordeaux.

présente à M.Paul Stapfer74, avec ses meilleurs compliments son ami le professeur A.Wesselofsky de Saint-Pétersbourg.

16

135Alexandre Wesselofsky à Gaston Paris

13614 juin 1890.

137Cher Monsieur,

  • 75 Émile Picot (1844-1918), historien médiéviste, membre de l’Académie des sciences morales et politiq (...)

138Je vous remercie de vos bons offices auprès de MrPicot, auquel je viens d’écrire, en lui transmettant la somme de 300 francs75.

  • 76 Gaston Paris, Manuel d’ancien français. La littérature française au Moyen žge (хie-хive siècles). D (...)

139J’ai trouvé à Arcachon beaucoup de vent et de pluie -- et pas de moyen pour me désennuyer en travaillant. Pour une petite notice que je voudrais faire pour la Romania, j’aurais besoin de quelques ouvrages et articles, que je vois mentionnés dans une note bibliographique de G.Paris, Litt<érature> franç<aise>, 2éd., p.284,§150 : Bibliotheca Normannica II (Wolter, Der Judenknabe) ; Z<eit>s<chrift> für roman<ische> Philologie IX, 412 (si pourtant il y a des faits nouveaux concernant la légende même) et Mélusine V (sans autre indication chez G.Paris)76. Si je n’avais pas l’intention d’aller un de ces jours en Italie pour un séjour de 2-3 semaines, j’aurais pris au mot MrParis, qui m’a promis de me fournir de temps en temps des livres à mon usage. Je compte pouvoir profiter plus tard de son offre si aimable.

140Agréez, cher Monsieur, l’assurance de mes sentiments les plus dévoués.

141Alexandre Wesselofsky.

17

142Alexandre Wesselofsky à Gaston Paris

14318 juillet [1890].

144Cher Monsieur,

  • 77 Konstantin Ljucianovič Fel’i (Feuilly). Élève de Veselovskij, diplômé en 1886. Il passa l’été 1890 (...)
  • 78 Fedor Dmitrievič Batjuškov (1857-1920) élève et collaborateur de Veselovskij, historien de la litté (...)
  • 79 Léopold-Eugène Constans (1845-1916), professeur de langue et de littérature provençales à l’univers (...)

145De retour de mon voyage d’Italie, qui m’a valu une grosse dyspepsie, je trouve une lettre de mon jeune ami, Monsieur Constantin Feuillye77, Français, né en Russie, élève de MrBatiouchkof78 (pendant mon absence de Pétersbourg il y a cinq ans) et le mien. Si vous vouliez bien lui faciliter l’accès des bibliothèques (et de la Section des Mss.), je vous en serais bien reconnaissant. MrFeuillye a déjà fait preuve de ses connaissances paléographiques en copiant pour Mrle prof. Constans quelques pages du Roman de Troie (Ms. de St. Pétersbourg)79.

146La lettre de Mr Feuillye est datée du 3 juillet (Paris) et nous sommes le 18 ; il est donc possible que la lettre que je lui écris présentement, en lui indiquant votre adresse, ne le trouve plus à Paris. Dans ce cas-là je serais en retard, ce qui n’est pas ma faute.

  • 80 Der Judenknabe, hrsg von Eugenius Wolter, Halle, 1879 (Bibliotheca Normannica. Denkmäler normannisc (...)
  • 81 Après 1890 Veselovskij ne publia plus dans Romania.

147Voudriez-vous bien me prêter Wolter, Der Judenknabe (Bibl<iotheca> Normannica, éd. Suchier II) ?80 Je songe toujours à une petite étude pour la Romania81. Je me passerais pour le moment de quelques textes de la légende, indiqués dans la Zeitschrift IX (Alfonso X, cantigas N°IV ; Libro de los enxemplos N°CC ; Horstmann dans Herrigs Arch. LVI, 228 ; Giorn<ale> stor<ico> d<ella> letter<atura> italiana III, 412 e<t> Ulrich, Romania, XIII, 54), mais je pourrais compléter l’étude lors de mon passage à Paris.

  • 82 André Delaroche-Vernet, membre de la famille de Marie Paris Talbot (veuve de Philippe Delaroche-Ver (...)
  • 83 Alessandro D’Ancona (1835-1914), spécialiste littéraire et homme politique italien, rédacteur de 18 (...)

148A peine rétabli, j’irai voir Monsieur André Delaroche-Vernet82, qui m’a fait l’honneur d’une visite tandis que j’étais absent. Je ne suis pas sûr de le retrouver, mais je n’ai pas de chance cette fois : c’est comme cela que je n’ai pu voir mon ami D’Ancona, qui est allé à Biella (Andorno)83, n’ayant pas reçu les lettres, lui annonçant ma visite.

149Je suis, cher Monsieur, votre très dévoué

150Alexandre Wesselofsky.

18

151Gaston Paris à Alexandre Wesselofsky

152Paris, 24 juillet [1890].

153Cher Monsieur,

154Par un accident fâcheux, je lis votre lettre seulement aujourd’hui, en sorte que je ne l’avais pas lue, quand j’ai reçu hier M. Feuillye. Mais meno male ! je n’avais à faire pour lui que lui donner des indications très simples. Je vais monter en chemin de fer et serai demain à Saint-Nectaire (Puy-de-Dôme). Je passerai 3 jours à Arcachon vers le 15 août ; y serez-vous ?

  • 84 Voir la note 70.

155André est revenu depuis longtemps et il a bien regretté de ne pas vous trouver84. J’espère que vous allez tout à fait bien.

  • 85 Voir la note 68.

156Je vous envoie le livre de Wolter85, et serai très heureux d’avoir votre article pour la Romania. Excusez la hâte et croyez-moi

157Bien à vous

158G. Paris.

19

159[Carte de visite]

160Gaston Paris, de l Academie franaise et de l’Académie des inscriptions et belles-lettres

  • 86 M.Obert se servit de cette recommandation, car le 4 février 1899, elle adressa cette lettre à Vesel (...)

présente à M.A.Wesselofsky, avec ses meilleures amitiés Mademoiselle Obert, qui s’occupe de traduire du russe des contes de Renard et qui serait heureuse d’avoir de lui quelques renseignements86. Paris, 11 janvier 1899.

161G. Paris.

162Collège de France.

20

163Alexandre Wesselofsky à Gaston Paris

  • 87 Le château de Cerisy-la Salle appartenait à la famille de la seconde épouse de Gaston Paris Marguer (...)

164Cerisy-la-Salle, 6 aot [1899]87

165Cher Monsieur,

  • 88 La datation de cette lettre est hypothétique. Le 9 août 1899 Gaston Paris eut son soixantième anniv (...)

166Je suis bien profondément touché de voir votre nom sur la liste des amis qui viennent de m’offrir un présent si magnifique. C’est un honneur fort au-dessus de mes mérites, mais que j’accepte avec une profonde reconnaissance à cause du sentiment qui en a inspiré les auteurs, et le fait que vous avez voulu y prendre part me le rend encore plus précieux88. Conservez-moi votre amitié et croyez-moi bien cordialement

167Votre très dévoué

168G.Paris.

Haut de page

Notes

1 Ursula Bähler, Gaston Paris et la philologie romane, Genève : Droz, 2004, p. 37-38.

2 Voir ci-dessous lettre 3.

3 Bähler, op. cit., p. 127.

4 Romania, t. 6, 1877, p. 161-198.

5 Je dois toute mon information sur ce compte rendu et sur la position de Veselovskij à l’article de Patrizia Gasparini, « Le rôle de la tradition dans la circulation de la littérature médiévale : Gaston Paris, Pio Rajna et Aleksandr N. Veselovskij », in Michel Zink, éd., Le Moyen žge de Gaston Paris. La poésie à l’épreuve de la philologie, P. : Odile Jacob, 2004, p. 131-160.

6 Gasparini, art. cit., p. 242.

7 Eugène Melchior de Vogüé, Sous l’horizon, hommes et choses d’hier, P. : A. Colin, 1904, p. 253-254.

8 Voir I.K. Gorskij, Aleksandr Veselovskij i sovremennost´ [Alksandr Veselovskij et l’époque actuelle], M.: Nauka, 1975 ; P.R. Zaborov, éd., Nasledie Aleksandra Veselovskogo. Issledovanija i materialy, [L’héritage d’Aleksandr Veselovskij. Recherches et matériaux], SPb.: Nauka, 1992. Voir, également, Charles Ridoux, Évolution des études médiévales en France de 1860 à 1914, P.: Champion, 2001, p. 603-604.

9 Čtenija v Istoričeskom obščestve Nestora-letopisca [Lectures à la société d’histoire du chroniqueur Nestor], Kiev, 1908, vol. XX, n˚1, section 1, p. 29.

10 Voir M.P. Alekseev, « A.N. Veselovskij i zapadnoe literaturovedenie » [A.N. Veselovskij et les études littéraires occidentales], Izvestija Akademii Nauk SSSR, Otdelenie obščestvennyh nauk, n˚ 4, p. 121-138.

11 Journal des savants, novembre 1888, p. 664.

12 Voir, par exemple, la lettre de Fedor Dmitrievič Batjuškov (évoqué ci-dessous) à Veselovskij, Paris, le 18 mars 1888 et la remarque de Veselovskij dans sa réponse du 4 avril (ancien style) : « Je savais d’avance que G. Paris vous plairait ; il les dépasse tous et de sa tête, et de son talent, et par la variété de ses intérêts. » Maison Pouchkine, ms., n˚ 15 041, f. 107.

13 Certaines des lettres présentées ci-après (6, 8, 9, 10, 12, 14) ont déjà été publiées « Iz pisem Gastona Parisa k akademiku A.N. Veselovskomu » [Lettres de Gaston Paris à l’académicien Veselovskij], par P.R. Zaborov, Izvestija Akademii Nauk SSSR, Serija literatury i jazyka, vol. 40, 5, p. 456-464 ; P.R. Zaborov, « A.N. Veselovskij i francuzskie učenye (po arhivnym materialam) » [A.N. Veselovskij et les savants français (d’après des archives)], Russkaja literatura, n˚1, 1988, p. 140-142.

14 Revue critique d’histoire et de littérature. Elle fut fondée en 1866 à Paris par G.Paris, P.Meyer, Ch.Morel et H.Zotenberg ; l’annonce dont il est question était imprimée au verso de la page de titre du premier numéro de l’année 1868 (Bulletin bibliographique des principales éditions françaises et étrangères).

15 Il s’agit de la version en italien de la thèse de maîtrise d’Aleksandr Veselovskij qui était la publication scientifique d’une œuvre italienne du XIVe siècle qu’il avait découverte à la Biblioteca Riccardiana de Florence : Il Paradiso degli Alberti, ritrovi e ragionamenti del 1389, romanzo di Giovanni da Prato dal codice autografo e anonimo della Riccardiana a cura di Alessandro Wesselofsky, Bologne : Presso Gaetano Romagnoli, 1867. Le premier tome de cette œuvre en trois volumes contenait l’appareil critique, le second et le troisième tomes contenaient le texte. Cependant, et en dépit du vœu de Veselovskij, Gaetano Romagnoli, professeur à l’université de Bologne qui publiait cette œuvre, fit paraître d’abord le second tome, c’est-à-dire la majeure partie du texte, et seulement ensuite le premier et le troisième tomes, à savoir l’appareil critique et la fin du texte. D’où l’explication au début de cette lettre.

16 Buon secolo -- le XIVe siècle.

17 Luigi de Marsili (1330-1394), diplomate et théologien florentin ; Coluccio Salutati (1331-1406), humaniste et poète florentin.

18 Giosuè Carducci (1835-1907), poète et prix Nobel italien, spécialiste littéraire, depuis 1866 professeur à l’université de Bologne.

19 Il Paradiso degli Alberti [...], vol.2, p.29. Voir note vol.1, partie 2.

20 Nous ignorons la source de cette citation.

21 Il s’agit de Favola composta per Giraldo Giraldi nel tempo della moria nell’anno 1479, Amsterdam (en fait Florence), 1796, publié par Gaetano Cioni.

22 À Karlsruhe, Veselovskij était précepteur de Serge, fils du duc Maximilien de Leuchtenberg et de la grande duchesse Marija Nikolaevna, la fille de Nicolas Ier.

23 Voir A.Paulin Paris, Les manuscrits français de la Bibliothèque du Roi, 1841, t.IV, p.18.

24 Il s’agit de l’article « Skazanie o 12-ti pjatnicah » [La légende des 12 vendredis], qui entrait dans le cycle Opyty po istorii razvitija hristianskoj legendy [Essais sur l’évolution des légendes chrétiennes], Åurnal ministerstva narodnogo prosveščenija, vol.185, juin 1876, p.326-367. Voir les remerciements de Veselovskij à Gaston Paris pour lui avoir procuré ce texte complet Ibid., p.333.

25 Article de Veselovskij « Le dit de l’empereur Constant », Romania, t. VI, n°22, 1877, p.161-198.

26 Ce fait est mentionné par Veselovskij dans l’introduction de son article (note 17).

27 Thor Sundby (1830-1894), professeur de langue et de littérature françaises à l’université de Copenhague.

28 Veselovskij exauça cette demande de G.Paris en préambule à son article (voir note 18).

29 Aleksandr Ivanovič Kirpičnikov (1845-1903), professeur de lettres à l’université de Kharkov, puis d’Odessa, puis de Moscou. L’été 1874, au cours de sa période probatoire, il était stagiaire chez G.Paris qui, en retour, en profita pour perfectionner sa connaissance de la langue russe.

30 Sophus Birket-Smith (1838-1919), spécialiste de lettres et historien.

31 Cette lettre (Copenhague, 2 octobre 1875) se trouve dans les archives de Veselovskij (MP, f.45, inv.3, N°733). L’article de Veselovskij dont il s’agit fut publié dans la Russische Revue (1875, IV Band, p.178-207).

32 « Par la gracieuse entremise de M. le prof. Smith, écrivait Veselovskij, M.Thor Sundby eut la bonté d’en prendre pour moi une copie : j’offre ici tous mes remerciements à l’éminent savant qui m’a permis d’être à sa place l’éditeur de ce poème ; il est inutile de le dire que sa copie était faite, non seulement avec exactitude, mais avec l’intelligence que peut seule donner une connaissance approfondie de l’ancien français. Je préparai cette copie pour l’impression, et M. G.Paris a pris la peine de la revoir et d’en corriger les épreuves » (Romania, vol. VI, n°22, 1877, p.162).

33 Alfred Weber (1835-1914), philologue suisse, spécialiste de langues et littératures romanes. Il est notamment l’auteur de Handschrifliche Studien auf den Gebiete romanischen Literatur des Mittelalters, Frauenfeld, Suisse, 1876.

34 Paul Meyer (1840-1917) collègue et ami de G.Paris, professeur, puis directeur de l’École des Chartes, professeur au Collège de France, membre de l’Académie des inscriptions et belles-lettres (1884).

35 Ce texte fut publié par Veselovskij dans Romania (t.VII, n° 26, 1878, p.327-329).

36 Honoré Champion (1846-1913). Il s’agit du libraire parisien qui fut correspondant de Veselovskij (15, quai Malaquais). Il éditait des ouvrages d’histoire et de lettres, ainsi que la collection « Anciens textes français », dont Brun de la Montagne,roman d’aventures publié pour la première fois d’après le manuscrit de Paris par Paul Meyer (1875).

37 Avenay (Marne), ville natale de G.Paris.

38 Maurice Tourneux (1849-1917), historien. En 1875-1877 il publia avec J.Assézat les Œuvres complètes en vingt volumes de Denis Diderot. Les buts de son séjour à Saint-Pétersbourg et à Moscou étaient de « dresser un catalogue des manuscrits de Diderot, y rechercher les traces de sa bibliothèque et préparer ainsi les éléments d’une édition définitive de ses œuvres » (M.Tourneux, « Les manuscrits de Diderot conservés en Russie », Archives des missions scientifiques et littéraires, 3-e sér., t. XII., P., 1885, p.439-474.

39 Il appert d’une lettre de P.Meyer à Veselovskij du 2 janvier 1882 (MP, f.45, inv.3, N°524, l.1-2) que Veselovskij avait adressé à G.Paris en 1881 un tiré à part de son article « Croissans-crescens i srednevekovye legendy o polovoj metamorfoze » (Croissans-crescens et les légendes médiévales sur la métamorphose sexuelle).

40 Il s’agit du premier article de Paris sur les romans du cycle arthurien : « Études sur les romans de la Table Ronde. Lancelot du Lac. I. Le Lanzelet d’Ulrich de Zatzikhoven » (Romania, t. X, 1881, p.465-476).

41 À cette époque, G.Paris, de concert avec Jacob Ulrich, travaillait à l’édition d’un des romans (Merlin) du cycle du roi Arthur. Ce travail fut achevé en 1883, mais vit le jour beaucoup plus tard : Merlin, roman en prose du хiii-e siècle publié [...] par Gaston Paris et Jacob Ulrich, P., 1886, 2 vol.

42 Il s’agit de la thèse de doctorat de Veselovskij : Iz istorii literaturnogo obščenija Vostoka i Zapada : Slavjanskie skazanija o Solomone i Kitovrase i zapadnye legendy o Morol´fe i Merline [Un épisode de l’histoire des contacts littéraires entre l’Orient et l’Occident : Les dits slaves sur Salomon et Kitovras et les légendes occidentales sur Morolf et Merlin], SPb., 1872.

43 Jakov Karlovič Grot (1812-1893), membre de l’Académie des sciences de Russie (1855).

44 Il s’agit de l’ouvrage de Fr.Vogt, Die deutsche Dichtungen von Salomon und Markolf. 1. Band : Salman und Morolf, Halle, 1880.

45 Razyskanija v oblasti russkih duhovnyh stihov [Recherches dans le domaine de la poésie religieuse russe] (1880-1881). La traduction en allemand des articles cités, publiée pour la revue Archiv für Slavische Philologie fut l’œuvre d’Eduard Aleksandrovič Vol´ter (1846-1941), linguiste, historien et ethnographe pétersbourgeois, plus tard professeur à l’université de Kaunas.

46 Friedrich Vieweg, libraire-éditeur parisien, le propriétaire-gérant de Romania.

47 Romania, t.X, n°37, 1881, p.319-320.

48 « Études sur les romans de la Table Ronde. Lancelot du Lac. II Le conte de la Charette » (Romania, t.XII, n°46, 1883, p.459-534).

49 Arthur Chuquet (1853-1925), historien, secrétaire et plus tard directeur de la Revue critique d’histoire et de littérature.

50 La recension par Veselovskij, et sur la proposition de G.Paris, pour la Revue critique d’histoire et de littérature, de l’ouvrage d’Achille Coen, Di una leggenda relativa alla nascita e alla gioventù di Costantino Magno (Roma : Jorzani, 1882), fut publiée dans Romania (t.XII, n°53, 1885, p.137-143).

51 Il s’agit peut-être d’un tiré à part de l’article de G.Paris publié dans Romania (1882) : « Le Carmen de Prodicione guenonis et la légende de Roncevaux » ; dans la Bibliographie de la France, il est mentionné comme une édition à part au 31 mars 1883 (n° 3269) avec la mention « non mis dans le commerce ».

52 Il s’agit du cycle « K voprosu ob istočnikah Serbskoj Aleksandrii » [À propos des sources de l’Alexandrie serbe], d’abord publié dans Åurnal ministerstva narodnogo prosveščenija en 1884-1885, puis dans le premier tome de l’ouvrage Iz istorii romana i povesti [Pages d’histoire du roman et du récit], 1886. La recherche de P.Meyer dont il est question fut commencée en 1866. Le premier volume fut publié en 1870, la préparation du second se prolongea pendant plusieurs années et l’ouvrage complet parut en 1886 : Paul Meyer, Alexandre le Grand dans la littérature française du Moyen âge, P., 1886, 2 vol. Veselovskij publia une recension de cette œuvre dans le Giornale storico della letteratura italiana (v. IX, fasc. 25-26, 1887, p.255-266). Meyer lui répondit par une lettre de remerciements dans laquelle il exprimait l’espoir de prendre rapidement connaissance des travaux de son critique dans ce domaine (MP, f.45, inv.3, n°524, l.3-4).

53 Voir note 36.

54 Il s’agit du mariage entre Gaston Paris et Marie Talbot.

55 Voici l’annonce qui en fut faite dans Romania (t.XIV, n°56, 1885, p.620-621) : « L’un des directeurs de la Romania ayant contracté mariage à Avenay (Marne), le 20 juillet dernier, cet heureux événement a donné lieu, suivant un usage italien bien connu de nos lecteurs et qui venait d’être inauguré en France [...], à quatre petites publications, tirées à fort peu d’exemplaires, et que nous croyons bon de signaler. Les voici : 1) Manuscrits de la bibliothèque de l’Université tirés des depôts littéraires [...] 2) Note sur l’histoire des prépositions françaises en, enz, dedans, dans, par Arsène Darmsteter [...] 3) La pistola que fon tramesa an Gaston Paris le jorn que pres molher de part lo sien bon amic [...] [par P. Meyer] 4) Sonatori, balli e canti nuziali del popolo siciliano, per Giuseppe Pitrè [...].

56 Cycle : Južno-russkie byliny [Les byliny de la Russie du Sud] (vyp. III-XI, 1884).

57 Emmanuel Cosquin (1841-1919) folkloriste, auteur de Contes populaires de Lorraine, comparés avec les contes des autres provinces de France et des pays étrangers et précédés d’un essai sur l’origine et la propagation des contes populaires européens, P., 1886, 2 vol.

58 Meran, petite ville de cure dans le Tyrol, actuellement Merano en Italie.

59 L’épouse de Veselovskij, Elena Aleksandrovna, née Gen (1848-1906), avait une santé fragile.

60 Veselovskij a dédié « à MrGaston Paris en souvenir du 20 juillet 1885 » un fragment du premier tome de son cycle Iz istorii romana i povesti (op. cit.) intitulé : « O Tavre i Menii i ob osnovanii goroda », pour lequel on fit imprimer spécialement une page de titre (1886).

61 L’Académie des inscriptions et belles-lettres.

62 Veselovskij écrivit à Cosquin entre le 1er et le 14 novembre 1886 et lui signifia son accord pour écrire une recension de son livre (MP, f.45, inv.3, n°425, l.1-2). Ce compte-rendu très développé fut publié dans Åurnal ministerstva narodnogo prosveščenija, vol.250, avril 1887, p.285-303.

63 Voir la note 46.

64 Ladin, nom donné à un groupe de dialectes appartenant à la famille des langues romanes et parlés dans les régions rhétiques.

65 G.Hæssel : éditeur à Leipzig.

66 Voir la note 38.

67 La Tavola Ritonda o l’istoria di Tristano, testo di lingua publ. per cura di Filippo e Luigi Polidori. Bologna, 1864-1865, 3 vol.

68 Pio Rajna (1847-1930), spécialiste littéraire.

69 Fedor Aleksandrovič Braun (1862-1942), élève de Veselovskij, spécialiste de littératures germaniques, privat-dozent depuis 1888, puis professeur de 1900 à 1920 à l’université de Saint-Pétersbourg, enfin professeur à l’université de Leipzig à partir de 1923.

70 Hermann Paul (1846-1927), Karl Friedrich Brugmann (1849-1919), Fritz Neumann, philologues allemands.

71 G.Paris accepta cette prière de Veselovskij et, mieux encore, autorisa Braun à assister à ses cours au Collège de France et à l’École pratique des hautes études.

72 Gaston Paris, La poésie du Moyen âge. Leçons et lectures, 1e sér,. P., 1887.

73 Les Veselovskij se trouvaient alors à Meran.

74 Paul Stapfer (1840-1917), professeur d’histoire littéraire à l’université de Bordeaux.

75 Émile Picot (1844-1918), historien médiéviste, membre de l’Académie des sciences morales et politiques (1897).

76 Gaston Paris, Manuel d’ancien français. La littérature française au Moyen žge (хie-хive siècles). Deuxième édition[...] ; P., 1890 ; Mélusine, revue de « mythologie, littérature populaire, traditions et usages », fondée en 1877 par Henri Gaidoz et EugèneRolland.

77 Konstantin Ljucianovič Fel’i (Feuilly). Élève de Veselovskij, diplômé en 1886. Il passa l’été 1890 à Paris (voir MP, f.45, inv.3, N°769).

78 Fedor Dmitrievič Batjuškov (1857-1920) élève et collaborateur de Veselovskij, historien de la littérature, critique, homme de théâtre.

79 Léopold-Eugène Constans (1845-1916), professeur de langue et de littérature provençales à l’université d’Aix-en-Provence. Il s’agit de son grand ouvrage, Le Roman de Troie, par Benoît de Sainte-Maure, publié d’après tous les manuscrits connus [...], P., 1904-1912, 6 vol.

80 Der Judenknabe, hrsg von Eugenius Wolter, Halle, 1879 (Bibliotheca Normannica. Denkmäler normannischer Literatur und Sprache, hrsg von Hermann Suchier, II).

81 Après 1890 Veselovskij ne publia plus dans Romania.

82 André Delaroche-Vernet, membre de la famille de Marie Paris Talbot (veuve de Philippe Delaroche-Vernet).

83 Alessandro D’Ancona (1835-1914), spécialiste littéraire et homme politique italien, rédacteur de 1893 à la fin de sa vie de la revue Rassegna bibliografica della letteratura italiana. Biella, Andorno, stations balnéaires dans le Piémont (province de Vercelli).

84 Voir la note 70.

85 Voir la note 68.

86 M.Obert se servit de cette recommandation, car le 4 février 1899, elle adressa cette lettre à Veselovskij : « Recommandée à votre bienveillance par Monsieur Gaston Paris, chargée par Monsieur Tobler de vous présenter ses compliments, j’ai le courage de vous prier de m’accorder le privilège d’une audience. Je vous serais profondément reconnaissante, Monsieur, si vous vouliez bien accéder à ma demande et me sacrifier quelques moments de votre temps précieux. Dans ce cas oserais-je vous prier de vouloir bien m’avertir du jour et de l’heure où je pourrais me rendre à vos ordres ? » (MP, f.45, inv.3, N°574). Adolf Tobler, philologue allemand.

87 Le château de Cerisy-la Salle appartenait à la famille de la seconde épouse de Gaston Paris Marguerite Savary (ils s’étaient mariés le 10 septembre 1891).

88 La datation de cette lettre est hypothétique. Le 9 août 1899 Gaston Paris eut son soixantième anniversaire et Veselovskij ne pouvait laisser passer une telle date sans se manifester.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Michel ZINK et Petr ZABOROV, « Gaston Paris et Aleksandr Veselovskij », Cahiers du monde russe [En ligne], 48/4 | 2007, mis en ligne le 01 janvier 2007, Consulté le 26 juin 2017. URL : http://monderusse.revues.org/9034

Haut de page

Auteurs

Michel ZINK

Collège de France, chaire de littératures de la France médiévale Institut de France, Académie des inscriptions et belles-lettres

Petr ZABOROV

Institut russkoj literatury PuÒkinskij Dom zaborov@pz7588.spb.edu

Haut de page

Droits d'auteur

© École des hautes études en sciences sociales, Paris.

Haut de page