Navigation – Plan du site
La bibliothèque d'architecture de Pierre le Grand

L’histoire de la bibliothèque de Pierre le Grand et de ses catalogues

Irina Beljaeva et Irina Lebedeva
p. 459-466

Résumés

Résumé
L’article retrace l’histoire du catalogage des collections d’ouvrages imprimés et manuscrits, cartes, plans, dessins et gravures ayant appartenu à Pierre le Grand et conservées aujourd’hui pour la plupart à la bibliothèque de l’Académie des sciences (BAN) à Saint-Pétersbourg. Transmise à la bibliothèque en 1725-1728, la collection d’ouvrages fut cataloguée une première fois par Bogdanov en 1742-1744. Depuis le milieu du xxe siècle, une recherche conduite par M. N. Murzanova, E. I. Bobrova et V. A. Petrov permit de retrouver les inventaires de 1725-1728. Parallèlement, ils entreprirent de rechercher systématiquement les ouvrages portant des marques de Pierre le Grand. Ce travail aboutit, entre autres, à un premier catalogue de la « bibliothèque de Pierre le Grand » en 1978. Les recherches actuelles visent à affiner et à préciser cette première approche en procédant à des recherches, dans les archives, sur l’histoire de chaque ouvrage. Une équipe de la BAN conduite par Irina Lebedeva, a procédé ainsi à une description systématique, publiée en 2003, des livres manuscrits ayant appartenu au tsar. L’étape ultérieure sera une description des ouvrages imprimés.

Haut de page

Texte intégral

1La bibliothèque de l’Académie des sciences (BAN) fut fondée par une ordonnance de Pierre Ier, dix ans avant l’Académie, et devint l’un de ses principaux appendices. La collection de Pierre le Grand en fut une des composantes majeures.

2Cette collection comprenait les manuscrits et les livres imprimés que le tsar avait hérités de son père, de ses frères et de ses sœurs, des livres qu’il acheta ou fit acheter à l’étranger, enfin ceux qu’il reçut en cadeau. Comme on le sait, la collection de ces livres, manuscrits, cartes géographiques, plans, dessins et gravures, et l’usage qui en fut fait furent essentiellement déterminés par la multiplicité des intérêts de Pierre. Une fois qu’elle fut intégrée à la BAN en 1725, puis en 1728-1729, la bibliothèque connut le même sort que la plupart des collections du XVIIIe siècle : elle fut fondue dans l’océan des fonds, en pleine croissance, de la BAN.

3C’est seulement depuis le milieu du XXe siècle que la bibliothèque de Pierre le Grand a été restaurée dans son existence, de sorte qu’elle est conservée aujourd’hui au département des manuscrits de la BAN. La bibliothèque est divisée en trois sections : livres manuscrits, imprimés étrangers, imprimés en langue russe. Cette restauration a marqué le début d’un long travail de recherche dans les archives et les fonds des différentes bibliothèques.

4Pour comprendre ce que signifie une « restauration » de la bibliothèque de Pierre le Grand, il faut se tourner vers les événements de 1725-1728. À sa mort en 1725, Pierre le Grand avait laissé une bibliothèque importante, dispersée entre les différents palais. Dès juin 1725, Catherine Ire donna l’ordre d’en transférer une partie dans la future bibliothèque de l’Académie (qui portait alors le nom de gosudarstvennaja ou impériale). Le reste de la bibliothèque prit le même chemin en 1728.

5Pendant quelque temps, la bibliothèque de Pierre fut conservée comme un tout, mais au cours des années 1730, les ouvrages d’origines privées furent tous répartis dans les fonds de la BAN selon une classification par matière, comme en témoigne le premier catalogue imprimé de ces fonds, intitulé Catalogue caméral (kamernyj) de 1742-1744.

6Il faut rendre hommage à nos lointains prédécesseurs : le bibliothécaire de la BAN Andrej Ivanovič Bogdanov porta dans les marges du catalogue qu’il avait publié la numérotation des livres de Pierre, tels qu’ils figuraient dans les « registres » (reestry), c’est-à-dire les listes qui avaient été établies lors de la transmission des livres imprimés et manuscrits, ainsi que les plans, dessins et gravures.

7Sergej Uvarov, nommé en 1818 président de l’Académie des sciences, se préoccupa de retrouver les livres qui avaient appartenu à Pierre le Grand et qui portaient ses notes marginales. Mais c’est seulement au milieu du XXe siècle qu’on entreprit de reconstituer la bibliothèque du tsar. Pour ce faire, deux recherches furent menées en parallèle :

81. l’étude des livres imprimés et manuscrits sous l’angle de leur appartenance à Pierre Ier ou à sa famille, principalement sur la base de marques de propriété ou de notes diverses qu’ils pouvaient comporter.

92. la recherche des « registres » dans la section léningradoise des archives de l’Académie des sciences.

10Ce dernier travail fut réalisé par M. N. Murzanova, qui consacra sa vie à étudier et à décrire les fonds manuscrits de la BAN et qui découvrit les « registres » de 1725 et de 1728-1729 :

  • 1 Sous les titres, respectivement : Rospis´ knigam, kotorymi Ee veličestvo imperatrica Biblioteku gos (...)
  • 2 Ibid., p. 368-381.

111. Le catalogue des ouvrages transmis à la BAN en 1725, en deux exemplaires, l’un en russe, l’autre en latin1. Il comporte 145 titres d’ouvrages (209 volumes), divisés en trois formats. Tous ces livres sont en langues étrangères, hormis quatre manuscrits en langue russe2.

  • 3 Reestr raznyh kurioznyh veščej, prislannyh v Kunstkameru Akademii Nauk v 1725, ibid., p. 278.

122. [Registre I] Un « Registre de curiosités diverses envoyées à la Kunstkamera de l’Académie des sciences en 1725 » qui comporte cinq ouvrages3.

  • 4 Reestr knigam, obretajuščimsja v Kabinete na inostrannyh jazykah, ibid., p. 273-277.

133. [II] Un « Registre des ouvrages se trouvant au Cabinet de l’empereur en langues étrangères » : 127 titres, imprimés ou manuscrits, divisés en formats4.

  • 5 Opis´ imejuščimsja v kabinete o invencijah raznym predloženijam i zapiskam, ibid., p. 277-279.

144. [III] Un « Inventaire des différentes propositions et notes se trouvant au cabinet des inventions »5. 16 titres dont chacun contient plusieurs « notes » (zapiski).

  • 6 Reestr obretajuščimsja knigam rossijskim i na raznyh jazykah v Kazennyh Ego imperatorskogo veličest (...)

155. [IV] Un « Registre des ouvrages russes et en langues diverses dans les palais de Sa majesté impériale »6. 242 ouvrages imprimés et manuscrits, divisés en formats.

  • 7 Reestr knigam, kotorye prinjaty iz domu gosudaryni carevny Natalii Alekseevny, ibid., p. 295-306.

166. [V] Un « Registre des livres russes qui ont été reçus de la maison de son altesse la princesse Nathalie Alekseevna »7. 194 livres imprimés et manuscrits, divisés en formats ; les livres imprimés sont divisés selon leurs lieux d’édition, soit Moscou et Kiev.

  • 8 V kantore Ego impratorskogo veličestva Risovalnoj, ibid., p. 306-339.

177. [VI-XVII] « Au bureau des dessins de Sa majesté impériale »8. 488 ouvrages, divisés par matière : architecture civile, architecture militaire, artillerie, marine, géographie, varia, mécanique, « toutes sortes de livres de gravures français et de jardinage (vsjaki razny kupferšti francuzski i ogorodny knigi), mathématiques, « histoire et autres mélanges (gistoričeskie i protčie smešannye knigi), anatomie ».

  • 9 V zimnem dome v kantorke, Ibid., p. 339-347.

188. [xviii-xxi] « À la Maison d’hiver au bureau »9. 150 livres, divisés en quatre registres ; les trois premiers sont sans titre, le dernier porte celui de « Divers » [Raznyh knig].

  • 10 Ibid., p. 347-349.

199. « Exclus du registre, objets non reçus »10. 40 titres.

20Les deux premiers inventaires furent dressés en 1725, peu après la mort de Pierre le Grand. Les autres accompagnèrent le transfert des livres en 1728.

21Trouver et lire ces registres ne fut que le début du travail. Il fallait ensuite rechercher les livres dans les collections de la BAN selon les maigres et parfois inexactes désignations qui en étaient faites dans les « registres ». Beaucoup d’éditions et de manuscrits étrangers étaient présentés en russe. Cette recherche fut menée par M. N. Murzanova et E. I. Bobrova. De son côté, V. A. Petrov étudia minutieusement les premiers catalogues imprimés et manuscrits de la BAN, en y relevant toutes les mentions d’ouvrages ayant appartenu à Pierre le Grand.

  • 11 Istoričeskij očerk i obzor fondov Rukopisnogo otdela Biblioteki Akademii Nauk. Karty, plany, čertež (...)

22Ce travail important aboutit à la reconstitution de la bibliothèque de Pierre le Grand, la réunion de toutes ces pièces imprimées et manuscrites dans un seul ensemble, conservé au Département des manuscrits de la BAN. Cet ensemble fut partagé en trois sections : les livres manuscrits, les livres imprimés étrangers et les livres imprimés russes. En même temps était publié le premier volume de la Brève histoire et description des fonds du Département des manuscrits de la Bibliothèque de l’Académie des sciences, déjà cité. Cette publication comprenait une édition des « registres », des descriptions détaillées des bibliothèques de Pierre le Grand et de son fils Alexis et une histoire des fonds manuscrits de la BAN depuis 1730 jusqu’à la fin du XVIIIe siècle, avec, en annexe, un bref inventaire des livres manuscrits contenus dans la bibliothèque reconstituée de Pierre. En 1959 l’ensemble des cartes, plans, dessins et gravures transmis à la bibliothèque en 1728-1729 avaient été retrouvés, ce qui donna lieu à un volume spécial de la Brève histoire et description, réalisé par M. N. Murzanova, E. I. Bobrova et V. F. Pokrovskaja11. Ces documents ne furent pas regroupés mais conservés au sein des collections de cartes manuscrites, de manuscrits étrangers et de gravures du Département des manuscrits. Les cartes et plans imprimés de la collection de Pierre le Grand se trouvent actuellement au département de cartographie de la BAN.

  • 12 Sur la bibliothèque d’Alexis, voir Istoričeskij očerk, op. cit., p. 118-142 et 422-427 ; I. N. Lebe (...)

23Revenons aux livres de la bibliothèque du tsar. Il ne s’agit pas seulement des siens propres, mais aussi de ceux de sa famille : son père, le tsar Alexis ; son frère, le tsar Théodore ; ses sœurs, les princesses Sophie et Nathalie. Enfin, une importante collection avait appartenu au fils de Pierre, Alexis12. À chaque décès d’un membre de la famille des Romanov, ses livres étaient donnés à ses plus proches parents. Pierre avait hérité des livres de son père, de ses frères et sœurs et les avait transportés à Saint-Pétersbourg.

  • 13 Istoričeskij očerk i obzor..., p. 382-421.

24Arrêtons-nous sur les livres manuscrits qui avaient appartenu à Pierre et à sa famille. Nous l’avons vu, ils ont formé la première section de la bibliothèque de Pierre le Grand, section qui fut à son tour divisée en deux parties. La première, désignée par la lettre « A » dans les nouvelles cotes, comprend les ouvrages qui avaient appartenu à la famille de Pierre (père, frère et sœurs). La seconde (« B » dans les cotes) regroupe les livres qui avaient appartenu en propre à Pierre. Le bref inventaire publié déjà mentionné comprend quatre-vingt seize livres pour la première partie et cent cinquante-quatre pour la seconde13.

  • 14 Au sujet de cette galerie, voir Istoričeski očerk, op. cit., p. 14-19 ; M. N. Murzanova, « Sobranie (...)

25Dans sa recherche des ouvrages de Pierre le Grand, M. N. Murzanova avait pris pour principal critère la présence de leurs titres dans les « registres ». Mais on découvrit très rapidement qu’une partie de la bibliothèque du tsar fut transmise à la BAN hors de tout « registre ». Cela concernait avant tout les livres manuscrits qui furent transférés à la BAN en 1932 depuis la « Galerie de Pierre Ier » (Petrovskaja galereja) du Musée d’anthropologie et d’ethnographie de l’Académie des sciences14. Rappelons en quelques mots l’histoire de cette collection. Sitôt que les livres, cartes, dessins, instruments, modèles de navires et autres objets ayant appartenu à Pierre furent transférés à la Bibliothèque et à la Kunstkamera, on organisa en 1729 auprès de cette dernière un musée qui porta le nom de « Cabinet de Pierre le Grand » où l’on s’efforça de réunir les collections qui, selon les conservateurs, avaient été présentes au cabinet particulier de Pierre. Ce musée fonctionna jusqu’en 1848, quand on décida d’ouvrir une nouvelle section de l’Ermitage, consacrée à Pierre Ier, et de la disposer dans la galerie qui avait été construite par Quarenghi, d’où ce nom de « Galerie de Pierre le Grand ». On y rassembla tous les objets exposés au Musée susmentionné de la Kunstkamera ainsi que d’autres, qui provenaient d’autres sections de l’Ermitage et d’autres palais impériaux. En 1908, à l’occasion de la commémoration du bicentenaire de la création de la Kunstkamera qui portait déjà le nom de Musée d’anthropologie et d’ethnographie, on décida d’y créer une section spéciale à la mémoire de Pierre le Grand, « Galerie de Pierre Ier », et on y transféra les collections de l’Ermitage. En 1929, lorsqu’on procéda à une réorganisation de l’Académie des sciences, la Galerie fut fermée et, en 1932, les livres et manuscrits de sa collection (120 unités en tout) furent transmis à la BAN. Ces ouvrages sont aisément reconnaissables car ils portent une petite étiquette rouge et or avec un numéro imprimé : c’est la cote des livres manuscrits de la Galerie.

26Outre ces livres manuscrits, d’autres portent des marques manifestes de leur appartenance à Pierre le Grand, sans pour autant figurer dans les « registres », et ils avaient déjà été inclus dans le Catalogue caméral. Il s’agit surtout de livres offerts au tsar ou bien de manuscrits originaux, qui furent traduits à son intention, éventuellement sur son ordre. Ces ouvrages furent également inclus dans la collection de Pierre.

  • 15 Biblioteka Petra I : Ukazatel´-spravočnik [La bibliothèque de Pierre Ier. Catalogue et index], par (...)
  • 16 Ibid., p. 12-13.

27M. N. Murzanova exprima des doutes concernant l’appartenance de certains livres manuscrits et pensait que cette question nécessitait des recherches supplémentaires. Celles-ci furent prolongées par E. I. Bobrova qui composa un bref catalogue des livres manuscrits et imprimés de Pierre, publié en 1978 à titre posthume15. Elle augmenta de façon considérable le nombre de livres de la bibliothèque de Pierre le Grand : « le catalogue comprend les manuscrits et les ouvrages qui portent des marques de leur appartenance aux collections d’Aleksej Petrovič, le fils de Pierre Ier, et aux compagnons de celui-ci, Hannibal, Pauze, Bruce, Vinius, le médecin de la cour Areskin, Théophane Prokopovič, ainsi qu’à celles du bureau Apothicaire, de la bibliothèque de Courlande et de celle des Radziwill. Nous avons inclus ces livres, car ils faisaient partie du cercle des lectures du grand réformateur qui s’en servait dans ses activités pratiques »16.

28E. I. Bobrova réussit à établir les originaux de nombreux textes traduits et inclut ces originaux dans son catalogue. Qui plus est, elle répertoria non seulement des manuscrits réellement existants mais aussi, ceux qui étaient mentionnés dans les « registres » des ouvrages manuscrits non réceptionnés par la BAN et transmis, pour des raisons variables, à d’autres institutions (sur lesquelles on ne dispose aujourd’hui que d’informations partielles). Pour finir, si les « registres » comptent en tout 1 349 titres d’ouvrages imprimés et manuscrits, y compris ceux qui ont brûlé lors de l’incendie de 1747 (A. I. Bogdanov porta des marques sur ces ouvrages en marge de son Catalogue caméral de 1742), tandis qu’une autre partie fut transmise dans d’autres institutions ou bien volée, le catalogue de Bobrova comprend 1 663 titres imprimés et manuscrits ; parmi ces derniers, 293 sont russes et 68 étrangers, soit 361 titres (et non pas 250 comme il apparaissait initialement).

  • 17 I. N. Lebedeva, Biblioteka Petra I. Opisanie rukopisnyh knig, SPb : BAN, 2003.

29Naturellement, les lecteurs du Département des manuscrits et les conservateurs de la BAN qui travaillaient avec les manuscrits de la bibliothèque de Pierre le Grand se posaient beaucoup de questions et doutaient de l’appartenance de tel ou tel manuscrit aux collections originelles de Pierre ou de sa famille. Les manuscrits eux-mêmes nécessitaient une description plus détaillée, aussi une nouvelle recherche a-t-elle été entreprise pour sélectionner et décrire les livres manuscrits qui avaient effectivement appartenu à Pierre le Grand, recherche dont le résultat a été la publication de l’ouvrage La bibliothèque de Pierre le Grand. Description des livres manuscrits17. Il s’agit d’une description développée de la première section de la bibliothèque de Pierre, à savoir des deux cent cinquante livres manuscrits qui lui avaient appartenu ainsi qu’à sa famille (son père, son demi-frère aîné, ses sœur et demi-sœur).

30La description de ces ouvrages a été réalisée par Irina N. Lebedeva. La plus grande utilité de ce travail aura peut-être été d’exclure de la collection de Pierre Ier les ouvrages qui s’étaient retrouvés là par suite de hasards ou d’erreurs. En outre, quatorze ouvrages, dont trois furent trouvés dans d’autres dépôts, furent ajoutés à ceux qui avaient été inventoriés dans le petit catalogue de 1956.

31Beaucoup de ces livres manuscrits sont des traductions en russe et des textes originaux, qui étaient destinés à être publiés. Les sections de la bibliothèque de Pierre qui contiennent les livres imprimés conservent des originaux et des traductions publiées, de sorte que les trois sections de la bibliothèque sont très liées.

32Avant tout, on étudia l’histoire de l’acquisition par la BAN de chaque manuscrit, ce qui permit d’emblée d’en exclure certains qui n’avaient manifestement pas appartenu à Pierre. D’autres manuscrits furent éliminés après un examen plus attentif de leur datation, car ils avaient été rédigés après sa mort.

33Ainsi, après exclusion de treize manuscrits étrangers, il en restait deux cent trente-sept, auxquels s’ajoutèrent treize autres livres manuscrits mentionnés dans les «registres», mais qu’il était difficile d’attribuer à la propriété de Pierre le Grand en raison de descriptions trop vagues dans les « registres » et de l’absence de catalogues imprimés anciens. Cent soixante-quinze manuscrits furent découverts pour la première fois.

34Une fois le corpus connu, l’auteur de la description s’efforça de réunir tous les renseignements concernant les manuscrits qui le composaient ; cette recherche fut effectuée dans les correspondances publiées de Pierre le Grand, les documents et les descriptions de l’Arsenal (Oružejnaja palata), du Bureau des ambassadeurs (Posol´skij prikaz) et d’autres institutions. I. N. Lebedeva s’est efforcée aussi de tenir compte de toutes les études déjà existantes, des éditions des textes décrits et des reproductions en facsimilé de codex entiers comme de leurs fragments.

35La description respecte l’ordre des manuscrits conformément à leurs cotes. La première section de la collection, dont les cotes portent la lettre « A » est intitulée ici « Bibliothèque de la famille de Pierre Ier ». Il s’agit des ouvrages qui furent offerts au père, au frère et aux sœurs de Pierre, ainsi qu’à des personnes qui avaient été proches de la famille du tsar. Ils contiennent des textes panégyriques, des recueils hagiographiques, des compilations historiques, des récits traduits (surtout du polonais), des ouvrages lithurgiques et on peut les considérer comme des livres manuscrits russes tant par leur contenu que par leur forme. En outre, on discerne nettement dans cet ensemble des sous-ensembles plus ou moins importants qui avaient appartenu au tsar Alexis (3 pièces), au tsar Théodore (16 pièces), à la princesse Sophie (8 pièces) et à Nathalie (20). Ces manuscrits sont souvent enluminés.

36La seconde section de la collection a été dénommée « Bibliothèque personnelle de Pierre Ier ». Elle se distingue énormément de la première section. Les manuscrits, ici, sont de présentation bien plus modeste et portent un caractère fonctionnel. Du point de vue de leur contenu, il s’agit de livres manuscrits d’un ordre très différent des premiers : ce sont des règlements et statuts de l’armée et de la marine, des tarifs douaniers, des ouvrages de fortification et de construction navale, des atlas d’hydrographie et d’anatomie, des recueils de documents, des ouvrages de jardinage et d’architecture.

37Mais ces deux sections ont aussi des points communs : les deux contiennent des ouvrages-cadeaux. L’étude de cette collection montre que le livre manuscrit, tant russe qu’étranger, était encore très vivant. Beaux livres, copies de traductions (provisoires ou définitives) ; exemplaires prêts à l’édition, etc. : les livres manuscrits de la fin du XVIIe et du début du XVIIIe siècle sont présents dans la bibliothèque de Pierre dans toute leur variété.

  • 18 Dont on peut lire une description détaillée dans l’article de M. N. Murzanova, Istoričeskij očerk, (...)

38La bibliothèque personnelle de Pierre18 est une source encore peu utilisée dans l’étude de l’histoire culturelle de cette période, son examen serait d’ailleurs incomplet si l’on ne recourait aux livres imprimés de l’époque. Elle permet aussi de mieux se représenter Pierre le Grand dans son individualité. On peut espérer que l’examen de ces nouvelles sources que sont les descriptions nouvelles ou renouvelées des livres manuscrits de la collection pétrovienne, de même que celles des plans réalisés ou non qui y étaient liés fournira de nouvelles pistes de réflexion.

  • 19 Biblioteka Petra I, op. cit., p. 3.

39Mais, bien sûr, la valeur principale de la bibliothèque de Pierre réside dans sa composition. Cette bibliothèque était son instrument de travail, un outil de réforme. « Sa bibliothèque fut composée sous l’influence de ses préférences et de ses besoins mais en même temps, elle ouvrait devant lui de nouvelles perspectives pour son activité réformatrice »19. C’est pourquoi l’étape suivante du travail sera l’étude des livres imprimés russes et étrangers qui ont appartenu au fondateur de Saint-Pétersbourg, ainsi que la publication de leur catalogue.

40Bibliothèque de l’Académie des sciences de Saint-Pétersbourg

41imb@ rasl. nw. ru

Haut de page

Notes

1 Sous les titres, respectivement : Rospis´ knigam, kotorymi Ee veličestvo imperatrica Biblioteku gosudarstvennuju iz knigohranilišča imperatora Petra Velikogo dostohvalnyja pamjati v 1725 godu ijunja mesjaca v den´ obogatit´ povelela [inventaire des ouvrages de l’empereur Pierre le Grand de glorieuse mémoire, dont Sa majesté l’impératrice a ordonné d’enrichir la Bibliothèque impériale en l’an 1725 au mois de juin], et Catalogus librorum, quibus S. Imperatrix Bibliothecam Imperatoriam ex Museo Petri Magni Beatae et Gloriosae Memoriae Anno 1725 die Junii per Peter Iwanowitz Moschoff exornari jussit. Istoričeskij očerk i obzor fondov Rukopisnogo otdela Biblioteki Akademii nauk [Brève histoire et description des fonds du Département des manuscrits de la Bibliothèque de l’Académie des sciences], M.-L., 1956, vol. 1 : XVIII vek [XVIIIe siècle], p. 368 et 374.

2 Ibid., p. 368-381.

3 Reestr raznyh kurioznyh veščej, prislannyh v Kunstkameru Akademii Nauk v 1725, ibid., p. 278.

4 Reestr knigam, obretajuščimsja v Kabinete na inostrannyh jazykah, ibid., p. 273-277.

5 Opis´ imejuščimsja v kabinete o invencijah raznym predloženijam i zapiskam, ibid., p. 277-279.

6 Reestr obretajuščimsja knigam rossijskim i na raznyh jazykah v Kazennyh Ego imperatorskogo veličestva palatah, Ibid., p. 280-295.

7 Reestr knigam, kotorye prinjaty iz domu gosudaryni carevny Natalii Alekseevny, ibid., p. 295-306.

8 V kantore Ego impratorskogo veličestva Risovalnoj, ibid., p. 306-339.

9 V zimnem dome v kantorke, Ibid., p. 339-347.

10 Ibid., p. 347-349.

11 Istoričeskij očerk i obzor fondov Rukopisnogo otdela Biblioteki Akademii Nauk. Karty, plany, čerteži, risunki i gravjury sobranija Petra I, [Brève histoire et description du Département des manuscrits de la Bibliothèque de l’Académie des sciences. Cartes, plans, dessins et gravures de la collection de Pierre I], M.-L., 1961, 289 p. 

12 Sur la bibliothèque d’Alexis, voir Istoričeskij očerk, op. cit., p. 118-142 et 422-427 ; I. N. Lebedeva, « Biblioteka careviča Alekseja Petroviča » [La bibliothèque du tsarévitch Aleksej Petrovič], Kniga i knigotorgovlja v Rossii v xvi-xviii vv [Le livre et le commerce du livre en Russie aux XVI-XVIII siècles], sbornik naučnyh trudov, L., p. 56-64.

13 Istoričeskij očerk i obzor..., p. 382-421.

14 Au sujet de cette galerie, voir Istoričeski očerk, op. cit., p. 14-19 ; M. N. Murzanova, « Sobranie Petrovskoj galerei » [La collection de la Galerie de Pierre le Grand] dans Materialy i soobščenija, L., 1966, p. 79-89.

15 Biblioteka Petra I : Ukazatel´-spravočnik [La bibliothèque de Pierre Ier. Catalogue et index], par E. I. Bobrova, D. S. Lihačev (red.), L., BAN, 1978, 214 p. 

16 Ibid., p. 12-13.

17 I. N. Lebedeva, Biblioteka Petra I. Opisanie rukopisnyh knig, SPb : BAN, 2003.

18 Dont on peut lire une description détaillée dans l’article de M. N. Murzanova, Istoričeskij očerk, op. cit., p. 58-117.

19 Biblioteka Petra I, op. cit., p. 3.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Irina Beljaeva et Irina Lebedeva, « L’histoire de la bibliothèque de Pierre le Grand et de ses catalogues », Cahiers du monde russe [En ligne], 47/3 | 2006, mis en ligne le 01 janvier 2007, Consulté le 21 novembre 2017. URL : http://monderusse.revues.org/8833

Haut de page

Droits d'auteur

© École des hautes études en sciences sociales, Paris.

Haut de page