Navigation – Plan du site
Autour de la monarchie

Le couronnement d’Ivan IV

La conception de l’empire à l’Est de l’Europe
Olga NOVIKOVA
p. 219-232

Résumés

Résumé
L’article traite le couronnement comme une sorte d’exposé, dans lequel l’élite politique exprime, au moyen du symbole et de l’émotion, un ensemble d’idées complexes touchant aux rapports de la monarchie et du clergé, aux obligations du souverain et aux limites de son pouvoir. L’auteur analyse la signification juridique et politique des insignes, des gestes rituels, des prières, de l’homélie du métropolite. De l’avis d’Olga Novikova, le couronnement jouait le rôle d’une constitution, recréant une image idéalisée de la société, image qui pouvait influencer en retour les pratiques politiques réelles. Au cours de la cérémonie, on énonçait clairement les obligations du tsar, on décrivait ce que pourrait être un monarque idéal, on précisait dans quelles conditions l’empereur cessait d’être un souverain authentique. Le tsar, conclut l’auteur, contractait au cours du rituel toute une série d’obligations en présence de nombreux témoins, mais il n’avait à rendre compte de sa manière de s’en acquitter qu’à un seul d’entre eux : à Dieu qui, croyaient les organisateurs, assistait invisible à la cérémonie.

Haut de page

Texte intégral

  • 1 Dans un article encore inédit qu’il m’a aimablement communiqué, S. Bogatyrev met en doute le caract (...)

1La présente étude tente d’analyser le rituel de couronnement d’IvanIV (1547)1. L’auteur s’est fixé comme objectif de définir la manière dont les conceptions abstraites de « théologie impériale », élaborées par les lettrés, sont « traduites » dans le rituel en une langue compréhensible par la majorité. La cérémonie du couronnement est en ce sens le point de convergence des cultures écrite et orale, populaire et élitaire. Le tsar et le métropolite n’étaient pas les seuls à prendre part au « théâtre de l’État » ; tous « les chrétiens orthodoxes » en étaient aussi les acteurs.

2Mais tout spectacle met en scène des héros principaux et des seconds rôles au bénéfice d’un public. Qu’est-ce qui transformait l’impétrant en empereur ? Durant le couronnement, les hommes n’étaient pas les seuls acteurs importants. Il fallait également compter avec les objets : les regalia. Que symbolisaient-ils ? Au cours de la cérémonie se dessinait la figure idéale du souverain et de ses relations avec la société. On énonçait, parfois de manière explicite, parfois de façon voilée, les conditions à remplir pour être considéré comme un empereur authentique. Quelle était cette figure idéale et quelles étaient ces conditions ? En quelle langue symbolique étaient « traduites » les conceptions politiquessous-jacentes ? Quels gestes accomplissait-on durant la cérémonie et quelle en était la signification ? C’est à toutes ces questions que le présent article s’efforce de répondre brièvement.

  • 2 Les trois rituels de couronnement (du prince Dmitrij Ivanovič, des tsars IvanIV et Fedor Ivanovič) (...)
  • 3 Б. А. Успенский, Цaррu namрuaррх [B.A. Uspenskij, Le tsar et le patriarche], Moscou, Jazyki russk (...)

3L’auteur disposait d’une source : le cérémonial du couronnement2. Comme on sait, le cérémonial est un guide, non le procès-verbal de couronnements réels. Cependant, l’impossibilité où se trouve l’historien de confronter le cérémonial avec des témoignages oculaires, le fait que la rédaction formulaire du rituel ait été, semble-t-il, élaborée peu après la cérémonie3 ne constituent pas un obstacle à notre recherche. L’essentiel, en effet, est d’analyser le normatif, non le particulier, la règle, non la pratique concrète.

Signification du couronnement

4Il est temps à présent de s’interroger sur la nécessité du couronnement. Deux ans en effet avant la cérémonie, Ivan, à l’en croire, jouissait déjà de l’intégralité de son pouvoir. Nous pouvons mettre en doute l’exactitude de cette affirmation, mais de l’avis général le couronnement n’a pas modifié sensiblement l’étendue de son pouvoir. En quoi consistait donc le changement ?

  • 4 Cf., par exemple, А. Д. Xорошкевич, Poссия в сисmeмe мeждунaрoдньх oтнoшeний сeeдины XVI в. [A.D. H (...)

5Nous n’aborderons pas ici les raisons politiques concrètes qui pouvaient rendre souhaitable un couronnement dans tel ou tel cas particulier (raisons qui ont été d’ailleurs maintes fois analysées par les historiens4). Disons d’emblée que tout couronnement, à l’Ouest comme à l’Est de l’Europe, était un événement important dans le domaine du droit comme dans celui de la théologie politique. Du point de vue juridique, il renouvelait le « contrat » entre le peuple et le monarque en définissant de façon plus ou moins explicite les limites du pouvoir souverain et en confirmant l’acceptation de ce pouvoir par le peuple. Du point de vue théologico-politique, le couronnement transformait la possession d’un territoire, transmise par héritage, en droit à régner reçu de Dieu. L’héritier devenait l’élu de Dieu.

6Le couronnement permettait en outre à l’élite politique de formuler des idées politiques complexes, portant sur la nature des pouvoirs monarchique et religieux, sur leurs relations, sur l’organisation de la société, sur les obligations du souverain, tout cela sous une forme symbolique, visuelle et émouvante facilitant leur assimilation par une population dont la culture était bien plus orale qu’écrite. Enfin, le couronnement créait l’illusion d’une harmonie sociale qui permettait d’atténuer les tensions sous-jacentes entre les différents groupes sociaux.

  • 5 Selon la terminologie de C. Geertz. Cité ici d’après la traduction espagnole La interpretación de l (...)
  • 6 Voir Martin B. Palacios, La coronación de los reyes de Aragón, 1240-1410. Aportación al estudio de (...)

7Le couronnement n’était pas toutefois un « modèle de la société », mais un « modèle pour la société »5. En d’autres termes, il ne reproduisait pas les relations existant dans la société, il présentait plutôt aux spectateurs les relations sociales que les organisateurs considéraient comme idéales. On sait, par exemple, que la monarchie aragonaise était contractuelle et le pouvoir du souverain sérieusement limité. Cependant, les couronnements des souverains aragonais évoquaient souvent l’image de monarques absolus qui tenaient leur pouvoir directement de Dieu et n’avaient pas de comptes à rendre à leurs sujets6. Ce « divorce » entre la réalité du pouvoir et l’image qui en était donnée s’explique par le fait que l’on projetait sur la monarchie chrétienne le concept de royaume de Dieu, le pouvoir du souverain étant assimilé à la puissance divine. Cependant, si l’image recréée de la société mise en scène dans le couronnement pouvait ne pas correspondre à la réalité, il ne fait aucun doute qu’elle l’influençait. Elle constituait une sorte d’étalon auquel on se référait avant d’adopter de nouvelles pratiques politiques. De ce fait, le couronnement représentait en quelque sorteune « constitution », une déclaration de principes politiques et juridiques d’après lesquels s’orientait la société considérée.

Code symbolique de la cérémonie

8En Russie, les concepts ardus mis en œuvre dans la « théologie du pouvoir » étaient traduits dans cette langue symbolique qu’était la liturgie, bien connue de tous les « chrétiens orthodoxes », comme le rituel appelle les participants de la cérémonie. Il faut noter la désignation confessionnelle de la communauté nationale : elle indique que la célébration qui avait lieu dépassait les frontières de l’État moscovite et concernait toute la communauté orthodoxe.

9Gestes et déplacements furent largement empruntés au symbolisme de la liturgie chrétienne. Durant la cérémonie du couronnement, comme durant la liturgie, on avait recours aux petits et grands enclins, à l’imposition des mains, aux silences entrecoupés d’incantations et de chants, aux sonneries de cloches, aux signes de croix, aux bénédictions avec les cierges, à l’encens ; on baisait les icônes et les reliques des thaumaturges (cette liste est loin d’être exhaustive). Comme lors de la cérémonie d’élévation à la dignité métropolitaine, le primat avançait soutenu par deux archidiacres et protodiacres. Si, au moment de l’eucharistie, les portes royales étaient ouvertes pour que s’accomplisse le miracle de la théophanie,de même lors du couronnement, les voiles qui couvraient les regalia étaient soulevés pour qu’ait lieu l’épiphanie impériale.

  • 7 Traduction anglaise : A. V. Haney, « Moscow -- Second Constantinople, Third Rome or Second Kiev : T (...)

10D’autres gestes furent empruntés à la littérature historique et politique. Les rédacteurs du cérémonial trouvèrent les rites qui leur manquaient dans le Récit sur les princes de Vladimir (CКaзaнue o Князвяx ϐлaδuмuрскuх), dans celui sur Le capuce blanc (Πoϐeсmь o бeлом kлaδuрскux) et dans le Roman d’Alexandre (AлeКcaнδрuя)7.

La cérémonie

  • 8 « [...] Et pour ce que tu nous as dit de la dignité royale, s’il nous agrée que l’empereur nous fas (...)

11Au début du rituel russe de couronnement, s’adressant au métropolite, IvanIV énonçait les trois conditions qui l’autorisaient à prétendre légitimement à la couronne. Il s’agissait, en premier lieu, de la « volonté divine » (Бoжьe uзϐолeнue), c’est-à-dire d’une variante du « choix de Dieu » (Бoжьe uзϐpaнue). Venait ensuite le droit hérité de « nos pères » (om ншuх npapoδumeлeŭ). La troisième était la « tradition » (cmapuнa), c’est-à-dire la référence aux « anciensusages », qui étaient un des fondements du droit médiéval. Il faut ici préciser que, dans le rituel russe, le thème du « choix de Dieu » est lié à l’idée de la transmission héréditaire du pouvoir. Le métropolite qualifiait Ivan d’« élu de Dieu », mais tout de suite après avoir réaffirmé une fois de plus le caractère héréditaire du pouvoir impérial. Le « choix de Dieu » se portait donc sur une lignée, non sur un individu. Toutes ces idées politiques n’étaient du reste pas nouvelles à Moscou ; elles figurent déjà dans la réponse d’IvanIII à un ambassadeur impérial8.

12Le rituel russe associait constamment deux éléments distincts : la nomination à la tête de la grande-principauté, liée à des territoires déterminés (« la grande-principauté de Vladimir, de Novgorod, de Moscou et de toute la Russie ») et le couronnement impérial, lié aux droits de la lignée (droits fondés, selon la théorie moscovite, sur plusieurs précédents), « selon notre rituel ancien » (p. 81), et non à la possession de territoires. Dans la tradition occidentale, ces deux éléments étaient dissociés. De ce fait, ils trouvaient leur expression dans deux couronnements distincts, royal et impérial.

13Il faut remarquer que le couronnement érigea en loi (en « tradition ») l’usage récent, encore mal établi, de transmission du trône grand-princier au fils aîné. « La tradition héritée de nos pères les grands-princes jusqu’à ce jour veut que les pères transmettent la grande-principauté à leur fils aîné », proclamait le tsar lors de son avènement. Le métropolite reprenait presque littéralement ces paroles comme pour les confirmer et les souligner (p. 82).

  • 9 « [...] Les prêtres romains l’accueillirent avec de grands cierges dans les mains. Ils portaient le (...)

14Dans la littérature politique russe de l’époque, le pouvoir se transmettait d’un monarque à un autre. C’est ainsi que le Récit sur les princes de Vladimir raconte comment Constantin Monomaque envoya les insignes impériaux au prince Vladimir Monomaque par l’intermédiaire du clergé. Il faut noter que la conception de translatio imperii par la transmission des regalia figure également dans le Roman serbe d’Alexandre9.

  • 10 C. Гербештейн, Зaписки o мoскoвских дeлaх [S. von Herberstein, Rerum moscoviticarum commentarii], S (...)

15Le rituel de couronnement de Dmitrij et d’IvanIV prévoyait précisément cette situation. Le métropolite y donnait les barmy (collier d’épaule) et la couronne au père de l’empereur, qui en revêtait son fils lors de la cérémonie. C’est ainsi, selon Herberstein, que fut couronné Dmitrij10. Dans le cas d’Ivan, ce rite fut maintenu bien que son père fût mort depuis longtemps. La transmission partielle du pouvoir du vivant de l’empereur était, semble-t-il, considérée comme normale (elle simplifiait la question de la succession et limitait la période, dangereuse pour la monarchie, de l’interrègne) tandis qu’une situation où manquait le maillon impérial dans la transmission du pouvoir était ressentie comme exceptionnelle. Il fallut attendre le couronnement de Fedor pour que la remise des insignes fût confiée au métropolite, ce qui renforça naturellement la position de celui-ci.

16Dans le rituel russe de couronnement, c’est précisément la transmission des insignes qui fait du candidat à la fonction impériale un empereur, de la même façon que la communion sous les deux espèces fait du croyant un participant au royaume de Dieu. Comme le pain et le vin, les insignes représentent l’incarnation d’une idée transcendantale. C’est pourquoi les regalia étaient considérés avec une telle « crainte » et un tel « tremblement » (il s’agit certainement d’une crainte particulière, aidôs, eulabeia, celle que l’on ressent en présence du sacré). Le métropolite s’inclinait devant les insignes posés sur le plateau qu’il avait reçu « aveccrainte ». Les « dignitaires » (ϐeльможu) envoyés par le grand-prince protégeaient les insignes avec « crainte et tremblement pour que personne du commun ne touche à la dignité impériale et à la couronne » (p.80).

17Seuls les ecclésiastiques pouvaient toucher ces objets sacrés. Le rituel statue que « personne d’autre ne devra [les] approcher ni [les] toucher » (p.80). Le degréde proximité avec les regalia des ecclésiastiques était défini par leur place dans la hiérarchie de la « sainteté ». L’archiprêtre, père spirituel du futur tsar, avait seulement le droit de poser le plateaucouvert d’un voile au « dessus de [sa] tête ». Le métropolite soulevait l’étoffe précieuse qui couvrait les regalia et les prenait en main.

18Les regalia n’étaient pas tous investis de la même puissance. Les uns étaient habités d’une force surnaturelle, les autres étaient des objets plus terrestres. Les premiers, qualifiés dans le rituel de « sacrés », sont au nombre de trois, énumérés dans l’ordre décroissant de sainteté : la croix vivifiante, les barmy et la couronne. Leur degré différent de sainteté est marqué à plusieurs reprises dans le rituel (la répétition est un trait distinctif du couronnement russe). D’abord, ils sont mentionnés dans l’ordre où ils sont remis : la croix, l’objet le plus saint des trois, puis les barmy et la couronne. Le nombre d’ecclésiastiques qui apportent les regalia au métropolite est également significatif, tout comme le nombre des enclins du métropolite devant eux.Que le métropolite bénisse le tsar ou, au contraire, les regalia a également de l’importance. Enfin, le temps consacré aux regalia est révélateur. Après la transmission de la croix, par exemple, a lieu la « petite diaconale » (мaлоe δuяконсмϐо), l’ekténie, c’est-à-dire une série de prières de demande.

  • 11 « Je bénis mon fils Basile avec la croix faite du bois vivifiant de la relique de Constantinople », (...)
  • 12 Я. C.Буpье, Ю. Д. Pыкoв (pед.), Пepeпискa Ивaнa Иoзнoгo с Aндeeм Губским [Ja.S. Lur´e, Ju.D. Rykov, (...)
  • 13 La « puissance » de la croix vivifiante pouvait également s’exprimer dans la victoire sur les ennem (...)

19La croix vivifiante est déjà mentionnée dans le testament d’IvanIII11. Elle est présente dans le rituel d’accession à la grande-principauté de Dmitrij et, d’un point de vue théologique, joue dans le couronnement d’IvanIV le rôle qui lui était assigné dans la tradition occidentale de l’onction. En d’autres termes, lui est attribuée la capacité de sacrer le tsar et de le « parfaire » par la puissance divine. Il est significatif que le métropolite fasse dans sa prière référence à l’élection et à l’onction du roi David. Ivan est précisément assimilé à David et le métropolite demande à Dieu de l’« élever au rang de roi de [son] saint peuple » (p.83). Il est intéressant de remarquer que le tsar n’est pas le seul à être élu par le Très-Haut. Tout le peuple est qualifié de saint (les mots de Kurbskij sur « les puissants d’Israël » nous reviennent ici involontairement à l’esprit12). Après la prière, la proclamation rappelle que le véritable maître du royaume terrestre est le Christ (« car à toi appartiennent le règne, la puissance ») et précise l’action de la croix vivifiante (« la puissance et la gloire du Père, du Fils et du Saint-Esprit »)13 (p.84). Après cela, on ne prie plus pour « l’élévation du tsar ». Elle était déjà devenue une réalité grâce à l’action de la croix vivifiante.

  • 14 Comparer avec les termes du panégyrique où il est question d’Ivan Kalita : « Le pays russe connaîtr (...)
  • 15 Cf. également Ps 72 (71), 7 : « En ces jours justice fleurira et grande paix jusqu’à la fin des lun (...)

20Lorsqu’il remet les barmy, comme lorsqu’il remet la croix, le métropolite s’incline trois fois devant les regalia et les embrasse. Les barmy sont associées aux obligations les plus essentielles du monarque : l’instauration de la justice et de la paix ou, comme cette dernière était souvent désignée, le « calme » (muшuнa)14. On n’entendait pas par là l’absence de guerre (une autre obligation importante du tsar était la « soumission des peuples barbares » et la défense des orthodoxes), mais l’instauration de l’ordre à l’intérieur de l’empire. Pour cela, le monarque devait garantir la justice et l’équité (npaeδa). Dans les psaumes, autre source importante des idées politiques de l’ancienne Russie, il est écrit : « Justice et paix s’embrassent » (Ps 85 (84), 11)15. Après avoir remis lesbarmy, le métropolite proclame : « Que la paix soit avec vous ». On prononce moins de prières que lors de la remise de la croix. Elles sont aussi plus courtes. On demande à Dieu de faire que « le tsar agisse toujours pour Lui être agréable et que la justice et une grande paix illuminent son règne » (p.84).

21Venait ensuite la remise de la couronne. Son statut était particulier. D’une part, elle était considérée comme moins sacrée que la croix et les barmy. Le métropolite ne s’inclinait pas devant elle et la bénissait d’un signe de croix, alors qu’il avait béni le tsar avec la croix et les barmy. La couronne devait donc être sanctifiée par le pouvoir spirituel, alors que la croix et les barmy étaient elles-mêmes des sources de sainteté. D’autre part, le métropolite montrait un respect particulier envers la couronne. S’il avait envoyé trois ecclésiastiques de rang moyen (archimandrites et higoumènes) et trois ecclésiastiques de haut rang (évêques et archevêques) chercher les barmy, il demandait à tous les hiérarques, archimandrites, higoumènes, évêques et archevêques, d’apporter la couronne.

  • 16 L’idea di Roma..., op. cit., p. 52. Comparer avec le Récit sur les princes de Vladimir : « de cet i (...)
  • 17 Sur le trône impérial, voir E. Kantorowicz, « Oriens Augusti : Lever du Roi », Dumbarton Oaks Paper (...)

22La couronne incarnait l’empire et sa remise était l’épisode central de la cérémonie. Ce n’est pas un hasard si l’une des deux miniatures de la Chronique enluminée (Πuųeϐоŭ лemonucньιŭ сϐоδ) consacrées au couronnement d’Ivan illustre précisément le moment où il reçoit la couronne. Comme il a été dit plus haut, dans les écrits politiques russes la translatio imperii était souvent présentée comme une transmission de la couronne. Dans ses instructions au bojarin I.M. Voroncov, IvanIV affirmait que « c’est le souverain qui a été ceint de la couronne qui prend le titre de tsar de Russie »16. L’empire appartenait à Dieu et celui qui le dirigeait sur terre ne le faisait qu’« en son nom », comme on disait alors. Au moment où la couronne était remise, l’Église sanctifiait de son pouvoir la transmission de l’empire à son nouveau détenteur et le métropolite disait : « Au nom du Père et du Fils et du Saint-Esprit » (p.85). Le métropolite conduisait lui-même le tsar couronné à son trône, le prokypsis17, le bénissait et, après s’être reculé, s’inclinait devant lui. Debout devant lui, le tsar lui rendait son salut. Les deux pouvoirs -- l’impérial et le religieux -- étaient ainsi ostensiblement mis sur un pied d’égalité.

  • 18 Comparer avec la pratique française : les monarques étaient appelés « rois » pour la première fois (...)

23Conformément au rituel, le sceptre était ensuite remis au tsar. Il symbolisait le pouvoir du souverain. Le métropolite le bénissait et le donnait à Ivan en disant : « Reçois ce sceptre de Dieu pour guider l’étendard du grand-prince de l’empire russe... » (p. 85). C’est alors que pour la première fois il s’adressait à Ivan comme au « tsar couronné par Dieu ». C’est donc précisément la transmission des insignes qui faisait un tsar du candidat au trône impérial18.

24À la remise des regalia succédait l’intronisation. Le tsar désormais couronné s’asseyait sur son trône aux côtés du métropolite. La symphonie des pouvoirs impérial et religieux, au sein de laquelle aucun ne dominait l’autre, acquérait ainsi une réalité visuelle.

25Un autre élément important du couronnement impérial était les félicitations. Le métropolite et tout le saint-synode félicitaient d’abord le tsar. Venait ensuite le tour des membres de la famille grand-princière, des bojare et des représentants des autres couches de la société -- « le peuple tout entier ». L’expression rituelle de l’approbation générale accordée au nouveau tsar devait témoigner du consensus populi. Elle jouait le rôle que les questions au peuple sur l’acceptation d’un nouvel empereur remplissaient dans les couronnements occidentaux.

  • 19 D.J. Geanakoplos, Byzantium : Church, Society and Civilization Seen through Contemporary Eyes, Chic (...)
  • 20 Voir M.-K. Schaub, « Les couronnements des tsars, XVI-XVIIIe siècles », Revue des Études Slaves, 61 (...)
  • 21 Cf. Chronique de Moissac, BNF, Manuscrit latin 4886, sous 813 ; Vie de Louis le Pieux, chap. XX ; t (...)

26L’homélie du métropolite au nouveau tsar était une composante russe originale qui n’existait pas dans les couronnements occidentaux. Les descriptions du couronnement de ManuelII Paléologue19 laissent à penser que l’instruction du patriarche n’était pas habituelle lors des couronnements byzantins. Toutefois, le traité des cérémonies du Pseudo-Kodinos, que Macaire connaissait au moment de la préparation du rituel20, parle du « sermon » du patriarche. Nous n’avons pu trouver que quelques parallèles à l’instruction du nouveau tsar par son père qui participe aussi à la cérémonie russe. Dans la Bible, le roi David instruit son fils Salomon (1 Ch 28, 20 ; 1 R 2, 1-4), mais il le fait avant de mourir et non durant le couronnement. Il existe aussi un précédent dans le rituel de couronnement franc : Charlemagne instruit brièvement son fils LouisIer le Pieux, couronné co-empereur. Janet Nelson y voit une influence de l’instruction faite à David21.

27Bien que très brièvement, le métropolite avait déjà instruit Dmitrij lors de la cérémonie de son accession à la grande-principauté. Il avait exhorté le nouveau grand-prince à aimer l’équité (npaeδa), la miséricorde et la justice, à craindre Dieu, à protéger la chrétienté orthodoxe et, aussi, à obéir à son grand-père (p. 75).

28L’homélie du couronnement d’IvanIV diffère radicalement de celle que reçut Dmitrij par sa description concrète des obligations du tsar et par sa longueur. Elle est seize fois plus longue que l’instruction faite à Dmitrij (p. 87-90).

  • 22 O. И. Poдoбедoвa, Moскoвскaя шкoлa живoписи пи ИвaнeIV [O.I. Podobedova, L’école moscovite de peint (...)
  • 23 И. H. AБебедевa, Poвeсть o Baлaaмe и Иoaсafe [I.N. Lebedeva, Barlaam et Josaphat], Leningrad, 1985, (...)

29Il est possible que la source d’inspiration de cette si longue instruction du métropolite au tsar soit à chercher non pas dans la pratique réelle d’autres États (bien que l’intérêt des princes moscovites pour les rituels du pouvoir à l’étranger soit bien connu), mais dans une œuvre littéraire : le roman Barlaam et Josaphat (Πoϐcmь o Bapлaaмe u Иocaфe). Ce texte jouissait d’une très grande popularité sous IvanIV. Ses thèmes occupaient une place centrale dans les fresques du Chrysotriklinos (ou « Chambre Dorée », Зoлоmaя naлama)22. Le roman lui-même et sept extraits furent insérés par Macaire sous différents jours dans ses Grandes Ménées. IvanIV le cite dans ses épîtres et la tradition veut que Kurbskij en ait fait une nouvelle traduction peu avant sa mort23.

  • 24 Il y a plus d’un siècle, H. Loparev (« O чине венчaния усских цaей » [« Du rituel de couronnement d (...)

30Influencé par le sermon de Barlaam, le prince Josaphat, un des personnages principaux, renonce à son royaume et se retire au désert. Son peuple en larmes se rend dans son ermitage et le supplie de demeurer à la tête de l’empire (il est difficile ici de ne pas se souvenir de la « retraite » d’IvanIV et des supplications populaires pour qu’il revienne). Touché par la douleur de son peuple, Josaphat revient pour installer à sa place Barachias et l’instruire. La longue homélie de Josaphat est une reprise, parfois littérale, de la célèbre œuvre d’Agapet, dont les principaux arguments se retrouvent également dans l’instruction de Macaire24. Il convient cependant de préciser que la similitude entre l’instruction de Josaphat et celle de Macaire est limitée à quelques aspects.

  • 25 Voir la charte du 23 juillet 1386, par laquelle les chanoines de la Sainte Chapelle de Paris s’enga (...)

31D’une part, lorsque le nouveau souverain est investi du pouvoir impérial en ceignant la couronne, l’orateur25 (бомолeų) prie Dieu d’aider le tsar à respecter les commandements du Christ et àse faire « l’intercesseur » de son peuple. Cette prière, dans le monde d’IvanIV, correspond à l’office célébré par le métropolite et l’ensemble du clergé. D’autre part, dans l’un comme dans l’autre cas, l’orateur instruit le futur tsar. Les obligations et les responsabilités du monarque, sa récompense pour avoir gouverné justement, son châtiment s’il a été injuste sont conçus fondamentalement de manière identique. Enfin les deux homélies sont de longueurs comparables.

32Mais les instructions de Macaire et Josaphat diffèrent sur des points importants. En premier lieu, et c’est la différence essentielle, les obligations du tsar sont chez Macaire plus détaillées et mieux inscrites dans le contexte social. Il ne s’agit pas simplement de souhaiter qu’il « aime la miséricorde et la justice » mais d’exposer un programme politique bien défini.

  • 26 À proprement parler, toutes les obligations du tsar sont présentées comme des obligations à l’égard (...)

33Dans cet ensemble, les obligations à l’égard de l’Église se taillent la part du lion26. Elles occupent approximativement deux fois plus de place que les obligations du tsar à l’égard des autres groupes sociaux et sont répétées deux fois, au début et au milieu de l’homélie. Cette attention soutenue accordée aux obligations du tsar à l’égard de l’Église est liée, nous semble-t-il, non seulement aux vues joséphiennes de Macaire, mais aussi au fait que « le métierde tsar » était considéré comme sacré et intimement lié à l’Église. Dans son épître à BasileIer, le patriarche Antoine affirmait que

  • 27 Le texte intégral de l’épître est édité dans F. Miklosich et I. Müller, eds., Acta et Diplomata Græ (...)

l’empereur sacré jouit d’une place particulière dans l’Église à la différence des autres princes et potentats. [...] L’empire et le sacerdoce sont si profondément unis et ont tant en commun qu’en vérité on ne peut les séparer27.

  • 28 Г. Дьяченкo, Пoлный цeкoвнo-слaвянский слoвaь [G. D´jačenko, Dictionnaire complet de slavon], Mosco (...)
  • 29 Ibid., p. 319.

34Les obligations du tsar à l’égard de l’Église peuvent être réparties en trois groupes. Le premier se rapporte à son orthodoxie personnelle. « Aie la crainte de Dieu » ce qui, selon G. D´jačenko28, signifiait vénérer Dieu et Lui obéir. « Garde la foi chrétienne de rite grec ». « Aie la compréhension (Мyδpoϐaнue) des dogmes orthodoxes ». G. D´jačenko comprend Мyδpoϐaнue comme réflexion et sentiment29. Dans Barlaam et Josaphat, nous trouvons le mêmeeffort conjugué de mémoire, d’esprit et de sentiment consenti par le monarque pour s’imprégner de l’essence de l’enseignement chrétien et pour l’appliquer à la vie du pays :

  • 30 I.N. Lebedeva, op. cit., p. 247.

Le roi est pénétré d’amour pour le Christ et de tous Ses commandements, il est le curateur de la Parole de grâce et le guide pour de nombreuses âmes qu’il conduit au refuge de Dieu30.

  • 31 G. D´jačenko,op. cit., p. 681.

35Le second groupe d’obligations concerne son rapport à l’Église : « Aie la foi, la crainte de Dieu et honore » l’Église ; « Garde une profonde confiance » dans les monastères ; « Reste soumis spirituellement à notre humble personne et à tous (tes) orateurs », c’est-à-dire que le tsar devait se soumettre au métropolite et au clergé en général en matière de foi ; « Sois déférent », c’est-à-dire, selon G.D´jačenko31,être déférent par respect pour les prêtres en tant qu’intercesseurs auprès de Dieu.

36Le troisième regroupe, enfin, les obligations envers la communauté tout entière : « Préserve la pureté de ton empire, protège-le contre toute souillure ». Il s’agit apparemment ici de lutter contre les hérésies.

37Une autre série d’obligations se rapportent aux différentes couches de la société (le découpage des groupes sociaux politiquement importants opéré par un homme du XVIe siècle présente déjà en lui-même un grand intérêt) : « Aime et respecte » tes frères ; « Sois bienveillant (жaлyŭ) envers tes conseillers (bojare) et tes dignitaires (ϐeльможu) selon leur lignage, et protège-les » ; « Sois accessible, misécordieux et affable » pour les princes, les fils de prince, les bojare cadets (δemu бояpckue) et l’ensemble de tes guerriers ; « Sois bienveillant envers tous les chrétiens orthodoxes, veille sur eux et prends soind’eux ».

38L’analyse des verbes décrivant les obligations du tsar met en lumière des nuances, difficiles à saisir aujourd’hui, dans les relations du souverain avec les différents groupes sociaux, nuances qui répondaient à l’idéal politique du temps. La situation du tsar parmi ses frères est celle du primus inter pares. Il doit les « respecter » (c’est le terme employé dans le cinquième commandement pour définir la relation aux parents) et les « aimer » (le verbe était généralement utilisé pour décrire l’attachement à un égal ou à un égal potentiel [par exemple, un cadet]).

39« Être bienveillant » se distingue d’« aimer » en ce que cela suppose une certaine inégalité des relations entre les protagonistes : celui qui est bienveillant est supérieur à celui auquel il accorde sa bienveillance. « Être bienveillant » signifie aussi « donner, récompenser, accorder sa grâce ». Dans ce contexte, « protéger » signifie plutôt « témoigner de l’estime à quelqu’un, le distinguer ». Le critère de l’« estime » est clairement indiqué : la noblesse.

40Les princes se situent plus bas dans la hiérarchie que les « dignitaires », aux côtés des bojare cadets et des guerriers. Cette situation indique, semble-t-il, qu’il s’agit des sujets militaires du tsar, alors que les termes « conseillers et dignitaires » désignent les plus hauts grades de la cour, qui partagent avec le tsar la tâche pratique de l’administration de l’État, c’est-à-dire, en termes contemporains, l’élite politique. Les obligations du tsar à l’égard de ses sujets militaires sont moindres : il doit être accessible et bien disposé. À l’égard de la masse du peuple, socialement indifférenciée et décrite uniquement par son appartenance confessionnelle, les obligations du tsar sont exprimées par des verbes qui décrivent les relations du supérieur avec les inférieurs, de l’adulte avec les enfants mineurs. Le tsar doit prendre soin d’eux, les défendre et faire preuve envers eux de miséricorde.

41Les obligations du tsar comme garant de la loi reçoivent une attention particulière. Il est beaucoup question de « justice » (npaϐδa, c’est-à-dire iustitia), de « jugement équitable », c’est-à-dire rendu conformément à la loi et avec des garanties suffisantes. Le tsar doit « juger et diriger [son] peuple avec justice », « empêcher qu’on fasse tort à quiconque sans jugement et sans respecter l’équité ». Rien n’est dit toutefois du rôle du tsar comme législateur, sans doute parce que cette fonction ne lui était pas dévolue.

  • 32 Au sens littéral : любoмудый, « qui aime la sagesse ».

42Enfin, une série de points visait à s’assurer que l’empire fût justement gouverné. Le tsar ne devait céder ni aux flatteurs, ni aux calomniateurs (оболameлu), il ne devait pas distribuer les charges de l’État à l’encan et rester accessible à ses sujets. Pour remplir toutes ces obligations, le tsar devait être « philosophe »32 ou « écouter les sages ». On pourrait croire que l’encouragement à chercher « conseil » pour les affaires du gouvernement est exprimé sous une forme facultative, puisque le monarque peut choisir. Cette impression est aussitôt démentie, car le texte de l’homélie précise : « car, en vérité, Dieu demeure en eux comme Il demeure sur son trône ».

  • 33 L’idea di Roma..., op. cit., p. 26.
  • 34 PLDP. Ceeдинa XVI вeкa [PLDR. Milieu du xvie siècle], M., 1985, p.220.

43Tout au long de la cérémonie, le métropolite rappelle plus d’une fois au tsar qu’il n’est que le détenteur de l’empire, dont le véritable maître est Dieu. Ce thème est repris avec insistance dans l’instruction. Au cours de la liturgie qui succède à cette dernière, le tsar répète trois fois un geste qui nous est connu par les œuvres littéraires : il ôte sa couronne et la dépose sur un plateau d’or. Constantin Monomaque dans le Récit sur les princes de Vladimir33 et le patriarche Philothée dans le Récit sur le capuce blanc de Novgorod34 faisaient ce geste pour remettre la couronne à son possesseur légitime. Celui d’Ivan, qui trouve peut-être son origine dans la littérature, avait clairement la même signification. Le tsar renouvelle ce geste lorsqu’on apporte l’Évangile, qui symbolise la loi, durant l’Hymne des chérubins, où le Christ est comparé à un empereur romain pendant son triomphe, et au moment de la prière à la Vierge, l’intercesseur attitrée de l’« empire de Russie » auprès de l’empereur céleste. Après l’Hymne des chérubins, le métropolite revêt le tsar d’une « chaîne ciselée dans de l’or d’Arabie » (p.91), le dernier des regalia « de Monomaque ». Ce geste symbolique signifiait vraisemblablement que le tsar était « lié » par les obligations qui lui étaient imposées par le rituel du couronnement.

44Le moment est venu de formuler quelques conclusions, en se posant naturellement la question : pourquoi l’instruction à IvanIV décrivait-elle aussi précisément ses obligations en tant que tsar ? On peut penser que l’homélie du métropolite énumérait les clauses d’une sorte de contrat, en vertu duquel le tsar recevait la jouissance temporaire d’un empire dont le possesseur véritable était le Christ. En sa qualité d’intermédiaire, d’une part entre Dieu et le tsar, d’autre part entre celui-ci et son peuple, le métropolite rendait publiques les dispositions du contrat comme le fait aujourd’hui un notaire lors de la conclusion d’une transaction. À la fin de l’homélie, le tsar ôtait sa couronne, baisait l’Évangile comme pour jurer de respecter ces clauses, puis remettait sa couronne, acceptant par là-même sa fonction d’empereur (p.90). Pourquoi ce serment ne prenait-il pas la forme, traditionnelle dans le droit russe, du baiser sur la croix ? Principalement parce que le baiser sur la croix était réservé au serment qu’un inférieur prêtait à un supérieur. Le serment place celui qui le prête dans une position inférieure à celui envers qui il s’engage. Dans le cadre des idées politiques russes, le tsar ne répondait de ses actes que devant Dieu, non devant le peuple ou l’Église.

45Il n’en demeure pas moins que, pendant le couronnement -- ce puissant moyen de diffusion des idées politiques --, le tsar prenait sur lui des obligations bien précises, en présence d’une multitude de témoins. C’est précisément d’avoir failli à ces obligations que l’accusait le prince Kurbskij. Mais c’est là le sujet d’un autre article.

46Université autonome de Madrid

47Institut de sociologie

48olganovikovamonterde@ yahoo. com

Haut de page

Notes

1 Dans un article encore inédit qu’il m’a aimablement communiqué, S. Bogatyrev met en doute le caractère impérial du pouvoir d’IvanIV. Il se fonde sur la possibilité qu’il n’ait pas été oint durant le couronnement. Selon lui, c’est précisément l’onction qui faisait de l’impétrant un empereur. Ce point de vue ne me paraît pas convaincant. Ni les empereurs romains, ni les empereurs byzantins n’étaient oints (l’onction ne fut introduite que tardivement dans le rituel byzantin), sans qu’on puisse douter pour autant du caractère impérial de leur pouvoir. Un certain nombre de faits (la convocation des synodes, l’intérêt porté aux églises orthodoxes à l’étranger, la volonté d’instaurer le patriarcat, etc.) attestent que les souverains moscovites se considéraient sérieusement comme les héritiers de l’empire romain d’Orient.

2 Les trois rituels de couronnement (du prince Dmitrij Ivanovič, des tsars IvanIV et Fedor Ivanovič) sont cités ici d’après L’idea di Roma a Mosca. Secoli XV-XVI. Fonti per la storia del pensiero sociale russo, Rome, Herder, 1989. Pour ce qui est d’IvanIV, c’est la rédaction dite « formulaire » du rituel de couronnement qui a été utilisée, dans le texte comme dans les citations.

3 Б. А. Успенский, Цaррu namрuaррх [B.A. Uspenskij, Le tsar et le patriarche], Moscou, Jazyki russkoj kul´tury, 1998, p. 109-113.

4 Cf., par exemple, А. Д. Xорошкевич, Poссия в сисmeмe мeждунaрoдньх oтнoшeний сeeдины XVI в. [A.D. Horoškevič, La Russie dans le système des relations internationales au milieu du xvie siècle], Moscou, Drevnehranilišče, 2003.

5 Selon la terminologie de C. Geertz. Cité ici d’après la traduction espagnole La interpretación de las culturas, Barcelone, Gedisa, 1990, p. 58-132.

6 Voir Martin B. Palacios, La coronación de los reyes de Aragón, 1240-1410. Aportación al estudio de las estructuras politicas medievales, Valence, 1975.

7 Traduction anglaise : A. V. Haney, « Moscow -- Second Constantinople, Third Rome or Second Kiev : The Tale of the Princes of Vladimir », Canadian-American Slavic Studies, 2, 1968, p. 354-367 ; traduction allemande du Capuce blanc : H. Grasshoff, K. Müller, G. Sturm, O Bojan, du Nachtigall der alten Zeiten. Sieben Jahrhundert altrussischen Literatur, Berlin-Francfort, 1965, p. 237-260.

8 « [...] Et pour ce que tu nous as dit de la dignité royale, s’il nous agrée que l’empereur nous fasse roi de notre pays, [nous répondrons que] nous sommes par la grâce de Dieu souverains de notre pays depuis toujours et recevons notre investiture de Dieu comme nos aïeux... », L’idea di Roma..., op. cit., p. 6.

9 « [...] Les prêtres romains l’accueillirent avec de grands cierges dans les mains. Ils portaient le majestueux, l’infiniment précieux vêtement de Salomon, le roi des Juifs, que Nabuchodonosor, le roi des Perses, leur avait laissé lorsqu’il avait pris Jérusalem. Ils lui apportèrent [...] la couronne de Salomon [...]. Ils lui apportèrent l’infiniment précieuse couronne d’or magique de la reine Sybille ». ПЛДP. Bтoaя пoлoвинa XV вeкa [PLDR. Seconde moitié du xve siècle], M., 1982, p. 52

10 C. Гербештейн, Зaписки o мoскoвских дeлaх [S. von Herberstein, Rerum moscoviticarum commentarii], SPb., 1908. Traduction françaisede R. Delort : La Moscovie du xvie siècle vue par un ambassadeur occidental, Herberstein, Paris, Calmann-Lévy, 1965. Sa relation du couronnement de Dmitrij est reprise dans A. Aнaньев, Пый гoсудaь всeя Pуси [A. Anan´ev, Le premier souverain de toute la Russie], M., Belyj volk-Kraft, 2000, p. 90-92.

11 « Je bénis mon fils Basile avec la croix faite du bois vivifiant de la relique de Constantinople », d’après A. Anan´ev, op. cit., p. 203. Traduction anglaise : R. C. Howes, The Testaments of the Grand Princes of Moscow, Ithaca, Cornell University Press, 1967, p. 267-298.

12 Я. C.Буpье, Ю. Д. Pыкoв (pед.), Пepeпискa Ивaнa Иoзнoгo с Aндeeм Губским [Ja.S. Lur´e, Ju.D. Rykov, éds., La correspondance d’Ivan le Terrible et d’Andrej Kurbskij], M., 1981, p. 7. Traduction anglaise : J.L.I. Fennell, ed., The Correspondence between Prince A.M. Kurbsky and Tsar IvanIV of Russia, 1564-1579, Cambridge, 1955, et française : N. Karamzin, Histoire de l’Empire de Russie, Paris, 1819-1826, t. 9, p. 71-74.

13 La « puissance » de la croix vivifiante pouvait également s’exprimer dans la victoire sur les ennemis. Voir, dans la Deuxième épître d’Ivan le Terrible, le passage sur « les villes allemandes [...] qui par la force de la croix vivifiante courbent la tête », La correspondance d’Ivan..., p. 105. Traduction anglaise, voir note 13 ; traduction française : D. Olivier, Ivan le Terrible, Paris, Seghers, 1959.

14 Comparer avec les termes du panégyrique où il est question d’Ivan Kalita : « Le pays russe connaîtra une longue période de calme et sous lui triomphera la justice, ce fut ainsi sous son règne », d’après W. Vodoff, « Remarques sur la valeur du terme “tsar” appliqué aux princes russes avant le milieu du XVe siècle », Oxford Slavonic Papers, N. S., t. XI, 1978, p. 17.

15 Cf. également Ps 72 (71), 7 : « En ces jours justice fleurira et grande paix jusqu’à la fin des lunes ».

16 L’idea di Roma..., op. cit., p. 52. Comparer avec le Récit sur les princes de Vladimir : « de cet instant, il est le tsar couronné par Dieu, ceint de la couronne impériale », ibid., p. 43. La couronne impériale joue également un rôle important dans le Récit sur le royaume de Babylone (Cкaзaниe o Baвилoнскoм цaствe) ; traduction allemande : A. Wesselofsky, « Die Sage vom babylonischen Reich », Archiv für slavische Philologie, 2, 1877, p.131-143, 308-333.

17 Sur le trône impérial, voir E. Kantorowicz, « Oriens Augusti : Lever du Roi », Dumbarton Oaks Papers, VII, 1963, p. 159.

18 Comparer avec la pratique française : les monarques étaient appelés « rois » pour la première fois après l’onction. Voir R. Jackson, Vive le Roi! A History of French Coronation from Charles V to Charles X, Chapel Hill - Londres, University of North Carolina Press, 1984, p. 20. Traduction française de M. Arav : Vivat Rex. Histoire des sacres et couronnements en France, 1364-1825, Paris, s. d. [1984], p. 26.

19 D.J. Geanakoplos, Byzantium : Church, Society and Civilization Seen through Contemporary Eyes, Chicago, University of Chicago Press, 1994, p.27-29. Voir aussi, dans : Kнигa хoжeний : Zaписки усских путeшeствeнникoв XI-XV в‚. [Le livre des voyages : récits des voyageurs russes, xie-xve siècle], Moscou, 1984, « Xoжение Игнaтия Cмoльнянинa в Caьгaд » [« Pélerinage d’Ignace de Smolensk à Constantinople »], p. 105-107 [traduction française : B. de Khitrovo, Itinéraires russes en Orient, Genève, 1889, repr. Osnabrück, 1966, p. 127-157] et « Xoжение Pименoвo в“ Caьгaд » [« Pélerinage de Pimen à Constantinople »], p.116-119.

20 Voir M.-K. Schaub, « Les couronnements des tsars, XVI-XVIIIe siècles », Revue des Études Slaves, 61(4), 1989, p. 394 ; id., « Les couronnements des tsars en Russie du XVIe au XVIIIe siècles », in : A. Boureau et C.-S. Ingerflom, éds., La royauté sacrée dans le monde chrétien, Paris, EHESS, 1992, p.139-148.

21 Cf. Chronique de Moissac, BNF, Manuscrit latin 4886, sous 813 ; Vie de Louis le Pieux, chap. XX ; traduction anglaise de l’instruction dans J. Nelson, « The Lord’s Anointed and the People’s Choice : Carolingian Royal Ritual », in D. Cannadine et S. Price, eds., Rituals of Royalty, Cambridge, 1987, p.157-158.

22 O. И. Poдoбедoвa, Moскoвскaя шкoлa живoписи пи ИвaнeIV [O.I. Podobedova, L’école moscovite de peinture sous Ivan IV], Moscou, 1972, p.21, 61.

23 И. H. AБебедевa, Poвeсть o Baлaaмe и Иoaсafe [I.N. Lebedeva, Barlaam et Josaphat], Leningrad, 1985, p.39.

24 Il y a plus d’un siècle, H. Loparev (« O чине венчaния усских цaей » [« Du rituel de couronnement des tsars russes »], БMHP [ÅMNP], octobre1887, p.312-319) pensait que l’homélie de Macaire était construite à partir de l’instruction au futur empereur Léon le Philosophe attribuée à Basile Ier le Macédonien. R.D. Dmitrieva a repris ce point de vue dans son étude sur Cкaзaниe o князьях влaдимиских [Récit sur les princes de Vladimir], Moscou-Leningrad, 1995, p. 115-116. N’ayant pas eu la possibilité de consulter la traduction slavonne de l’instruction à Léon de Philosophe, qui ne m’est connue que dans sa traduction italienne (A. Pertusi, Il pensiero politico bizantino, Bologne, Patró Editore, 1990), je ne peux ni partager ni réfuter ce point de vue. Je me borne à remarquer que l’on a pu prouver la dépendance du texte de Basile le Macédonien par rapport à celui d’Agapet.

25 Voir la charte du 23 juillet 1386, par laquelle les chanoines de la Sainte Chapelle de Paris s’engagent à célébrer une messe pour Jean de Berry, et où ils se désignentcomme « vos humbles chappelains et [...] vos orateurs » (Trésor des chartes des rois de France, J 187 A, n°15).

26 À proprement parler, toutes les obligations du tsar sont présentées comme des obligations à l’égard de l’Église et de Dieu. À l’époque d’Ivan, religion et politique n’étaient pas encore dissociées. Toutefois, pour les besoins de l’analyse, on peut admettre comme justifié l’emploi de critères qui n’existent que dans l’esprit de l’historien.

27 Le texte intégral de l’épître est édité dans F. Miklosich et I. Müller, eds., Acta et Diplomata Græca Medii Ævi, Vienne, 1862. Cité ici d’après la traduction anglaise dans D.J. Geanakoplos, Byzantium..., op. cit., p.143.

28 Г. Дьяченкo, Пoлный цeкoвнo-слaвянский слoвaь [G. D´jačenko, Dictionnaire complet de slavon], Moscou, Posad, 1993, p.672.

29 Ibid., p. 319.

30 I.N. Lebedeva, op. cit., p. 247.

31 G. D´jačenko,op. cit., p. 681.

32 Au sens littéral : любoмудый, « qui aime la sagesse ».

33 L’idea di Roma..., op. cit., p. 26.

34 PLDP. Ceeдинa XVI вeкa [PLDR. Milieu du xvie siècle], M., 1985, p.220.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Olga NOVIKOVA, « Le couronnement d’Ivan IV », Cahiers du monde russe [En ligne], 46/1-2 | 2005, mis en ligne le 01 janvier 2007, Consulté le 23 mars 2017. URL : http://monderusse.revues.org/8797

Haut de page

Droits d'auteur

© École des hautes études en sciences sociales, Paris.

Haut de page