Navigation – Plan du site
Articles

Entre ville et campagne

Les ménages et les formes de travail dans les statistiques économiques russes 1861-1926
Alessandro Stanziani
p. 57-92

Résumé

Abstract
Between town and country. Peasant households and their occupations in Russian economic statistics, 1861-1926.
How is one to evaluate the Russian peasant’s different occupations (agricultural and non-agricultural, occasional or for extra income) and distinguish him from a rural craftsman ? This question is crucial for the evaluation of economic dynamics and the way they fit in institutional classifications of social classes (“estates” -- sosloviia in tsarist times, “classes” under the Soviets). In this respect, the problem does not concern Russia alone but any country in the midst of industrialization and deruralization. Thus, after a preliminary survey of the main terms of the debate on proto-industrialization, the present article starts with an account of the difficulties one encounters in defining the categories mentioned in the major Russian dictionaries and encyclopedias from the late eighteenth century to the present. The author then studies the debates over these very same definitions that occurred in zemstva, societies and major institutions (ministries, commissariats) dealing with economics and statistics between 1861 and 1926. The author presents the origins of this predicament and its consequences on adopted policies.

Haut de page

Texte intégral

1En Russie, à partir de l’abolition du servage jusqu’à la Première Guerre mondiale, le partage entre travailleurs ruraux et urbains, ainsi que l’essor des activités d’appoint au sein de l’économie paysanne, constituent des éléments centraux pour juger de la « voie de développement » ; élites tsaristes, « populistes », « marxistes » aux tendances différentes, tous se trouvent confrontés au problème suivant : comment départager le « paysan » de « l’ouvrier » d’une part, de « l’artisan rural » de l’autre. Selon la réponse donnée, l’analyse des transformations en cours, les prévisions sur la dynamique socio-économique à venir et finalement les suggestions en matière de politiques économiques et sociales vont radicalement changer. Définir et compter les « paysans », les distinguant des « ouvriers » et des « artisans » : la question est moins aisée qu’on ne l’imagine à première vue. Comment s’y prendre à partir du moment où la pluriactivité domine, où la large majorité des travailleurs sont des ouvriers-paysans et surtout où ces phénomènes sont largement délaissés par les approches économiques et statistiques occidentales de l’époque ?

  • 1 Sur la traduction et le rapport entre les soslovija russes et les « états » occidentaux voir L. Hai (...)

2En Russie ces questions sont compliquées du fait qu’officiellement la société est encore divisée en états (soslovija) d’Ancien Régime1, qui imposent des contraintes légales lourdes à la mobilité économique. De ce fait, les statisticiens ont à résoudre un problème majeur : faut-il classer la population et les travailleurs en respectant les états ou bien d’après des critères socio-économiques ?

3Toute réponse apportée à cette question revêt une signification à la fois politique et théorique : d’une part, il s’agit de se positionner par rapport à la classification institutionnelle tsariste et donc à l’ordre autocratique ; d’autre part, il faut se demander si les catégories des sciences sociales sont universelles ou propres à chaque contexte analysé. Problème épistémologique qui renvoie bien évidemment à celui de la comparaison dans les sciences sociales.

  • 2 Voir, parmi d’autres : G. Postel-Vinay, La terre et l’argent, Paris, Albin Michel, 1997 ; R. Bierna (...)

4Ces questions dépassent le cadre purement russe. Le rapport entre classification en états et classification socio-économique touche de près l’historiographie française et allemande de l’Ancien Régime ; les études les plus récentes tendent à mettre en doute l’acquis historiographique selon lequel l’abolition des états aurait été une condition nécessaire et suffisante à la mise en place d’une économie de marché. L’essor des marchés avant l’abolition officielle des états, ainsi que le décalage entre régime juridique formel et dynamique socio-économique, ont motivé ces orientations nouvelles2.

  • 3 Pour une analyse de ces travaux, voir Alessandro Stanziani, « L’impresa familiare nel pensiero di A (...)

5De manière générale, la logique et le rôle des unités familiales dans le processus de développement ont focalisé l’attention des historiens, des sociologues et des économistes à partir des années 1960, en réponse, notamment, à la « redécouverte » des travaux de Čajanov. Une large historiographie a alors mis en évidence les capacités de croissance assurées par les unités familiales en remettant ainsi en doute le schéma traditionnel selon lequel seule la concentration de la production permettrait un véritable développement de l’industrie et du commerce3.

  • 4 P. Kriedte, H. Medick, J. Schlumbohm, Industrialization before industrialization : rural industry i (...)
  • 5 J. de Vries, « The industrial revolution and the industrious revolution », The Journal of Economic (...)

6Dans ce sillage, la notion de proto-industrialisation a joué un rôle crucial : en montrant qu’un processus d’essor industriel avait bien eu lieu avant la « révolution industrielle » proprement dite, cette approche a remis en question les « étapes du développement », tout comme l’origine et l’essor du capitalisme lui-même. Or, si les premiers théoriciens de la proto-industrialisation4 soulignaient le caractère « transitoire » de cette forme d’activité, destinée à disparaître face à la grande entreprise, au contraire les partisans de l’économie domestique et de « l’industrious revolution » (De Vries parmi d’autres)5 accentuent le rôle moteur de la pluriactivité dans la dynamique des marchés via la redistribution du temps familial. Dans un cas comme dans l’autre, la genèse et les formes de l’industrialisation constituent le véritable objet de ces démarches. En effet, la notion de proto-industrialisation a laissé plusieurs problèmes ouverts : les unités familiales proto-industrielles se limitent-elles au secteur rural ou doivent-elle inclure aussi les villes ?

7La proto-industrie inclut-elle les industries domestiques, le putting-out system et toutes les formes d’industrie familiale ou seulement certaines de ces catégories (et lesquelles) ?

8De manière générale, la détermination des formes d’organisation à inclure dans la catégorie de proto-industrie sert à préciser si cette dernière doit être considérée comme un système (ou une étape du développement) à part entière ou comme une composante d’autres systèmes. La manière d’envisager les différences régionales et sectorielles constitue bien évidemment une étape indispensable dans toute réponse à cette question.

  • 6 F. Braudel, Civilisation matérielle, économie et capitalisme, Paris, A. Colin, 1979, vol. 2, p.363- (...)
  • 7 Voir, à titre d’exemple, A. Bagnasco, Tre Italie, Bologne, 1980.

9À ce sujet, le cas de la Russie paraît particulièrement intéressant dans la mesure où les guildes, le servage et les états d’Ancien Régime s’imposent au moment où en Europe ils tendent désormais à décliner, voire à disparaître. Du coup l’identification entre proto-industrie et activité rurale, par opposition aux corporations urbaines, ne va pas de soi. Ces temporalités propres à la Russie permettent dès lors de remettre en question la « pendule » que Braudel emprunte à Van Houtte et selon laquelle entre le XIe et le XIXe siècle l’industrie artisanale et familiale se serait déplacée à maintes reprises de la ville à la campagne et vice versa6. Des travaux successifs ont repéré ces mêmes déplacements jusqu’à nos jours7.

10Or en Russie, au tournant du XIXe et du XXe siècle, des processus qui, en Europe, se situent à des moments différents et s’étalent en tout cas sur des périodes assez longues, tendent à se concentrer et à se superposer en l’espace de quelques décennies. Les « états » et les petites industries familiales survivent à côté des grandes industries et d’une progressive privatisation des terres. Après la révolution d’Octobre ce schéma s’est même radicalisé, dans la mesure où des contraintes juridiques pesant sur les marchés du travail et de la terre coexistent avec un effort d’industrialisation considérable. Ce qui explique les décalages, les frictions et les tensions entre l’évolution « réelle » des rapports de travail, les représentations que les travailleurs et les paysans impliqués ont d’eux-mêmes et celles que s’en font les différentes élites. Ces décalages affectent les formes de l’interaction entre les uns et les autres et donc la dynamique du système.

  • 8 Alessandro Stanziani, « Organisations familiales et marché du travail en Russie, 1861-1922 », Histo (...)
  • 9 A. Desrosières, « Éléments pour l’histoire des nomenclatures socioprofessionnelles », Pour une hist (...)

11Ayant traité ailleurs du cycle de vie de l’exploitation familiale8, je me concentrerai ici sur l’évolution de la signification de ces mots dans la langue russe en général et dans le langage économique et statistique en particulier. La comparaison entre ces aspects me permettra à la fois de vérifier la présence d’une « spécificité » russe dans le processus de croissance pré-industrielle et de mettre en évidence les perceptions différentes qu’en ont ses acteurs. De ce point de vue, l’histoire que je vais raconter est à la fois semblable et différente de celle que certains9 ont élaborée pour d’autres contextes. Si, en effet, les statistiques des professions ne tombent pas du ciel, leur évolution ne reflète pourtant pas forcement celle de la réalité socio-économique sous-jacente. Le cas de la Russie au tournant du siècle met précisément en évidence les décalages, voire les frictions, entre ces évolutions différentes ; les classifications statistiques des professions constituent moins une photographie de la réalité que l’expression des ambitions des statisticiens et des administrateurs. En même temps, il ne suffit pas de repérer l’écart éventuel entre des constructions statistiques et la dynamique économique réelle ; les réflexions des économistes et les tableaux statistiques, si biaisés soient-ils, ne conditionnent pas moins les décisions et l’action des responsables politiques et administratifs. C’est pourquoi, plutôt que d’être « corrigés » selon l’une ou l’autre théorie économique ou statistique, ces tableaux méritent d’être analysés en tant que sources dont la valeur heuristique doit être préservée.

12Dans la première partie je rappellerai la manière dont des notions telles que kustar´, promysly, remeslo ont été rendues dans les dictionnaires de la langue russe à partir du XVIIe siècle jusqu’à nos jours. Cette histoire de longue durée me permettra de mieux resituer, par la suite, la période étudiée, de 1861 à 1926, correspondant à l’essor, puis au déclin progressif de l’attention portée par les élites politiques et administratives russes, centrales aussi bien que locales, à la petite entreprise.

13Ces mêmes problèmes de nomenclature et de classification des professions seront envisagés tels qu’ils se posent au cours de la première époque soviétique (1917-1925).

14En conclusion, je chercherai à expliquer les raisons pour lesquelles les notions citées ont suscité des difficultés, voire un embarras constant, tant en URSS que dans l’historiographie occidentale jusqu’à nos jours.

Historiographie et transmission des catégories économiques

  • 10 L.E. Minc, Othod krest´janskogo naselenija na zarabotki v SSSR (Les travaux saisonniers à distance (...)

15Les travaux historiographiques sur l’économie paysanne, la pluriactivité et l’artisanat rural en Russie sont extrêmement nombreux. Le partage du temps familial entre activités, l’évolution de l’artisanat rural, la figure de l’ouvrier-paysan ont été analysés en détail. Les historiens soviétiques, à commencer par Minc10, se sont le plus souvent concentrés soit sur les othožie promysly (activités extra-familiales menées « à distance » du village) soit sur l’industrie kustar´.

  • 11 Voir parmi d’autres : B. Alpern Engel, Between the fields and the city : women, work, and family in (...)

16À leur tour, les historiens anglo-saxons distinguent clairement entre activité salariée saisonnière des paysans, en ville et à la campagne, artisanat, commerce, etc.11. Cependant, ces travaux reposent sur des sources russes qui, elles, ne distinguent pas ces activités en se bornant le plus souvent à évoquer les promysly. Ce terme, qu’indique-t-il ? S’agit-il d’activités d’appoint ou de pluriactivité ? D’activités domestiques ou extérieures à la famille ? Sont-elles strictement rurales ou peuvent-elles être aussi urbaines ? Incluent-elles le travail salarié et/ou dépendant ? Surtout, est-il pertinent de distinguer, voire d’opposer, ce qui, dans les conceptions de l’époque, était considéré comme faisant partie d’une même catégorie ?

17La tentative de séparer les activités salariées des autres activités exercées par les paysans témoigne de la volonté d’insérer la dynamique russe dans un schéma intelligible pour un Occidental. Cependant, cette démarche risque de nous faire oublier toute spécificité russe par rapport à l’« Occident » en nous privant par là même de la possibilité de remettre en discussion les thèses accomodées à l’usage de ce dernier à partir de l’expérience russo-soviétique. Y aurait-il une autre démarche possible ?

  • 12 Dizionario russo-italiano, Moscou, 1977.

18La manière dont les dictionnaires occidentaux traduisent les mots cités, nous offre une première piste. Ainsi, le dictionnaire russo-italien à l’entrée promysel associe le mot remeslo, rendu par artisan. Ce même dictionnaire traduit aussi deux autres mots par artisan : kustar´ et remeslennik, même si remeslo esttraduit par métier12. Faut-il entendre que les termes promyslennik, kustar´ et remeslennik sont synonymes ?

  • 13 Russko-francuzskij slovar´(Dictionnaire russe-français), Moscou, 1957.

19Le Russko-francuzskij slovar´ associe promysel à zanjatie et à remeslo (ce dernier rendu par métier) et à proizvodtsvo. Le kustar´ est défini comme artisan à domicile13. Comment expliquer de telles difficultés à rendre ces mots ?

  • 14 J. Kocka, « Problems of working class formation in Germany : the early years, 1800-1875 », in I. Ka (...)
  • 15 R. Biernacki, The fabrication of labor. Germany and Britain, 1640-1914, Berkeley, 1995, p.290.
  • 16 I.I. Sreznevskij, Materialy dlja slovarija drevnerusskogo jazyka (Matériaux pour un dictionnaire du (...)

20Un premier élément de réponse consistera à vérifier l’évolution de la signification de ces mots en russe. En effet, si en Allemagne le mot Handwerker finit progressivement par désigner les travailleurs indépendants, extérieurs aux grandes entreprises14, et si en Grande-Bretagne le terme artisan identifie les travailleurs spécialisés dépendants15, la langue russe présente une évolution quelque part intermédiaire entre les deux. Ainsi, selon Sreznevskij, les mots kustar´, remeslo et promysel sont absents du russe ancien, qui, par contre, associe remeslennik à master et promyslennik à curateur (popečitel´) ou à protecteur16.

  • 17 Kustar´: « A zavod´ požne : kraj Sitnika do kusta, a ot kustarja prjamo k požne » (environ 1427) ; (...)
  • 18 Ibid., vol. 20, p. 170-173.

21Cependant, une interprétation soviétique du russe ancien ne confirme pas cette thèse. Le dictionnaire de la langue russe du XIe au XVIIe siècles, de 1981, inclut les mots en question, même si leurs significations varient. Ainsi au XVe et au XVIe siècle, kustar´ et kustarnik seraient associés à la vie champêtre17, alors que promysel offre une multitude de significations, dont la plus ancienne (1076) est religieuse (božestvennyj promysel, providenie) et dont la plupart se diffusent entre le XVIe et le XVIIe siècle : raison, volonté (1626), mais aussi assistance (1656, 1668). Il s’en faut de peu pour que le mot soit associé à l’activité en général (delo, dejatel´nost´, zanjatie) (1589) et, de là, à l’activité économique en particulier. Dans ce contexte, promysel désigne initialement les lieux et les outils de cette activité (1551, 1578) ; il s’élargit ensuite aux activités économiques, mais en incluant à la fois l’agriculture (zemel´noj promysel) (1675), le commerce (1662) et l’artisanat (1639)18.

  • 19 Ibid., vol. 22, p. 142-143.

22C’est toujours au cours du XVIIe siècle que le mot remeslo, initialement (1600) synonyme d’art (iskusstvo), commence, lui aussi, à désigner une activité ou une occupation (1650)19.

  • 20 P. Semenov, Geografičesko-statističeskij slovar´ rossijskoj imperii (Dictionnaire géographique-stat (...)

23Cependant, au XVIIIe et tout au long de la première moitié du XIXe siècle, ces termes semblent sombrer dans l’oubli ; de telle sorte que, au début du XIXe siècle, le Slovar´ akademii rossijskoj, pri imp. akad. nauki (1814) ne contient pas les mots kustar´, promysel et remeslo. Ce vide est confirmé encore en 1868 dans le dictionnaire géographico-historique de Semenov20.

  • 21 I.N. Berezin, Enciklopedičeskij slovar´ (Dictionnaire encyclopédique), Saint-Pétersbourg, 1878, t. (...)

24 C’est pendant la seconde moitié du XIXe siècle que ces mots font leur entrée définitive dans les dictionnaires. Celui de Berezin (1878) définit ainsi la production kustarnaja comme « cette forme d’industrie, où les produits sont fabriqués en petites unités à la maison, par des familles isolées (kusty), ne se diffusent pas par l’intermédiaire d’établissements spéciaux et n’exigent aucun appareil mécanique complexe ; l’activité kustarnaja constitue avant tout une occupation secondaire pour la famille paysanne, exercée dans le temps laissé libre par les travaux agricoles [...], en même temps le kustarnik n’est pas un travailleur occasionnel ; son travail est plus stable [...], exige une certaine organisation sans pourtant exclure d’autres occupations. »21

  • 22 A. Kaspari, Vserossijskij slovar´ tolkovatel´ (Dictionnaire panrusse de la langue parlée), Saint-Pé (...)
  • 23 F. Pavlenkov, Enciklopedičeskij slovar´ (Dictionnaire encyclopédique), Saint-Pétersbourg, 1913, p.  (...)

25Désormais, la production kustarnaja définie en opposition à la grande manufacture pénètre la langue courante22. Cette même opposition est consacrée dans le dictionnaire encyclopédique de Pavlenkov (1913)23.

  • 24 Slovar´ russkogo jazyka na 4 tomah (Dictionnaire de la langue russe en 4 tomes), édition de 1958, M (...)

26Finalement, le dictionnaire de Dal´ considère le mot kustar´ comme synonyme de remeslennik et l’associe à la production domestique, tout en précisant que le remeslo exige des compétences particulières et un travail fait à la main. Pour sa part, le promysel inclut le remeslo et « toute autre occupation source de moyens d’existence. »24

  • 25 A. Preobraženskij, Etimologičeskij slovar´ russkogo jazyka (Dictionnaire étymologique de la langue (...)

27À cette même époque, le dictionnaire étymologique de Preobraženskij ne s’intéresse pas au mot promysel et à ses dérivés ; il affirme par contre que le mot kustar´ vient de l’allemand Kunst (science, art) et Künstler (maître). Cependant, l’auteur admet ne pas savoir quand et par quel biais ce mot est apparu en russe. Quand à remeslo, Preobraženskij le rend par ars et en trouve l’origine dans le latin remisis (charpentier)25.

28En résumé, les dictionnaires de la dernière époque tsariste sont tous unanimes sur le caractère domestique de l’activité kustarnaja et des promysly. Si, avant le XVIIe siècle, le religieux et l’économique ne se distinguent guère, cette distinction, en revanche, s’opère au cours du siècle suivant. Ensuite, pendant la seconde moitié du XIXe siècle, ces termes sont repris par le langage savant. Cependant, un haut degré d’indétermination persiste quant à leur secteur de développement (ville, campagne) et à leur logique économique (activité complémentaire à l’agriculture dominante ou activité autonome demandant des savoir-faire).

  • 26 S.I. Ožegov, Slovar´ russkogo jazyka (Dictionnaire de la langue russe), Moscou, 1960, p. 306, 607, (...)

29Il est significatif que ces mots se banalisent dans les dictionnaires alors que les activités qu’ils désignent tendent à disparaître. À la différence des dictionnaires pré-révolutionnaires, ceux de l’époque soviétique incluent tous les mots dont il a été question. Ainsi, le dictionnaire de Ožegov associe promysel à la production remeslennoe ou occupations subsidiaires de l’agriculture ou bien entreprise industrielle extractive. Le remeslo est à son tour défini comme une occupation (zanjatie) professionnelle : la fabrication manuelle selon la manière kustar´. Du coup le kustar´ est un remeslennik et la production kustar´ est une production domestique, manuelle, non de fabrique26. Cependant, cette dernière définition apparaît peu compatible avec la définition de promysel comme activité remeslennoe.

  • 27 M. Fasmer, Etimologičeskij slovar´ russkogo jazyka (Dictionnaire étymologique de la langue russe), (...)

30Le dictionnaire de Fasmer confirme l’origine allemande du mot kustar´ tout en précisant que ce mot est répandu dans les langues slaves. Par contre promysel est absent et remeslo est dit venir du slave ancien (remestvo) et être proche du latin remesis. Mais il cite aussi Il´inskij selon lequel le mot viendrait de erbmer-slo, c’est à dire : lié au travail27.

  • 28 I.M. Šanskij, Etimologičeskij slovar´ russkogo jazyka (Dictionnaire étymologique de la langue russe (...)

31Plus récemment Šanskij confirme l’origine allemande de kustar´ et il précise sa pénétration dans la langue russe : par le biais du langage des maîtres (mastera) et des colporteurs, il serait passé dans la littérature russe de la première moitié du XIXe siècle. Il apparaîtrait ainsi une première fois dans le Moskovskij telegraf en 1829 dans un passage où l’on opposait l’industrie kustar´ à l’industrie tout court28.

32Nous trouvons là une différence importante par rapport aux dictionnaires d’Ancien Régime. À l’époque tsariste le « maître artisan » est parfois associé au master, parfois au remeslo, à son tour lié à l’ars médiévale. Par contre, à l’époque soviétique, remeslo est associé parfois à kustar´ et parfois à promysel.

33Le mot kustar´ aurait une origine et une diffusion intellectuelles, tandis que le rapport entre promysel, remeslo et kustar´ demeure flou : l’objet fabriqué, le producteur et la technique employée sont parfois synonymes, parfois non. Quelles sont les sources de ces incertitudes ? Pour quelles raisons les dictionnaires russes n’arrivent-ils pas à distinguer ces éléments ?

34Afin de répondre à ces questions, il nous faudra comprendre la manière dont ces termes se sont mis en place et ont été utilisés ; la période choisie (1861-1926) est précisément celle où l’organisation du travail et, de manière générale, l’économie russe sont soumises à des bouleversements radicaux (commercialisation de l’agriculture, essor des industries, guerre mondiale, guerre civile et première économie soviétique). L’évolution historique des catégories servant à décrire ce processus présente une double utilité : d’une part, elle permet de saisir l’imbrication étroite entre dynamique économique et évolution culturelle, trop souvent séparées ; d’autre part, l’usage de ces catégories dans les pratiques statistiques et administratives permet de comprendre la manière dont la réflexion intellectuelle et savante et l’action administrative s’agencent ou se télescopent. Ces éléments permettent à leur tour de jeter un regard nouveau non seulement sur l’histoire russe mais, de manière générale, sur l’interprétation historique des mécanismes de commercialisation et d’industrialisation des sociétés agraires.

Les activités des paysans dans les statistiques de l’État

  • 29 A. Stanziani, « Les sources démographiques entre contrôle policier et utopies technocratiques. Le c (...)

35J’ai déjà montré ailleurs l’embarras des statisticiens du Comité central de la statistique (Central´nyj statističeskij komitet -- CSK) face à la classification de la population selon l’activité productive : en effet, à la distinction officielle en soslovija, s’oppose la tentation de plusieurs statisticiens d’avoir recours aux critères de classification socio-professionnels développés en Occident à cette même époque29.

  • 30 Ministerstvo gosudarstvennyh imuščestv, Materialy dlja statistiki Rossii (Ministère des domaines de (...)

36Déjà à la veille de l’abolition du servage, le Ministère des domaines de l’État avait inclus dans ses « Matériaux statistiques » des chapitres portant sur l’« industrie kustar´ », sans en donner cependant aucune définition30 : « artisanat paysan » ? « industrie rurale » ?

37Cette question devient plus importante encore après l’abolition du servage. En 1872, le CSK réalise une enquête sur les kustari (Materialy dlja izučenija kustarnoj promyšlennosti i ručnogo truda v Rossii). Le titre associe d’emblée l’industrie kustar´ et le travail manuel. Pour quelles raisons ?

38« L’ouvrage, expliquent les rédacteurs dans l’introduction, porte sur l’industrie dite kustarnaja et sur le travail manuel, c’est-à-dire sur ces remesla (métiers) et sur ces productions qui sont accessibles à la population rurale et qui lui servent à soutenir son existence là où l’agriculture et les autres grands promysly n’assurent pas entièrement la vie de la population. »

39L’industrie kustar´ se définit donc à la fois par le métier et par les objets de la production ; mais en tout cas il s’agit d’activités résiduelles ou d’appoint. De ce point de vue, le terme kustar´ est distingué du mot promysel, qui est conçu comme « activité ». Enfin, l’industrie kustar´ est associée au travail manuel ; « on opère une confusion entre la production kustar´ et celle de la fabrique », alors que « souvent la production domestique dépend des ordres du fabricant et utilise les matériaux que ce dernier lui fournit. »

40Mais quelles sont les promysly et comment expliquer leurs différences régionales ?

41Le questionnaire de l’enquête comprend une partie générale et une partie spécifique à chaque promysel. La première partie du questionnaire invite les correspondants à identifier les promysly pratiqués ; ensuite, le questionnaire vise à identifier les sourcesdes promysly : la « nature locale », qui offre les matières premières « en abondance » ; la proximité des marchés locaux ; les autres causes. On demande ensuite d’indiquer le lien entre l’activité kustar´ et l’agriculture.

  • 31 « Materialy dlja izučenija kustarnoj promyšlennosti i ručnogo truda v Rossii » (Matériaux pour l’ét (...)

42La deuxième partie du questionnaire concerne chaque promysel ; on en interroge les « formes », c’est à dire la participation des travailleurs familiaux et extérieurs ; l’existence de formes d’artel´ (associations coopératives) des travailleurs et la présence de formes d’échange de travail contre le prêt d’outils. Les auteurs du questionnaire souhaitent connaître aussi les lieux et les types de matériaux achetés, les lieux et les conditions de vente. Enfin, les enquêteurs demandent dans quelles conditions le promysel en question se développe et quand, au contraire, il chute31.

  • 32 A.V. Priležaev, Čto takoe kustarnoe proizvodstvo ? (Qu’est-ce que la production artisanale ?), Sain (...)

43Selon cette approche, l’activité kustar´ est essentiellement manuelle, domestique et, en tant que telle, elle s’oppose à la manufacture. Mais, se demande alors un commentateur, si c’est là l’essence de l’activité kustar´, pourquoi doit-elle avoir un caractère subsidiaire par rapport à l’activité agricole ?32

  • 33 Trudy Kommissii po issledovaniju kustarnoj promyšlennosti v Rossii (Travaux de la Commission pour l (...)
  • 34 Trudy kommissii..., op. cit., otdel 1, 1878, vyp. 1, p.8 sq.

44En décembre 1872 le Conseil du commerce et des manufactures approuve la constitution d’une Commission « pour l’étude de l’industrie kustar´ en Russie ». Cette commission est formée de responsables des ministères, de propriétaires fonciers et d’académiciens (P. Vasil´čikov, Ju.J. Janson, professeur de statistique à l’université de Saint-Pétersbourg, A. Hodskij, professeur de finance dans cette même université). La commission, qui commence ses travaux seulement en 1875, publie entre 1879 et 1881 sept tomes de Trudy (Travaux)33. Dès sa première séance, la commission se divise précisément sur la définition de l’objet de son étude. A. B. von Bushen affirme que « l’industrie kustar´ n’est une activité ni fabričnaja ni remeslennaja, car la première se fait dans les fabriques et dans les usines et la seconde en ville. Au contraire l’industrie kustar´ est localisée essentiellement dans les villages et dans les bourgs. Aussi, dans les fabriques et dans les remesla, le travail continue toute l’année, tandis que les kustari l’exercent seulement pendant une partie de l’année, essentiellement dans les mois d’hiver. L’activité kustar´ constitue pour le paysan une occupation complémentaire (dobavočnyj). Et même si par la suite le paysan abandonne l’activité agricole et s’occupe exclusivement dans son remeslo, en tout cas, par sa condition (sostojanie) il demeure inscrit dans l’état (soslovie) rural. » De ce fait, par kustar´ on entend « toute activité productive qui actuellement n’est soumise ni aux lois de fabrique ni de remeslo, c’est-à-dire cette activité remeslennaja de personnes inscrites dans une commune rurale (sel´skoe obščestvo), qui vivent et travaillent dans les villages et qui sont considérées par la loi comme hozjain de leur nadel [propriétaire du lopin obtenu lors de l’émancipation]. »34

45Selon cette approche, le remeslo constitue un synonyme d’artisanat urbainde même que le kustar´ est synonyme d’artisanat rural, considéré comme subsidiaire à l’activité agricole. Mais finalement, même si cette dernière caractéristique disparaît, la catégorie de kustar´ garderait, selon cette approche, sa pertinence du fait de la persistance des soslovija. Nous trouvons là une confirmation éclatante de la superposition entre critères économiques et critères juridiques d’Ancien Régime qui, dans le cas de conflit entre les deux, serait censée privilégier les derniers.

46Cependant, la majorité de la commission rejette cette définition car, affirme-t-on, elle ne parvient guère à distinguer les formes différentes d’activité « industrielle ».

47Pour ces mêmes raisons, la commission rejette la proposition de définir sous le terme de kustar´ « ce type d’industrie de transformation qui, à la différence des fabriques et des remesla pratiqués par les meščane en ville, fondés sur des normes légales établies, constitue avant tout une occupation de la population rurale à caractère essentiellement supplétif par rapport à l’agriculture. »

48D’autres membres de la commission proposent des définitions plus simples ; par exemple, Ososov affirme que « l’industrie (promysel) kustar´ correpond à toute occupation des paysans dans le temps libre », tandis que Skal´kovskij affirme qu’on peut parler de kustar´ seulement quand cette activité devient dominante pour la famille rurale.

49Inversement, Timirjazev avance une définition assez large : l’activité kustar´ est urbaine et rurale, saisonnière et annuelle ; elle se distingue par son caractère familial.

50À partir de ces définitions si différentes, quelqu’un (Il´in) estime que la commission doit focaliser son attention non pas sur les personnes mais sur la production elle-même et sur ses caractères. Autrement dit, comme certains produits sont fabriqués essentiellement par l’artisanat rural, on pourrait délimiter celui-ci par ceux-là.

51Cependant, cette définition aussi suscite des polémiques : quelles productions sélectionner ? Faut-il distinguer l’artisanat rural de l’artisanat paysan ?

52Certains (Andreev par exemple) suggèrent alors d’identifier l’industrie kustar´ avec la petite industrie. Mais comment définir cette dernière ? Par l’absence de mécanisationou par celle de travailleurs salariés ? Par le nombre de travailleurs (et où fixer la barre ?) ?

  • 35 Trudy komissii..., op. cit., vyp. 1, p. 10-11.

53Finalement, en mars 1876 la commission adopte la définition suivante : « l’industrie kustar´ est un genre d’industrie de transformation, en priorité domestique, de la population rurale et qui est plus ou moins intégrateur des occupations agricoles. »35

  • 36 Instrukcija, p. 4, cité in A. Priležaev, op. cit., p. 22.
  • 37 Programma dlja issledovanija kustarnoj promyšlennosti (Programme pour l’étude de l’industrie artisa (...)

54Sur cette base, on organise le questionnaire et les modalités de l’enquête. L’unité de base est le ménage36 et le caractère « domestique » de l’activité n’empêche pas le recours à des salariés37.

55Comme la Commission pour le recensement, la Commission pour l’étude de l’activité kustar´ apparaît donc partagée entre ceux qui donnent la priorité à des critères économiques et ceux qui, au contraire, subordonnent les catégories et les classifications économiques aux catégories légales et avant tout aux soslovija. La première approche vise précisément à montrer la pertinence d’une analyse statistique fondée sur des classifications socio-économiques. En ce cas, la séparation en soslovija ne permettrait pas de rendre compte de la dynamique de l’économie et de la société russe. Bien évidemment, une fois ce principe accepté, des divergences surgissent sur la définition de la meilleure représentation socio-économique. C’est là que les discussions au sein des organismes étatiques rejoignent celles qui ont cours entre les économistes d’une part, et au sein des zemstva d’autre part.

Artisanat, pluriactivité et famille

  • 38 « Kustarnaja promyšlennost´ » (L’industrie artisanale), Trudy IVEO (Saint-Pétersbourg), t. III, vyp (...)

56Dès l’abolition du servage, plusieurs observateurs s’interrogent sur le lien entre les différentes formes d’activité économique déployées par les paysans. Ainsi, la Société impériale libre d’économie (IVEO) publie en 1874 un travail sur l’industrie kustar´, sous la direction de Pudovikov38. Ce travail définit l’industrie kustar´ comme « ces promysly et remesla que les paysans pratiquent dans leur temps libre afin de pallier les insuffisances de leur activité de base, l’agriculture. » Autrement dit, « le kustar´ est le remeslennik », car cette activité unit le travailleur, l’entrepreneur, le commerçant et l’agriculteur. C’est une définition qui se situe, somme toute, dans le sillage du CSK : les promysly sont indifférenciées et l’on discute plutôt de leur poids par rapport à l’agriculture. La question sous-jacente demeure celle du rapport entre la classification en soslovija et celle en groupes professionnels.

57D’autres études mettent par contre l’accent sur les aspects plus proprement économiques : la question envisagée devient plutôt celle de la « nature » des activités non agricoles des paysans : s’agit-il d’activités « indépendantes »?

58En 1861, Korsak part de l’hypothèse que le niveau d’indépendance économique du travail est inversement lié au niveau de spécialisation. Sur cette base il oppose la « petite » et la « grande » production et il définit comme remeslo « toute branche de l’industrie de transformation qui, par son organisation, ne coïncide ni avec la fabrique ni avec la manufacture. »

  • 39 A. Korsak, O formah promyšlennosti voobšče i o značenii domašnego proizvodstva v Zapadnoj Evrope i (...)

59Il ajoute que « dans le remeslo le travail manuel joue un rôle central », au contraire de la manufacture, où la machine s’impose. Il distingue trois formes de remeslo : 1) remeslo au sens propre du terme, c’est à dire qui existe seulement sous cette forme dans une branche industrielle ; 2) remeslo concernant une activité qui existe aussi sous forme d’industrie et de manufacture ; 3) remeslo soumis aux grands entrepreneurs. Sur cette base, Korsak distingue le domašnjaja sistema, qu’il traduit par domestic system, de l’industrie domestique à domicile (domašnjaja promyšlennost´) : la première forme est indépendante, tandis que la seconde est soumise au capitaliste. Il y aurait donc : 1) la grande production (fabrique et manufacture) ; 2) la petite production (remeslo et industrie à domicile) ; la production domestique (urbaine et rurale). La production domestique urbaine s’appuie sur les remesla, tandis que le système de production domestique rurale constitue la véritable industrie kustar´39.

60Mais quel rapport peut-on établir entre ces formes organisationnelles et la famille ?

  • 40 E. Vreden, Kurs političeskoj ekonomii (Cours d’économie politique), Saint-Pétersbourg, 1881, p. 128 (...)

61Dans son cours d’économie, E. Vreden lie directement l’industrie kustar´ à la famille : le droit de la famille est censé discipliner aussi l’activité kustar´. La distribution du travail répond donc non seulement à des exigences économiques, mais aussi et surtout aux hiérarchies familiales40.

  • 41 A. Isaev, Arteli v Rossii (Les arteli en Russie), Iaroslavl, 1881, t. 1, vyp.1, p.9 ; t.2, p.22sq.

62Cette approche est aussitôt contestée par Isaev, enseignant à Iaroslavl et futur professeur à l’université de Saint-Pétersbourg : l’industrie kustar´ est « toute branche de l’industrie de transformation du paysan-agriculteur pour des consommateurs anonymes. » Il propose alors de distinguer trois catégories : les maisons kustar´ (kustarnye izby) ; les associations familiales ; les maîtres avec salariés. Isaev fonde ces thèses sur des arguments linguistiques. La grande production, affirme-t-il, est variée et solide comme une forêt, tandis que le petit artisan est faible comme un buisson (kust). Le mot kustar´ serait donc opposé à la grande industrie. Ce mot, continue-t-il, a aussi une autre origine : la faiblesse, l’absence de défenses du kustar´ à l’égard du marché ; cette situation peut se comparer à celle du travailleur sans passeport, pour lequel on dit « on ušel v kusty » précisément pour souligner sa dépendance. Cette expression est utilisée aussi pour le travailleur kustar´´41.

  • 42 A. Priležaev, op. cit.

63L’année suivante, A. Priležaev critique ces définitions car, observe-t-il, le mot kustar´ est utilisé moins par les paysans eux-même que par les savants (p. 71). Il offre aussi une synthèse assez efficace des études sur la question. Dans son étude, kustar´ devient synonyme de familial (forme de production semejnaja ou domašnjaja), terme par lequel il estime rendre le mot allemand Hausindustrie42.

64Par rapport aux discussions au sein des ministères, ces études ne superposent pas les classifications socio-économiques aux classifications légales et politiques (en états), mais elles essayent plutôt d’articuler une analyse savante de l’économie familiale censée légitimer par la suite toute conclusion en matière d’états. En même temps, ces travaux reproduisent certains clivages déjà présents au sein des statistiques officielles : l’industrie kustar´ est opposée à la grande industrie et à la mécanisation, même si l’incertitude demeure sur le poids relatif de ces activités par rapport à l’activité agricole de la famille et surtout sur sa localisation (ville ou campagne). La question est donc celle de savoir si l’échelle de l’analyse et le point d’observation conditionnent la construction des objets statistiques. Afin de répondre, nous allons envisager une troisième catégorie d’études sur les promysly, à savoir les enquêtes menées par les zemstva.

Les promysly dans les statistiques des zemstva (années 1880)

  • 43 Sbornik statističeskih svedenij po Moskovskoj gubernii (Recueil d’observations statistiques de la p (...)

65Les bureaux statistiques des zemstva étudient les promysly en vue de deux objectifs principaux, dont le premier consiste à indiquer les politiques à adopter les plus appropriées et le second à accroître le poids politique des organismes d’autogestion locale par rapport à l’État. Dans un cas comme dans l’autre, il est nécessaire de saisir le fonctionnement de l’économie familiale. Ainsi, le questionnaire du recueil statistique rédigé par V. Orlov (fondateur de la plus grande partie des bureaux de zemstva de cette époque) à Moscou en 1877 contient un chapitre sur les établissements industriels et artisanaux. Les enquêteurs s’intéressent aux objets fabriqués et aux matériaux employés, aux salaires, au temps et aux conditions de travail (hygiène, formes d’assurance) ; ils demandent aussi l’âge et le sexe des travailleurs, ainsi que leur provenance. Les dernières questions reflètent l’hypothèse de départ des enquêteurs : ils lient le développement de l’entreprise industrielle ou artisanale à la baisse de l’activité agricole43. L’accent est donc mis sur l’opposition ville-campagne plutôt que sur leur imbrication par le biais des promysly. En même temps, les fiches sont conçues par village plutôt que par ménage ; l’hypothèse sous-jacente est que la solidarité entre villageois amenuise la différenciation professionnelle et sociale à l’intérieur de la commune et qu’il faut donc passer à une échelle plus importante pour voir ce processus à l’œuvre.

66Cependant, dès le début des années 1880, dans la province de Tchernigov, l’autre grand initiateur des statistiques des zemstva, V. Varzar, suit une approche à la fois semblable et différente. Même s’ilexplique le développement des promysly par les rendements insuffisants de l’agriculture, il propose une typologie qui finit par remettre en discussion cette thèse :

671) promysly éloignés (othožie promysly) du village, voire du district, généralement à l’usine ;

682) kustarnye promysly : « production d’objets non agricoles au village » ;

693) patriarhal´nye domašnie promysly : ce sont des productions non agricoles faites pour l’autoconsommation ;

  • 44 Programmy dlja sobiranija svedenij o krest´janskih promyslah i remeslah (Programme pour la collecte (...)

704) remesla : on produit sur commande d’un intermédiaire ou d’un producteur44.

  • 45 Le questionnaire s’articule sur la base de cette hypothèse et de la classification consécutive. Des (...)

71L’industrie kustarnaja devient donc une forme de promysel et elle est essentiellement rurale. Les promysly sont donc classés en fonction de plusieurs variables : la distance entre la ville et le centre rural ; le but de l’activité (autoconsommation ou marché) ; la gestion de l’activité par le village ou par un commerçant ou un producteur urbain. Des formes différentes du développement sont toutes également possibles45.

72Même si cette approche se répand progressivement dans d’autres zemstva, la question de l’origine des promysly demeure intacte : s’agit-il d’un simple accident de parcours, dû par exemple à une mauvaise récolte, au sein d’une économie paysanne par ailleurs solide ou bien ces activités sont-elles propres à cette forme d’économie ?

  • 46 Obzor Vladimirskoj gubernii v s.h. otnošenii za 1902 god (Aperçu de la province de Vladimir dans le (...)

73Les réponses des statisticiens des zemstva sont partagées ; ainsi, ceux du zemstvo de la province de Vladimir distinguent les promysly locales et à distance (othožie) et repèrent un lien direct entre la récolte et les promysly : en cas de mauvaise récolte, les promysly s’accroissent et les salaires baissent46.

  • 47 Sbornik statističeskih svedenij po Tverskoj gubernii (Recueil d’observations statistiques de la pro (...)

74Au contraire, les statisticiens de Tver estiment que le rôle du hasard est secondaire ; après avoir distingué les promysly locaux de ceux à distance, les enquêteurs essayent de mettre en évidence la corrélation inverse entre la disponibilité de la famille en chevaux et en terre et le poids des promysly. Les promysly sont classés en quatre catégories : zemledel´českii, kustarnyj, remeslennyj et professional´nyj. Les remesla sont, par exemple, les maçons, les charpentiers, les cordonniers. Les promysly professionnels sont ceux qui sont exercés par les domestiques, les hommes de peine, les travailleurs industriels. Les deux premières catégories sont à caractère local, alors que les deux autres s’exercent à distance. Les données montrent que si les promysly professionnels s’imposent pour les hommes et pour les femmes, les premiers se consacrent avant tout aux remesla, alors que les femmes privilégient les activités agricoles47.

  • 48 Statističeskij ežegodnik Moskovskogo gubernskogo zemstva. Moskovskie gubernii v s.h. otnošenijah (A (...)

75Les statisticiens du zemstvo de Moscou évoluent selon cette même orientation ; le questionnaire de l’annuaire de 1889 distingue trois catégories de promysly : 1) activités agricoles ; 2) activités non agricoles locales ; 3) activités non agricoles à distance (othody). Le questionnaire sur les promysly agricoles porte alors sur le nombre de paysans concernés, sur l’évolution par rapport aux années précédenteset sur les conditions de travail48.

  • 49 Encyklopedičeskii slovar´ Brokgauz et Efron (Dictionnaire enclyclopédique Brokgauz et Efron), 1re é (...)

76Cette approche se répand aussi en dehors des cercles des zemstva. Ainsi, dans le dictionnaire encyclopédique Brokgauz et Efron, N. Karyševdéfinit les othožie promysly comme une source importante du revenu paysan dont la diffusion s’explique avant tout par l’insuffisance de terre et d’outillage49. Par contre, cette même encyclopédie n’a pas d’entrée pour promysel.

77En résumé, les études des zemstva des années 1880 cherchent à enquêter sur le niveau d’« indépendance » des promysly et des kustari, ces deux catégories tendant souvent à se croiser. Les circuits d’approvisionnement et de vente ainsi que le niveau des prix sont le plus souvent indiqués comme les principales variables affectant ce niveau d’indépendance. Cependant, des désaccords demeurent quant à l’échelle d’analyse la plus pertinente (village, famille, ménage), ainsi que sur la signification de ces activités (réaction à une mauvaise récolte, à la dynamique des marchés ou choix des familles). La solution viendra d’un examen plus poussé des liens entre organisation familiale, marché du travail et marché du crédit.

Temps de travail et hiérarchies familiales

78Autant que les thèses contemporaines sur la proto-industrialisation, les études des statisticiens russes du tournant du siècle se trouvent confrontées à la question de savoir si les unités familiales sont inhérentes ou extérieures au capitalisme industriel. En réalité, toute solution à cette question exige au préalable que certains points soient éclaircis ; en particulier, il s’agit de définir, d’une part, les critères de classification des activités économiques et, d’autre part, les rôles respectifs de la différenciation sectorielle et des formes d’engagement des travailleurs dans la dynamique économique.

79À partir des années 1890, le zemstvo de Moscou modifie partiellement son approche, notamment du fait de l’influence de N. Kablukov, initialement statisticien de ce zemstvo, ensuite directeur du bureau de statistique et successeur de Čuprov à la chaire d’économie politique de l’université de Moscou. Dans ses manuels de statistique, afin d’estimer les déplacements temporaires de la population, Kablukov suggère de dresser, puis de comparer deux listes : celle des résidents et celle des personnes effectivement présentes, celles-ci étant repérées à l’aide des témoignages des voisins.

80Mais comment distinguer les différents types de promysly ?

81Les statistiques des promysly, rappelle-t-il, distinguent nettement ces activités des activités agricoles. C’est une erreur : il faut tenir compte aussi des activités agricoles faites en dehors de l’exploitation familiale et qui peuvent être incluses parmi les promysly.

  • 50 Posobie pri mestnyh statističeskih obsledovanijah (Manuel des études statistiques locales), Moscou, (...)

82Inversement, il faut exclure de cette catégorie les échanges de terre contre du travail (obrabotki) et le travail salarié sur les terres d’un autre villageois (obrabotka po najmu)50.

83Sur cette base, les enquêtes successives menées à Moscou distinguent entre promysly exercées à distance (othožie) et promysly à proximité, ces derniers pouvant se différencier entre kustarnye et fabričnye. Cependant, comme l’admettra le successeur de Kablukov à la direction du bureau de statistique de cette province, P. Vihljaev, les correspondants chargés de remplir les fiches du questionnaire trouvent peu clair le terme kustarnyj promysel. Selon cet auteur, il devient important de le distinguer de la petite industrie. À cette fin, après avoir parlé de « petites promysly domestiques (domašnie), en particulier de type kustar´ », l’auteur compte faire préciser la différence entre ces derniers sur la base de deux critères introduits dans le questionnaire. Le premier critère procède par exclusion, car l’activité kustarnaja est identifiée aux promysly ruraux non agricoles et à proximité. La question suivante cherche à son tour à identifier l’industrie kustarnaja par le biais de ses produits (travail du bois, des métaux, du papier, instruments et jeux, etc.).

84Cette activité peut-elle être considérée comme « indépendante » ?

  • 51 Obzor kustarnyh promyslov Moskovskoj gubernii za 1911-1913 gg. (Aperçu de l’industrie kustar´ de la (...)

85Selon Vihljaev, afin de répondre à cette question il faut prendre en compte les circuits d’approvisionnement et de vente. Quand le kustar´ travaille chez soi et utilise des matériaux fournis par un intermédiaire, son indépendance est fortement compromise. « En ce cas, on peut même se demander si on peut parler encore de véritable kustar´. »51

  • 52 A.V. Pešehonov, Statističeskoe opisanie Kalužskoj gubernii (Description statistique de la province (...)

86Cependant ces suggestions ne reçoivent pas toujours un accueil favorable auprès des autres zemstva. Ainsi à Kaluga, le statisticien Pešehonov, proche des milieux socialistes, rédige en 1897 un questionnaire qui porte surles jours de travail dans les promysly, le prix du travail et ses oscillations, la distribution du travail familial52. Les promysly sont définis comme « tous les travaux (zarabotki) du ménage (dvor) à l’exception des travaux agricoles. » En même temps, l’auteur tient à distinguer les promysly « locaux » de ceux qui sont réalisés ailleurs.

87Ces deux approches, l’une de Pešehonov, l’autre de Kablukov, offrent deux images différentes des promysly. Selon Kablukov, les promysly se distinguent moins par le secteur économique que par la nature du rapport de travail. Ils peuvent relever d’activités agricoles, artisanales, de service ; cependant le travail salarié en est exclu.

88Au contraire, Pešehonov estime que les promysly sont exclusivement « non agricoles ».

89Ces deux approches s’appuient sur deux modèles différents. Pešehonov part du présupposé selon lequel la distribution du temps de travail familial dépend de la quantité de travail total disponible. Les données montrent que les femmes contribuent à la fois aux travaux domestiques et aux travaux agricoles ; cependant on constate que, dans les familles nombreuses, elles consacrent moins de temps aux activités domestiques. Ceci parce que les familles nombreuses se caractérisent par un développement plus important des promysly exercés par les hommes ; les femmes sont donc obligées de travailler davantage dans les champs. Cette distribution par sexe du temps de travail permet également d’expliquer le développement différent des promysly locaux et à plus longue distance. L’offre de travail sur le marché local est plus importante dans les petites exploitations, alors que les grandes unités s’orientent vers les marchés lointains qui offrent une meilleure rémunération. En réalité, les travailleuses des petites exploitations ne se rendent pas sur les marchés urbains du fait de la petite taille de leur famille et donc du travail disponible. De ce fait, le marché du travail commence à l’intérieur de la famille, dans la distribution des tâches entre hommes et femmes, adultes et adolescents. Cette distribution est affectée par la taille de la famille, mais surtout par la dynamique urbaine et industrielle.

  • 53 Sur ces modèles voir A. Stanziani, L’économie en révolution : le cas russe, 1870-1930, Paris, Albin (...)

90Inversement, le modèle de Kablukov souligne la possibilité pour les familles paysannes de choisir la distribution de leur temps et d’affecter par ce biais le niveau des salaires et des prix et donc les stratégies des industriels. Pešehonov distingue le marché du travail familial de celui du capitalisme, alors que Kablukov ignore cette distinction. Ces deux approches vont constituer un héritage important pour les études des années à venir. Pešehonov, en particulier, va influencer de manière considérable les études de Čajanov53.

91Cependant, malgré leurs différences, aucune de ces deux approches ne prend en compte un aspect important : le lien entre la distribution du temps de travail familial et les hiérarchies sur le marché du travail et du crédit. Cet aspect seulement permet en effet de rendre compte de l’évolution à la fois de l’économie familiale et de celle du marché.

Ménages et circuits économiques

  • 54 F.A. Ščerbina, Krest´janskie bjudžety (Les budgets paysans), Voronej, 1900.

92Nous avons montré que, pour certains auteurs et statisticiens des zemstva, les promysly se développent seulement en présence d’une mauvaise récolte ; d’autres, au contraire, contestent ce caractère d’appoint des promysly. À Voronej, F. Ščerbina distingue les travailleurs et les promysly selon les formes d’organisation du travail : individuel, familial, en artel´(coopérative de travail) ; à partir de ce constat, il associe l’essor des promysly aux exploitations des régions « industrielles » (régions agricoles déficitaires en blé et régions industrielles proprement dites) qui disposent de peu de terre. Ščerbina est aussi parmi les premiers à s’intéresser aux rapports de travail et au crédit. Il met en évidence que les choix des paysans entre promysly et activité agricole familiale sont fortement conditionnés par l’accès au crédit54.

93Selon une perspective semblable, dès la seconde moitié des années 1880, les statisticiens du zemstvo d’Orel mettent en tête de leurs enquêtes le « salarié agricole » ou batrak, dont ils étudient le sexe et l’âge, les périodes de l’année où il travaille comme salarié, son salaire (annuel, journalier, mensuel, par saison)et le moment du paiement.

  • 55 Sbornik statističeskih svedenij po Orlovskoj gubernii (Recueil d’observations statistiques de la pr (...)

94Une fiche pour l’employeurest également prévue ; ce dernier est censé indiquer l’activité exercée et depuis combien de temps il la pratique ; son recours éventuel à des travailleurs de villages différents ; si les promysly sont faits à la maison ou ailleurs ; le coût des outils et des équipements ; si ces derniers sont en régime communautaire avec d’autres producteurs du village et s’ils sont fabriqués dans l’exploitation en question ou s’ils sont achetés (et en ce cas où ils l’ont été). Les statisticiens s’intéressent également aux circuits d’approvisionnement et de vente ; mais c’est l’organisation du travail qui reçoit une attention particulière(sa division par sexe et par âge, la présence d’apprentis ; l’importance et la composition du capital initial). Les familles impliquées dans ces activités doivent indiquer, outreleur composition par sexe et par âge, les éventuels travailleurs absents, le niveau d’instruction de tous les membres de la famille, la terre disponible, la composition des dépenses ; la nature et l’origine des dettes55.

  • 56 Ibid., 1890.

95Cette approche tient donc à distinguer nettement l’offre de travail salarié des autres promysly ; de ce fait, une différenciation entre demandeurs et offreurs de promysly est envisagée, ce qui permet de rendre compte de l’organisation de ces activités, mais empêche en même temps d’en comprendre la dynamique, les fiches des travailleurs et de leurs employeurs n’étant pas coordonnées entre elles et, surtout, les enquêtes ne portant pas toujours sur les mêmes unités. Afin de combler cette lacune, au cours des années 1890, le bureau de statistique de ce même zemstvo modifie en partie le questionnaire : les enquêteurs demandent à expliquer les « causes » des promysly et leur évolution au fil des années. Ils demandent en particulier de comparer la période avant et après 186156.

96Nous trouvons là un effort pour rapprocher les traditions des zemstva des schémas de l’économie politique européenne. Si, d’une part, l’accent est mis sur la composition et sur la dynamique du ménage, de l’autre, les salariés sont distingués des autres promyslenniki ; finalement, les auteurs essayent de mettre en évidence la composition du capital selon les indications de l’école classique et marxiste.

97Cependant, cette approche, outre qu’elle affaiblit l’originalité de la pensée économique russe par rapport aux orientations européennes de cette époque, soulève aussi un problème important : peut-on simplement opposer les travailleurs aux employeurs ? Les activités étudiées ne sont-elles pas confrontées à l’émergence des grandes entreprises ?

  • 57 Sbornik statističeskih svedenij po Tverskoj gubernii, op. cit.

98Au tournant du siècle, les statisticiens du zemstvo de Tver expliquent que les promysly, en particulier l’artisanat, baissent car ils n’arrivent plus à faire face à la concurrence des grandes entreprises. Par rapport au XVIIIe siècle, les jeunes et les hommes sont de plus en plus engagés dans les promysly à distance, comme salariés ; ils reviennent par moments dans l’exploitation agricole qui, elle, est désormais gérée par les femmes57. Ces statisticiens combinent les différentes classifications des promysly réalisées avant eux. Ils les séparent en promysly locaux et non locaux, ensuite, chacune des deux catégories est à son tour divisée en quatre groupes : promysly agricoles, kustarnye, remeslennye et professionnels. Finalement, pour chacun de ces groupes on indiquela volost´, le sexe et l’âge des travailleurs. Ces derniers sont classés en trois groupes : avec terre ; sans terre ; mixte. Dans le sillage de Pešehonov, les auteurs lient le sexe à la distance et donc au type de promysly : les femmes s’éloignent moins et s’engagent davantage dans des promysly agricoles.

99La « dépendance » est maintenant liée moins aux oscillations de l’activité agricole et de son revenu, qu’aux formes d’intégration de l’exploitation familiale dans les circuits marchands et du crédit. Cependant, cela n’implique nullement une dépendance « nécessaire » et croissante des exploitations paysannes à l’égard des industriels et des créanciers. Les formes de financement (diffusion du « petit crédit », des coopératives de crédit) et les politiques des prix peuvent en effet faire basculer la balance tantôt du côté des petites entreprises, tantôt de celui des grandes unités.

100Cette solution permet de casser tout déterminisme socio-économique et historique ; l’économie familiale et l’agriculture pré-capitaliste en général ne connaissent pas qu’une seule forme d’évolution. Cependant, au tournant du siècle, cette approche se trouve confrontée à l’émergence d’un nouveau courant de statisticiens, proches des sociaux-démocrates et qui se préoccupent moins des rapports à l’intérieur de la famille et des budgets-temps que de l’émergence d’une véritable différenciation en classes de la société. Les promysly sont alors soigneusement distingués de manière à inclure chaque activité dans les étapes du développement telles qu’elles sont prévues par la théorie marxiste « orthodoxe ».

Les promysly selon les sociaux-démocrates

  • 58 K. Marx, Das Kapital, livre I, section IV, ch. 13 (traduction italienne : Il capitale, Bologne, 198 (...)

101Marx ne laisse guère de place aux artisans et à l’industrie domestique, les uns et les autres étant censés disparaître avec l’essor de la grande industrie58. Son héritage en Russie est complexe ; l’historiographie nous a habitués à raisonner en termes d’opposition entre les « populistes » et les « marxistes ». En réalité, cette opposition est en grande partie une construction historiographique et idéologique, fortement encouragée après coup par Lenin et ses compagnons. Car, dès la moitié du siècle, ce sont ceux qui seront définis plus tard comme « populistes » qui traduisent et répandent Marx en Russie. Au tournant du siècle, la question qui oppose ces deux groupes est donc : quelle interprétation donner de Marx ?

  • 59 V.I. Lenin, Razvitie kapitalizma v Rossii (Le développement du capitalisme en Russie), Saint-Péters (...)

102C’est là que la classification des activités professionnelles devient cruciale ; dans Le développement du capitalisme en Russie, Lenin critique radicalement les « populistes » : les critères de classification des exploitations qu’ils adoptent s’appuient sur une notion d’économie paysanne qui ne correspond pas à la réalité. Lenin estime que, au contraire, en Russie comme partout ailleurs, les lois du développement font que le paysannat éclate en classes : entrepreneurs-capitalistes d’une part, prolétaires de l’autre. Pour cette raison, Lenin critique les études qui avaient eu recours à la catégorie générale des promysly comprenant les activités d’appoint, l’artisanat, le commerce et le travail salarié des paysans. Il précise que ces statistiques ne seront pas satisfaisantes tant que, parmi les promysly, elles n’auront pas distingué les patrons des salariés. « La paysannerie aisée pratique une agriculture capitaliste et commerciale et en même temps elle possède des entreprises industrielles et commerciales. Les paysans pauvres, au contraire, vendent leur force de travail tout en continuant à ensemencer de très petites superficies. »59

  • 60 V. Groman, « Ob osnovanijah gruppirovki krest´janskih hozjajstv » (Les principes du groupement des (...)

103L’analyse de Lenin se répand aussitôt dans le camp social-démocrate. Ainsi dans les travaux des statisticiens du zemstvo de Vologda et dans ceux de V. Groman, le futur économiste du Gosplan qui, au début du siècle, travaille dans le zemstvo de Viatka, les promysly sont différenciés de manière à mettre en évidence la prolétarisation du paysannat et des petits artisans. Dans son discours au XIe Congrès des médecins et des naturalistes panrusses (repris dans un article paru un an plus tard), Groman souligne que les statistiques doivent mettre en évidence la structure de classe de la société rurale. Il distingue alors les paysans en trois groupes : capitalistes-entrepreneurs, producteurs indépendants, salariés60.

104Son attention porte moins sur les critères de calcul du travail disponible que sur des intervalles prédéterminés, et non justifiés, permettant de figer la distinction entre « capitaliste » et « salarié », kulak et batrak. À la différence des approches mentionnées auparavant, le travail ne sert pas à satisfaire les besoins de la famille mais à assurer la survie du prolétaire.

105Cette insistance sur la différenciation en classes de la paysannerie et des artisans répond à une double exigence ; à l’intérieur du champ socialiste, Lenin et Groman tiennent à distinguer l’approche des sociaux-démocrates de celle des « populistes », toutes tendances confondues. Les « lois du développement » de Marx et Kautsky sont valables aussi pour la Russie. Il y aura donc une concentration progressive de la production et la disparition des paysans et des artisans. Dans ce contexte, les exploitations paysannes et artisanales sont des trompe-l’œil. Car derrière l’apparence de producteurs indépendants, se cachent soit des prolétaires, soit des capitalistes. De ce fait, les programmes politiques ne doivent pas miser sur la petite exploitation, ni sur une prétendue voie russe de développement, mais uniquement sur l’industrialisation et sur la force du prolétariat et de son parti. Du coup, dans la pensée marxiste orthodoxe, il n’y aura pas de place pour analyser le comportement et l’évolution du véritable protagoniste du marché du travail de l’époque : l’ouvrier-paysan. Il n’y aura pas de place non plus pour le calcul du salaire. Ce dernier est par définition lié au niveau de la subsistance.

106Ces tendances pénètrent les milieux intellectuels ; dans l’Encyclopédie Granat, l’entrée Kustarnaja promyšlennost´ est signée Petr Maslov, à cette époque très proche des marxistes « orthodoxes ». Certains auteurs, affirme-t-il, confondent kustar´ avec remeslo, c’est-à-dire « la production pour un intermédiaire avec la production directe pour le consommateur » ; d’autres, par contre, la confondent avec la production domestique. Maslov définit alors l’industrie kustar´ comme « la petite production domestique pour la vente au marché ». L’industrie kustar´ est en quelque sorte spécifique à la Russie. Sa grande étendue a limité la concentration de la population, l’urbanisation et donc la demande de produits industriels ; c’est pourquoi l’industrie kustar´ a pu survivre longtemps à côté des artisans urbains, ces derniers pouvant vendre seulement aux populations avoisinantes. En Occident, l’alliance entre les kustar´ et les industriels tue les remeslo.

107Autrement dit la production remeslennoe constitue la forme originaire (pervičnyj) d’industrie ; pour cette époque on peut parler de promyslennik-kustar´. La hausse du nombre de kustar´ dans la même spécialité pousse certains d’entre eux à travailler de manière saisonnière chez d’autres ; dans d’autres cas, elle encourage la commercialisation, et dans d’autres encore elle conduit à la soumission du kustar´ à l’intermédiaire et par là même à l’industrie.

  • 61 Enciklopedičeskij slovar´ Granat (Dictionnaire enclyclopédique Granat), vol. 26, Saint-Pétersbourg, (...)

108En tout cas, l’industrie kustar´ s’appuie sur des techniques primitives et ses travailleurs exercent leur activité dans des conditions assez rudes. Dans les conclusions, il critique la thèse selon laquelle l’industrie kustar´ ne serait pas destinée à disparaître face à la grande industrie, mais, au contraire, constituerait une forme viable de production61.

  • 62 M. Tugan-Baranovskij, Russkaja fabrika v prošlom i nastojaščem (La fabrique russe dans le passé et (...)

109Cette thèse avait été évoquée par des économistes tels que Bulgakov et Tugan-Baranovskij. Si au XVIIIe siècle, affirme celui-ci, la petite industrie était même soutenue par la grande qui l’exploitait, de nos jours elle présente souvent un système de production différent de celui de la grande entreprise, qui peut permettre une voie de développement différente. Le développement des coopératives favorise cet essor de la petite industrie artisanale62.

  • 63 Pour le rapport entre les théories russes du tournant du siècle et les théories du développement de (...)

110À la veille de la Première Guerre mondiale, les positions différentes semblent désormais figées et impossibles à concilier. Les marxistes orthodoxes n’étudient les promysly et l’industrie kustar´ que pour montrer leur caractère transitoire ; les révisionnistes et les néo-populistes estiment au contraire que ces activités sont destinées à survivre et que le développement ne consiste pas nécessairement en un processus de concentration progressive. Dans un cas comme dans l’autre, les catégories de promysly et de kustar´ renvoient à la définition des lois du développement et par conséquent à la comparaison entre la Russie et l’Occident. La question qui se pose est de savoir si la « spécificité » de la Russie doit s’exprimer dans les catégories économiques et statistiques elles-mêmes ou si elle doit ressortir simplement de l’analyse. Dans le premier cas, on risque de rendre toute comparaison homogène impossible ; dans le second, on risque par contre d’imposer à la Russie des catégories qui lui sont étrangères. Dans un cas comme dans l’autre, la classification des activités (d’appoint, agricoles, artisanales, etc.) est cruciale ; telles qu’elles se présentent à ce moment, ces deux approches du développement survivront jusqu’à nos jours, comme en témoigne le débat sur le (sous)développement63. En réalité, cette impasse ne peut se résoudre qu’à la condition de remettre en discussion la notion de rationalité économique sous-jacente à ces modèles.

Vers les spécialisations régionales ou comment rendre la comparaison possible

111Une nouvelle génération d’économistes (Čajanov, Čelincev) pense trouver une issue au dilemme évoqué en s’interrogeant sur le but de l’activité économique d’une part, sur l’homogénéité de l’espace russe d’autre part. Ainsi Čajanov, dans une étude consacrée aux exploitations du district de Volokolamsk, près de Saratov, propose un budget-temps hérité des statisticiens des zemstva, dans lequel le temps de travail de la famille est divisé en deux grandes catégories : travail agricole et promysly, ces derniers n’étant pas ultérieurement distingués. Le fait est que, à ce moment, Čajanov pense encore à une exploitation paysanne ayant l’autosuffisance comme but.

112En même temps, par rapport aux statisticiens des zemstva de la génération précédente, ces économistes introduisent certaines nouveautés. Ainsi, Čajanov montre que le comportement du paysan et le but de son travail trouvent des solutions régionales différentes. En particulier, dans les régions proprement rurales, les paysans se comportent selon l’interprétation « populiste », alors que dans les districts industriels, tels que Vladimir, ils tiennent compte de la rémunération relative des différentes activités. Dans le premier cas, le volume des promysly est lié à la taille de la famille, rapportée à la surface disponible, alors que, dans le second, il dépend des conditions économiques extérieures. Ces deux cas peuvent se résumer en une théorie générale : le volume des promysly est inversement proportionnel à la disponibilité en facteurs de production, terre en particulier.

113Selon Čajanov, cette solution générale doit être soumise à deux restrictions. Premièrement, le développement de nombreux promysly provient de ce que la répartition du travail agricole est très irrégulière dans le temps et que des saisons mortes sont présentes.

  • 64 A.V. Čajanov, Len i drugye kul’tury v organizacionnom plane krest´janskogo hozjajstva nečernozemnoj (...)

114Deuxièmement, dans des provinces telles que Vladimir, la conjoncture affecte le volume des promysly par rapport à l’activité agricole. Sur la base de cet exemple, Čajanov évoque le « cas paradoxal » de l’économie russe, tel qu’il avait été mis en évidence par Čuprov et Kablukov : à la différence de l’« Occident », en Russie les années de mauvaise récolte sont suivies d’une hausse du prix du blé, qui s’accompagne d’une baisse (et non d’une hausse comme en Angleterre) des salaires. Ce résultat s’explique par le fait que davantage de paysans s’offrent sur le marché du travail en cas de mauvaise récolte. De manière générale, une mauvaise récolte est suivie d’une hausse des promysly64.

  • 65 K. Pažitnov,« Zemledel´českij kapitalizm v Amerike » (Le capitalisme agraire en Amérique), Sovremen (...)

115La critique immédiate venant des marxistes Pažitnov et Hrjaščeva est que les promysly ne constituent pas une catégorie homogène et qu’il faut distinguer les effets d’une mauvaise récolte, d’une baisse des prix, etc., sur l’offre de travail salarié, de ceux qui touchent l’artisanat ou le commerce65.

116Nous trouvons là deux approches différentes aux questions posées : selon la première, les activités économiques se distinguent moins par leurs fonctions (comme dans l’économie politique classique) et par leur objectif de maximisation du revenu net, que par leur capacité à assurer un équilibre entre population et ressources. C’est pourquoi, il est tout à fait légitime d’opposer l’activité familiale agricole à l’ensemble des autres activités, car ces dernières sont considérées comme homogènes par le paysan qui accorde la priorité à l’activité agricole familiale. Les professions sont donc classées selon le découpage entre activités « indépendantes » (synonyme d’activité familial) et activités « dépendantes ».

117La deuxième approche met aussi l’accent sur les hiérarchies économiques ; cependant, selon la tradition des économistes classiques anglais et marxistes, les distinctions sont faites par fonctions (commerce, industrie, agriculture) et par disponibilité en moyens de production.

  • 66 CSK, Ežegodnik Rossii za... g. (Annuaire statistique de la Russie, années 1906-1916) ; J. Pallot, S (...)

118Cependant, l’une et l’autre approche se préoccupent avant tout d’inclure les promysly dans le cadre des « lois du développement » telles qu’elles sont conçues par les principaux courants économiques de l’époque. De ce fait, la manière particulière dont l’effritement du système des états s’imbrique en Russie avec la dynamique socio-économique demeure en dehors de ces études. Ainsi, Čajanov et sa génération d’économistes sous-estiment les achats et les remembrements de terres réalisés par les paysans66, alors que Hrjaščeva néglige le rôle du crédit coopératif dans la croissance des petites unités.

  • 67 GUZIZ, Kustarnaja promyšlennost´ Rossii (L’industrie artisanale en Russie), Saint-Pétersbourg, 1913

119Quant aux responsables ministériels, le ministère de l’Agriculture réformé (Glavnoe upravlenie po zemleustroistvu i zemledeliju -- GUZIZ) consacre un de ses premiers travaux à l’industrie kustar´. Par rapport aux travaux de la fin du XIXe siècle, aucune tentative de définition n’est faite. Cependant, il est évident qu’il n’y a plus de superposition possible entre kustar´, remeslo et promysel. Les différents chapitres sont en effet consacrés chacun à l’étude d’une branche bien définie : la production d’instruments musicaux dans telle ou telle région, celle des chapeaux, de métaux, etc. Le découpage se fait par objets de la production plutôt que par forme de l’organisation. L’artisanat est désormais proche du folklore67.

Les années de guerre : famille, calcul du travail et effort militaire

  • 68 A. Stanziani, « Organisations familiales... », art. cit.

120Les années de guerre se caractérisent par un renversement important de certaines tendances des années précédentes. La libre mobilité du travail est quasiment annulée : les travailleurs sont souvent soumis à une discipline militaire et de ce fait ils ne peuvent pas quitter les usines à leur gré. C’est donc la figure de l’ouvrier-paysan qui s’effrite. Ce résultat s’explique aussi par une autre raison : le taux élevé de conscription, ajouté à cette militarisation du travail, affecte avant tout les petites industries artisanales. Sur les marchés ruraux, les changements sont importants : la main-d’œuvre locale tend à être remplacée par des travailleurs d’autres régions de l’empire, voire par un recours croissant des propriétaires aux prisonniers de guerre et aux réfugiés. D’où la grogne des paysans locaux68.

  • 69 Osoboe Soveščanie, Predvaritel´nye itogi vserossijskoj s.h. perepisi 1916 g. (Résultats préliminair (...)

121C’est dans ce contexte qu’évoluent les statistiques du travail. Après maintes hésitations, le recensement de 1916 focalise son attention sur l’emblavure, le bétail et l’ensemble des effectifs agricoles. La priorité est donc accordée à l’approvisionnement en vivres de l’armée et de la population urbaine69.

122C’est à la suite des pressions de Groman et de Popov qu’on inclut dans l’agenda du recensement des chapitres consacrés à la distribution du travail entre ville et campagne. C’est que, aux yeux de ces statisticiens, la gestion de l’approvisionnement est indissociable de celle de la production. De ce fait, le calcul des effectifs devient essentiel pour les opérations suivantes :

1231) distribuer les travailleurs (prisonniers, réfugiés) entre les secteurs. Les conflits à ce sujet entre les ministères concernés, ainsi qu’entre l’union des zemstva, celle des villes, etc., sont assez symptomatiques ;

1242) proposer des formes de rationalisation qui permettent de réduire l’exigence d’effectifs et d’augmenter la productivité du travail. C’est là l’objectif des zemstva et des coopératives agricoles qui se chargent de répandre des procédés nouveaux en agriculture.

  • 70 CSU, Trudy (Travaux), vol. 5, Moscou, 1922.

125Ces tendances s’imposent encore plus nettement dans l’organisation du recensement du printemps-été 1917, qui, dirigé par Popov et Hrjaščeva, consacre la plus grande attention au travail et à la distribution des travailleurs entre les différentes activités. Pour chaque village, district et province, on souhaite alors connaître le nombre d’exploitations à promysly et le nombre de promyslenniki par exploitation, en les distinguant par leur sexe et leur âge70.

126La différence par rapport à l’avant-guerre est de taille : compte tenu du recours croissant aux prisonniers de guerre et de la militarisation du travail, l’organisation du travail est de moins en moins dissociable de la rationalisation de la consommation. Dans les deux cas, les calculs en nature tendent à s’imposer et les promysly doivent être détaillés, afin de les distinguer par niveau de dépendance du travailleur et mettre ainsi en évidence la transformation en cours et la rationalisation à venir. Ces éléments vont constituer un héritage important pour l’époque soviétique.

La période soviétique (1918-1926) :la construction statistique du salarié

  • 71 Sur ces aspects, voir A. Stanziani, L’économie en révolution, op. cit.
  • 72 A. Stopani, « Organizacija statistiki truda » (L’organisation de la statistique du travail), Statis (...)
  • 73 A. Stanziani, L’économie en révolution, op. cit.
  • 74 A. Stanziani, « Les statistiques des récoltes en Russie, 1905-1928 », Histoire et Mesure, VII, 1-2, (...)
  • 75 A.Stanziani, « Les sources démographiques... », art. cit.
  • 76 G. Polljak, « Metody učeta naselenija v petrogradskoj gorodskoj perepisi 1918 goda » (Les méthodes (...)
  • 77 CSU, Pogubernskie itogi 10 % vyboročnoj sel´sko-hozjajstvennoj perepisi krest´janskih hozjajstv 191 (...)

127Malgré les déclarations officielles, soulignant la centralisation de l’appareil statistique par la création du CSU dès 1918, les bureaux de statistique, en réalité, se multiplient et se concurrencent. Au CSU s’ajoutent en effet le Gosplan et les sections statistiques des principaux commissariats71. Les statistiques du travail ne font pas exception, dans la mesure où à la section du CSU chargée de ces dossiers s’ajoutent les bureaux des statistiques auprès du commissariat au Travail (Narkomtrud), chacun de ces organismes revendiquant sa compétence à mener les enquêtes en matière de travail72. En effet, la gestion du travail à l’époque de la guerre civile revêt plusieurs enjeux de taille. La distinction entre habitants ruraux et habitants urbains est indispensable pour évaluer les exigences des villes d’une part, la production attendue (agricole et industrielle) de l’autre. Ces informations sont nécessaires non seulement pour bien mener à terme la guerre civile et sauver la révolution, mais aussi dans le jeu politique entre courants bolcheviks, mencheviks et SR. Qu’il s’agisse d’arrêter les politiques d’approvisionnement (prix fixes, réquisitions), celles des salaires (niveau et forme, en nature ou en argent) ou l’organisation de l’industrie (autogestion ouvrière ou recours aux « spécialistes bourgeois »), il faut avoir, dans tous les cas, une idée des ressources disponibles et de leur distribution73. La manière dont les enquêtes sont conçues conditionne fortement ces résultats et donc les décisions politiques. Ayant traité ailleurs des statistiques des récoltes74 et des questions démographiques75, je me concentrerai ici sur les aspects concernant les promysly. Ainsi, si le recensement de Petrograd conçoit des fiches par foyer et ensuite par individus, les premières enquêtes agricoles raisonnent par famille. Cependant, plusieurs statisticiens estiment qu’il faudrait distinguer à ce sujet les campagnes proprement agricoles et celles qui se trouvent à proximité des districts industriels. En ce dernier cas, l’hypothèse de départ est que les familles paysannes seraient dévouées aux promysly ; de ce fait, plusieurs bureaux de provinces préfèrent adopter des formulaires et des critères de classification par individu plutôt que par famille76. Il en résulte que les données ne sont pas homogènes et, de plus, elles sont incomplètes du fait de la guerre civile77.

  • 78 A.I. Hrjaščeva, « Krest´janstvo v voine i revoljucii » (La paysannerie dans la guerre et dans la ré (...)

128Ces limites n’empêchent pas pour autant Hrjaščeva de tirer des conclusions sur l’impact de la guerre et de la révolution : la première aurait accru la différenciation sociale que la seconde aurait par contre réduit. En même temps, l’effet peut-être le plus significatif de la révolution aurait été le retour définitif des ouvriers-paysans à la campagne78.

  • 79 Appendice à Vestnik statistiki, 4-7, 1919, p.155-182.
  • 80 Rossijskij Gosudarstvennyj Arhiv Ekonomiki -- RGAE, f. 1562, op. 9, d. 82-87 ; « Hronika », Vestnik (...)

129Cependant, comme ces conclusions sont contestées par plusieurs statisticiens (Kaufman avant tout), le deuxième Congrès des statisticiens (25/4-2/5/1919, Moscou) décide d’établir les critères des « enquêtes dynamiques » (sondages sur la base des budgets des exploitations paysannes de certaines régions-types) et ceux du recensement agricole prévu en 192079. Le formulaire élaboré pour ce dernier est à la fois qualitatif et quantitatif. Les enquêteurs demandent ainsi à chaque travailleur s’il considère l’activité agricole comme son occupation principale, s’il possède une spécialisation, s’il a recours à des travailleurs, s’il était occupé dans l’agriculture avant 1914 et entre 1914 et 1917 ; s’il a d’autres occupations, si oui lesquelles, et quels changements sont intervenus avant 1914 et en 1914-1917. L’hypothèse de départ est donc que la diffusion des promysly et leur évolution permettent de rendre compte de la dépendance des exploitations paysannes et de leur subordination aux capitalistes. On peut alors mesurer l’impact de la révolution sur ce processus80.

130Ce « recensement » est en réalité une étude partielle, car les enquêteurs sont obligés d’exclure plusieurs régions et districts du fait soit de la guerre, soit des moyens limités dont ils disposent. Comme les statisticiens le remarquent aussitôt, l’étude de 1920 ne parvient pas à cerner les allers et retours entre les villes et les campagnes ; à cette fin, la classification des promysly se révèle insuffisante sans le soutien d’un système efficace de fiches d’état civil et de résidence.

  • 81 Vestnik statistiki, 1-4, 1921, appendices.

131C’est pourquoi la Conférence panrusse des statisticiens de 1921 adopte une résolution selon laquelle les tableaux du recensement général à venir, à caractère démographique et professionnel, sont censés étudier les promysly. Ces activités doivent se distinguer selon qu’elles sont rurales et « autres », familiales et non familiales. Nous trouvons là un compromis au sein du CSU entre ceux qui sont en faveur d’une simple séparation entre l’activité rurale et l’ensemble des autres activités de la famille et ceux qui, au contraire, souhaitent distinguer les promysly selon leur « fonction » économique et leur niveau de dépendance de la ville81. Cependant, ce compromis, outre qu’il est difficile à réaliser, apparaît faible sur le plan analytique, car les deux approches sont réellement incompatibles entre elles, l’une imaginant une disparition progressive des activités artisanales et d’appoint et l’autre soulignant, au contraire, leur importance dans une voie de développement de type coopératif. Ces deux approches, qui vont se faire face tout au long des années 1920, ont des implications politiques évidentes. Si en effet, en suivant les thèses de Lenin de 1899, on estime que les petites unités de production sont destinées à disparaître et leurs membres à être transformés soit en prolétaires, soit en capitalistes, alors le retour au marché évoqué par la NEP ne conduit pas vers le socialisme mais, bien au contraire, à une restauration du capitalisme. Inversement, les partisans de la NEP auront intérêt à mettre en évidence la force des promysly et de l’industrie kustar´ et leur contribution au développement.

132Cette opposition, si elle reproduit, sous plusieurs rapports, celle qui sépare les populistes des marxistes du tournant du siècle, offre, en même temps, certains éléments de nouveauté ; en particulier, de nouvelles tentatives de synthèse des approches de la petite entreprise voient le jour. En 1923, Litosenko, responsable des études budgétaires au CSU, essaye le premier d’intégrer certains éléments marxistes au schéma čajanovien. Il commence ainsi par estimer la participation des différentes activités au revenu familial. Ensuite, il montre en pourcentage le poids, par exploitation moyenne, de ces différentes activités et leur contribution au revenu global. Il distingue alors entre agriculture, économie du bois, chasse et pêche, promysly. Ces derniers sont classés en trois groupes : remeslennye-kustarnye ou commerciaux ; ličnye ; zarabotki dans une exploitation extérieure. Les promysly, explique l’auteur, constituent un ensemble assez hétérogène du point de vue de la nature de l’occupation. La seule définition générale qu’on puisse leur attribuer consiste à les identifier à des revenus extra-agricoles. Parmi ces revenus, deux s’imposent : 1) ceux des occupations lično-promyslovye, du genre des remesla, travaux sur commande, service en ville ; 2) le revenu dû à l’aliénation de la force de travail dans une autre exploitation agricole.

  • 82 N. Litosenko, « Osnovnye elementy krest´janskogo bjudžeta 1923/4 goda » (Les éléments fondamentaux (...)

133Cependant, « il faut remarquer que la partie du revenu due à la vente des produits kustar´ pourrait s’inclure aussi dans les revenus des occupations lično-promyslovye, puisqu’un établissement remeslenno-kustarnoe se sépare seulement au cas où il dispose d’un équipement spécial ou d’un pomeščenie (local). »82

134Conformément aux suggestions des « marxistes », Litosenko distingue le travail salarié des autres promyslyqui sont, à leur tour, classés par leur degré de dépendance. Il y aura donc d’une part les artisans et ceux qui ont recours au commerce ou au transport, de l’autre ceux qui servent ou qui travaillent sur commande.

  • 83 « Hronika », Vestnik statistiki, 7-9,1924, p. 180-181.

135De ce fait, la catégorie des kustari disparaît, comme le remarque le collège du CSU censé résoudre le problème du recensement général. En décembre 1924, ce collège décide, d’après un discours de Popov, de constituer une commission chargée du travail préparatoire au recensement83. Cette commission est notamment censée trancher sur les questions à ajouter dans le formulaire afin de tenir compte des kustari et d’arrêter une liste des remeslenniki. La question est cruciale : au moment où la NEP entre dans une nouvelle phase, le problème se pose de savoir si les kustari constituent une catégorie statistique et sociale conforme à cette ligne. La réponse donnée influence l’évaluation du taux de croissance de l’industrie et de l’économie soviétiques et de ce fait les politiques économiques à venir.

136C’est dans ce contexte que Minc publie sa monographie sur les othody, c’est-à-dire sur une catégorie de promysly tout à fait à l’opposé de celle des kustari. Si ces derniers renvoient en effet à l’idée d’une autonomie de la petite exploitation, les othody suggèrent au contraire une différenciation socio-professionnelle plus nette, avec une subordination de la campagne à la ville et de la petite industrie à la grande. Minc précise d’emblée qu’il est nécessaire de distinguer parmi les promysly ceux qui sont locaux et ceux qui s’exercent à distance ; les premiers se font dans le cadre de l’exploitation familiale, alors que les seconds constituent en réalité du travail salarié. C’est là une tentative claire de briser la catégorie de l’ouvrier-paysan et, avec elle, les autres notions de remeslennik, promysel, etc. À leur place, nous trouvons l’opposition entre les promysly familiaux et le travail salarié. Sur cette base, l’auteur essaye de montrer la dynamique des uns et de l’autre.

137Dans ce même sillage, en janvier 1925, le collège du CSU décide que le recensement agricole sera réalisé séparément par rapport au recensement général et que son questionnaire concernera aussi les othožie promysly et le nombre de jours de travail dans l’exploitation. Au contraire, le programme du recensement démographique comprendra des questions telles que la distribution du temps entre activité agricole et activité en ville. Il précise cependant que les promysly des femmes doivent être introduits dans les deux enquêtes. Y a-t-il encore de la place pour l’activité kustarnaja ?

138Toujours en 1925, le CSU réalise un recensement de la « petite industrie » kustar´-remeslennaja. La première difficulté consiste à délimiter l’objet d’investigation. Les rédacteurs évitent le terme générique de promysly, excluent les salariés de l’enquête, ainsi que les othody et parlent, d’une part, de petite industrie et, d’autre part, de deux catégories bien précises héritées de l’époque tsariste : les kustari et les remeslenniki. Essayons de comprendre mieux ces catégories. L’instruction rappelle que dans les enquêtes tsaristes la petite entreprise industrielle devait avoir moins de 16 travailleurs par moteur mécanique et moins de 30 sans moteur. Le CSU maintient cette classification.

  • 84 Le questionnaire de l’enquête élargie part des informations démographiques (adresse, nom, etc.) ; p (...)

139Les questionnaires de l’enquête, destinés à être remplis par les sel´sovety, sont différents selon qu’il s’agit de l’enquête « élargie » ou du sondage (3-5 % des ménages)84. L’instruction recommande que la fiche soit remplie indépendamment du temps consacré à l’activité désignée et au revenu apporté. Au contraire, les ménages qui exercent une activité qui ne rentre pas parmi celles établies dans le village ne doivent pas être pris en compte. Pareillement, il faut exclure les domestiques et ceux qui se consacrent au commerce.

140Si un ménage exerce deux activités ou plus, il faut les séparer.

  • 85 CSU, Melkaja i kustarno-remeslennaja promyšlennost´ sojuza SSR v 1925 g. (La petite industrie et l’ (...)

141La deuxième partie du questionnaire s’intéresse à l’évolution de ces activités pendant les dernières années et par rapport à l’avant-guerre. Les questions concernent les variations (et leurs causes) du nombre de ménages impliqués par village dans une certaine activité, du nombre de travailleurs impliqués, des heures qui y sont consacrées, de la productivité, de la journée de travail, des achats de matériaux et de matières premières, des ventes et du crédit85.

142Cette enquête marque un tournant : elle exprime le premier effort systématique de classement des principaux promysly. Cette catégorie, qui avait accompagné les débats statistiques et économiques russes depuis au moins l’émancipation des serfs, disparaît. À sa place, nous trouvons les activités non agricoles des ménages ruraux, distinguées par fonctions économiques. Finalement, les activités commerciales, les domestiques et les salariés sont exclus de l’enquête. Les premières ne sont pas prises en compte parce que, en dépit de certaines déclarations officielles, elles sont rangées du côté de la spéculation. L’ouvrier-paysan disparaît également dans la mesure où les othody sont assimilés au travail salarié. Du coup, on perd les liens entre ces activités, au contraire bien présents au sein des ménages et dans l’économie soviétique.

143Finalement, la traditionnelle distinction des activités kustar´ et remeslenniki par leur niveau d’« indépendance » (entreprises qui travaillent sur commande d’un intermédiaire ou en réponse directe au consommateur) disparaît aussi. Cette solution reflète le désir d’aboutir à une économie qui corresponde davantage aux schémas de l’économie politique classique et marxiste, qui prévoient une division fonctionnelle stricte de la population. Cette issue témoigne du fait que, en 1925, une bonne partie des élites soviétiques ont déjà résolu la question de la signification économique et idéologique de la NEP : on n’a plus besoin d’évaluer le niveau d’« indépendance » des petites industries car elles sont censées disparaître. L’enquête en question exprime plutôt une étude menée en vue d’une rationalisation globale de l’économie. C’est pourquoi, comme nous l’avons montré, d’une part, un ménage est inclus parmi les kustari ou remeslenniki indépendamment du temps qu’il consacre à ces activités et, d’autre part, on ne tient pas compte d’une activité « isolée » au sein d’un village. C’est aussi pourquoi la pluriactivité des ménages doit disparaître des tableaux. Nous trouvons là un effort visant à tracer une carte de ces activités qui sacrifie la complexité de l’économie russe et la ramène aux schémas souhaités. Les statistiques constituent moins un instrument de compréhension de la réalité que le souhait de certaines élites.

144C’est pourquoi, à la différence des études menées à l’époque tsariste, le CSU exclut les salariés proprement dits des promysly. Des études à part sont prévues. Mais comment définir les salariés agricoles ?

145Vers le milieu des années 1920, ce problème est d’autant plus important que ceux qui critiquent la NEP cherchent à mettre en évidence précisément la différenciation progressive en classes de la paysannerie. En principe le batrak est celui qui ne dispose pas de terre et qui se prolétarise de manière constante. Cependant, les enquêtes menées de cette manière finissent par identifier un nombre extrêmement limité de batraki, d’autant plus que le travail salarié est interdit, que, par conséquent, les ménages le cachent, et que le régime aime plutôt souligner la disparition des prolétaires agricoles à la suite de la révolution.

  • 86 S. Strumilin, « Dinamika batrackoj armii » (La dynamique de l’armée des salariés agricoles), Na agr (...)

146Au contraire, ceux qui critiquent la NEP cherchent à montrer, dans le sillage du Développement du capitalisme en Russie de Lenin, que le nombre de « prolétaires » ruraux, déjà considérable au tournant du siècle, ne cesse de croître. Ainsi, Strumilin remarque en 1925 que les batraki apparaissent comme très peu nombreux, même dans le recensement de 1897, du fait des imprécisions et des erreurs des enquêteurs. Ce recensement, observe-t-il, a été réalisé en janvier, à un moment où le nombre des salariés agricoles est le plus limité. D’autre part, 13000 travailleurs classés comme voituriers (izvozčiki) sont en réalité occupés dans le transport du bois et ils sont des prolétaires. Surtout, affirme-t-il, dans chaque famille paysanne il y a des salariés qui sont classés comme paysans. Afin de « corriger » ces insuffisances, Strumilin calcule le nombre moyen de travailleurs salariés par famille. Ensuite il multiplie ce chiffre par le nombre de familles et il obtient ainsi une hausse considérable du nombre de batraki86.

147Les conclusions qu’on peut tirer de cette étude ont une grande importance politique : la NEP conduit à la formation d’une armée de réserve de prolétaires, telle qu’elle avait été décrite par Marx et Kautsky et reprise par Lenin. De ce fait, cette politique est incompatible avec la construction du socialisme.

148Dans ce sillage, P. Maslov critique la solution adoptée par le CSUqui, affirme-t-il, d’une part ne met pas en évidence le niveau de dépendance des formes différentes de remeslo et d’autre part a recours au terme kustar´ qui tend précisément à occulter cet aspect. Il définit alors le remeslo « au sens large comme la production pour la transformation des produits de l’industrie, réalisée essentiellement par du travail manuel et dans des dimensions limitées. » Le remeslo est donc une petite production qui se distingue de la manufacture et de la fabrique par l’absence de machines et d’une division ou coopération du travail, qui permettraient une hausse de la productivité.

149Cependant, au sens étroit du terme, on peut définir le remeslo comme la petite production sur commande. Le remeslennik est en général rural et il est souvent obligé de s’éloigner de son village (othožie promysly).

150Comme il l’avait déjà fait avant la guerre, Maslov explique qu’avec le développement du capitalisme et la croissance de la grande entreprise, le remeslennik est remplacé par le kustar´ qui produit pour le marché. En ce cas, l’intermédiaire devient indispensable et s’il fournit aussi les matières premières et les outils, alors on se trouve en présence de la domašnee proizvodstvo (production domestique). Contrairement au schéma du CSU, la classification de ces activités se fait par le niveau de dépendance et d’exploitation du remeslennik. Il s’agit pourtant, affirme-t-il, de limites floues. Par exemple, le remeslennik indépendant, en cas de commandes insuffisantes, tombe sous le contrôle de l’intermédiaire.

151Plus difficile encore est d’établir sur le plan statistique la différence entre le remeslo, l’industrie et la manufacture. Les statisticiens allemands ont résolu le problème en distinguant la petite entreprise (moins de cinq salariés) de la grande. Selon Maslov cette distinction est justifiée.

152Conformément à sa formation, Maslov offre un aperçu historique du remeslo : la détermination des lois du développement est étroitement liée à la définition des principales catégories économiques. L’auteur montre que les remeslenniki existaient avant tout en Inde, tandis qu’en Europe ils n’apparurent qu’au Moyen žge, en partie dans les villes, en partie à la campagne, où ils s’émancipèrent progressivement. Ils connurent alors un développement considérable, surtout en Allemagne, mais ils commencèrent à décliner à partir du milieu du XVIIIe siècle, avec l’essor du capitalisme. Il cite Sombart qui identifie les formes les plus importantes de remeslo.

153À la différence de l’Europe, en Russie, l’essor du remeslo se lie dès l’origine à celui de l’État. C’est la construction des bâtiments et des églises au XIe et au XIIIe siècle qui favorise le développement des maçons et des charpentiers. Donc, contrairement à l’Europe, le remeslo n’est guère lié aux villes, d’ailleurs faibles en Russie. C’est pourquoi, dans ce pays, le remeslo s’est développé dans les campagnes et il n’est pas organisé en corporations. Ces dernières (cehi) apparaissent seulement sous Pierre le Grand ; de ce fait, l’apprentissage dure moins longtemps qu’en Europe et par conséquent le niveau technique du remeslo russe est inférieur à celui de l’Europe. Cependant, du fait de sa localisation et de l’opportunité d’exploiter sa main-d’œuvre, le remeslo russe résiste mieux que le remeslo européen à l’essor de la grande industrie.

154Que se passe-t-il avec la révolution ?

155La question est cruciale car selon la réponse apportée, la NEP sera jugée comme étant compatible avec le socialisme. Maslov observe avec justesse que la dynamique socio-économique doit s’évaluer en tenant compte des glissements éventuels des nomenclatures statistiques. Il rappelle ainsi que, jusqu’à la révolution, on identifiait la petite industrie avec le remeslo urbain et le kustar´ avec le remeslo rural. Cependant, « le terme kustar´ n’est pas utile sur le plan scientifique, car il inclut des situations différentes, de l’industrie domestique à l’artisan rural indépendant. » En réalité (et il cite làLe développement du capitalisme en Russie), cette distinction est liée à la présence des soslovija et des corporations. La preuve en est qu’après la révolution, on désigne par kustar´ l’industrie remeslennaja rurale et urbaine.

  • 87 Encyklopedičeskii slovar´ Granat, op. cit., vol. 36, 1, p.457-471.

156Nous trouvons là des suggestions précieuses : les définitions et les classifications statistiques changent avant et après la révolution ; Maslov arrive à lier la mise en place et la définition de ces classifications à l’époque tsariste à la persistance des soslovija. Par contre, comme c’était prévisible, il paraît croire à une coïncidence entre l’évolution terminologique et celle de la réalité à l’époque soviétique. La révolution, conclut-il, a introduit la protection des travailleurs, mais seulement dans la grande entreprise ; de ce fait, les maîtres remeslenniki exploitent encore beaucoup leurs apprentis. Il espère que l’adoption du nouveau code du travail pourra résoudre ce problème87.

Conclusion : professions et raison statistique dans la dynamique historique

157Nous pouvons essayer d’éclaircir les raisons pour lesquelles la définition et l’usage des catégories telles que promysly, kustar´, remeslo créent tellement de problèmes à l’historiographie « occidentale » aussi bien que russe. La dynamique de la langue courante russe nous offre déjà des indications précieuses : l’évolution de la signification des mots en question témoigne de la superposition entre religion et économie jusqu’au XVIIe siècle et de leur différenciation (mais non pas distinction et encore moins opposition) progressive au cours du siècle suivant. Finalement, au début de la seconde moitié du XIXe siècle, le langage savant et politique s’empare de ces catégories qui renvoient finalement à l’évolution du rapport et des statuts respectifs de l’ordre économique et de l’ordre juridique lors du passage d’une société d’Ancien Régime à une société contemporaine. Cette transition est différemment ressentie par les différentes couches sociales ; ainsi, les administrateurs tsaristes cherchent à gommer le décalage croissant entre la division officielle de la société en états et son évolution socio-professionnelle : les statistiques servent moins à informer qu’à valider un système de normes. Les différentes manières de concevoir l’industrie kustarnaja et les promysly expriment l’embarras de ces élites face à une évolution socio-économique qui paraît leur échapper ; ils refusent une analyse en terme de groupes sociaux et accordent la priorité à une association étroite entre états d’Ancien Régime et professions, alors que, dans la réalité, cette association est de plus en plus mise en question, entre autres, par les réformes adoptées par ces mêmes élites.

158Du côté des spécialistes des zemstva et de l’intelligentsia, l’attitude épistémologique n’est guère différente : les statistiques servent assez souvent à confirmer les « lois du développement ». Ces dernières, qu’elle se veuillent « universelles » ou différenciées par pays, sont en tout cas fortement influencées par la pensée occidentale de l’époque (approches marxistes, école historique allemande, économie classique anglaise). Les activités de travail et les professions sont alors définies soit par leur fonction (commerce, production, etc.), soit par leur niveau de « dépendance ».

159Cependant, certains économistes et statisticiens développent une approche originale ; à la place des fonctions économiques habituelles, nous trouvons, à l’échelle macroéconomique, la théorie des « systèmes combinés » et, à l’échelle micro, les budgets-temps et le recours à des formes de rationalité économique à géométrie variable. Plutôt qu’une « confusion » théorique, la catégorie assez hétérogène des promysly reflète assez bien l’indifférenciation des marchés russes, à la fois du point de vue de leurs objets et de leurs acteurs.

160Mais il ne s’agit pas que de réflexions intellectuelles. La manière dont ces statistiques sont fabriquées conditionne les mesures adoptées par les dirigeants politiques et administratifs, depuis la conscription et les contrôles de passeports jusqu’aux politiques économiques et financières menées par les organismes centraux et par les zemstva. Ainsi, le choix de l’unité de référence des enquêtes --famille, ménage, exploitation -- affecte le calcul des personnes soumises à la conscription, la possibilité légale d’exercer un métier en ville, etc.

161De même, la manière dont les statistiques du travail sont conçues dépend, tout en les influençant à son tour, de la force du patriarcat en tant qu’élément régulateur de la reproduction sociale et de la dynamique économique dans les campagnes. Mais en tout cas, il s’agit moins d’oppositions idéologiques, comme le voudrait Lenin, que d’états différents du monde et de leurs évolutions, toutes également possibles à ce moment en Russie.

162De ce point de vue, la révolution d’Octobre marque moins une rupture qu’une continuité avec le régime tsariste ; les catégories de promylsy, kustar´, etc., posent problème aux nouveaux dirigeants et aux statisticiens, non seulement du fait de leur formation marxiste, mais aussi et surtout parce qu’elles leur renvoient la question de leur propre légitimation (politique ou scientifique) et de la multiplicité de mondes possibles, si distante des « lois du développement » auxquelles ils se réfèrent. La diffusion des promysly, des artisans et des ouvriers-paysans soulève la question de la signification historique de la révolution et de sa compatibilité avec les « lois de l’histoire ». La définition et la mise en place d’une « économie socialiste » en sont affectées pour autant. En suivant Lenin, l’historiographie soviétique définit alors les promysly comme des activités transitoires ; selon cette approche il n’y a guère de place pour des systèmes tels qu’ils avaient été décrits par certains statisticiens des zemstva (Kablukov et Pešehonov) mettant l’accent sur la coexistence de logiques économiques différentes au sein du même système. Au contraire, conformément à l’approche marxiste et léniniste désormais dominante, les promysly ne sauraient constituer une catégorie statistique valable ; les nouveaux dirigeants et statisticiens soviétiques privilégient par contre une classification des professions par leur fonction économique et par le degré de « dépendance » du travailleur.

163L’histoire économique et sociale de la dernière époque tsariste est alors revisitée de manière à trouver une confirmation de cette nouvelle approche. Les statistiques de l’Ancien Régime sont corrigées et, en même temps, l’évolution des classifications précède celle de l’économie soviétique réelle : les statistiques deviennent un véritable outil normatif.

164Il est tout de même remarquable que, de nos jours, les historiens occidentaux spécialistes de la Russie éprouvent des difficultés aussi importantes à rendre compte des promysly. Plutôt que de prendre acte de la superposition entre des logiques économiques différentes et donc entre des catégories socio-professionnelles qui ne sauraient guère se comparer à celles des pays occidentaux, la plupart de ces travaux tiennent à distinguer le travail « salarié » des autres promysly et s’appuient finalement sur des modèles conçus pour rendre compte des réalités « occidentales ». Deux raisons principales semblent être à l’origine de cette approche : de manière générale, on suit la tradition de l’économie politique « occidentale » qui distingue les « marchés » par leur objet et par leur fonction (marché du travail, du crédit, des produits). On perd ainsi une caractéristique importante de l’économie russe du tournant du siècle, à savoir l’indifférenciation des marchés. D’autre part, la sphère économique est séparée du champ normatif ; celui-ci est soit négligé, soit envisagé comme un déterminant de celle-là, alors que l’histoire de la notion et des pratiques des promysly montre comment ces deux éléments se définissent mutuellement.

165Il y aurait dans la définition des marchés et des professions, dans le rapport entre l’économie et le droit, deux beaux chantiers possibles pour l’historiographie à venir.

166CNRS

167Institutions et dynamiques historiques de l’économie

168École normale supérieure de Cachan

169Bâtiment Laplace

17061, avenue du Président-Wilson

17194235 Cachan

172Stanziani.Alessandro@idhe.ens-cachan.fr

Haut de page

Notes

1 Sur la traduction et le rapport entre les soslovija russes et les « états » occidentaux voir L. Haimson, « The problem of social identities in early 20th century Russia », Slavic Review, 1, 1988, p. 1-38 ; G.L. Freeze, « The soslovie (estate) paradigm and Russian social history », The American Historical Review, 81, 9, 1986, p. 11-36.

2 Voir, parmi d’autres : G. Postel-Vinay, La terre et l’argent, Paris, Albin Michel, 1997 ; R. Biernacki, The fabrication of labor, Berkeley, 1995 ; P. Hoffman, Growth in a traditional society : the French countryside, 1450-1815, Princeton, 1996.

3 Pour une analyse de ces travaux, voir Alessandro Stanziani, « L’impresa familiare nel pensiero di A.V. Chayanov », Studi economici, 37, 1987, p.61-117.

4 P. Kriedte, H. Medick, J. Schlumbohm, Industrialization before industrialization : rural industry in the genesis of capitalism, Cambridge, 1981.

5 J. de Vries, « The industrial revolution and the industrious revolution », The Journal of Economic History, 54, 2, June 1994, p. 249-269. Pour une analyse des théories de la proto-industrialisation, voir P. Jeannin, « La protoindustrialisation : développement ou impasse ? », Annales HSC, 35, 1, 1980, p. 52-65.

6 F. Braudel, Civilisation matérielle, économie et capitalisme, Paris, A. Colin, 1979, vol. 2, p.363-365.

7 Voir, à titre d’exemple, A. Bagnasco, Tre Italie, Bologne, 1980.

8 Alessandro Stanziani, « Organisations familiales et marché du travail en Russie, 1861-1922 », Histoire et Mesure, 14, 1-2, 1999, p.121-162.

9 A. Desrosières, « Éléments pour l’histoire des nomenclatures socioprofessionnelles », Pour une histoire de la statistique, Paris, Insee, 1977, t. 1 ; R. Salais, N. Bavarez, B. Reynaud, L’invention du chômage, Paris, PUF, 1984.

10 L.E. Minc, Othod krest´janskogo naselenija na zarabotki v SSSR (Les travaux saisonniers à distance de la population paysanne en URSS), Moscou, 1925.

11 Voir parmi d’autres : B. Alpern Engel, Between the fields and the city : women, work, and family in Russia, 1861-1914, Cambridge, 1994 ; J.Burds, Peasant dreams and market politics : labor migration and the Russian village, 1861-1905, Pittsburgh, 1998 ; R.E. Johnson, Peasant and proletarian : the working class of Moscow in the late nineteenth century, New Brunswick, 1979 ; Wendy Salmond, Art and craft in late Imperial Russia : reviving the kustar art industries, 1870-1917, Cambridge, 1996.

12 Dizionario russo-italiano, Moscou, 1977.

13 Russko-francuzskij slovar´(Dictionnaire russe-français), Moscou, 1957.

14 J. Kocka, « Problems of working class formation in Germany : the early years, 1800-1875 », in I. Katznelson et A. Zolberg, Working class formation : nineteenth-century patterns in Western Europe and the United States, Princeton, 1986, p.327.

15 R. Biernacki, The fabrication of labor. Germany and Britain, 1640-1914, Berkeley, 1995, p.290.

16 I.I. Sreznevskij, Materialy dlja slovarija drevnerusskogo jazyka (Matériaux pour un dictionnaire du russe ancien), Saint-Pétersbourg, 1903.

17 Kustar´: « A zavod´ požne : kraj Sitnika do kusta, a ot kustarja prjamo k požne » (environ 1427) ; « Pašni...pahanye naezdom 3 čet´i...kustyrem poroslo 35 čet´i v pole » (1578). « Na sennyh pokoseh šipišnik i kustar´ počiščat´, čtoby...ne mešalo » (1662), cité in Slovar´ russkogo jazyka XI-XVII vv. (Dictionnaire de la langue russe XI-XVIIe s.), Moscou, 1981, vol. 8, p. 145.

18 Ibid., vol. 20, p. 170-173.

19 Ibid., vol. 22, p. 142-143.

20 P. Semenov, Geografičesko-statističeskij slovar´ rossijskoj imperii (Dictionnaire géographique-statistique de l’empire russe), Saint-Pétersbourg, 1868.

21 I.N. Berezin, Enciklopedičeskij slovar´ (Dictionnaire encyclopédique), Saint-Pétersbourg, 1878, t. 3, p. 491-495.

22 A. Kaspari, Vserossijskij slovar´ tolkovatel´ (Dictionnaire panrusse de la langue parlée), Saint-Pétersbourg, 1893, t. 1, p. 843.

23 F. Pavlenkov, Enciklopedičeskij slovar´ (Dictionnaire encyclopédique), Saint-Pétersbourg, 1913, p. 1134, 2023.

24 Slovar´ russkogo jazyka na 4 tomah (Dictionnaire de la langue russe en 4 tomes), édition de 1958, Moscou, vol. 2, p. 206, vol. 3, p. 680, 934.

25 A. Preobraženskij, Etimologičeskij slovar´ russkogo jazyka (Dictionnaire étymologique de la langue russe), Saint-Pétersbourg, 1910-1914, p. 420-421.

26 S.I. Ožegov, Slovar´ russkogo jazyka (Dictionnaire de la langue russe), Moscou, 1960, p. 306, 607, 608.

27 M. Fasmer, Etimologičeskij slovar´ russkogo jazyka (Dictionnaire étymologique de la langue russe), Moscou, 1967, t. 2, p. 432, t. 3, p. 468.

28 I.M. Šanskij, Etimologičeskij slovar´ russkogo jazyka (Dictionnaire étymologique de la langue russe), Moscou, 1982, VII, appendices, p.121.

29 A. Stanziani, « Les sources démographiques entre contrôle policier et utopies technocratiques. Le cas russe, 1870-1926 », Cahiers du Monde russe, 38, 4, 1997, p. 457-488.

30 Ministerstvo gosudarstvennyh imuščestv, Materialy dlja statistiki Rossii (Ministère des domaines de l’État, Matériaux pour la statistique de la Russie), Saint-Pétersbourg, 1857, 1859.

31 « Materialy dlja izučenija kustarnoj promyšlennosti i ručnogo truda v Rossii » (Matériaux pour l’étude de l’industrie artisanale et du travail manuel en Russie), Statističeskij vremennik rossijskoj imperii, 1872, II.

32 A.V. Priležaev, Čto takoe kustarnoe proizvodstvo ? (Qu’est-ce que la production artisanale ?), Saint-Pétersbourg, 1882, p.15-16.

33 Trudy Kommissii po issledovaniju kustarnoj promyšlennosti v Rossii (Travaux de la Commission pour l’étude de l’industrie artisanale en Russie), voir aussi Central´nyj gosudarstvennyj istoričeskij arhiv -- CGIA, f. 31, op.1.

34 Trudy kommissii..., op. cit., otdel 1, 1878, vyp. 1, p.8 sq.

35 Trudy komissii..., op. cit., vyp. 1, p. 10-11.

36 Instrukcija, p. 4, cité in A. Priležaev, op. cit., p. 22.

37 Programma dlja issledovanija kustarnoj promyšlennosti (Programme pour l’étude de l’industrie artisanale), Saint-Pétersbourg, 1876, p.11.

38 « Kustarnaja promyšlennost´ » (L’industrie artisanale), Trudy IVEO (Saint-Pétersbourg), t. III, vyp.1, 1874.

39 A. Korsak, O formah promyšlennosti voobšče i o značenii domašnego proizvodstva v Zapadnoj Evrope i Rossii (Les formes industrielles en général et l’importance de la production domestique en Europe occidentale et en Russie), Moscou, 1861.

40 E. Vreden, Kurs političeskoj ekonomii (Cours d’économie politique), Saint-Pétersbourg, 1881, p. 128-132, 147.

41 A. Isaev, Arteli v Rossii (Les arteli en Russie), Iaroslavl, 1881, t. 1, vyp.1, p.9 ; t.2, p.22sq.

42 A. Priležaev, op. cit.

43 Sbornik statističeskih svedenij po Moskovskoj gubernii (Recueil d’observations statistiques de la province de Moscou), Moscou, 1877 ; questionnaire reproduit in S. Veleckij, Zemskaja statistika (La statistique des zemstva), Moscou, 1899, vol.2.

44 Programmy dlja sobiranija svedenij o krest´janskih promyslah i remeslah (Programme pour la collecte des observations sur les activités paysannes), Tchernigov, 1882.

45 Le questionnaire s’articule sur la base de cette hypothèse et de la classification consécutive. Des questions différentes sont alors envisageables pour chaque catégorie de promysly. Ainsi, pour les kustari on demande le lieu et l’historique de l’entreprise ; la forme de la production ; les caractères des approvisionnements (lieux, quantités et qualités) ; les formes d’acquisition et les prix ; les techniques de production ; les saisons auxquelles se déroulent les activités ; la division du travail entre les participants, les jours de travail ; les frais de production, enfin les conditions, les lieux et les prix de vente. Le programme pour les remeslenniki est semblable mais plus simple, car il n’y a pas d’approvisionnements en matières premières. Pour les othody, le questionnaire demande de préciser le lieu et le type de travail, l’âge, le sexe, la famille, le soslovie et la nationalité ; les formes d’embauche, le temps consacré ; l’impact de cette activité sur la santé et sur le niveau de vie. Finalement, l’étude de la production domestique patriarcale se révèle plus difficile parce que, selon Varzar, il faut au préalable une enquête générale par feu qui permette de déterminer l’étendue et les caractéristiques de cette forme d’activité. Il suggère donc d’abandonner pour l’instant cette enquête. Au cours des années 1880, avec la réalisation des enquêtes par feu, cette partie du questionnaire sera aussi utilisée.

46 Obzor Vladimirskoj gubernii v s.h. otnošenii za 1902 god (Aperçu de la province de Vladimir dans le rapport agraire pour 1902), Vladimir, 1904, p.173 sq.

47 Sbornik statističeskih svedenij po Tverskoj gubernii (Recueil d’observations statistiques de la province de Tver), t. II, Tver, 1899, p. 145, 153.

48 Statističeskij ežegodnik Moskovskogo gubernskogo zemstva. Moskovskie gubernii v s.h. otnošenijah (Annuaire statistique du zemstvo de la province de Moscou. La province de Moscou dans les rapports agraires), Moscou, 1889.

49 Encyklopedičeskii slovar´ Brokgauz et Efron (Dictionnaire enclyclopédique Brokgauz et Efron), 1re édition, Saint-Pétersbourg, 1897, vol. XXII, p.472-475.

50 Posobie pri mestnyh statističeskih obsledovanijah (Manuel des études statistiques locales), Moscou, 1911, 1920, p. 17-21,93.

51 Obzor kustarnyh promyslov Moskovskoj gubernii za 1911-1913 gg. (Aperçu de l’industrie kustar´ de la province de Moscou en 1911-1913), Moscou, 1914, préface.

52 A.V. Pešehonov, Statističeskoe opisanie Kalužskoj gubernii (Description statistique de la province de Kaluga), Kaluga, 1898.

53 Sur ces modèles voir A. Stanziani, L’économie en révolution : le cas russe, 1870-1930, Paris, Albin Michel, 1998.

54 F.A. Ščerbina, Krest´janskie bjudžety (Les budgets paysans), Voronej, 1900.

55 Sbornik statističeskih svedenij po Orlovskoj gubernii (Recueil d’observations statistiques de la province d’Orel), Orel, 1885-1890.

56 Ibid., 1890.

57 Sbornik statističeskih svedenij po Tverskoj gubernii, op. cit.

58 K. Marx, Das Kapital, livre I, section IV, ch. 13 (traduction italienne : Il capitale, Bologne, 1980, vol. 1, p. 505-507).

59 V.I. Lenin, Razvitie kapitalizma v Rossii (Le développement du capitalisme en Russie), Saint-Pétersbourg, 1899.

60 V. Groman, « Ob osnovanijah gruppirovki krest´janskih hozjajstv » (Les principes du groupement des exploitations paysannes), Trudy IVEO, 1-2, 1902, p.79-92. Groman classe les exploitations sur la base du travail salarié : 1) exploitations dont la force de travail salarié dépasse 15 % de la force de travail totale ; 2) moins de 15 % ; 3) exploitations dont l’offre de travail salarié est inférieure à 15 % ; 4) exploitations dont l’offre de travail salarié excède 15 % de l’offre totale de travail.

61 Enciklopedičeskij slovar´ Granat (Dictionnaire enclyclopédique Granat), vol. 26, Saint-Pétersbourg, 1901, p. 259-272.

62 M. Tugan-Baranovskij, Russkaja fabrika v prošlom i nastojaščem (La fabrique russe dans le passé et actuellement), Saint-Pétersbourg, 1907.

63 Pour le rapport entre les théories russes du tournant du siècle et les théories du développement des années 1950-1960 en particulier, je renvoie à A. Mendel, Dilemmas of progress in tsarist Russia, Cambridge, MA, 1961.

64 A.V. Čajanov, Len i drugye kul’tury v organizacionnom plane krest´janskogo hozjajstva nečernozemnoj Rossii (Le lin et autres cultures dans le plan organisationnel de l’économie paysanne de la Russie hormis les terres noires), Moscou, 1912-1923, id., Očerki po teorii trudovogo hozjajstva (Études pour la théorie de l’économie de travail), Moscou, 1912.

65 K. Pažitnov,« Zemledel´českij kapitalizm v Amerike » (Le capitalisme agraire en Amérique), Sovremennyj mir, 6, 1914, p.31-44 ; A. Hrjaščeva, Krest´janskoe hozjajstvo po perepisam 1899 i 1911 godov (L’économie paysanne d’après les recensements de 1899 et 1911), Tula, 1916.

66 CSK, Ežegodnik Rossii za... g. (Annuaire statistique de la Russie, années 1906-1916) ; J. Pallot, Stolypin’s peasants, Oxford, 1998.

67 GUZIZ, Kustarnaja promyšlennost´ Rossii (L’industrie artisanale en Russie), Saint-Pétersbourg, 1913.

68 A. Stanziani, « Organisations familiales... », art. cit.

69 Osoboe Soveščanie, Predvaritel´nye itogi vserossijskoj s.h. perepisi 1916 g. (Résultats préliminaires du recensement agricole panrusse de 1916), Moscou, 1917.

70 CSU, Trudy (Travaux), vol. 5, Moscou, 1922.

71 Sur ces aspects, voir A. Stanziani, L’économie en révolution, op. cit.

72 A. Stopani, « Organizacija statistiki truda » (L’organisation de la statistique du travail), Statistika truda, 1, 1918, p. 2-5 ; id., « O gosudarstvennoj i vedomstvennoj statistike truda » (La statistique du travail de l’État et des administrations), Statistika truda, 8-9, 1918, p.2-5.

73 A. Stanziani, L’économie en révolution, op. cit.

74 A. Stanziani, « Les statistiques des récoltes en Russie, 1905-1928 », Histoire et Mesure, VII, 1-2, 1992, p. 73-98.

75 A.Stanziani, « Les sources démographiques... », art. cit.

76 G. Polljak, « Metody učeta naselenija v petrogradskoj gorodskoj perepisi 1918 goda » (Les méthodes de calcul du recensement de la population de Pétrograd en 1918), Vestnik statistiki, 4-7, 1919, p. 20-32.

77 CSU, Pogubernskie itogi 10 % vyboročnoj sel´sko-hozjajstvennoj perepisi krest´janskih hozjajstv 1919 goda (Résultats par province du recensement par sondage de 10 % des exploitations paysannes), Moscou, 1920, préface de A.I. Hrjaščeva ; CSU, Trudy, vol. XIV, vyp. 1, préface, Moscou, 1924.

78 A.I. Hrjaščeva, « Krest´janstvo v voine i revoljucii » (La paysannerie dans la guerre et dans la révolution), Vestnik statistiki, 9-12, 1920, p.5-47.

79 Appendice à Vestnik statistiki, 4-7, 1919, p.155-182.

80 Rossijskij Gosudarstvennyj Arhiv Ekonomiki -- RGAE, f. 1562, op. 9, d. 82-87 ; « Hronika », Vestnik statistiki, 1-4, 1920, p.181-206.

81 Vestnik statistiki, 1-4, 1921, appendices.

82 N. Litosenko, « Osnovnye elementy krest´janskogo bjudžeta 1923/4 goda » (Les éléments fondamentaux du budget paysan en 1923/1924), Bjulleten´ CSU, 115, 1926, p. 1-85, p.21 ; RGAE, f. 1562, op.9, d. 605-665.

83 « Hronika », Vestnik statistiki, 7-9,1924, p. 180-181.

84 Le questionnaire de l’enquête élargie part des informations démographiques (adresse, nom, etc.) ; puis, une fiche pour chaque activité est prévue ; il faut indiquer l’objet, l’origine et la durée de l’activité ; les locaux et l’équipement ; l’approvisionnement (où, chez qui, à quels prix), les ventes (idem), le nombre de machines, outils, etc., classés par types ; le nombre de jours de travail par semaine et par an ; le nombre de travailleurs, par saison, sexe et âge, distingués en salariés et membres de la famille.

85 CSU, Melkaja i kustarno-remeslennaja promyšlennost´ sojuza SSR v 1925 g. (La petite industrie et l’artisanat en URSS en 1925), Moscou, 1926.

86 S. Strumilin, « Dinamika batrackoj armii » (La dynamique de l’armée des salariés agricoles), Na agrarnom fronte, 7-8, 1925, reproduit in id., Problemy ekonomiki truda (Problèmes d’économie du travail), Moscou, 1957, p.434-451.

87 Encyklopedičeskii slovar´ Granat, op. cit., vol. 36, 1, p.457-471.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Alessandro Stanziani, « Entre ville et campagne », Cahiers du monde russe [En ligne], 44/1 | 2003, mis en ligne le 01 janvier 2007, Consulté le 28 mars 2017. URL : http://monderusse.revues.org/8599

Haut de page

Auteur

Alessandro Stanziani

Articles du même auteur

Haut de page

Droits d'auteur

© École des hautes études en sciences sociales, Paris.

Haut de page