Navigation – Plan du site
Intellectuels et intelligentsia

Comparer l’incomparable

Le général et le particulier dans l’idée d’« homme instruit »
Denis A. SDVIÅKOV
p. 569-590

Résumés

Résumé
L’article est consacré à l’histoire des couches cultivées en tant que phénomène universel commun à toute l’Europe. La comparaison entre différents pays se fonde avant tout sur une étude des concepts fondamentaux autour desquels s’est formée la conscience de soi de l’homme instruit : « prosveščenie » (instruction), « obrazovanie » (formation), « intelligencija » (intelligence). Le recours à la comparaison est nécessaire pour comprendre la nature des couches cultivées qui ont exercé une grande influence sur l’histoire des pays européens : la France, l’Allemagne, la Pologne, la Russie, etc., pendant tout le « long xixe siècle » et au xxe siècle. La condition nécessaire de cette comparaison est l’étude de l’homme instruit des Temps modernes sur le fond européen du passage de la civilisation chrétienne médiévale à l’époque moderne. L’article définit rapidement les étapes de ce passage -- la « révolution scolastique », l’humanisme, les réformes pétroviennes en Russie, les Lumières --, et il analyse les principaux jalons du développement de l’intelligentsia au xixe et au xxe siècle. Un des principaux repères sur cette voie est la quête par l’intelligentsia d’un nouveau type d’homme, mais le drame historique de l’intelligentsia réside dans l’impossibilité d’atteindre ce but et dans l’ambiguïté de son rôle social.

Haut de page

Texte intégral

  • 1 Titre du livre d’E. Ju. Lozinskij, Čto že takoe, nakonec, intelligencija, Saint-Pétersbourg, 1907.
  • 2 L’expression russe « obrazovannyj čelovek » sera traduite par « homme instruit » [NdT].
  • 3 En français dans le texte [NdT].
  • 4 Cf. Christophe Charle, Naissance des « intellectuels » (1880-1900), Paris, Minuit, 1990, p. 10 ; Pa (...)

1L’affirmation selon laquelle l’intelligentsia russe serait spécifique et totalement incomparable soulève encore des objections. En fait, sont spécifiques les tentatives entreprises pour répondre à la question « qu’est-ce », ou plus catégoriquement, « qu’est-ce finalement que l’intelligentsia ? »1. Les termes du débat sur l’« homme instruit »2 recoupent le thème de l’histoire nationale : si en Russie l’homme instruit n’est pas en mesure de se comprendre lui-même, l’intellectuel3français n’accorde de valeur particulière au savoir que dans un rapport au pouvoir et la question qu’il se pose est alors : « Existe-t-il un pouvoir intellectuel ? »4. En Allemagne le sens traditionnel de la notion d’homme instruit (Gebildeter) n’a pas survécu à l’épreuve de 1968. Devenue l’objet de travaux historiques, elle révèle les ruptures radicales qui parsèment l’histoire du XXe siècle.

  • 5 Pour cette citation et la précédente voir H.-G. Haupt, J. Kocka, « Historischer Vergleich : Methode (...)
  • 6 Par la suite, les termes obrazovanie, vospitanie, prosveščenie, znanie et poznanie seront traduits (...)
  • 7 La classification établie par M. Scheler entre savoirs « de formation », « de salut » et « de domin (...)

2Le phénomène de l’intelligentsia russe ne peut se comprendre que si on le compare à celui des élites cultivées occidentales. Cela ne tient pas seulement au fait qu’en Russie la question nationale a toujours été abordée en référence à l’Occident. De même, ce n’est pas seulement que la comparaison soit une méthode qui favorise « les effets de différenciation : sous son éclairage, tout développement endogène, quel qu’il puisse paraître, cesse d’être évident en soi ». Dans le cas présent, où la condition de ne pas comparer des « pommes et des poires »5 est remplie, la comparaison s’avère historiquement fondée. Par-delà la diversité des histoires nationales, il est indéniable que l’apparition d’un même modèle d’homme instruit (c’est-à-dire prosveščennyj (éclairé), kul´tivirovannyj (éduqué), mysljaščij (rationnel)) a touché l’ensemble de l’Europe, en tant qu’il était précisément un élément de la structure sociale des Temps modernes. Cet universel, ce lien interculturel transcendant les contextes particuliers s’est traduit par l’émergence de concepts adéquats dans les différentes langues nationales. Dans notre cas, les termes obrazovanie, vospitanie, et prosveščenie ainsi que celui plus général de (po)-znanie6 tracent un espace conceptuel spécifique. La maîtrise d’un savoir particulier7 représente incontestablement le signe distinctif du nouveau penseur. L’importance sociale du savoir est manifeste dans le concept de obrazovanie ; la formation apparaît en effet comme le seul critère susceptible de définir, de façon consensuelle -- grâce à son caractère formel -- et avec une portée dépassant les frontières nationales, les élites intellectuelles, quelle que soit la manière de les nommer.

  • 8 Peter Jelavich, « Poststrukturalismus und Sozialgeschichte -- aus amerikanischer Perspektive », Ges (...)

3Dès lors, l’analyse porte sur « le rôle joué par les éléments linguistiques, discursifs et conceptuels [...] dans les processus de transformation, voire de formation, des structures sociales -- par exemple les classes ou les professions »8. Dans cette perspective, il serait intéressant de comparer quelques-unes des principales modalités selon lesquelles ces éléments ont évolué en Russie par rapport à ce qui a pu se passer en Allemagne, en France et en Pologne, pays qui ont exercé une influence prépondérante sur la constitution de la conception russe de l’« intelligentsia ». On pourrait à juste titre nous reprocher de n’avoir pas traité les cas de l’Angleterre et de l’Italie, mais la taille et le caractère général de l’article ne permettaient pas de le faire ici.

  • 9 Pour plus de précisions voir O. W. Müller, Intelligencija. Untersuchungen zur Geschichte eines poli (...)

4L’héritage chrétien de l’Europe ainsi que le rôle joué en Rus´ par les conceptions gréco-byzantines de obrazovanie et de prosveščenie appellent une explication quant à l’essence de ces phénomènes. Il convient de rappeler que le concept latin d’« intelligentia » -- repris du grec νοῡζ -- apparaît au début de l’ère chrétienne à Rome, dans les travaux du néoplatonicien Marius Victorinus. La notion d’intelligentia νοῡζ se rapporte à la distinction, qui s’est propagée dans la plupart des cultures mondiales, entre deux champs du savoir : d’un côté, la « gnose » suprême, qui fonde le savoir sur la Révélation et les textes qui en sont directement issus ; de l’autre, le savoir rationnel, qui puise ses sources et ses preuves dans l’expérience sensible9. Pour la doctrine chrétienne, les facultés de la connaissance correspondent à la possibilité accordée à chaque être humain d’atteindre ces deux ordres du savoir, la question ultime étant celle de l’usage qui sera fait de la formation et du savoir. Si la connaissance chrétienne est en soi connaissance de Dieu, la formation chrétienne est dans l’absolu orientée vers la fin dernière de la vie humaine selon le principe « et tout cela vous sera donné par surcroît » (Mathieu 6, 33 ; Luc 12, 31).

  • 10 Jacques Le Goff, Les intellectuels au Moyen žge, Paris, Seuil, 1985, p. 3.
  • 11 « [...]la culture (παιδεια, dans l’original -- D.S.) n’est point ce que certains, qui font professi (...)

5À cela s’ajoute que « la terminologie du monde de la pensée a toujours été vague »10, et qu’en ce qui concerne la « pédagogie mystique » du christianisme, la remarque est doublement juste. Mais dans la mesure où la conscience chrétienne est par nature allégorique, cette pédagogie trouve son expression à travers la symbolique propre au terme prosveščenie. La chrétienté verse du vin nouveau dans une outre antique, remplissant d’une autre signification les termes et les figures de la philosophie grecque. Dès lors, ce qui correspondait dans la conception antique de l’enseignement (paideia)11 à la lumière d’un « Bien » abstrait est renvoyé à une émanation réelle et personnalisée de Dieu. À la différence de l’époque antique et des temps rationalistes de la modernité (ces derniers tenant la vérité pour une quête perpétuelle), la gnoséologie chrétienne estime que la Vérité éternelle s’incarne dans le visage du Christ et qu’elle apparaît historiquement avec la Révélation. D’où une conception différente du chemin vers la connaissance : « Arrêtez-vous et apprenez » (ps. 45, 11), « Vis sur la terre et porte la vérité » (ps. 36, 3).

  • 12 Pour cette citation et les précédentes voir V. Serebrenikov, Učenie Lokka o prirodnyh načalah znani (...)

6Parce qu’une telle connaissance renferme une image de Dieu, l’anthropologie chrétienne conçoit que l’homme y accède -- c’est-à-dire qu’il puisse se rapprocher de Dieu, et le rencontre : « On peut [...] voir dans la véritable gnose et dans ses principes innés une image de Dieu, et dans le déploiement de ces principes à travers l’activité personnelle, une ressemblance à Dieu. [...] Et comme l’intelligence est la plus fondamentale de ces facultés, en tant que reflet de la raison divine ou du Verbe, elle recèle une idée de Dieu. Ainsi, la faculté de l’intelligence consiste surtout en une image de Dieu » (Clément d’Alexandrie). Là se trouve le fondement de la pédagogie chrétienne, qui vise à promouvoir les « potentialités » de chacun. Au plan individuel, l’« image » et la « ressemblanceavec Dieu » correspondent respectivement à une donnée et à un libre effort créatif ; en tant que rapprochement vers le Sens premier, le processus de formation peut être compris à travers la notion d’« upodoblenie » (assimilation) : « l’image de Dieu [...] donne les moyens de se rapprocher de Dieu à travers une assimilation active en Lui » (Athanase)12.

  • 13 Cf. Ph. Sherrard, The Greek East and the Latin West. A study in the Christian tradition, Londres, 1 (...)

7Le terme obrazovanierenvoie avant tout à l’idée d’intelligence supérieure («νονζ /intelligentsia »), dont le siège serait « l’être intérieur ». Comme on le sait, l’intellect (c’est-à-dire la « raison » des Temps modernes) se rapporte ici à la sphère morale. Le symbole du domaine spirituel, « le foyer secret de l’individu » où « se replient les profondeurs de l’image divine », c’est le cœur. L’homme désireux d’acquérir, par la lumière divine, un savoir supérieur et bienveillant, n’a d’autre moyen que d’« accueillir dans son cœur l’intelligence »13.

  • 14 V. N. Losskij, Po obrazu i podobiju (L’image et le semblable), Moscou, 1995, p. 41-72 ; id., Očerk (...)
  • 15 Saint Denys l’Aréopagite, O Božestvennyh imenah. O mističeskom bogoslovii (Les noms divins. Sur la (...)

8Cette Lumière (φωζ) est en quelque sorte la forme par laquelle l’homme en tant que créature de Dieu peut connaître l’inconnaissable du monde incréé. « Parce que Dieu se manifeste, s’exprime et peut être connu -- Il est la Lumière [...], la réalité offerte dans l’expérience mystique »14. Comme l’écrit l’Aréopagite, « on appelle Lumière de l’Esprit la Bonté qui surpasse toute lumière ; source de rayonnements, elle ressemble et s’accorde à tout ce qui est intelligent et raisonnable. De même que l’ignorance divise ceux qui se trompent, de même lorsqu’elle apparaît, la lumière de l’esprit réunit ceux qui sont éclairés et les rassemble autour d’un savoir uni, sous une lumière indivisible et réconciliatrice. »15

  • 16 V. V. Byčkov, Russkaja srednevekovaja estetika XI-XVII veka (L’esthétique russe du Moyen žge, xi e-(...)

9Une représentation de cette forme d’illumination fut élaborée dans les travaux de l’Aréopagite, de saint Siméon le Stylite, de saint Isaac le Syrien, de Grégoire de Nysse et d’autres. Dès le XIVe siècle, juste avant la chute de Constantinople, saint Grégoire Palamas a donné à ces thèses une forme théologique achevée à travers l’hésychasme. Dans le cadre de notre article, cet apprentissage -- ou plus exactement cette pratique -- nous importe en raison de son rôle dans l’émergence d’une nouvelle couche sociale, dont les membres se chargèrent de réaliser l’idéal de l’illumination chrétienne. L’illumination et la formation chrétiennes dépendaient nécessairement de l’ordre de l’action et non de spéculations abstraites. Parce que la Vérité est inséparable du beau, du vrai et de l’amour, « la sagesse ne procède pas d’un savoir-vivre, mais d’une faculté à bien-vivre ». Une autre particularité de cette forme d’illumination est d’avoir permis à une « intelligentsia » de prendre conscience d’elle-même. C’est pourquoi les Pères orientaux concevaient la « gnose » comme « conscience dans la vie spirituelle », et la « vie dans le péché [...] comme se déroulant largement dans l’inconscience »16. L’illumination individuelle procédant de Dieu constitue un secret présent en chacun qui se révèle sacré dans le monde et la société. C’est ainsi que les termes « svjatost´ » (sainteté), « prosveščennost´ » et « obrazovannost´ », lorsqu’ils sont placés sur un même niveau de synonymie, désignent l’individu muni d’un savoir chrétien.

  • 17 Ph. Sherrard, op. cit., p. 144, 153-155 ; V. V. Byčkov, Aesthetica Patrum. Apologety. Blažennyj Avg (...)

10Très tôt, dans la partie occidentale du monde chrétien, certaines contradictions furent repérées au sein de cette conception orientale. Le point de vue sur le degré de connaissance accessible à l’homme paraissait notamment trop modeste. Selon saint Augustin, les facultés supérieures de l’esprit -- intelligentia ou intellectus -- ne correspondent pas au «νοῡζ» oriental : on ne trouve en elles aucun principe d’incréé, il s’agirait plutôt de capacités psychiques naturelles à l’âme. Par conséquent, « en partant du point de vue de saint Augustin, tout ce sur quoi une âme pensante peut compter provient d’illuminations venues d’en haut [...] et de la possibilité dans ce monde, lequel demeure en dehors et étranger à l’âme sans pouvoir d’aucune manière s’y réduire, de reconnaître l’authenticité ou la fausseté de ses propres conclusions rationnelles. »17

11Cependant, la dichotomie « Orient-Occident » et « religieux-séculier » ne rend compte que grossièrement de la réalité. Dans les régions orientales de la Chrétienté, il existait ce que l’on peut appeler une intelligentsia byzantine, dont les orientations ne s’accordaient guère à celles de la formation chrétienne. L’un des « instants de vérité » de ces luttes entre conceptions divergentes de l’homme instruit fut la célèbre querelle opposant Grégoire Palamas à Barlaam le Calabrais, le futur évêque catholique qui enseigna les rudiments du grec à Pétrarque.

  • 18 Ioann (Ekonomcev) Igumen, « Isihazm i vozroždenie, Isihazm i problema tvorčestva » (L’hésychasme et (...)

12De même, le développement « occidental » ne se laisse pas simplifier outre mesure. En même temps, on sait bien que le premier pas vers une conception moderne de l’homme instruit a été fait par la scolastique occidentale. Selon cette dernière, la connaissance immédiate des vérités divines est inconcevable, seules sont recevables les preuves indirectes et rationnelles de l’existence de Dieu dans la nature et dans l’histoire. En chaque individu, l’intelligentia, tout en s’ajustant au raisonnement discursif, se confond quasiment à la ratio. Les sphères de la raison et de la foi sont devenues distinctes. À partir de là, il ne reste qu’une étape à franchir pour une substitution de la source de Lumière. La place de symbole vivant d’une réalité supérieure est occupée par un signe qui relève de l’« horizontalité » et de la mesure. Quant à l’image vivante, entière et immédiate de Dieu, elle est remplacée par son analogie dans le monde sensible, que, selon les scolastiques, nous pouvons seul connaître. Dès lors, la voie se trouvait libre vers un nouveau type d’homme instruit. Dans un certain sens, l’hésychasme et la scolastique (laquelle a donné naissance à la façon moderne et rationnelle de penser) ont proposé des conclusions divergentes à l’évolution de la conception de l’homme instruit/éclairé propre au Moyen žge18.

  • 19 Cf. J. Le Goff, op. cit. p. 4, 28 ; Voir aussi W. Kluxen « Institution und Ideengeschichte. Zur ges (...)
  • 20 Ph. Sherrard, op. cit. , p. 156-157.

13De nouvelles représentations de l’homme instruit se forment à partir des XIIe-XIIIe siècles, principalement dans les villes -- développement que décrivent les ouvrages de Jacques Le Goff, notamment sur Paris, cette « Jérusalem de la science » -- là où les scolastiques deviennent les homuncules du nouvel « intellectuel »19. À l’intérieur de cités qui croissent et s’enrichissent, les universités, en s’installant au cœur des activités pédagogiques, renforcent peu à peu -- avec des succès divers -- l’indépendance de la formation vis-à-vis des autorités religieuses et séculières. En même temps que se développe une base matérielle, un champ abstrait du savoir scientifique émerge, qui se révèle indifférent à l’Au-delà. L’objet principal de la connaissance ainsi que son orientation se modifient : de verticale elle devient horizontale, l’observation remplace la vision, la question « comment ? » supplante la question « pourquoi ? »20.

  • 21 J. Le Goff, op. cit. , p. 16-17.

14Le savoir rédempteur remplissait une fonction de cohésion : on supposait que tout le monde avait vocation à être illuminé. Or, comme tout capital, l’érudition et le savoir scientifique sont objectivement soumis au principe d’une séparation entre « brebis » et « chèvres ». Le savoir se pare des traits distinctifs propres aux forces sociales réelles ou symboliques -- facteur décisif pour l’apparition d’une élite instruite. Bien qu’aucun terme commun n’ait été inventé au cours des XIIe-XIIIe siècles pour désigner ce nouveau groupe social, des changements sont visibles à travers l’apparition, à côté des familiers clericus, clerc et « literatus » (en latin « instruit »), de concepts ayant changé de contenu, comme « philosophus », « doctor » ; de termes corporatifs -- « universitas », « scolares » ; et de désignations abstraites -- « intellectualitas », « scientia », etc.21

  • 22 Maître Eckhart, Duhovnye propovedi i rasssuždenija (Sermons spirituels et réflexions), Moscou [1912 (...)

15Parallèlement, et en dépit d’une coupure Orient-Occident inopérante à partir du XIVe siècle, une conception spécifiquement allemande de la formation/Bildung se trouve formulée dans l’œuvre de Maître Eckhart. Avec d’autres (saint Bonaventure, Angelus Silesius, Jakob Böhme, Johann Tauler...) Maître Eckhart atteste de la vitalité en Occident de la « pédagogie mystique ». Le symbolisme vivifiant de la lumière qu’il énonce est proche de la noétique de l’Aréopagite : « L’étincelle » ou, selon Eckhart, la « lumière de l’âme, ce qui n’a pas été créé et ce qui ne sera pas créé », « saisit Dieu sans intermédiaire [...] dans l’acte de nativitéintérieure » ; symbole de la déification (Vergottung), de l’assimilation en Dieu, c’est la conception du « Bildung » (« bildunge »), terme construit à partir du mot « Bild » -- image22.

  • 23 En français dans le texte [NdT].
  • 24 Sur le rôle prépondérant que l’enseignement a joué en Allemagne par rapport à l’« individualisme éc (...)

16Alors que les modèles d’enseignement des pays catholiques et protestants s’éloignent de la « pédagogie mystique », cette tradition sera reprise plus tard par l’école de Port-Royal et surtout par la doctrine allemande de l’instruction/Aufklärung, distincte des Lumières23 françaises. Le projet esthétique allemand d’un idéal d’homme instruit contredit clairement le programme d’émancipation, que personnifient la Révolution française et le rationalisme du XVIIIe siècle24.

  • 25 Allgemeine Deutsche Real = Encyclopädie für die gebildeten Stände, in 10 Bd., 6e Aufl., Bd. 1, Leip (...)

17Au cœur du projet allemand -- la conception du Bildung comme survenance d’une forme, comme modelage du soi autonome, de la personnalité souveraine. Une loi naturelle et impersonnelle agit en lieu et place de l’« assimilation » de l’individu en Dieu : c’est « la force qui, agissant à l’intérieur de tous les corps, les contraint à prendre une forme adaptée aux conditions extérieures : telle est la formation ». En chacun s’exprime « [...] une volonté naturelle d’atteindre une morale individuelle, de déployer ses inclinations spirituelles en accord avec les idéaux de l’humanité [...] de se servir et de réélaborer consciemment les éléments reçus de l’extérieur pour atteindre ses objectifs »25. Leibniz et J. G. Herder ayant travaillé sur cet aspect, la conception du Bildung a pu s’enrichir d’une exégèse panthéiste, déjà présente chez Eckhart.

  • 26 M. Scheler, op. cit. , p. 21-22, 27.

18En fait, parce qu’il s’installe au cœur de l’existence individuelle, et par là même au centre de la vie du monde, le processus d’obrazovanie/Bildung « devient le point de convergence du grand univers -- le “macrocosme” de l’unité spirituelle que constitue l’individualité -- et du “microcosme” -- ou encore le devenir-monde que la personnalité humaine accomplit par l’amour et la connaissance -- seules parmi d’autres, ces deux orientations d’une même démarche de formation en profondeur sont désignées par le terme Bildung/obrazovanie »26.

  • 27 Cf. U. Engelhardt, « Bildungsbürgertum », in Begriffs-und Dogmengeschichte eines Etiketts, Stuttgar (...)

19Marqué par l’influence non négligeable de Herder, Goethe a incarné, pour plusieurs générations d’Allemands instruits, l’espoir d’une réalisation concrète de ce rêve. L’œuvre, la personnalité et le mode de vie du poète ont contribué à associer le concept allemand de formation à une série de vertus bourgeoises : l’harmonie, la mesure, le juste milieu. Dans ce sens, Goethe a renforcé dans la culture allemande l’importance de ce qui rattachait socialement l’homme instruit (Gebildeter) au « Tiers État ». Lié au rôle croissant de la bourgeoisie, ce phénomène a trouvé son expression orale dans le rattachement de l’adjectif « instruit » aux expressions de « classe moyenne » (gebildeter Mittelstand) et de « bourgeoisie » (gebildetes Bürgertum-Bildungsbürgertum)27.

  • 28 Cf. H.-U. Wehler, « Deutsches Bildungsbürgertum in vergleichender Perspektive -- Elemente eines “So (...)
  • 29 En français dans le texte [NdT].
  • 30 Cf. F. K. Ringer, Die Gelehrten. Der Niedergang der deutschen Mandarine 1890-1933, Stuttgart, 1983, (...)

20La théorie du Bildung se rattache à l’utopie esthétique de l’antique « âge d’or de l’humanité » développée par un néo-humanisme qui fit de l’idéal de la libre formation une valeur « étrangère à ce monde » : la formation n’est « pas pour ce monde, mais pour celui supérieur de l’esprit »28. L’idéal de la formation comme Bildung tendait vers un savoir universel, que la nouvelle université devait diffuser. Au début du XIXe siècle, ces idées furent appliquées par Wilhelm von Humboldt, qui transforma l’établissement supérieur d’enseignement allemand en un modèle et une pépinière pour les élites intellectuelles d’Allemagne mais aussi d’Europe, et notamment d’Europe orientale. Parce que le modèle allemand d’enseignement privilégiait l’approche φιλοσοφια par rapport à la science29 rationnelle et expérimentale, la faculté de philosophie se retrouva en position dominante dans les universités30.

  • 31 K. Jaspers, Die Idee der Universität, Berlin, 1923, p. 18-19 ; cf. F. K. Ringer, Fields of knowledg (...)
  • 32 E. Krieck, Bildungssysteme der Kukturvölker, Leipzig, s.d., p.340.
  • 33 Cité par U. Engelhardt, op. cit. , p.122.

21Les Allemands ont porté le savoir abstrait à ses limites ; là se trouve la faiblesse mais aussi tout le pathétique de la conception allemande. Le principe de Bildung -- la symphonie, la synthèse, le juste milieu, la conciliation des deux modes de connaissance, l’universalisme : « la formation -- c’est plus que le savoir. La formation touche à la totalité de l’existence empirique de l’individu »31. Tout cela débouche sur une véritable « religion de la formation » (Bildungsreligion), dont le prêtre est « le professeur, le maître d’école allemand du xixe siècle qui représente non seulement une figure idéale, mais qui appartient en même temps à ce type de personnes parfaites et sublimes dans leur simplicité, bien que de caractère un peu borné »32. La notion de Bildung a reçu sa formulation définitive d’un professeur de l’université de Berlin : G. W. F. Hegel, qui considérait la formation, dans son sens le plus élevé, comme le déploiement, à travers le savoir sur soi-même et l’autodidaxie, du Weltgeist. Ce n’est donc pas un hasard si l’intelligentsia russe surgit à l’époque de Hegel et de Schelling, lorsque le modèle allemand d’enseignement atteint son apogée. Un directeur d’école caractérise cette période : « l’idée, ou comme on dit maintenant, l’intelligentsia (die Intelligenz), est devenue “une force mondiale” »33.

  • 34 Cf. G. P. Fedotov, « Tragedija intelligencii » (La tragédie de l’intelligentsia), in Sud´ba i grehi (...)

22Comment la Russie s’inscrivait-elle dans cette évolution ? Il est impossible de dire que la Rus´ d’avant Pierre le Grand disposait d’une théorie du savoir et de sa transmission comparable à celle du modèle byzantin. La Rus´ ne possédait pas sa propre théologie, la vérité s’extériorisait par un recours au symbolique, par le biais d’une intransigeante formule du Beau -- surtout sensible dans les icônes (ces « spéculations en couleurs ») ; alors que la relation aux mots reposait toujours sur l’expression de Tjutčev : « une pensée exprimée est mensongère ». Là, sur la base de ce « mode d’expression non verbalisé des valeurs spirituelles », l’antinomie de la tournure d’esprit russea pu prendre corps : « La réflexion s’amorce par le mot. Là se situe la nature du Logos. Pourquoi donc la Russie de Sophie serait-elle étrangère au Logos ? Elle ressemble à une jeune muette, condamnée à raconter par signes les nombreux secrets que ses yeux ont percés, tandis qu’elle fut longtemps jugée stupide à cause de son mutisme! »34

  • 35 Nil Sorskij, Predanie i Ustav. Pamjatniki drevnej pis´mennosti i iskusstva (Légendes et chartre. Mo (...)

23Dénuée de tradition philosophique, la Russie récupère et accomplit, en l’éprouvant et en l’appliquant directement, le système symbolique byzantin de l’illumination, dépourvu de ses subtilités métaphysiques. Au XIVe siècle, lorsque l’Aréopagite et la pensée palamite furent traduits, la pratique de l’hésychia s’introduisait en Russie : « Dans ma cellule, assis sur mon lit, je vois la lumière que le monde ne renferme pas ; je vois en moi le créateur du monde, et je parle, et j’aime, et je mange en me nourrissant de la bonté de cette image de Dieu, et en m’unissant à lui je m’élève au-dessus des cieux » ; et la conception de la sainte illumination -- « usant d’une force spirituelle, l’âme s’avancera vers la flamme divine ; puis, comme le divin auquel elle s’unira dans une union inconcevable, elle sera traversée dans sa course par une lumière supérieure ; alors, quand l’intelligence sera digne de pressentir la future béatitude, elle oubliera tout le reste [...]. »35 Dans le contexte russe, une place non moins importante devrait être reconnue à l’incarnation imagée de cet idéal d’illumination par la haute peinture d’icônes, représentée par Théophane le Grec, Andrej Roublev, Daniil Černyj, maître Denys.

  • 36 Slovar´ russkogo jazyka XI-XVII vv. (Dictionnaire de la langue russe, xi e-xviie siècles), Moscou, (...)

24Au plan sémantique, le terme d’homme éclairé (prosveščenyj) désigne un saint, comme l’indiquent de nombreux passages des Chroniques : « Qu’il grandisse dans la prospérité, dans la pureté et avec l’esprit éclairé ». Dans ces sources, le prosvetitel´ renvoie à la fois au missionnaire religieux et au savant livresque, comme Cyrille et Méthode « ont éclairé leurs élèves par les mots et leur ont appris à accomplir les rites religieux ». À cela s’ajoute non seulement le cadre paroissial dans lequel se déroulaient les études, mais aussi l’importante sacralisation en Rus´ des mots, des livres et de la lecture. Épiphane le Très Sage (Premudryj) fait une comparaison avec l’Eucharistie : « Communions avec des lettres »36.

  • 37 K. V. Bobkov, E. V. Ševcov, op. cit. , p. 248.

25La contradiction de la situation tient à ce que la suprême sagesse des saints, leur connaissance parfaite « ont empêché la conscience religieuse russe de s’intégrer à la mise en valeur et à la réinvention du monde sur la base de ses divisions, de son incomplétude, de sa contingence, parce que l’esprit enfermé en lui-même, lorsqu’il découvre la réalité, n’a déjà plus besoin [...] de quelque chose d’extérieur à lui »37. C’est ainsi qu’un retard s’est creusé dans l’aménagement du monde extérieur -- ce qui est la tâche de la culture ou, dans son aspect plus matériel, de la civilisation. Avec le temps, les succès civilisateurs de l’Occident ont placé la Rus´ face au dilemme de son existence nationale. Dès lors, l’État a pris en charge le développement intérieur, empruntant à l’Europe son système éducatif et se dégageant de l’idéal de sainteté.

  • 38 V. V. Byčkov, Russkaja srednevekovaja estetika, op. cit., p. 450, 520.

26Le XVIIe siècle voit émerger une nouvelle représentation de l’homme instruit. La foi et la raison sont progressivement appréhendées comme relevant de sphères séparées. Un parallèle s’établit entre les systèmes d’enseignement ecclésiastique et laïc ; la sagesse extérieure, en s’intériorisant graduellement, acquiert une signification autonome. Avec la complexification, le morcellement et l’embellissement des divers domaines de l’existence, l’image de l’intelligence se trouve perçue avec des volutes baroques ; « et il nous faut embellir aussi nos intelligences par la grammaire ». Le point de vue sur le savoir se modifie. Auparavant, en Rus´, la maîtrise d’un savoir livresque ne constituait pas un motif suffisant pour que se distingue une couche sociale particulière, qui insiste sur son originalité, ce « savoir instructif », dont la fonction socialisante a été soulignée par Max Weber. Aucun écart ne séparait les gens des livres des gens du peuple. Aucune réflexivité ne distinguait encore une élite. Désormais en Russie, un aristocratisme intellectuel devint envisageable : en lieu et place d’un « cœur qui perçoit », la vérité se découvrait par l’érudition scientifique38.

  • 39 Slovar´ russkogo jazyka XI-XVII vv., op. cit., vyp. 7, 1980, p. 200 ; vyp. 9, 1982, p. 294 ; sur la (...)
  • 40 Datant du XVIIe siècle, ce terme historique était employé pour désigner ceux des membres de l’élite (...)
  • 41 Cf. L. A. Černaja, Russkaja kul´tura perehodnogo perioda ot Srednevekov´ja k Novomu vremeni (La cul (...)

27Le mot se libère des glaces de l’époque antérieure ; avec le déclin de la peinture d’icônes il prend position au cœur de la culture, ce dont témoigne au XVIIe siècle l’épanouissement de la poésie syllabique. Depuis la deuxième moitié du siècle, le maître des mots occupe -- pour longtemps -- la position centrale parmi les gens instruits. En accord avec le ποιητἡζ grec (transmis en Russie comme « sage » ou « homme des livres ») le poète se perçoit comme l’égal de Dieu dans la création. Il assimile le Verbe au Logos, et le monde au livre39. Ce n’est pas un hasard si le terme d’« intelligentsia » est souvent employé dans la littérature pour désigner ces poètes du XVIIe siècle tournés vers l’Europe, les latinstvujuščie40 (Siméon de Polotsk, Sylvestre Medvedev, Karion Istomine, Stefan Javorskij et autres)41.

  • 42 Cf. Russkaja sillabičeskaja poezija XVII-XVIII vv. (La poésie russe syllabique des xviie-xviiie siè (...)

28En Russie, à partir de cette époque et au cours des deux siècles qui vont suivre, une dualité est maintenue dans la compréhension de ce que sont les Lumières et de ce que doit être un homme éclairé ; jamais les points de vue laïc ou religieux ne s’imposèrent de manière absolue. Ainsi, les latinstvujuščie ont-ils élargi l’interprétation traditionnelle du terme prosveščenie. Par exemple, dans l’adresse de Sylvestre Medvedev à la tsarine Sophie : « Et plus encore, tu as fait que la lumière de la science vienne à nous et que la Russie soit éclairée » ; ou plus limpide encore dans les réflexions de Nicolas Spafarij sur les « arts libres » : au milieu de neuf muses, Apollon représente l’image de l’astre solaire, « comme le soleil est la lumière qui illumine le monde,la science est la lumière qui éclaire l’intelligence »42.

  • 43 A. M. Pančenko, art. cit., p. 225 ; cf.Z. Skubaa-Tokarska, Z. Tokarski, Uniwersytety w Polsce, Vars (...)
  • 44 Le sens accordé par Pierre le Grand au concept de prosveščenieest flagrant dans un discours de 1714 (...)

29Vers la fin du xviie siècle, dans les cercles laïcs, la signification réelle du terme prosveščenies’infléchit vers « prosvetitel´stvo », où l’on décèle l’importation de l’enseignement méthodique à la manière européenne. En outre, l’influence de l’Europe est à cette époque principalement le fait de la Pologne : à côté de l’usage abondant du latin, la langue polonaise et l’expérience des collèges jésuites servent à la formulation des normes éducatives43. Pierre Ier considérait encore la Pologne comme le dernier pays éclairé, dans l’acception qu’il donnait à ce terme, comme l’arrière-garde d’un espace européen distinct d’une Russie vivant dans les « ténèbres »44.

  • 45 D’ailleurs, parmi les nombreux néologismes datant de cette époque, se détache celui d’« intelligent (...)

30Le tournant du XVIIe siècle s’achève avec Pierre le Grand par l’avènement d’un type particulier d’homme instruit, celui dont l’activité est réglée par les besoins d’un État en construction45. Cependant, au cours des époques ultérieures, un écart va progressivement se creuser entre cet individu instruit et l’État -- conflit que beaucoup placent à l’origine du phénomène de l’intelligentsia russe.

  • 46 Un exemple intéressant et datant de la première moitié du XVIIIe siècle est mentionné par Iurij Lot (...)
  • 47 O. E. Mandel´štam, « Devjatnadcatyj vek » (Le dix-neuvième siècle), in id., Sohrani moiu reč´... (R (...)

31Comme on le sait, l’homme d’esprit russe vit au XVIIIe siècle sous le « soleil » de la pensée française, laquelle succède aux influences polonaises et germano-hollandaises et contribue à renforcer l’orientation laïque du prosveščenierusse. Si, auparavant, le religieux et le profane étaient proches au point de coexister pacifiquement46, dorénavant un élément de conflictualité s’introduit dans les rapports entre les deux sphères : selon toute évidence « la liturgie était l’écharde dans le corps du XVIIIe siècle. [...] Architecture, musique, peinture -- tout émanait du même centre liturgique voué lui-même à disparaître. [...] Le XVIIIe siècle, qui avait rejeté la source de la lumière dont il avait hérité à travers l’histoire, eut à résoudre à nouveau ce problème pour lui-même. »47

  • 48 En français dans le texte [NdT].
  • 49 Cf. Ju. M. Lotman, Besedy o russkoj kul´ture (Discussions sur la culture russe), Saint-Pétersbourg, (...)

32La toute fraîche « Lumière de la Raison » exigeait de nouvelles formes, qui allaient avant tout s’inspirer de l’imaginaire antique. Un tel mouvement n’atteignait pas toujours la théâtralité du « culte de la Raison » propre à la Révolution française, avec ses autels dressés au culte de la Vérité et ses hymnes à la gloire de la « Raison, puissante immortelle »48 ; ces formes et ces rituels étaient plutôt conçus dans le nouvel espace de la « société », au sein de divers clubs, sociétés et loges. Les Russes, à la différence des Allemands et du culte que ceux-ci portaient à l’esthétisme grec, appréciaient davantage, à la suite des Français, l’idéal de citoyenneté du « sévère Romain »49. Avec cela, se comportant en frondeur dans son château familial après l’adoption du « Manifeste pour la liberté de la noblesse », le « Brutus » russe en vint à s’écarter de plus en plus de l’autorité : jusque-là imperceptible, la dualité entre le pouvoir et la vérité s’est transformée en conflit ouvert entre les détenteurs de l’autorité et ceux qui se croyaient porteurs de la vérité.

  • 50 Cf. J. Oelkers, « Aufklärung als Lehrprozess », in id., ed. Aufklärung, Bildung und Öffentlichkeit. (...)
  • 51 V. V. Zen´kovskij, « Cerkov´ i škola » (L’Église et l’école), in Voprosy religioznogo vospitanija i (...)

33Tirant une dimension pathétique de la confiance qu’il plaçait en l’homme, l’âge des Lumières réaffirmait sa dignité et sa capacité à un perfectionnement continu par la pédagogie -- tel était le grandiose projet du « siècle pédagogique »50. « On se trouve ici au cœur du projet des Lumières, que caractérise si bien la foi en l’école ; là résident non seulement son programme mais une réelle force historique »51.

  • 52 Cf. C. Charle, « Intellectuels, Bildungsbürgertum et professions au XIXe siècle », Actes de la Rech (...)

34Dans la première moitié du XIXe siècle, alors que se renforce encore le poids de la formation dans la vie sociale, de véritables systèmes de formation voient le jour. En Europe, les systèmes français et allemand sont les plus importants. En Allemagne, il repose sur deux éléments clés : un nouvel établissement universitaire affecté à la science et à la recherche, et un collège (Gymnasium ) qui donne accès au premier par le dispositif de l’Abitur. Ses principes sont ceux de l’universalisme et de la liberté (souvent restée à l’état de déclaration) de la science et de l’enseignement. Créé par Napoléon, le système français de formation, avec ses lycées, ses collèges et ses grandes écoles, relève d’une démarche plus pragmatique. De fait, il se caractérisait par des liens étroits entre la science et l’État : « le service de la science est assimilé au service de l’État et au service de la France »52.

  • 53 I. P. Pnin, « Opyt o prosveščenii otnositel´no k Rossii » (1804) (L’expérience de l’instruction app (...)

35En Russie, l’influence culturelle de l’Allemagne et de la France a consisté en l’apport de divers systèmes de valeurs, sans se confondre dans le processus abstrait d’« européanisation ». La bourrasque révolutionnaire provoque un basculement des paradigmes dominants, des Lumières françaises vers le romantisme allemand. Ce qui était considéré comme allant de soi au moment du règne de Pierre Ier fut réévalué de manière critique : « [...] la France doit être honorée du titre de pays le plus cultivé, parce qu’elle est fertile en écrivains. Mais bien que brillante par son érudition, elle demeure éloignée de l’enseignement authentique. Parce que là où règne l’instruction, chaque citoyen est assuré de sa tranquillité et de son bien-être »53. Placées sur un pied d’égalité, l’instruction et la formation rendent compte du calme dominant les ordres public et privé, situation qui caractérise davantage l’Allemagne et l’idéal énoncé par Goethe de ruhige Bildung (éducation pacifiée) que la France de la révolte.

  • 54 B. Unbegaun, « Le calque dans les langues slaves littéraires », Revue des Études slaves, 12, 1932, (...)
  • 55 Cité par N. A. Kazakova, A. S. Lur´e, Antifeodal´nye eretičeskie dviženija na Rusi XIV-načala XVI v (...)

36La langue russe a gardé la trace de ces changements : une nouvelle vague de néologismes, fabriqués à partir de la langue allemande, touche la Russie au début du xixe siècle, se substituant aux néologismes en usage au siècle précédent, extraits en masse du français. Un langage philosophique spécifiquement russe s’élabore ; l’univers du Logos se trouve assimilé. Dès le début du xixe siècle, le sens du mot obrazovanies’élargit au concept allemand de Bildung54. Il est par ailleurs intéressant de noter que l’adjectif obrazovannyj, qui signifie aussi « établi avec raison, mis en ordre », relève d’une tradition russe antérieure à Pierre le Grand. Ainsi, chez Joseph Volockij (xive siècle) le terme obrazovannost´est identifié au cosmos de l’Église : « Rien n’instruit davantage notre vie que la beauté de l’Église. [...] L’Église soulage des souffrances et offre la tranquillité à l’homme. »55

  • 56 Voir pour la Russie, V. V. Byčkov, Russkaja srednevekovaja estetika, op. cit., p.73. Pour l’Allemag (...)

37Le mot obrazovaniereflète de façon certaine un trait ontologique propre au Moyen žge -- un sentiment d’ordre, un enracinement existentiel de l’individu. Cela explique que l’emprunt allemand ait pu être reconnu comme « son autre ». Comme Bildung, obrazovanieest un terme polysémique qui renvoie à la fois à un processus et au résultat des études, à la totalité des connaissances acquises. Ce concept renferme ainsi une nuance d’achèvement, d’accomplissement, qui est absente des mots franco-anglais instruction et education. On peut dire que le terme russe obrazovanie contient dès l’origine une opposition sourde -- commune au Bildung allemand, à la « gnoséologie » propre aux Temps modernes -- au pathos de l’inachèvement, de la connaissance illimitée et autovalorisée56.

  • 57 Il est révélateur que « prosveščenie » soit ici lié à « graždanin » (citoyen) -- le xviiie siècle n (...)

38Globalement, un même principe se révèle actif dans les deux cas, tant pour le concept d’obrazovanieque pour celui de prosveščenie. Sous l’influence de l’Allemagne, le mot russe obrazovati, qui existait avant le règne de Pierre le Grand -- et qui signifiait « créer une image, donner forme » (en grec μοрφόω) -- s’établit en relation avec l’être humain. Selon Åukovskij, « l’éducation doit former un homme, un citoyen, un chrétien. L’homme -- une âme saine dans un corps sain. Le citoyen -- la moralité, l’instruction, l’art et l’indépendance. Le chrétien -- la soumission de l’homme à la foi »57.

  • 58 V. I. Dal´, Tolkovyj slovar´ živogo velikorusskogo jazyka (Dictionnaire raisonné de la langue russe (...)

39Au XIXe et au début du XXe siècle, prosveščenie et obrazovanie coexistent. Le premier terme glisse vers un sens plus ouvert, quasi idéel. Parallèlement, l’emploi fait par l’Eglise du mot dans son ancienne acception conforte cette évolution. De son côté, lesté d’un passé moins pesant, le concept de obrazovaniese dote d’un signifié plus formel et tourné vers le domaine séculier. D’après Vladimir Dahl, la différence entre les verbes prosveščat´ et obrazovat´ tient au fait que le second signifie aussi : « procurer un vernis extérieur, une apparence mondaine »58.

  • 59 V. Ja. Stojunin « Zametki o russkoj škole » (1881) (Notes sur l’école russe), in id., Pedagogičeski (...)
  • 60 Slovar´ sovremennogo russkogo literaturnogo jazyka (Dictionnaire de la langue littéraire russe cont (...)

40« La substance de la formation » doit « être déterminée par l’idéal de l’homme éclairé » -- voilà ce qu’écrit le pédagogue V. Ja. Stojunin dans les années 1880. Or l’homme éclairé est « celui qui, par ses connaissances scientifiques, déploie une plus haute compréhension, qui appréhende l’existence humaine dans ses relations [...] avec la nature et la société »59. Le caractère opaque et arbitraire de cette « haute compréhension » a autorisé un emploi sans discernement du motprosveščenie. Et ce n’est pas un hasard si, en Russie, le destin du concept séculier de prosveščenie se clôt sur l’exécrable expression de « Narkompros » (Narodnyj kommisariat prosveščenija -- Commissariat du peuple à l’Instruction). Avec les Bolcheviks le terme prosveščenie va progressivement disparaître. Tout en signalant qu’il s’agit de termes archaïques à connotation religieuse, le dictionnaire académique de 1961 indique encore les affreux néologismes de « prosveščenec » et de « prosveščenka ». En fait, dès l’après-guerre, la locution « narodnoe prosveščenie », issue du lexique employé par l’intelligentsia des zemstva,est remplacée par « narodnoe obrazovanie » ou simplement par « obrazovanie ». Simultanément, les concepts négatifs que sont « prosvetitel´stvo » (œuvre civilisatrice) et « obrazovanščina » (demi-intellectuel) soulignent ce qui reste essentiel pour la Russie : la compréhension de l’homme instruit comme membre d’une « intelligentsia »60.

41En dehors du fait de savoir si l’écrivain et publiciste Petr D. Boborykin avait ou non revendiqué la paternité de l’expression « intelligentsia », la question concrète de son auteur n’a qu’une importance secondaire. Par contre, il est fondamental de comprendre par quelles nécessités du développement social et spirituel, une nouvelle notion et une conception inédite ont pu voir le jour. En Europe occidentale, l’histoire du mot « intelligentsia », depuis le Moyen žge jusqu’à la première moitié du XIXe siècle, renvoie au passage de l’intelligentia/ νούζ du monde chrétien vers la société séculière, en relation avec la montée concomitante de la nécessité d’une conscience publique autonome.

  • 61 En français dans le texte [NdT].
  • 62 En français dans le texte [NdT].
  • 63 Cf. I. V. Kireevskij : « [...] dans le corps des peuples, lesquels acquièrent leurs convictions au (...)
  • 64 Cf. O. W. Müller, op. cit., p. 50-85 ; Ju. S. Stepanov, Konstanty. Slovar´ russkoj kul´tury. Opyt i (...)

42Dans les années 1830-1840, au cours d’une première étape, quelques dérivés abstraits se dégagent de l’intelligentia, entendue comme « disposition personnelle »: en français, l’intelligence publique61 (Guizot, Michelet, etc.), l’intelligence humaine62 d’Auguste Comte -- la raison historique comme conscience du devenir de la nation ou de l’humanité. Hegel a conféré à cette conception une universalité et une perfection qui seront adoptées en Russie63. Le mot allemand Intelligenz -- la conscience avant tout juridique « déléguée », en suivant Hegel, par les masses populaires à ses représentants -- s’accorde avec l’idée d’un État dominé par les « classes moyennes » (c’est ainsi que la Prusse fut qualifiée d’« État de l’intelligentsia », Staat der Intelligenz)64.

  • 65 Cf. S. O. Šmidt, « K istorii slova “intelligencija” » (À propos de l’histoire du mot « intelligents (...)

43Le rattachement de l’« intelligentsia » à un groupe social particulier a logiquement déclenché l’étape suivante. Par-delà son contenu abstrait, le concept d’intelligentsia en vint à désigner la couche sociale qui fit sien ce caractère d’abstraction. Pour les Russes, le sens courant du terme « intelligentsia » s’est fixé lors du règne de Nicolas Ier, au cours de la période qui s’étend de la fin des années 30 au début des années 40 du XIXe siècle. Les notes rédigées en 1836 par Åukovskij constituent un premier et rare exemple de l’usage qui a pu être fait d’une notion encore non établie : la noblesse de Saint-Pétersbourg y est qualifiée d’« intelligentsia européenne de la Russie »65.

  • 66 K. Libelt, « O mioÊci Ojczyzny », cité par R. Czepulis-Rastenis, « Klassa umysowa », in Inteligencj (...)
  • 67 G. Ch. « O inteligencji w znaczeniu polskim » (1861), cité par R. Czepulis-Rastenis, op. cit., p. 7 (...)

44Au cours de la même période, le terme inteligencja est adopté en Pologne. Comme l’écrit en 1844 le philosophe hégélien Karol Libelt, le groupe des intellectuels « est composé de ceux qui, ayant reçu une éducation solide et universelle dans les instituts et les écoles, se retrouvent au sommet de la société -- savants, employés, professeurs, clergé, industriels -- en un mot, ceux qui gouvernent le peuple par le privilège de leur instruction supérieure. Comme d’immenses étendues de terres, les masses populaires sont écartées d’une classe qui, au-dessus d’elles, se hisse dans les airs »66. Au moment du soulèvement de janvier 1863 en Pologne, le concept d’inteligencja prend la nuance d’une narodnost´ sacrificielle qui nous est si familière, à nous les Russes des années 1860-1880. Comme l’annonce un article polonais de 1861, l’intelligentsia est une dénomination qui « exige de saisir la cause du peuple, de le chérir, d’agir et de se sacrifier en son nom ; qui, en un mot, réclame l’amour de la patrie [...] »67. Seulement, si en Pologne « l’affaire du peuple » est indissociable de la conscience nationale, tel n’est pas le cas en Russie, où cette formule possède une connotation avant tout sociale et, pour beaucoup, nettement antinationale.

  • 68 O. Müller (op. cit., p. 141 sq.) souligne avant tout le rôle des travaux journalistiques de I. S. A (...)

45La permanence du thème « polonais » dans la presse russe du début des années 1860, la tendance à dresser face à l’inteligencja polonaise dans les provinces occidentales son équivalent russe a constitué le champ d’intersection des concepts nationaux. L’expérience polonaise représente l’une des voies (qui fut tentée dès le XVIIe siècle) par lesquelles le concept d’« intelligentsia » pénètre en Russie -- à côté de l’influence directe de la France et de l’Allemagne68.

46De toute évidence, la crise traversée par une société russe en plein développement a influé sur la conception que celle-ci a pu se faire de l’« intelligentsia ». De manière générale, les demandes d’« autodéfinition » et d’« autoconscience » furent particulièrement vigoureuses là où des conflits avaient déjà éclaté ou étaient sur le point d’éclater. Dès lors, une interprétation de l’intelligentia dans un sens plus profond que le sens communément admis a pu s’actualiser. Un individu « compétent » ou « sachant y faire » ne suffisait pas à représenter une « conscience publique », encore fallait-il qu’il « sache ». Qu’il sache répondre au « que faire ? » -- il correspondrait alors au type optimiste de l’intellectuel actif ; incompétent, il se rapprocherait du modèle décrit par Čehov dans Skučnaja istorija (Histoire ennuyeuse) : « Vous êtes intelligent, cultivé [...] dites-moi ce que je dois faire ? -- En conscience, Katia, je ne sais pas. »

  • 69 V. F. Kormer, op. cit. , p.76.

47Le savoir est jugé « rédempteur » plutôt que « formateur » ; le monde ne peut être réformé par la pratique, mais il peut être dominé spirituellement -- à nouveau, l’intelligentsia russe retourne aux paradigmes de la Rus´ pré-pétrovienne, mais maintenant la sphère de la raison abstraite prend la place de la « lumière ». Derrière la fonction « civilisatrice de l’intellectuel se dessinait toujours aux yeux de l’individu laïc l’espoir que le savoir abstrait sauverait le monde du chaos »69. Réapparaît ici le rêve d’un homme idéal, lequel s’incarnerait en guide moral pour la nouvelle Russie d’après Pierre Ier et qui se chargerait de la représenter face au monde ; « la réponse russe » sur l’idéal bourgeois des Temps modernes.

  • 70 O. E. Mandel´štam, op. cit., p. 414-416.
  • 71 « Le moine noir » dit à l’intellectuel Kovrin : « Sans vous, les serviteurs du principe suprême, qu (...)
  • 72 Cf. Arh. Ioann (Šahovskoj), Apokalipsis melkogo greha (L’apocalypse d’un péché véniel), Saint-Péter (...)

48Une autre évidence établit l’« intelligentnost´ » en parallèle à la « sainteté » : sur l’homme « déifié » et sur l’intellectuel se fonde la conception de l’homme idéal comme muni d’un savoir rédempteur. Une représentation du nouveau penseur russe a cherché à se fixerentre ces deux termes, dont la non-coïncidence finale aurait été perçue comme une tragédie. Čehov, dans sa nouvelle intitulée Černyj monah (Le Moine noir), a voulu concilier les deux termes, mais la fin du récit est significative : le personnage de l’intellectuel perd la raison et meurt. La gnoséologie de l’époque n’offrait aucune alternative, car, comme l’exprime si bien la métaphore de Mandel´štam : « la capacité de connaissance du xixe siècle était sans commune mesure avec sa stature morale. [...] Rien d’autre que cet œil, rapace et vide, dévorant tout sujet, toute époque. Toutes les sciences ensemble fouillaient de leurs tentacules méthodologiques un ciel sans étoiles, sans rencontrer la moindre résistance dans la molle abstraction du vide. »70 « La jouissance dans la connaissance »71 a été vue d’un autre côté comme la « concupiscence de savoir »72 de l’Ancien Testament.

  • 73 I. P. Ekkerman, Razgovory s Gete v poslednye gody ego žizni (Entretiens avec Goethe dans les derniè (...)

49Beaucoup des traits caractéristiques de la conception russe de l’« intelligentsia » proviennent du mélange des dimensions « rédemptrice » et « formatrice » du savoir. Ainsi en est-il par exemple de l’aspiration à l’idée de totalité, de la pensée cosmologique, de la faveur accordée aux généralisations et aux synthèses. De là provient aussi la filiation qui s’est établie entre le système philosophique allemand et la vision du monde partagée par les membres de l’intelligentsia russe -- ces derniers n’allant tout de même pas jusqu’à partager l’enthousiasme des Allemands pour le goldene Mitte. Il aurait été inimaginable qu’un intellectuel russe « classique » puisse répéter la phrase où Goethe déclare préférer au génie des extrêmes « les avantages et la richesse du juste milieu ; et c’est pour ça que beaucoup de grands poètes et de grands peintres sont issus des classes moyennes »73. En Russie, le problème de l’existence de classes moyennes et d’une société civile dans l’histoire sociale fait écho aux difficultés ressenties pour penser les notions de « milieu » et de « centre » dans le domaine symbolique du culturel.

  • 74 S. N. Bulgakov, « Geroism i podvižničestvo » (Héroïsme et abnégation), in Vehi, Intelligencija v Ro (...)
  • 75 Cf. H. Glaser, Bildungsbürgertum und Nationalismus. Politik und Kultur im Wilhelmini-schen Deutschl (...)

50Conformément au sens premier du concept russe « obrazovanie », un intelligent n’est justement pas « formé », parce que, d’après l’expression du recueil Vehi, il « n’avait pas de byt »74 (il n’avait pas acquis une vie stable) : tout confort avait pour lui des relents de « vulgarité » et de « philistinisme charnel ». C’est dans ces conditions que le « saint » et l’« intelligent » formaient les types antinomiques du même modèle de l’homme instruit. Ivan V. Kireevskij a remarqué, au milieu du xixe siècle, combien « les contradictions fondamentales qui opposent les deux modèles rivaux d’enseignement sont la source principale, sinon exclusive, des malheurs que l’on peut observer en Russie ». Dès lors, l’idéal de l’Aréopagite d’un « savoir un » se muait en « titanisme », qui était propre aussi bien à l’intelligent russe qu’au « gebildete Bürger » allemand -- l’illusion d’une connaissance totale du monde fut le point de départ de toutes les doctrines sur sa « transformation »75, et le fondement de différents substituts à la totalité, que ce fût l’anti-étatisme des élites cultivées russes ou l’étatisme des élites allemandes.

  • 76 Meyers Neues Lexikon in 10 Bänden, Mannheim, Bd. 2., 1993, p. 59.

51En Allemagne, la conception d’un homme harmonieusement instruit eut à subir les contrecoups de nombreux désastres : la Première Guerre mondiale et le fascisme ont mortellement blessé le « bourgeois instruit » ; en Allemagne de l’Ouest, ses reliques se sont métamorphosées, aux yeux des jeunes générations de l’après-68, en « philistins cultivés », comme Nietzsche les avait désignés. Selon l’une des plus récentes encyclopédies, la théorie traditionnelle du Bildung « n’a pas été jusqu’à proposer une analyse critique des problèmes sociaux émergents, des incertitudes spirituelles et des structures politiques de la nouvelle société industrielle », elle reste « soumise à une nécessaire réorientation »76.

  • 77 En français dans le texte [NdT].
  • 78 Cf. L. Wacquant, « Misère des académies américaines », Liber, Revue internationale des livres, 26, (...)

52Il serait évidemment absurde de proposer un bilan, quel qu’il soit, de l’évolution suivie par l’idée d’« homme instruit ». Néanmoins, au cours des dernières décennies, certaines tendances ont émergé à la surfacede l’actualité : en France, en Allemagne, en Pologne et en Russie, de manière quasi synchronique, en usant des mêmes arguments et des mêmes formules, on évoque le remplacement attendu ou effectif des intellectuels77 et autres Gebildete par un type homogène de spécialistes et de professionnels. Le constat est ainsi fait d’un changement de la place occupée par le savoir au sein de sociétés touchées par la mondialisation et la « massification » de l’enseignement. Le langage témoigne des processus d’unificationqui sont à l’œuvre dans ce domaine : les intellectuels à la mode ne sont pas ceux de la conception française, mais plutôt les intellectuals du modèle anglo-saxon, ces penseurs professionnels (braineggs) qui ne prétendent à aucune responsabilité collective, qui ne font que subsister dans le cadre restreint de leurs sous-cultures -- et qui partagent les valeurs constantes, stables et professionnelles de la « classe moyenne »78.

  • 79 Cf. l’article de M. Hildermeier dans le présent recueil.
  • 80 En français dans le texte [NdT].
  • 81 Cité dans Jacques Julliard, Michel Winock, eds, Dictionnaire des intellectuels français. Les person (...)

53Comme souvent, de tels changements contribuent à inverser les perspectives relatives au modèle universel de l’homme instruit. L’intérêt que ce dernier accordait aux activités révolutionnaires, radicales et critiques (au sens large, antibourgeoises) s’est réorienté vers ses « petites affaires » ; son réformisme vise à assurer la stabilité sociale des classes moyennes79. Le XXe siècle laisse derrière lui d’amères leçons -- l’avertissement lancé aux hommes instruits de se prémunir de tout engagement, de veiller à préserver leur savoir de toute fonction idéologique -- qui viennent brouiller la figure classique de l’intellectuel80, telle qu’elle fut établie par Jean-Paul Sartre : celui qui « se mêle de ce qui ne le regarde pas »81.

54Pourtant, le leurre d’un savoir sans valeurs, propre à la pensée moderne, ne pourra tromper complètement les attentes de la conscience collective. L’expérience d’un « autre savoir », sur lequel se fondait la « pédagogie mystique », reste actuelle pour l’individu et pour la société. La question de la synthèse, qui fut abordée tout au long de notre article, ne saurait être résolue par la simple reconnaissance du pluralisme des vérités -- quelles que soient les variations à venir, cette interrogation subsistera.

  • 82 A.I. Solženicyn, « Obrazovanščina », art. cit., p. 146.
  • 83 N. A. Berdjaev, « Filosofskaja istina i intelligentskaja pravda » (Vérité philosophique et véracité (...)
  • 84 Arh. Ioann (Šahovskoj), op. cit. , p. 4.

55En revenant sur le cas de l’intelligentsia russe -- après la démoralisation infligée pendant l’époque soviétique et les interminables débats de la décennie écoulée -- comment ne pas discerner un certain tarissement, une « fatigue » de l’actuelle conception de l’intelligentsia. On écrit depuis longtemps sur l’effacement de l’enveloppe conceptuelle entourant la notion d’intelligentsia et sur la nécessité d’un nouveau mot qui « ne proviendrait pas des verbes « comprendre » ou « savoir » mais de quelque chose de spirituel [...] » (souligné dans l’original -- D.S.)82.Pourtant le XXe siècle russe a aussi produit une expérience positive qui attend encore une reconnaissance sociale et non plus seulement intellectuelle. « La synthèse de la foi et du savoir » ne peut pas créer cette couche d’une « intelligentsia ecclésiastique », « qui unirait le véritable christianisme à la compréhension éclairée des tâches culturelles et historiques »83 : en tant que partie de l’espace social, cette couche de l’intelligentsia ecclésiastique n’est pas le lieu où une telle réconciliation est possible. Mais un bilan optimiste de cette histoire, et peut-être la justification de l’« intelligentsia », ont été finalement découverts dans l’idée suivante : cette synthèse est possible au niveau de la personne et, par conséquent, « le conflit [...] entre foi et savoir est un conflit qui n’existe pas. »84

56Institut d’histoire universelle

57Académie des sciences de Russie

58117334 Moscou

59Leninskij Prospekt, 32-a

60sdvizkov@ col. ru

Haut de page

Notes

1 Titre du livre d’E. Ju. Lozinskij, Čto že takoe, nakonec, intelligencija, Saint-Pétersbourg, 1907.

2 L’expression russe « obrazovannyj čelovek » sera traduite par « homme instruit » [NdT].

3 En français dans le texte [NdT].

4 Cf. Christophe Charle, Naissance des « intellectuels » (1880-1900), Paris, Minuit, 1990, p. 10 ; Pascal Ory, Jean-François Sirinelli, Les intellectuels en France, de l’Affaire Dreyfus à nos jours, Paris, Armand Colin, 1992, p. 245 sq.

5 Pour cette citation et la précédente voir H.-G. Haupt, J. Kocka, « Historischer Vergleich : Methoden, Aufgaben, Probleme », inH.-G. Haupt, J. Kocka, eds, Geschichte und Vergleich. Ansätze und Ergebnisse international vergleichender Geschichtsschreibung, Francfort -- New York, 1996, p. 15, 25.

6 Par la suite, les termes obrazovanie, vospitanie, prosveščenie, znanie et poznanie seront traduits respectivement par formation (ou enseignement), éducation, illumination (au sens religieux)/instruction (au sens laïc), savoir et connaissance. Lorsque le besoin s’en fera ressentir, la translittération sera conservée [NdT].

7 La classification établie par M. Scheler entre savoirs « de formation », « de salut » et « de domination » différencie le savoir selon sa fonction sociale (Bildungs-, Heils-, Herrschaftswissen), voir M. Scheler, « Formy znanija i obrazovanie » (1925) (Les formes du savoir et l’enseignement), in id., Izbrannye proizvedenija (Œuvres choisies), Moscou, 1994, p. 41-42.

8 Peter Jelavich, « Poststrukturalismus und Sozialgeschichte -- aus amerikanischer Perspektive », Geschichte und Gesellschaft, 21, 1995, p. 273.

9 Pour plus de précisions voir O. W. Müller, Intelligencija. Untersuchungen zur Geschichte eines politischen Schlagwortes, Francfort, 1971.

10 Jacques Le Goff, Les intellectuels au Moyen žge, Paris, Seuil, 1985, p. 3.

11 « [...]la culture (παιδεια, dans l’original -- D.S.) n’est point ce que certains, qui font profession de la donner, disent qu’elle est. Ils prétendent, si je ne me trompe, que dans une âme au-dedans de laquelle n’est pas le savoir, eux, ils l’y déposent, comme si en des yeux aveugles ils déposaient la vision [...] au-dedans de son âme chacun possède la puissance du savoir : [...] c’est avec l’âme tout entière que doit s’opérer, à partir de ce qui devient, la conversion de cet organe, jusqu’au moment où il sera enfin capable, dirigé vers le réel, de soutenir la contemplation de ce qu’il y a dans le réel de plus lumineux. Or, c’est cela qu’est, déclarons-nous, le Bien », Platon, Gosudarstvo (La République), livre 7, in Platon, Sobranie sočinenij v 4-h tt., pod red. A.F. Loseva, Moscou, 1994, t. 3, p. 299 (Platon, Œuvres complètes, t. 1, Paris, Gallimard, Coll. La Pléiade, 1950, p. 1107).

12 Pour cette citation et les précédentes voir V. Serebrenikov, Učenie Lokka o prirodnyh načalah znanija i dejatel´nosti. Opyt ustanovki Lokkova učenija na osnovanii istoriko-kritičeskogo issledovanija i kritičeskogo rassmotrenija ego v svjazi s hristianskim učeniem ob obraze Božiem (Étude de Locke sur les origines naturelles du savoir et de la pratique. La tentative de Locke d’établir une pédagogie sur la base d’études historiques et critiques et l’analyse critique qui en fut faite par rapport à la pédagogie chrétienne de l’image de Dieu), Saint-Pétersbourg, 1892, p. 283-285, 290.

13 Cf. Ph. Sherrard, The Greek East and the Latin West. A study in the Christian tradition, Londres, 1959, p.140-141 ; K. V. Bobkov, E. V. Ševcov, Simvol i duhovnyj opyt pravoslavija (Symbole et pratique spirituelle de l’orthodoxie), Moscou, 1996, p.288.

14 V. N. Losskij, Po obrazu i podobiju (L’image et le semblable), Moscou, 1995, p. 41-72 ; id., Očerk mističeskogo bogoslovija Vostočnoj Cerkvi. Dogmatičeskoe bogoslovie (Essais sur la théologie mystique de l’Église orientale. La théologie dogmatique), Moscou, 1991, p. 163 et passim.

15 Saint Denys l’Aréopagite, O Božestvennyh imenah. O mističeskom bogoslovii (Les noms divins. Sur la théologie mystique), Saint-Pétersbourg, 1995, p.105.

16 V. V. Byčkov, Russkaja srednevekovaja estetika XI-XVII veka (L’esthétique russe du Moyen žge, xi e-xvii e siècles), Moscou, 1992, p. 62 et passim ; V. N. Losskij, Očerk mističeskovo bogoslovija..., op. cit., p. 163-164.

17 Ph. Sherrard, op. cit., p. 144, 153-155 ; V. V. Byčkov, Aesthetica Patrum. Apologety. Blažennyj Avgustin (L’apologétique de saint Augustin), Moscou, 1995, p. 358-361.

18 Ioann (Ekonomcev) Igumen, « Isihazm i vozroždenie, Isihazm i problema tvorčestva » (L’hésychasme et la Renaissance, l’hésychasme et le problème de la création), in id., Pravoslavie, Vizantija, Rossija (Orthodoxie, Byzance, Russie), Moscou, 1992, p. 167-196.

19 Cf. J. Le Goff, op. cit. p. 4, 28 ; Voir aussi W. Kluxen « Institution und Ideengeschichte. Zur geschichtlichen Bedeutung der mittelalterlichen Universität », in M. Hoenen et al., eds, Philosophy and learning : universities in the Middle Ages, Leiden -- New York -- Cologne, 1995, p. 3-16.

20 Ph. Sherrard, op. cit. , p. 156-157.

21 J. Le Goff, op. cit. , p. 16-17.

22 Maître Eckhart, Duhovnye propovedi i rasssuždenija (Sermons spirituels et réflexions), Moscou [1912], 1991, p. 26, 29, 38 ; F. Jostes, ed., Meister Eckhart und seine Jünger, Berlin -- New York, 1972, p. 22-35 ; M. Naumann, « Bildung und Gehorsam. Zur ästhetischen Ideologie des Bildungsbürgertums », in K. Vondung, ed., Das wilhelminische Bildungsbürgertum : zur Sozialgeschichte seiner Ideen, Göttingen, 1976, p. 36 sq.

23 En français dans le texte [NdT].

24 Sur le rôle prépondérant que l’enseignement a joué en Allemagne par rapport à l’« individualisme économique ou au rationalisme politique de la lointaine Europe », voir F. K. Ringer, Fields of knowledge : French academic culture in comparative perspective, 1890-1920, New-York -- Cambridge, Cambridge University Press, 1992, p. 101-102 sq.

25 Allgemeine Deutsche Real = Encyclopädie für die gebildeten Stände, in 10 Bd., 6e Aufl., Bd. 1, Leipzig, 1824, p. 777.

26 M. Scheler, op. cit. , p. 21-22, 27.

27 Cf. U. Engelhardt, « Bildungsbürgertum », in Begriffs-und Dogmengeschichte eines Etiketts, Stuttgart, 1986.

28 Cf. H.-U. Wehler, « Deutsches Bildungsbürgertum in vergleichender Perspektive -- Elemente eines “Sonderwegs” ? », in Bildungsbürgertum im 19. Jht., t. 4, p. 220 ; U. Engelhardt, op. cit. , p. 529.

29 En français dans le texte [NdT].

30 Cf. F. K. Ringer, Die Gelehrten. Der Niedergang der deutschen Mandarine 1890-1933, Stuttgart, 1983, p. 97 ; J. Leenhardt, R. Picht, eds, Esprit/Geist. 100 Schlüsselbegriffe für Deutsche und Franzosen, Munich-Zurich, 1989, p. 318-320, 361-364.

31 K. Jaspers, Die Idee der Universität, Berlin, 1923, p. 18-19 ; cf. F. K. Ringer, Fields of knowledge, op. cit., p. 314 sq.

32 E. Krieck, Bildungssysteme der Kukturvölker, Leipzig, s.d., p.340.

33 Cité par U. Engelhardt, op. cit. , p.122.

34 Cf. G. P. Fedotov, « Tragedija intelligencii » (La tragédie de l’intelligentsia), in Sud´ba i grehi Rossii. Izbrannye stat´i (Destin et péchés de la Russie. Articles choisis), Saint-Pétersbourg, 1991, t. 1, p. 72-78 ; V.V. Byčkov, Aesthetica Patrum..., op. cit., p.616-617.

35 Nil Sorskij, Predanie i Ustav. Pamjatniki drevnej pis´mennosti i iskusstva (Légendes et chartre. Monuments de l’écriture ancienne et de l’art), Saint-Pétersbourg, 1912, t. 179, p.28-29.

36 Slovar´ russkogo jazyka XI-XVII vv. (Dictionnaire de la langue russe, xi e-xviie siècles), Moscou, 1995, vyp. 20, p. 211, p. 213-214 ; V. V. Byčkov, Russkaja srednevekovaja estetika, op. cit., p. 216.

37 K. V. Bobkov, E. V. Ševcov, op. cit. , p. 248.

38 V. V. Byčkov, Russkaja srednevekovaja estetika, op. cit., p. 450, 520.

39 Slovar´ russkogo jazyka XI-XVII vv., op. cit., vyp. 7, 1980, p. 200 ; vyp. 9, 1982, p. 294 ; sur la suite voir A. M. Pančenko, « Russkaja kul´tura v kanun petrovskih reform » (La culture russe à la veille des réformes de Pierre le Grand), in Iz istorii russkoj kul´tury (De l’histoire de la culture russe), t. 3, XVII-nač. XVIII v. (xviie-début xviiie siècle), Moscou, 1996, p. 225-226.

40 Datant du XVIIe siècle, ce terme historique était employé pour désigner ceux des membres de l’élite sociale qui s’identifiaient à l’Europe et qui en appréciaient la culture au point d’en apprendre la lingua franca [NdT].

41 Cf. L. A. Černaja, Russkaja kul´tura perehodnogo perioda ot Srednevekov´ja k Novomu vremeni (La culture russe pendant l’époque de transition entre le Moyen žge et les Temps modernes), Moscou, 1999, p. 129 et passim.

42 Cf. Russkaja sillabičeskaja poezija XVII-XVIII vv. (La poésie russe syllabique des xviie-xviiie siècles), Leningrad, 1970, p. 195 ; V.V. Byčkov, Russkaja srednevekovaja estetika, op. cit., p. 545.

43 A. M. Pančenko, art. cit., p. 225 ; cf.Z. Skubaa-Tokarska, Z. Tokarski, Uniwersytety w Polsce, Varsovie, 1972, p. 77.

44 Le sens accordé par Pierre le Grand au concept de prosveščenieest flagrant dans un discours de 1714 : « Les écrivains situent l’ancienne maison des sciences en Grèce, d’où elles auraient été chassées par l’Italie vers l’Europe et jusqu’en Pologne ; mais dans notre patrie, nos

45 D’ailleurs, parmi les nombreux néologismes datant de cette époque, se détache celui d’« intelligentsia », qui n’a pas encore atteint sa pleine signification : voir E. E. Biržakov, L. A. Bojkov, L. L. Kutin, Očerki po istoričeskoj leksikologii russkogo jazyka XVIII veka. Jazykovye kontakty i zaimstvovanija (Essais sur la lexicologie historique de la langue russe au xviiie siècle. Contacts linguistiques et emprunts), Leningrad, 1972, p. 364 -- et qui est adopté en 1711 du terme français intelligence (relation, complot).

46 Un exemple intéressant et datant de la première moitié du XVIIIe siècle est mentionné par Iurij Lotman : en 1749, le projet utopique de Mihail Avramov sur « l’instruction de la population inculte dans l’univers », où se trouvent associées dans la notion de prosveščeniedes motivations civilisatrices (dans l’esprit de Pierre Ier l’impression des livres), exigeant une véritable théocratie (une des fonctions spécifiques de l’État serait de veiller à ce que « tout soit empli d’amour chrétien »), comme condition nécessaire à cette instruction, I. Čistovič, Feofan Prokopovič i ego vremja (Feofan Prokopovič et son temps), Saint-Pétersbourg, 1868, p. 689-690.

47 O. E. Mandel´štam, « Devjatnadcatyj vek » (Le dix-neuvième siècle), in id., Sohrani moiu reč´... (Retiens mon discours...), Moscou, 1994, p. 416-417.

48 En français dans le texte [NdT].

49 Cf. Ju. M. Lotman, Besedy o russkoj kul´ture (Discussions sur la culture russe), Saint-Pétersbourg, 1997, p.268.

50 Cf. J. Oelkers, « Aufklärung als Lehrprozess », in id., ed. Aufklärung, Bildung und Öffentlichkeit. Pädagogische Beiträge zur Moderne, Weinheim-Bâle, 1993, p. 9-23.

51 V. V. Zen´kovskij, « Cerkov´ i škola » (L’Église et l’école), in Voprosy religioznogo vospitanija i obrazovanija (Questions sur l’éducation religieuse et l’enseignement), Paris, 1927, vyp. 1, p. 29-30.

52 Cf. C. Charle, « Intellectuels, Bildungsbürgertum et professions au XIXe siècle », Actes de la Recherche en Sciences sociales, 106-107, mars 1995, p. 88 sq. ; F.K. Ringer, Fields of knowledge, op. cit. p.26 sq.

53 I. P. Pnin, « Opyt o prosveščenii otnositel´no k Rossii » (1804) (L’expérience de l’instruction appliquée à la Russie), in Antologija pedagogičeskoj mysli Rossii pervoj poloviny XIX v., do 60-h gg. (Anthologie de la pensée pédagogique en Russie de la première moitié du xixe siècle jusqu’aux années 60), Moscou, 1987, p.76.

54 B. Unbegaun, « Le calque dans les langues slaves littéraires », Revue des Études slaves, 12, 1932, p. 39 ; M. Fasmer, Etimologičeskij slovar´ russkogo jazyka (Dictionnaire étymologique de la langue russe), Moscou, 1986, t. 3, p. 106.

55 Cité par N. A. Kazakova, A. S. Lur´e, Antifeodal´nye eretičeskie dviženija na Rusi XIV-načala XVI veka (Les mouvements hérétiques anti-féodaux en Russie entre le xive et le début du xvie siècles), Moscou-Leningrad, 1955, p. 353-354.

56 Voir pour la Russie, V. V. Byčkov, Russkaja srednevekovaja estetika, op. cit., p.73. Pour l’Allemagne, voir d’un côté M. Scheler, qui explique que le sens du monde y repose « non pas sur le processus sans fin de la connaissance des sciences positives, mais sur [...] la solidité et la noblesse d’une existence individuelle bien rangée, dans la réalisation en Dieu », qu’il identifie au Bildung (M. Scheler, op. cit., p.31) ; et de l’autre côté, K. Jaspers (les deux opinions datent des années 1920) : « Le contenu de la connaissance [...] est en principe illimité et inachevé [...] De là s’anime le sens de la science, et subitement apparaît un sentiment d’absurdité », K. Jaspers, Smysl i naznačenie istorii (Le sens et la mission de l’histoire), Moscou, 1991, p.102.

57 Il est révélateur que « prosveščenie » soit ici lié à « graždanin » (citoyen) -- le xviiie siècle n’est pas passé pour rien. L’écrivain russe Karamzin utilise l’expression « graždanskoe prosveščenie » (instruction du citoyen) dans un sens laïc, clairement distinct de sa signification religieuse ; voir V. A. Åukovskij, « Čto takoe vospitanie ? » (1845) (Qu’est-ce que l’éducation ?), in Antologija pedagogičeskoj mysli Rossii..., op. cit., p. 127 ; N. M. Karamzin, « O novom obrazovanii narodnogo prosveščenija v Rossii » (1803) (Sur le nouvel enseignement de l’instruction populaire en Russie), in ibid., p. 65.

58 V. I. Dal´, Tolkovyj slovar´ živogo velikorusskogo jazyka (Dictionnaire raisonné de la langue russe parlée), Moscou, 1994, t. 2, col. 1580-1581 ; t. 4, col. 1328.

59 V. Ja. Stojunin « Zametki o russkoj škole » (1881) (Notes sur l’école russe), in id., Pedagogičeskie sočinenija (Œuvres pédagogiques), Saint-Pétersbourg, 1892, p. 418-420.

60 Slovar´ sovremennogo russkogo literaturnogo jazyka (Dictionnaire de la langue littéraire russe contemporaine), Moscou-Leningrad, 1961, t. 11, col. 1342-1343 ; A. I. Soljženicyn, « Obrazovanščina » (1974), in Russkaja intelligencija. Istorija i sud´ba (L’intelligentsia russe. Histoire et destin), Moscou, 1999, p. 125-149. « Dans l’acte civilisateur, on trouve peu de lumière véritable -- écrivait en 1969 V. F. Kormer -- et si nous avions été plus honnêtes, nous aurions cherché à découvrir une autre signification à ce complexe d’affects. Le mot allemand « Kulturträger » de par sa neutralité conviendrait mieux ici » in V.F. Kormer, Voprosy filosofii, 9, 1989, p. 76.

61 En français dans le texte [NdT].

62 En français dans le texte [NdT].

63 Cf. I. V. Kireevskij : « [...] dans le corps des peuples, lesquels acquièrent leurs convictions au moyen de leurs réflexions personnelles, la tête du philosophe représente l’organe naturel indispensable par lequel passent toutes les forces de vie, des événements extérieurs jusqu’à la conscience intime et à nouveau de la conscience intime revenant dans le domaine visible du déroulement historique », I. V. Kireevskij, « O haraktere prosveščenija Evropy i ego otnošenii k prosveščeniju Rossii » (Le caractère de l’instruction en Europe et son rapport avec l’instruction de la Russie), in Kritika i estetika (Critique et esthétique), Moscou, 1979, p. 252.

64 Cf. O. W. Müller, op. cit., p. 50-85 ; Ju. S. Stepanov, Konstanty. Slovar´ russkoj kul´tury. Opyt issledovanija (Les constantes. Dictionnaire de la culture russe. Pratique de la recherche), Moscou, 1997, p. 611-613.

65 Cf. S. O. Šmidt, « K istorii slova “intelligencija” » (À propos de l’histoire du mot « intelligentsia »), in Rossija-Zapad-Vostok. Vstrečnye tečenija (Russie-Occident-Orient. Mouvements croisés), Moscou, 1996, p. 409-417.

66 K. Libelt, « O mioÊci Ojczyzny », cité par R. Czepulis-Rastenis, « Klassa umysowa », in Inteligencja Królestwa Polskiego 1832-1860, Varsovie, 1973, p. 6-7. Voir aussiZ. Wójcik, Rozwój poj´cia inteligencji, Wrocaw, 1962, p. 21 sq.

67 G. Ch. « O inteligencji w znaczeniu polskim » (1861), cité par R. Czepulis-Rastenis, op. cit., p. 7.

68 O. Müller (op. cit., p. 141 sq.) souligne avant tout le rôle des travaux journalistiques de I. S. Aksakov consacrés à la « question polonaise ».

69 V. F. Kormer, op. cit. , p.76.

70 O. E. Mandel´štam, op. cit., p. 414-416.

71 « Le moine noir » dit à l’intellectuel Kovrin : « Sans vous, les serviteurs du principe suprême, qui avez une vie consciente et libre, l’humanité serait un néant [...] Vous avancez de plusieurs millénaires son entrée dans le royaume de la vérité éternelle [...] La vraie jouissance est dans la connaissance, et la vie éternelle offre des sources de connaissance innombrables et inépuisables » (A. P. Čehov, Izbrannye sočinenija v 3 tt., Moscou, IHL, 1964, t. 2, p.326) (A. Tchékhov, Œuvres complètes, Paris, Gallimard, coll. La Pléiade, 1971, t. 3, p.238).

72 Cf. Arh. Ioann (Šahovskoj), Apokalipsis melkogo greha (L’apocalypse d’un péché véniel), Saint-Pétersbourg, 1997, p. 5-6.

73 I. P. Ekkerman, Razgovory s Gete v poslednye gody ego žizni (Entretiens avec Goethe dans les dernières années de sa vie), Erevan, 1988, p. 149.

74 S. N. Bulgakov, « Geroism i podvižničestvo » (Héroïsme et abnégation), in Vehi, Intelligencija v Rossii. Sbornik statej 1909-1910 (Jalons. L’intelligentsia en Russie. Recueil d’articles 1909-1910), Moscou, 1991, p. 64.

75 Cf. H. Glaser, Bildungsbürgertum und Nationalismus. Politik und Kultur im Wilhelmini-schen Deutschland, Munich, 1993, p. 59-73 ; V. S. Nepomnjaščij, Poezija i sud´ba (Poésie et destin), Moscou, 1983, p. 359.

76 Meyers Neues Lexikon in 10 Bänden, Mannheim, Bd. 2., 1993, p. 59.

77 En français dans le texte [NdT].

78 Cf. L. Wacquant, « Misère des académies américaines », Liber, Revue internationale des livres, 26, mars 1996, p. 1-2 (Les intellectuels) ; J. Jennings, ed., Intellectuals in twentieth-century France, mandarins and samurais, New York, 1993 ; J. Zarnowski, « IntelektualiÊci » in Encyklopedia socjologii, t. 1, Varsovie, 1998, p. 334-337 ; L. Gudkov, « Intelligenty i intellektualy » (Intellectuels et penseurs), Znamja, 4, 1992 et suivants.

79 Cf. l’article de M. Hildermeier dans le présent recueil.

80 En français dans le texte [NdT].

81 Cité dans Jacques Julliard, Michel Winock, eds, Dictionnaire des intellectuels français. Les personnes, les lieux, les moments, Paris, Seuil, 1996, p. 11.

82 A.I. Solženicyn, « Obrazovanščina », art. cit., p. 146.

83 N. A. Berdjaev, « Filosofskaja istina i intelligentskaja pravda » (Vérité philosophique et véracité intellectuelle), in Vehi, op. cit., p.42 ; S.N. Bulgakov, op. cit., p.81.

84 Arh. Ioann (Šahovskoj), op. cit. , p. 4.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Denis A. SDVIÅKOV, « Comparer l’incomparable », Cahiers du monde russe [En ligne], 43/4 | 2002, mis en ligne le 01 janvier 2007, Consulté le 23 juillet 2017. URL : http://monderusse.revues.org/8518

Haut de page

Droits d'auteur

© École des hautes études en sciences sociales, Paris.

Haut de page