Navigation – Plan du site
Quand il n’y a plus de famille

Rapatriement, genre et mobilité sociale

La liste des captifs rapatriés de Crimée par Timofej Hotunskij (1649)
Repatriation, gender and social mobility: The register of captives returned from Crimea with Timofei Khotunskii (1649)
Aleksandr Lavrov
p. 667-685

Résumés

L’article est consacré à une nouvelle source concernant les relations entre la Russie et la Crimée  : une liste de captifs russes rapatriés de Crimée par les soins de l’envoyé du tsar Timofej Hotunskij. Elle se caractérise par une nette prédominance des femmes sur les hommes (554 contre 169). Ces captives, qui n’avaient pas pris part à des combats, permettent de reconstituer le tableau des pertes démographiques subies par la population civile et de localiser les régions qui avaient le plus souffert des incursions tatares. Cette recherche permet de comprendre la logique des autorités moscovites et criméennes. Pour ces dernières, la prise de captifs et l’esclavage étaient une source de revenu, de sorte qu’elles ne s’opposaient pas, dans le principe, à l’affranchissement d’esclaves déjà âgés qui devenaient une charge improductive pour leurs propriétaires. Au lieu que les autorités moscovites étaient prêtes à reprendre tous leurs anciens sujets, même s’il leur en coûtait des dépenses supplémentaires. Il en était ainsi lorsqu’il s’agissait d’hommes âgés et de femmes qui revenaient avec des enfants nés en captivité. Il y avait donc là deux politiques démographiques opposées  : tandis que les Criméens concoururent à expulser du Khanat des groupes entiers de population, les Moscovites préféraient pratiquer la politique des «  portes ouvertes  ».

Haut de page

Extrait du texte

Cairn

Texte intégral disponible via abonnement/accès payant sur le portail Cairn. Le texte intégral en libre accès sera disponible à cette adresse en janvier 2020.
Consulter cet article

Plan

L’origine géographique et la pyramide démographique
Les familles et les alliances de rapatriés
Le rapatriement comme un laboratoire identitaire
Oublier et se souvenir
La Moscovie comme une grande famille d’accueil ?

Aperçu du texte

Au printemps 1649, l’envoyé du tsar au Khanat de Crimée Timofej Hotunskij rentra en Russie avec une caravane de prisonniers rachetés. La liste des anciens prisonniers, quoiqu’incomplète, comptait 898 personnes. Un pourcentage particulièrement élevé de femmes et d’enfants dans cette caravane apparaît comme un trait inhabituel. Il s’explique sans aucun doute par le statut diplomatique de Hotunskij, qui lui permettait de bénéficier d’une escorte tatare jusqu’à la frontière moscovite. Dans ces conditions, les femmes et enfants libérés pouvaient se sentir dans une relative sécurité pendant leur passage par les steppes. Citons la biographie laconique, assez typique, d’une captive rapatriée, celle d’Ul´jana Malyhina, notée contre son nom dans la liste : « …] fille du cadet de province (syn bojarskij) Trofim Malyhin de Kursk, passa 25 ans en captivité ». Ul´jana sortit de Crimée avec deux fillettes adoptées : l’une, Natal´ja, âgée de cinq ans, se souvenait encore qu’elle était originaire du...

Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Aleksandr Lavrov, « Rapatriement, genre et mobilité sociale », Cahiers du monde russe [En ligne], 57/2-3 | 2016, mis en ligne le 01 avril 2019, Consulté le 23 mai 2017. URL : http://monderusse.revues.org/8379

Haut de page

Auteur

Aleksandr Lavrov

Université Paris-Sorbonne Département d’études slaves, allavrov@yahoo.com

Articles du même auteur

Haut de page

Droits d'auteur

© École des hautes études en sciences sociales, Paris.

Haut de page