Navigation – Plan du site
Conflits et contraintes

Wildscapes In Ballyhooland

Shock construction, Soviet colonization, and Stalinist governance*
Paysages sauvages au pays de la propagande : grands chantiers, colonisation soviétique et gouvernance stalinienne
Christian Teichmann
p. 221-246

Résumés

Écrire l’histoire d’un autre grand chantier stalinien ne saurait constituer une fin en soi. Aussi l’auteur fait-il le choix de relater l’histoire du Projet de la vallée de la rivière Vahš, projet exemplaire d’irrigation près de la frontière soviétique avec l’Afghanistan, qui n’est pas seulement un désastre humain, économique et écologique. Alors que la précarité et la peur étaient autant de facteurs majeurs qui entravaient l’exercice des ingénieurs et des responsables compétents dans un cadre naturel incontrôlé, l’article examine comment l’ambition politique stalinienne et le désordre institutionnel soviétique, cumulés à des conditions environnementales défavorables ont, finalement, abouti à la mise en échec du projet d’irrigation et de colonisation. L’imminence de la faillite du Projet Vahš en 1937 révèle ainsi quelques-unes des limites importantes de la gouvernance stalinienne dans une région frontalière politiquement et écologiquement sensible.

Haut de page

Note de l'auteur

*Research for this article was made possible by research grants of Volkswagenstiftung (Hanover, Germany) and the Hoover Archives Summer Workshop (Stanford, California). Heartfelt thanks for help and advice are due to Samantha Taber, Johannes Arens and Philine Apenburg, as well as the patient editors of this special issue, the supportive anonymous reviewers and the diligent journal editors.

Extrait du texte

Cairn

Texte intégral disponible via abonnement/accès payant sur le portail Cairn. Le texte intégral en libre accès sera disponible à cette adresse en janvier 2020.
Consulter cet article

Plan

The gringos of Tashkent
Burnt by the sun
A leap in the dark
Natural forces
State of chaos, world of disorder

Aperçu du texte

People came into the Vakhsh Valley. Not simple people but Bolsheviks. The Bolsheviks, organized by will, came for victory. They brought technique with them into the steppe. The technique began to move along the sun‑burnt steppe by means of its draglines, Fordsons, dredges, and workmen camps.” With words like these, journalists and writers hailed the Vakhsh River Valley Project in the many tongues of Soviet propaganda. What seemed like a fait accompli in 1931 newspaper reports, novels, feuilletons and public speeches was, nonetheless, an agricultural colonization project beset by great technological obstacles and deathly environmental risks. The valley’s geographical isolation in the southernmost periphery of the Soviet Union, the borderlands between the Tajik Soviet Republic and Afghanistan’s Kunduz Province, only compounded the challenge that Soviet planners, regional party bosses and irrigation engineers had set for themselves.

Neither its geographical remoteness nor its infrastru...

Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Christian Teichmann, « Wildscapes In Ballyhooland », Cahiers du monde russe [En ligne], 57/1 | 2016, mis en ligne le 01 janvier 2019, Consulté le 01 mai 2017. URL : http://monderusse.revues.org/8345

Haut de page

Auteur

Christian Teichmann

Humboldt University Berlin, teichmac@hu‑berlin.de

Haut de page

Droits d'auteur

© École des hautes études en sciences sociales, Paris.

Haut de page