Navigation – Plan du site
Les intérêts politiques et économiques, facteurs déterminants de l’expertise

Privatiser l’agriculture en URSS

Économistes réformistes et pouvoir politique pendant la perestroïka
From collective to private farm: Economic experts and authorities during Perestroika
Olessia Kirtchik
p. 147-172

Résumés

Au cours de la seconde moitié du xxe siècle, les économistes ont joué un rôle de premier plan dans la définition et la diffusion de recettes de réforme économique partout dans le monde. L’URSS n’a pas fait exception, faisant appel à l’expertise d’économistes académiques au moment des réformes économiques de 1965 et 1985. Cependant, le cas soviétique présente des particularités du fait même de sa propre tradition technocratique et de sa pensée réformiste. Cet article se penche sur les modalités de la conception de la dernière réforme agraire soviétique à la fin des années quatre-vingt, coproduite par des bureaucrates et des économistes agraires de courant réformiste. Cette période est particulière en ce qu’elle modifie les rapports entre les experts académiques et le pouvoir politique et, partant, les formes d’action des experts et d’organisation de la recherche. La crise économique et politique introduit une forte polarisation idéologique, voire une fracture, qui aura un impact sur le déroulement de la réforme agraire au cours des années 1990.

Haut de page

Note de l'auteur

Cet article s’inscrit dans le cadre du programme de recherche fondamentale de l’université nationale de recherche « École des hautes études en sciences économiques » (Moscou) et a bénéficié du soutien financier du Russian Academic Excellence Project « 5-100 ».

Extrait du texte

Cairn

Texte intégral disponible via abonnement/accès payant sur le portail Cairn. Le texte intégral en libre accès sera disponible à cette adresse en janvier 2020.
Consulter cet article

Plan

L’évolution de la doctrine agraire de la perestroïka : sources, acteurs et lieux
La lune de miel entre la science académique et le parti
Les experts économiques au Parlement : le lancement de la réforme foncière
L’institutionnalisation du mouvement des fermiers indépendants – AKKOR24
Les experts agraires dans l’espace académique et politique
Les positions académiques réformistes : l’Institut agraire de A. Nikonov et le gouvernement de réforme
Les positions conservatrices : l’Académie des sciences agricoles et l’establishment agrarien
Conclusion

Aperçu du texte

La figure du fermer, exploitant agricole indépendant, émergea dans le discours économico‑politique et public soviétique au cours des dernières années de la perestroïka, dans le cadre du mouvement de réforme économique plus général qui marque cette période. L’image du paysan indépendant, persécuté par l’État pendant la collectivisation, redevint l’espoir des campagnes russes et l’un des symboles du mouvement réformateur démocrate. Cette innovation idéologique et sociale alla de pair avec la remise en question du modèle agricole soviétique dominé, depuis le Grand Tournant de 1929, par le dogme d’inspiration marxiste des avantages indiscutables de l’exploitation à grande échelle. L’importation de blé depuis les années 1970, la baisse de la productivité du travail dans les exploitations alors que les investissements centraux dans l’agriculture croissaient, et d’autres expressions d’une défaillance du secteur agroalimentaire constituaient le contexte dans lequel le sentiment d’urgence s’...

Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Olessia Kirtchik, « Privatiser l’agriculture en URSS », Cahiers du monde russe [En ligne], 57/1 | 2016, mis en ligne le 01 janvier 2019, Consulté le 23 juin 2017. URL : http://monderusse.revues.org/8338

Haut de page

Auteur

Olessia Kirtchik

Higher School of Economics Moscow, okirchik@hse.ru

Haut de page

Droits d'auteur

© École des hautes études en sciences sociales, Paris.

Haut de page