Navigation – Plan du site
Les intérêts politiques et économiques, facteurs déterminants de l’expertise

Engineering Empire

Russian and foreign hydraulic experts in Central Asia, 1887‑1917
L’Empire et l’ingénierie hydraulique : les experts russes et étrangers en Asie centrale, 1887-1917
Maya K. Peterson
p. 125-146

Résumés

Cet article étudie la participation des ingénieurs en hydraulique en Asie centrale à l’époque impériale dans les processus d’expansion agricole et de renforcement de l’empire dans la province du Turkestan. A priori, cette province rassemblait tous les critères pour que les Russes, qui déploraient constamment leur « retard » vis-à-vis de l’Europe, puissent y faire la preuve de leur capacité à être un pouvoir colonial au même titre que les empires européens, mais leur méconnaissance de l’ingénierie en irrigation et les difficultés à irriguer des régions arides menaçaient de compromettre les efforts de la Russie dans sa « mission civilisatrice ». Pourtant, on comptait toujours davantage de techniciens russes capables de participer au dialogue scientifique et aux échanges technologiques transnationaux avec les ingénieurs en hydraulique étrangers, eux-mêmes tout aussi enthousiastes sur le potentiel de la science et de la technologie à créer un avenir plus moderne en Asie centrale russe. Finalement, cependant, même si le zèle de ces Russes et des experts hydrauliques étrangers coïncidait avec les ambitions politiques russes au Turkestan, les réalités politiques de la position du gouvernement impérial dans la région déterminèrent le destin de leurs grandes visions transformatrices.

Haut de page

Extrait du texte

Cairn

Texte intégral disponible via abonnement/accès payant sur le portail Cairn. Le texte intégral en libre accès sera disponible à cette adresse en janvier 2020.
Consulter cet article

Plan

The question of expansion
Educating engineers
Imperial mindsets

Aperçu du texte

In 1912 Russian Minister of Agriculture Alexander Krivoshein proposed a pithy formula which encapsulated his hopes for the future development of the imperial province of Turkestan, the southernmost part of the Russian Empire. Cotton plus colonization plus irrigation would create, in Krivoshein’s words,

[…] an area equivalent to the amount of land currently irrigated in Turkestan, as it were creating a second Turkestan. This new Turkestan, not inferior to the old, native one in magnitude, would surpass it in riches and level of culture, and its new population would be Russian.

Krivoshein’s formula was an articulation of official and unofficial processes that were already underway in Turkestan: privately‑ and publicly‑financed investigations of the possibility for expanding the production of cotton in the region, as well as the legal and illegal movement to the province of thousands of Russian peasant colonists from the overcrowded regions of central Russia. Krivoshein hoped that thro...

Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Maya K. Peterson, « Engineering Empire », Cahiers du monde russe [En ligne], 57/1 | 2016, mis en ligne le 01 janvier 2019, Consulté le 23 juin 2017. URL : http://monderusse.revues.org/8336

Haut de page

Auteur

Maya K. Peterson

University of California, Santa CruzHistory Department, mkpeters@ucsc.edu

Haut de page

Droits d'auteur

© École des hautes études en sciences sociales, Paris.

Haut de page