Navigation – Plan du site
Média, informations et émotions

The Fog of Stagnation

Explorations of Time and Affect in Late Soviet Animation
Le brouillard de la stagnation : explorations du temps et de l’affect dans le dessin d’animation du soviétisme tardif
Anna Fishzon
p. 571-598

Résumés

Cet article pose qu’une « temporalité étrange » s’est fait place pendant l’époque de la stagnation : le passé staliniste était innommable et le futur reporté ou interdit. En réponse à l’horizon limité du « socialisme avancé » – la perte de la cohérence narrative et de la futurité, la promesse communiste qui n’arrive jamais – un éternel présent riche en possibilités et en sentiments fut mis en place dans les films d’animation, fournissant un temps et un espace où le désir était encore possible. Ëžik v tumane [Un hérisson dans le brouillard, 1975] de Jurij NorÒtejn, les films de Vinnipuh (1969‑1972) de Fëdor Hitruk et Bremenskie muzykanty [Les musiciens de Brême, 1969] ont ravivé le désir et modifié l’imaginaire non pas, comme on aurait pu s’y attendre, en rétablissant un temps linéaire, mais en réimaginant la stagnation comme un domaine d’explorations passionnantes et non téléologiques. Là où le brouillard dans Ëžik v tumane provoque un manque et met la libido en marche, Vinnipuh apporte une solution partielle à la crise du désir de l’époque brejnévienne en mettant en scène une perversité polymorphe et un « temps de cuisine » élastique ; quant aux Bremenskie muzykanty, ils sont allés plus avant dans le développement des nouvelles sociabilités, des amours et des formes de plaisir induites par cette temporalité étrange. Les fossés, les espaces magiquement intimes, les personnifications bizarres et le temps défiguré étaient rendus par le cadre diégétique autant qu’instanciés par le film en tant qu’objet, invitant les spectateurs à examiner de façon ludique les impasses du socialisme tardif et à imaginer une vie à la libido saturée, riche en promesses.

Haut de page

Ce document sera publié en ligne en texte intégral en novembre 2019.

Plan

Ezhik v tumane and the Potential for Desire
The Pleasures of Failed Masculinity : the Case of Vinnipukh
From the Kitchen to the Campfire : The Queer Temporality of Bremenskie Muzykanty

Animation was a staple of late Soviet popular culture. It addressed a “dual audience” of children and adults and remains relevant, if controversial, in Russia today. Since many animated films and children’s songs of the Brezhnev period were openly anarchical and often about outcasts, it is perhaps not surprising that Vladimir Putin’s government has flirted with a ban on old cartoon favorites like Nu, Pogodi ! [Just You Wait !, 1969] featuring cigarette smoking, hoarse‑voiced characters. Scholars of late socialist children’s cultural production have noted that media like animation, puppet theater, and musical fairytale recordings were subject to comparatively light state censorship (cartoons are particularly difficult to monitor for subversive content) and hence became domains of social and cultural critique. The animation studio Soiuzmul´tfil´m is believed to have been a “safe haven” for dissenting messages, or, less threateningly, newly emergent counterpublics that, while quintesse...

Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Anna Fishzon, « The Fog of Stagnation », Cahiers du monde russe [En ligne], 56/2-3 | 2015, mis en ligne le 17 novembre 2019, Consulté le 29 mai 2016. URL : http://monderusse.revues.org/8203

Haut de page

Auteur

Anna Fishzon

Research Associate, Women’s Studies Program, Duke University, afishzon@gmail.com

Articles du même auteur

Haut de page

Droits d'auteur

© École des hautes études en sciences sociales, Paris.

Haut de page