Navigation – Plan du site
Articles

Quel usage des thèses pavloviennes en médecine ?

Schizophrénie, incertitudes scientifiques et psychiatrie en Union soviétique
The use of Pavlov’s theories in medicine: schizophrenia, scientific uncertainty and psychiatry in the Soviet Union
Grégory Dufaud
p. 199-233

Résumés

Cet article porte sur les interprétations et les usages des théories pavloviennes en psychiatrie. L’auteur montre que le choix d’appuyer la psychiatrie sur les thèses pavloviennes n’avait rien d’évident et que, s’il a été fait, c’est parce qu’il paraissait susceptible de faire de la psychiatrie une spécialité moderne, qui ne souffre plus de la comparaison avec d’autres spécialités médicales ou d’autres disciplines biologiques du point de vue de son régime de vérité. De fait, le travail de redéfinition de la psychiatrie est porté par des enjeux de reconnaissance et de légitimité qui tiennent autant à la déconsidération dont la psychiatrie a longtemps fait l’objet qu’à la concurrence de la physiologie  : à partir de la fin des années vingt, des physiologistes contestent en effet la capacité de la psychiatrie à appréhender les maladies mentales et à fournir une explication objective du fonctionnement humain. Pour étudier l’avènement de la psychiatrie physiologique, l’article suit un parcours qui noue production du savoir, reconfigurations institutionnelles et valeurs morales.

Haut de page

Extrait du texte

Cairn

Texte intégral disponible via abonnement/accès payant sur le portail Cairn. Le texte intégral en libre accès sera disponible à cette adresse en janvier 2019.
Consulter cet article

Plan

Savoirs et ignorance des psychiatres au prisme de la schizophrénie
Une étiologie et une pathogenèse incertaines
Les limites contestées de l’unité nosographique
L’infléchissement physiologique de la psychiatrie
Les psychiatres ignorants des thèses physiologistes ?
La reconnaissance de l’apport de la physiologie
Les différences disciplinaires à la lumière des thérapies actives
La psychiatrie, une spécialité inscrite dans la modernité médicale ?
Le statut incertain de la psychiatrie
Du mauvais usage de la doctrine pavlovienne par les psychiatres
Ce à quoi tiennent les psychiatres
Vers l’adoption d’un paradigme psychiatrique unique
En finir avec les controverses
La redéfinition de la psychiatrie face aux obstacles matériels et théoriques
Conclusion

Aperçu du texte

« La psychiatrie soviétique est dorénavant construite sur d’authentiques fondements humanistes auxquels pouvaient seulement rêver les psychiatres avant‑gardistes du passé » (1951).

Lorsque Stalin s’impose à la tête de l’Union soviétique en 1929, l’approche dominante, mais non exclusive, en psychiatrie insiste sur la dimension environnementale des pathologies mentales. Quand il meurt en 1953, le paradigme officiellement admis s’appuie sur la théorie du système nerveux supérieur élaborée par Ivan Pavlov à partir de la découverte des réflexes conditionnels. Comment la psychiatrie physiologique a‑t‑elle émergé ? Comment devient‑elle l’unique paradigme reconnu ? Quelles reconfigurations le milieu psychiatrique a‑t‑il connues ? Que disent celles‑ci sur les évolutions de la médecine et de la science ? C’est à ces questions que cet article entend répondre. À dire vrai, Benjamin Zajicek les a déjà abordées dans la thèse d’histoire sociale, riche et documentée, qu’il a consacrée à la psychiatr...

Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Grégory Dufaud, « Quel usage des thèses pavloviennes en médecine ? », Cahiers du monde russe [En ligne], 56/1 | 2015, mis en ligne le 13 juillet 2019, Consulté le 21 novembre 2017. URL : http://monderusse.revues.org/8175

Haut de page

Auteur

Grégory Dufaud

CERMES3‑CNRS, gregorydufaud@gmail.com

Articles du même auteur

Haut de page

Droits d'auteur

© École des hautes études en sciences sociales, Paris.

Haut de page