Navigation – Plan du site
Dossier - Fictions d’avenir : sciences et temps des socialismes est‐européens

The future as an intellectual technology in the Soviet Union

From Centralised Planning to Reflexive Management
Le futur en tant que technologie intellectuelle en Union soviétique  : de la planification centralisée au management réflexif
Egle Rindzevičiūtė
p. 111-134

Résumés

L’article examine comment le futur – ici envisagé en tant que technique spécifique d’orientation vers l’avant – a été utilisé en Union soviétique pour organiser et légitimer des pratiques informelles de gestion et de planification. Cette étude aborde l’histoire, encore inexplorée, du management réflexif dans un régime autoritaire en se centrant sur l’œuvre de Georgij Ščedrovickij, philosophe russe et gourou en management. Empruntant à la notion cybernétique de téléologie (qui faisait de la réflexivité dans la définition des objectifs une condition clé du contrôle), Georgij Ščedrovickij a enseigné aux gestionnaires soviétiques comment formuler des buts propres. Ce faisant, il a contribué à l’érosion du monopole du parti communiste en matière d’objectifs. En outre, à travers le maniement de jeux de gestion et d’organisation, cette nouvelle téléologie n’a pas seulement transformé les administrations bureaucratiques en des collectifs informels, elle a aussi conféré une légitimité inédite à l’informalité – une légitimité émancipatrice dans le contexte soviétique, mais hautement ambiguë à l’ère postsoviétique.

Haut de page

Extrait du texte

Cairn

Texte intégral disponible via abonnement/accès payant sur le portail Cairn. Le texte intégral en libre accès sera disponible à cette adresse en janvier 2019.
Consulter cet article

Plan

Who Sets the Goals ? Modifying Marxist Teleology through Cybernetics
The First Soviet Management Guru
Reflexivity and the Soviet Future
Post‑Soviet Legacy
Conclusion : Reflexive Authoritarian Future ?

Aperçu du texte

The Soviet future, understood as the subject of utopian narratives, visual representations and plans, has been studied by cultural historians, sociologists and historians of science and technology, who, albeit focusing on different empirical material, shared a focus on the end products of Soviet futuring, such as visual images and stories, art and industrial projects. In contrast, this article shifts the focus from representations of the Soviet future to the much less known area of the mechanism of its production : the theories and methods of Soviet future studies. Given the abundance of work on Soviet and Western planning associated with the welfare state, the lack of knowledge on the role of future studies in these processes is quite astonishing. Yet I suggest that there is a good reason to scrutinise the history and legacy of Soviet future studies, for this was an area where some decidedly different notions of the future emerged, paving the way for the post‑Soviet transformation....

Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Egle Rindzevičiūtė, « The future as an intellectual technology in the Soviet Union », Cahiers du monde russe [En ligne], 56/1 | 2015, mis en ligne le 13 juillet 2019, Consulté le 28 mars 2017. URL : http://monderusse.revues.org/8169

Haut de page

Auteur

Egle Rindzevičiūtė

Centre d’études européennes, Sciences Po, Paris, egle.rindzeviciute@sciencespo.fr

Haut de page

Droits d'auteur

© École des hautes études en sciences sociales, Paris.

Haut de page