Navigation – Plan du site
Dossier - Fictions d’avenir : sciences et temps des socialismes est‐européens

Les horloges suspendues du futur

Les mondes de la science‑fiction en Bulgarie et en Roumanie socialistes
Time on hold: science fiction worlds in socialist Bulgaria and Romania
Nadège Ragaru et Antonela Capelle‑Pogăcean
p. 77-109

Résumés

L’article propose une réflexion sur les temporalités socialistes en Bulgarie et en Roumanie à travers le prisme de la science-fiction, un genre habité de visions et de prodiges, qui fut aussi un support privilégié d’interrogation sur les présents socialistes. Étudiée à travers ses producteurs, ses circulations, ses lecteurs et ses clubs d’amateurs, la science-fiction permet en effet de retracer les croisements entre productions politiques, thématisations littéraires et expériences sociales du temps. Ce faisant, l’article suggère la faible pertinence de découpages Est‑Ouest pour appréhender l’histoire des sensibilités, de la science ou les interrogations sur le devenir de la planète. Il montre toutefois aussi que les traversées Est‑Ouest des textes et des savoirs empruntèrent d’un pays à l’autre des sentiers différents, tributaires des histoires ante communistes et de visions nationales contrastées de la direction spatio‑temporelle de la modernité. Au‑delà de ces divergences, les univers SF suggèrent des chronologies proches du (dés)enchantement socialiste  : à une projection plutôt confiante dans les années 1960 succéda au cours des années 1980 un éclatement générationnel, social et territorial des visions du présent et de l’avenir. Le repli vers un lointain passé nationalisé ou un futur inaccessible n’empêcha cependant pas les clubs SF de fournir, particulièrement en Bulgarie, un espace de débats sur un futur socialiste réformé.

Haut de page

Extrait du texte

Cairn

Texte intégral disponible via abonnement/accès payant sur le portail Cairn. Le texte intégral en libre accès sera disponible à cette adresse en janvier 2019.
Consulter cet article

Plan

Les années 1960‑1970  : la science‑fiction du rêve cosmique, un genre en quête de légitimité
La cristallisation d’une écriture du futur au temps de la conquête spatiale
Chronos en terre de naučna fantastika à l’heure des libéralisations politiques
Des univers de sociabilité  : les clubs de science‑fiction
Les circulations internationales  : Si loin, si près de l’URSS  ?
La fin des années 1980  : un avenir immobile  ?
De l’apocalypse aux profondeurs mythologiques de la nation
Les mystères du monde des clubs et les marches du temps
Conclusion

Aperçu du texte

L’univers de la science‑fiction ne manque pas d’attraits pour qui souhaite contribuer à une histoire culturelle du socialisme et de ses temporalités. Comme genre, que ce soit dans ses déclinaisons littéraire, cinématographique ou graphique, la science‑fiction est tout entière portée par une pensée du temps  : elle investit le futur et le passé en tant que parabole du présent et/ou cherche à donner sens aux destinées humaines au croisement entre science et métaphysique. Or le socialisme fut aussi, par excellence, un projet de maîtrise du temps tendu vers un horizon téléologique. Ce projet, nourri des Lumières du xviiie siècle et des ambitions de connaissance de la nature à des fins d’émancipation du xixe siècle, se voulait ordonné par des lois scientifiques. Quoi de plus évident, dès lors, que de chercher à placer en regard ces deux ingénieries du temps et de l’homme  ?

Retenir ce prisme présente une seconde vertu heuristique  : sous le socialisme, la science‑fiction a occupé une plac...

Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Nadège Ragaru et Antonela Capelle‑Pogăcean, « Les horloges suspendues du futur », Cahiers du monde russe [En ligne], 56/1 | 2015, mis en ligne le 13 juillet 2019, Consulté le 24 juillet 2017. URL : http://monderusse.revues.org/8167

Haut de page

Auteurs

Nadège Ragaru

Sciences Po‑CERI, nadege.ragaru@sciencespo.fr

Articles du même auteur

Antonela Capelle‑Pogăcean

Sciences Po‑CERI, antonela.capellepogacean@sciencespo.fr

Haut de page

Droits d'auteur

© École des hautes études en sciences sociales, Paris.

Haut de page