Navigation – Plan du site
Articles

Du cinéma muet au cinéma parlant

La politique des langues dans les films soviétiques
From silent to talking film: Implementation of language policy in Soviet film
Gabrielle Chomentowski
p. 295-320

Résumés

Dès après la révolution de 1917, le cinéma a été un outil de communication privilégié par les autorités. Selon les responsables de l’éducation et de la propagande d’Union soviétique, il permettait, grâce aux images qui constituaient un film, de transmettre les messages politiques du parti communiste à une population majoritairement analphabète et surtout fortement diversifiée sur le plan linguistique. Cette croyance dans le caractère internationaliste du cinéma allait très vite se heurter à différentes considérations pratiques : muet, le cinéma était composé de cartons écrits dans une langue précise ; sonore et donc parlant, le cinéma perdait de son internationalité. Cet article rend compte des difficultés économiques, politiques et organisationnelles avec lesquelles le pouvoir soviétique fut en prise pour répondre à l’exigence d’un cinéma accessible à tous. Il décrit les incohérences du système soviétique des années 1920 et 1930 quant à la politique des nationalités et le développement de l’industrie cinématographique.

Haut de page

Extrait du texte

Cairn

Texte intégral disponible via abonnement/accès payant sur le portail Cairn. Le texte intégral en libre accès sera disponible à cette adresse en janvier 2018.
Consulter cet article

Plan

La parole et le texte dans le cinéma muet
L’accompagnement oral des films
Le contrôle des mots et de la parole dans le cinéma muet soviétique
La politique des nationalités appliquée dans le cinéma muet
Le problème de la langue révélé par l’arrivée du cinéma parlant
Les difficultés du cinéma sonore en URSS : problèmes économiques et organisationnels
Le cinéma sonore sans salle de projection sonorisée
Le cinéma parlant a perdu de son internationalité
Sous‑titrage et doublage dans la traduction des films soviétiques
Des films en russe incompréhensibles pour les nationalités non russes
La première conférence sur le doublage
Dans quelle langue réaliser des films ?
Nationale dans la forme : la langue comme un remède
Diffuser des films en langue nationale ou en russe ?
Conclusion

Aperçu du texte

« De tous les arts, le cinéma est pour nous le plus important de tous ». Derrière cette maxime attribuée à Lenin, c’est le caractère utilitaire du cinéma qui est souligné bien plus que sa nature artistique : le film permet de reproduire le même message idéologique à travers l’immense territoire hérité de l’Empire russe, d’Ouest en Est et du Nord au Sud. Les responsables de l’éducation et de la propagande du nouveau pouvoir mis en place après 1917 estimaient que l’image, et plus encore l’image mobile, avait cette force incomparable, face aux mots, de toucher l’esprit et le cœur de populations majoritairement illettrées, arriérées et surtout fortement diversifiées sur le plan ethnique et linguistique. Cette dernière caractéristique constituait un enjeu majeur pour le pouvoir soviétique : il était urgent de rendre légitime le nouveau pouvoir aux yeux de toutes les nationalités et de trouver un même langage s’adressant à tous par‑delà le clivage des langues. Or le cinématographe, ou cin...

Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Gabrielle Chomentowski, « Du cinéma muet au cinéma parlant », Cahiers du monde russe [En ligne], 55/3-4 | 2014, mis en ligne le 01 juillet 2018, Consulté le 19 novembre 2017. URL : http://monderusse.revues.org/8008

Haut de page

Droits d'auteur

© École des hautes études en sciences sociales, Paris.

Haut de page