Navigation – Plan du site
Articles

La politique ferroviaire russe et les financiers étrangers

Les ambiguïtés d’un projet réformateur après la guerre de Crimée
Russia’s railway policy and foreign financiers: A post‑Crimean War ambiguous reform project
Juan Camilo Vergara
p. 149-180

Résumés

Cet article analyse le dilemme entre la modernisation des transports et la souveraineté de l’État dans la Russie du xixe siècle. L’auteur identifie les raisons qui poussent le gouvernement russe, après la guerre de Crimée, à se tourner vers les ennemis de la veille pour la construction d’un vaste réseau ferroviaire. La perspective de fonder une compagnie de chemins de fer privée et étrangère, appelée « La Grande Société de Chemins de fer Russes », provoque un débat considérable dans la Russie d’Alexandre II, traversée par un besoin de réformes. L’article reconstitue l’opposition entre plusieurs organes de l’État et des groupes financiers, russes et étrangers, qui défendent la souveraineté de l’État ou l’arrivée de capitaux étrangers. L’utilisation de sources de cette compagnie, méconnues par les historiens, contribue grandement à la compréhension des mécanismes qu’utilisent les maisons financières européennes (Rothschild, Pereire et Oppenheim) pour influencer la politique d’Alexandre II dans ce domaine. Elles permettent de mieux comprendre l’internationalisation du territoire russe et les jeux de pouvoir qui influencent la modernisation des transports russes.

Haut de page

Extrait du texte

Cairn

Texte intégral disponible via abonnement/accès payant sur le portail Cairn. Le texte intégral en libre accès sera disponible à cette adresse en janvier 2018.
Consulter cet article

Plan

Les frères Pereire, l’arrivée d’un groupe financier en Russie
La concurrence internationale
Les propositions des Américains
Les propositions belges et allemandes
Les Rothschild sous la protection anglaise
Les Pereire et alliés face à la concurrence
Le gouvernement russe, acteur politique et modérateur dans les négociations

Aperçu du texte

La question des distances et des voies de communication dans un vaste pays comme la Russie du xixe siècle – un sixième de la planète – est au centre des préoccupations de l’État impérial, limité dans l’administration de son vaste territoire, alors même qu’il poursuit encore son expansion. Les besoins militaires, administratifs et économiques croissants rendent vitale l’existence de moyens de communication modernes et rapides.

Au lendemain de la désastreuse défaite dans la guerre de Crimée (1853‑1856), l’état déplorable des voies de communication apparaît comme la principale cause de la défaillance de l’armée russe. Le besoin d’effectuer des changements structurels se fait sentir dans plusieurs domaines. L’avènement d’Alexandre II, en 1855, marque l’ouverture d’une période de réformes dans laquelle les transports jouent un rôle fondamental. L’abolition du servage se profile à l’horizon, en même temps que le tsar effectue un rapprochement diplomatique avec la France, sous la responsab...

Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Juan Camilo Vergara, « La politique ferroviaire russe et les financiers étrangers », Cahiers du monde russe [En ligne], 55/1-2 | 2014, mis en ligne le 01 janvier 2017, Consulté le 27 mars 2017. URL : http://monderusse.revues.org/7991

Haut de page

Auteur

Juan Camilo Vergara

Centre d’études des mondes russe, caucasien et centreeuropéen CNRSEHESS, Paris. juancver@me.com

Articles du même auteur

Haut de page

Droits d'auteur

2011

Haut de page