Navigation – Plan du site
• • • Comptes rendus • • •
Période soviétique et postsoviétique

Larissa Zakharova, S’habiller à la soviétique

Tamara Kondratieva
p. 801-804
Notice bibliographique

Larissa Zakharova, S’habiller à la soviétique. La mode et le Dégel en URSS. Paris : CNRS Éditions, 2011, 406 p.

Texte intégral

1Sous l’égide du Proletkul´t la mode est marquée d’infamie en tant que survivance aristocratique ou bourgeoise, indigne de la nouvelle morale ascétique du prolétariat. On révise sa place et sa signification, on réclame la démocratisation du métier de couturier dont la tâche consisterait à proposer des modèles correspondant au portefeuille et aux besoins du travailleur. En conséquence, le Proletkul´t mène une propagande active pour un style strictement pratique : l’uniforme de travail à la place des détails individualisant inutiles et la libération des femmes de l’esclavage de la mode.

2Après les déclarations de Stalin sur l’amélioration de la vie et sur l’achèvement de la construction du socialisme en 1934, les idéologues du parti rejettent les normes austères de la vie quotidienne en faveur de la consommation et de la prospérité. On ouvre des restaurants, vend du champagne, des parfums et de la cosmétique, on construit des fabriques de confection de toute sorte et on augmente le volume de leur production. Mais la mode est loin d’y trouver sa place : bien que la première Maison des modèles (MdM) soit ouverte à Moscou en 1934 et le nombre de magazines de mode soit multiplié ainsi que les initiatives de l’État à l’égard des créateurs, ceux‑ci sont forcés de suivre les impératifs de production (manque de moyens techniques et financiers, manque ou médiocrité de matériaux de confection, etc.) au détriment de leurs idées sur la mode et de leur imagination.

3C’est seulement à partir de 1944 que la raison d’être d’une mode sous le socialisme est enfin légitimée au cours des débats publics et par la direction du pays et que la mode dite « soviétique » commence à se développer via le réseau des MdM ouvertes dans les capitales républicaines et dans les plus grandes villes sous l’égide de la MdM de l’Union soviétique toute entière. L’objectif en est de conceptualiser la distinction de la mode « soviétique » de la mode « bourgeoise », de centraliser la création des meilleurs modèles et d’organiser leur reproduction à l’échelle de l’Union. Autrement dit, l’État‑parti s’occupe de définir la place de la mode dans la société soviétique et dans l’économie planifiée et d’imposer les normes dans l’apparence et dans la consommation.

  • 1 Voir parmi d’autres: J. Gronow, Caviar with Champagne : Common Luxury and the Ideals of the Good Li (...)

4Amorcée avant le dégel, cette évolution est minutieusement suivie durant la décennie khrouchtchévienne dans le livre de Larissa Zakharova. Reconnaissons d’emblée que son angle d’attaque est très bien choisi pour réussir deux objectifs : contribuer à l’étude de la mode déjà menée pour la période précédente1 et le faire en proposant une recherche inspirée de l’histoire sociale qui se renouvelle entre le socioculturel et le sociopolitique. L’ambition y est de pouvoir « évaluer l’impact de la conjoncture politique et économique sur la société soviétique et la vie quotidienne » grâce à la reconstitution du cycle complet de fonctionnement de la mode, « à savoir la conception, la production, la distribution, la consommation d’articles vestimentaires, les transferts en provenance de l’Occident, ainsi que les représentations verbales et iconographiques de la mode ». Pensé ainsi le livre est porteur d’une foule de renseignements sur les aspects politiques, sociaux, économiques et culturels de la vie des Soviétiques. La complexité de celle‑ci est méthodiquement visée à travers l’analyse de l’imbrication de tous ces aspects, la mode étant, bien entendu, mise au centre de la réflexion.

5« La mode à la soviétique » permet alors au lecteur de comprendre beaucoup d’autres choses qui se faisait à la soviétique. Ainsi le plus grand intérêt du livre consiste à guider le lecteur à travers un chassé‑croisé institutionnel et à suivre toute sorte de liens entre les discours et les pratiques d’un grand nombre d’acteurs sociaux (créateurs de mode, personnalités en vue, dirigeants d’État‑parti ou des fabriques de confection, artisans de couture individuelle sur mesure, différentes catégories de consommateurs, etc.). Dans chaque situation évoquée dans le livre, sont mis en relation des détracteurs et des défenseurs de la mode, des normes idéales et des vêtements réels, mais toute dualisation y est sciemment évitée par une attention portée aux circonstances, aux facteurs en jeu, mais surtout aux actions d’homme qui offrent de la souplesse à l’économie planifiée et aux dogmes du marxisme‑léninisme, qui interviennent pour laisser agir en marge ou produire des effets à l’extérieur du pays. Un amoncellement de nœuds relationnels qui se dénouent grâce à la patience de L. Zakharova pour recouper les sources très variées y compris celles, venant de l’Occident, qui contribuent à placer la mode socialiste dans un contexte universel et, par conséquent, à relativiser sa spécificité, tout en la mettant néanmoins en relief.

6Notamment, le travail des créateurs a une spécificité en URSS parce qu’il se heurte à des difficultés souvent insurmontables : par exemple, le nombre de modèles proposé par les créateurs dépasse très largement les capacités de production de masse ; la stabilité des goûts des consommateurs fait obstacle aux créateurs et les moyens de lutte contre leur conservatisme (magazine de mode, expositions et défilés) restent inefficaces. En même temps, les créateurs ne sont pas vraiment des victimes car eux‑mêmes ne tiennent pas compte des avis « non professionnels ». Ils se veulent seuls préposés à l’éducation du goût. « L’écoute de l’opinion publique est alors une simple fiction ». Tout compte fait, la monotonie des vêtements produits industriellement reste un trait typique de la mode soviétique et la réforme des années 1950‑1960 est vouée à l’échec : le système (création, production, diffusion, consommation) qu’on veut souder, se morcelle à cause des façons différentes de traiter ses composantes.

7La deuxième partie du livre s’ouvre sur un chapitre consacré aux transferts des pratiques vestimentaires. Il s’agit d’abord de montrer comment se faisaient les échanges commerciaux et les transferts d’équipement mécanique dans le cadre des accords bilatéraux. Les Soviétiques préféraient importer les machines, fibres et tissus, plutôt que des vêtements confectionnés. Quant à ces derniers, on en achetait des échantillons dans le but de les utiliser pour la production de masse. Au cours de ces opérations, la mode était négligée au profit des logiques industrielles. Les expositions étrangères en URSS offraient plus de possibilités à la promotion de la mode. Les visiteurs pouvaient y voir les défilés, les magazines de mode et les prospectus. Les organismes de commerce extérieur y effectuaient des achats. Après la fermeture de l’exposition, certains articles étaient envoyés aux différents laboratoires qui rédigeaient une documentation pour les copier. Cependant, les autorités d’État n’oubliaient pas de faire un travail de « filtrage » et de « correction » de la mode bourgeoise, avant les expositions comme après. Ceux qui tiraient le maximum de profit des expositions étaient des créateurs‑artistes ayant des contacts directs avec les maisons de haute couture. Les modèles de Christian Dior étaient devenus le cap à tenir sinon à dépasser.

8En dehors des canaux de transfert officiels, il existait beaucoup d’autres chemins, informels ou illégaux. Les chapitres 4, 5 et 6 font ainsi découvrir ce que L. Zakharova présente comme la « culture de pénurie » et les « cultures de consommation ». Ces dernières sont saisies dans les pratiques multiples : urbaines, rurales, régionales, variables selon les prix, le niveau de revenu ou l’accès aux privilèges, dépendantes des attitudes envers la mode. En traitant ces sujets, l’auteur a le mérite de ne pas tomber dans le misérabilisme, présent ailleurs, pour expliquer le cheminement difficile de la mode par la pauvreté des Soviétiques. La deuxième partie du livre respire ainsi la vie. Il est un peu regrettable que ce souffle, si recherché par tout historien, ne soit pas mieux rendu ; la forme et le style du récit (thèse de doctorat) lui faisant tort.

9Le contenu de la deuxième partie pointé sur l’effervescence de la consommation, n’efface pas les propos de la première sur l’échec de la réforme du temps de Hruščev et ceux de la conclusion qui rappellent au lecteur que la mode est une « loupe qui met en évidence le degré de rigidité du système soviétique ».

10Ne le savait‑t‑on pas déjà ? Sûrement, mais sans le type de recherches mené par L. Zakharova, on resterait avec un savoir schématisé qui ne présentait d’autres acteurs de l’histoire que l’État‑parti et ses émules. Le renouvellement de l’histoire sociale auquel ce livre contribue généreusement, permet de voir les Soviétiques à travers leurs émotions, motivations et actions jusque‑là insoupçonnables. À la place de soumis et d’inaptes, on voit des individus agissant selon leurs stratégies et tactiques variées et changeantes. Faisant preuve de subtilité, l’auteur montre comment pendant la décennie khrouchtchévienne, la « mode soviétique » théorisée et autorisée à fonctionner en tant que telle trouve sa façon d’être « à la soviétique ». Malgré le fait que le livre s’arrête en 1964, on a suffisamment d’éléments pour entrevoir l’évolution postérieure : par leur élan d’être à la mode, les Soviétiques sapent, de concert avec d’autres forces de perversion idéologique, l’emprise de l’État‑parti sur leur vie quotidienne et poussent à entreprendre les réformes qui mettront fin à ce régime et à la « mode soviétique ».

Haut de page

Notes

1 Voir parmi d’autres: J. Gronow, Caviar with Champagne : Common Luxury and the Ideals of the Good Life in Stalin’s Russia, Oxford Berg Publishers, 2003 ; J. Hessler, A Social History of Soviet Trade: Trade Policy, Retail Practices, and Consumption, 1917‑1953, Princeton – Oxford : Princeton University Presse, 2004; S. Žuravlev, J. Gronow, “Vlast´ mody i sovetskaja vlast´: istorija protivostojanija [Le pouvoir de la mode et le pouvoir soviétique: une histoire d’opposition]”, Istorik i hudoznik, n°1, 3, 4, 2006.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Tamara Kondratieva, « Larissa Zakharova, S’habiller à la soviétique », Cahiers du monde russe [En ligne], 52/4 | 2011, mis en ligne le 03 décembre 2012, Consulté le 20 avril 2014. URL : http://monderusse.revues.org/7649

Haut de page

Auteur

Tamara Kondratieva

Articles du même auteur

Haut de page

Droits d'auteur

© École des hautes études en sciences sociales, Paris.

Haut de page