Navigation – Plan du site
 • • • Comptes rendus • • •
De la fin de l’Ancien Régime à la guerre civile

John Randolph, The House in the Garden

Rodolphe Baudin
p. 718-720
Notice bibliographique

John Randolph, The House in the Garden. The Bakunin Family and the Romance of Russian Idealism. Ithaca-Londres : Cornell University Press, 2007, 287 p.

Texte intégral

1L’ouvrage de John Randolph s’inscrit, de manière originale, dans deux traditions de recherche habituellement séparées, afin de montrer leur complémentarité. En retraçant d’une part l’histoire de la famille Bakunin et de son domaine de la province de Tver, Priamuhino, l’universitaire américain enrichit la bibliographie sur l’histoire de la vie privée en Russie, en s’inspirant notamment des recherches françaises de Roger Chartier, Philippe Ariès et Georges Duby, mais également des travaux sur la culture nobiliaire domaniale russe, dans la lignée des ouvrages de Priscilla Roosevelt ou du groupe éditant la collection Russkaja usad’ba. En utilisant d’autre part le cadre spatial et chronologique fourni par l’histoire de cette famille pour étudier l’émergence de l’idéologie des « idéalistes des années 1830 » – Stankevič, Belinskij et le jeune Bakunin –, John Randolph renouvelle nos connaissances sur les conditions socio-historiques à l’origine de la diffusion de l’idéalisme allemand chez les étudiants de l’université de Moscou à l’époque romantique.

2L’idée centrale de l’auteur est que l’émergence de ce radicalisme philosophique n’est pas, comme on l’a longtemps cru, le fruit de l’aliénation de ces jeunes gens par le régime autoritaire de Nicolas Ier, mais, bien au contraire, le résultat du programme idéologique mis en place par l’État russe lui-même (qui encouragea l’enseignement de la philosophie allemande des postkantiens à l’université de Moscou), et de l’idéologie nobiliaire incarnée par l’histoire de la famille Bakunin, qui ne se développa pas en opposition au discours du gouvernement, mais conformément à ses attentes. De Catherine II à Nicolas, en effet, le gouvernement soutint l’essor d’une culture nobiliaire privée en Russie, supposée servir, à la fin du xviiie siècle, de support à la réorganisation de la province souhaitée par Catherine et, dans le deuxième quart du xixe siècle, de garde-fou à la diffusion des idées subversives, notamment via sa promotion de la famille comme modèle d’organisation sociale.

3Pour John Randolph, la vie privée domaniale n’est donc pas l’expression d’un rejet de la vie de cour – et partant de l’autonomisation de la noblesse par rapport à elle – mais le résultat de son transfert géographique. Le domaine apparaît dans ces conditions comme la variante privée du « théâtre de la distinction impériale », comme en témoigne notamment le succès qu’y rencontra l’architecture néo-palladienne encouragée en amont par Catherine II. De même, l’étude de la philosophie idéaliste allemande ainsi que la radicalisation involontaire qui s’ensuivit – qui firent passer les étudiants moscovites de Schelling (Stankevič) à Fichte (Bakunin) et Hegel (Bakunin, Belinskij) – apparaît comme un des modes d’expression de la distinction aristocratique. L’homme libéré, parvenu à un plus haut degré de conscience grâce à la philosophie allemande, n’était pas opposé au type du gentilhomme russe provincial, mais en représentait la variante ultime, conformément au programme imaginé par l’État russe pour sa noblesse : incarner un idéal social supposé susciter l’émulation de la population.

4L’autre nouveauté du livre concerne le mythe construit dès le xixe siècle autour du domaine de Priamuhino, présenté comme un lieu idéal où se développèrent harmonieusement goût pour la discussion philosophique et idylle familiale. Ce mythe, qui y attira Stankevič, Belinskij, et plus tard Turgenev, est déconstruit par l’auteur du présent ouvrage grâce à son utilisation systématique des archives de la famille, conservées notamment à l’Institut de Littérature russe (IRLI). John Randolph montre que la transformation du domaine en lieu idyllique programmée par Aleksandr Bakunin, le père de Mihail, à la fin du xviiie siècle, et dont le but était de faire de Priamuhino le cadre de la mise en scène d’une intimité familiale idéale, fut remise en cause par ses enfants dans une série de drames intimes où les sœurs du futur révolutionnaire, muses des étudiants de l’université de Moscou, jouèrent un rôle de premier plan. Ces drames, dont les jeunes femmes furent toujours les victimes, et que leur correspondance, soigneusement dépouillée par John Randolph, permet de mieux connaître désormais, montrent également que la libération individuelle promise par la philosophie allemande introduite par Mihail dans l’univers familial n’empêchait pas la survivance de l’organisation patriarcale, mais la consolidait même. Enfin, l’étude des conflits ayant opposé Varvara et Mihail Bakunin à leurs parents autour du problème du mariage malheureux de la première permet à l’auteur d’analyser la manière dont les jeunes adeptes de l’idéalisme allemand que furent Bakunin et Belinskij utilisaient la philosophie de Hegel pour gérer les situations intimes qui faisaient leur quotidien, faisant de l’espace du domaine russe le lieu d’application privilégié pour leurs idées.

5Cette confusion des jeunes gens entre registre théorique de la philosophie et registre pratique de leurs relations affectives amène John Randolph à naviguer lui-même – avec une aisance d’ailleurs remarquable – entre histoire intellectuelle et histoire culturelle, entre sociologie et psychologie. Loin cependant de se contenter d’interpréter le comportement de tel ou tel des personnages historiques dont il raconte l’histoire par le recours à une simple explication psychologique, l’auteur rationalise les comportements en les présentant sous forme de modèles historiques, éclairant les rôles endossés par chacun parmi ceux offerts par l’idéologie de leur époque.

  • 1 Thomas Barran, Russia reads Rousseau, 1762-1825, Evanston : Northwestern University Press, 2002 (St (...)
  • 2  Alexandre Koyré, La philosophie et le problème national en Russie au début du xixe siècle, P. : Ga (...)

6Face à un ouvrage de cette qualité, et qui renouvelle à ce point les paradigmes d’interprétation dans les deux domaines abordés, on ne pourra que regretter deux lacunes, dont le lecteur, plus que l’ouvrage lui-même d’ailleurs, pâtit. Il s’agit tout d’abord de l’absence de bibliographie finale, particulièrement regrettable dans la mesure où les notes de bas de page témoignent éloquemment de la bonne connaissance de l’auteur des travaux les plus récents et de sa maîtrise, outre des bibliographies anglo-saxonne et russe, de celle en langue française. Cette excellente maîtrise ne semble connaître que deux exceptions. Bien qu’il mentionne souvent l’influence de Rousseau sur l’idéologie nobiliaire russe du tournant des deux siècles, l’auteur ne cite pas l’ouvrage essentiel de Thomas Barran sur la question1. De plus, il semble ignorer les travaux d’Alexandre Koyré sur la fortune de la philosophie allemande dans la Russie du début du xixe siècle2. Ensuite, il est dommage que les documents historiques utilisés à la base du travail ne soient pas présentés au lecteur en annexe. Les citations tirées des archives de la famille Bakunin ne sont en effet jamais – ou presque – communiquées in extenso, mais résumées en anglais. Outre qu’une telle annexe aurait donné un accès plus large à ces documents inédits conservés aux archives de l’IRLI, une publication dans leur langue originale (russe ou français) aurait permis d’apprécier une autre dimension que leur valeur purement historique. Les lettres familiales, mais également et surtout les textes littéraires non professionnels (charades, proverbes, vers de circonstance) rédigés dans le cadre familial ont en effet une dimension esthétique non négligeable, ici un peu oubliée. Enfin, signalons que La tragédie de Dimitri Donskoï montée chez les Bakunin en 1822, et que l’auteur avoue n’avoir pas pu identifier (p. 104-105) est de toute évidence la pièce, très célèbre à l’époque, de Vladislav Ozerov Dimitri Donskoï (1807).

Haut de page

Notes

1 Thomas Barran, Russia reads Rousseau, 1762-1825, Evanston : Northwestern University Press, 2002 (Studies of the Harriman Institute).

2  Alexandre Koyré, La philosophie et le problème national en Russie au début du xixe siècle, P. : Gallimard, 1976 (1re éd., 1929), notamment chapitre III : « La métaphysique allemande en Russie », p. 128-200. Koyré y présente notamment les idées de Mihail Pavlov, professeur de Stankevič à l’université de Moscou, dont John Randolph parle également.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Rodolphe Baudin, « John Randolph, The House in the Garden », Cahiers du monde russe [En ligne], 49/4 | 2008, mis en ligne le 23 décembre 2009, Consulté le 22 novembre 2017. URL : http://monderusse.revues.org/6921

Haut de page

Auteur

Rodolphe Baudin

Articles du même auteur

Haut de page

Droits d'auteur

© École des hautes études en sciences sociales, Paris.

Haut de page