Navigation – Plan du site
Identités nationales. Empires. Régions

L. S. Gatalova, L. P. Košeleva, L. A. Rogovaja, CK RKP (b)–VKP (b) i nacional´nyj vopros

Isabelle Ohayon
p. 930-931
Notice bibliographique

L. S. GATALOVA, L. P. KOŠELEVA, L. A. ROGOVAJA, CK RKP (b) – VKP (b) i nacional´nyj vopros. Kniga 1 : 1918-1933 gg. [Le Comité central du Parti communiste (bolchevique) de Russie puis d’Union soviétique et la question nationale. Livre 1 : 1918-1933]. Moscou : ROSSPEN, 2005, 783 p.

Texte intégral

  • 1  [La question nationale dans la politique intérieure du tsarisme, xixe-début du xxe s.], SPb. : LIS (...)

1Ce recueil de documents d’archives rassemble des sources inédites relatives à la politique soviétique des nationalités dans sa première (et décisive) séquence, celle qui commence en 1918 avec la création du commissariat du peuple aux Nationalités et s’achève en 1933 avec le tournant centralisateur stalinien. Il a l’ambition de rendre compte des principales inflexions de cette politique dans les grandes régions et républiques qui composaient l’URSS, et fait écho, en cela, à l’ouvrage de V. S. Djakin (Nacional´nyj vopros vo vnutrennej politike carizma, XIX-načalo XX vv.)1, qui traite du même sujet pour la période précédente. Il s’ouvre sur une excellente synthèse de l’histoire de la question nationale, qui intègre les analyses de l’historiographie récente et fait de nombreux renvois aux documents sélectionnés dans le recueil. Ces derniers, issus exclusivement du RGASPI (Rossijskij Gosudarstvennyj Arhiv Social´no-Političeskoj Istorii), sont signés aussi bien des plus hauts dirigeants soviétiques que des représentants des républiques et des régions, et donnent à voir le dialogue entre les différents niveaux de décision. On trouve par exemple des demandes d’arbitrage émanant des organes des régions autonomes et adressées au Comité central et au Soviet des nationalités. Dans un autre registre, les quelques lettres ou déclarations de Stalin explicitent remarquablement sa première position en faveur de l’autonomisation et complètent ce que l’on savait déjà de son opposition à la conception fédéraliste de Lenin, qui l’emporta avec la création de l’URSS en 1922.

2Les thèmes abordés, dont on aurait préféré qu’ils structurent le recueil – tels que l’indigénisation des cadres de l’appareil, le découpage des frontières, l’organisation du territoire économique dans les entités nationales, la politique linguistique et le passage à l’alphabet latin pour les langues turciques, etc. –, sont illustrés par des documents qui révèlent les contradictions de cette politique, les difficultés d’application auxquelles sont confrontés les dirigeants locaux (Comités centraux du parti, OGPU en particulier), ainsi que les compromis auxquels consentent les différentes parties. La question des intelligentsias nationales, dont la répression va crescendo jusqu’en 1933, jalonne elle aussi le recueil avec des documents comme la résolution du CK d’Ukraine dénonçant les inclinaisons nationalistes du commissaire du peuple à l’Éducation, A. Ja. Šumskij, en 1926, ou des sténogrammes et des arrêtés qui témoignent des différentes attaques contre le Tatar Sultan Galiev et, finalement, de son arrestation en 1927.

3L’ouvrage parvient également à brosser un large panorama géographique et national : territoires et populations du Caucase, d’Asie centrale, d’Ukraine, de la Volga, de Sibérie, petits peuples du Nord, juifs, sont respectivement bien représentés. On appréciera par exemple les sources qui permettent d’interroger le caractère superficiel ou non des nouvelles identités nationales dans les sociétés d’Asie centrale, ou encore celles qui illustrent le décalage entre les représentations des dirigeants à Moscou et la réalité des mœurs au Caucase ou en Asie centrale.

4Ce riche recueil, conçu par trois archivistes du RGASPI, avec la participation de Juliette Cadiot, devrait être suivi d’un second volume. Il convainc par sa sélection très équilibrée et démontre, si c’était nécessaire, le grand intérêt des archives centrales pour l’histoire des nationalités.

Haut de page

Notes

1  [La question nationale dans la politique intérieure du tsarisme, xixe-début du xxe s.], SPb. : LISS, 1998.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Isabelle Ohayon, « L. S. Gatalova, L. P. Košeleva, L. A. Rogovaja, CK RKP (b)–VKP (b) i nacional´nyj vopros », Cahiers du monde russe [En ligne], 47/4 | 2006, mis en ligne le 06 juillet 2009, Consulté le 26 avril 2017. URL : http://monderusse.revues.org/6797

Haut de page

Auteur

Isabelle Ohayon

Articles du même auteur

Haut de page

Droits d'auteur

© École des hautes études en sciences sociales, Paris.

Haut de page