Navigation – Plan du site
Identités nationales, empires, régions

Oleg Budnickij, Rossijskie evrei meždu krasnymi i belymi (1917-1920)

Catherine Gousseff
p. 817-821
Notice bibliographique

Oleg Budnickij, Rossijskie evrei meždu krasnymi i belymi (1917-1920) [Les juifs russes entre les Blancs et les Rouges]. Moscou : Rosspen, 2005, 547 p.

Texte intégral

1Cet ouvrage lève le voile sur une page, encore mal connue, de la guerre civile, concernant l’ampleur, jamais atteinte jusqu’alors dans l’Empire russe, des pogromes perpétrés au cours du nouveau « Temps des Troubles ». Les violences orchestrées contre la population juive firent plusieurs dizaines de milliers de victimes (entre 60 000 et 200 000 selon diverses estimations), sans compter les blessés et les quelque 300 000 orphelins qui en résultèrent. Longtemps restée « à l’ombre de l’Holocauste », cette partie très sombre de la guerre civile appelle à revisiter « la question juive » telle qu’elle a été abordée alors par l’ensemble des protagonistes, et leurs responsabilités dans le déferlement des violences antisémites. Cet objectif n’est pourtant pas la seule ambition d’Oleg Budnickij. Contrairement à la tendance dominante des études sur l’antisémitisme où les juifs sont appréhendés dans le seul statut de victimes, l’historien souligne que les juifs furent des acteurs, et parfois même des acteurs de premier plan, dans la guerre civile. Son entreprise vise donc également à retracer les engagements, extrêmement divers, des juifs russes depuis les premières heures de la révolution parmi et aux côtés des forces en présence, en s’appuyant à la fois sur des sources quantitatives et de nombreux récits biographiques.

2En ce sens, la démarche de l’auteur s’impose, face à la vision « des juifs » réduits au singulier d’un groupe, collectivement coupable, selon le postulat de l’antisémitisme, ou collectivement victime, comme une tentative de dépasser toute approche globalisante de la société juive russe. Cette approche, en s’attaquant aux pièges et aux clichés, s’étend plus largement à l’analyse des différents camps, blancs et rouges, qui eurent chacun, bien qu’à des degrés divers, leur part de responsabilités dans le bilan des massacres. L’attention, davantage portée par l’auteur au camp antibolchevik, tient tout d’abord à sa diversité. Pour avoir rassemblé une très vaste constellation d’acteurs – des milieux les plus conservateurs jusqu’aux libéraux engagés de longue date dans le combat pour l’émancipation des juifs de l’Empire –, ce camp ne peut être considéré a priori comme intrinsèquement antisémite, tel qu’il a été trop rapidement jugé par la suite. Par ailleurs, la géographie politique de la guerre civile a conduit les armées blanches à se déployer plus tôt et plus massivement dans les grandes zones de peuplement juif au sud du pays. D’une manière plus générale, l’exploration du conflit engage l’auteur dans une vaste circulation spatio-temporelle, où s’intègrent tout à la fois l’héritage de la Grande Guerre, le fractionnement du territoire, la spécificité des configurations ethno-socio-politiques locales, et l’évolution géopolitique du conflit. Plutôt que de prétendre à l’exhaustivité, Oleg Budnickij procède par va-et-vient, alternant narration historique du conflit et de ses antécédents, parcours de tel protagoniste, plongée dans le passé lointain de l’Empire, ou encore description minutieuse de telle ou telle situation locale. L’articulation de ces différentes postures narratives permet, par touches, de restituer la complexité, et l’épaisseur événementielle, de ce nouveau « Temps des Troubles ». Le double défi posé par le face-à-face multiforme entre juifs russes et Russes, et l’opacité de la période, est relevé de façon exemplaire.

3Ce qui singularise la réception faite par les juifs de la révolution de Février 1917, c’est qu’elle proclama enfin leur émancipation, faisant d’eux des citoyens de plein droit. Le climat de libération donna une impulsion soudaine à l’essor culturel et politique des communautés juives de l’empire. Avec plus de 300 000 adhérents, le mouvement sioniste apparaissait de loin comme la première force politique, suivie par le Bund qui avait alors dix fois moins de membres et le groupe de Poale Sion qui en comptait plus de 10 000 à l’été 1917. En tout état de cause, les révolutionnaires formaient une minorité au sein des organisations politiques juives. Si les juifs furent par ailleurs présents sur la scène partisane russe, ils n’y étaient représentés au sein des comités centraux que par quelques personnalités, comme au sein du parti KD où ils se comptaient sur les doigts d’une seule main, mais ils étaient bien identifiés dans l’opinion. De fait, comme le suggère l’auteur, il convient de s’interroger sur l’écart entre nombre, visibilité, voire pôle de concentration de la présence juive dans la reconfiguration politique de l’époque, qui pourrait expliquer, notamment, la montée spectaculaire de l’antisémitisme à partir du printemps 1917, ainsi que l’avait minutieusement consigné Maksim Gor´kij. Cet écart s’avéra très sensible au sein du parti bolchevik, où tout en ne comptant que 5 % des membres du parti, les juifs constituèrent, par exemple, plus de 50 % de l’appareil de Petrograd. Tout en insistant sur l’attrait très minoritaire du bolchevisme au sein des juifs russes, y compris parmi les radicaux du Bund, Oleg Budnickij se penche plus précisément sur leur présence parmi les nouveaux serviteurs de l’État bolchevik. Avec le brusque changement de capitale, en mars 1918, l’entrée significative des juifs dans les institutions centrales moscovites a été relevée par de très nombreux contemporains. Pour l’expliquer, l’auteur revient sur toute une série de facteurs propres à la conjoncture, ou plus lointains, telle l’abolition de facto de la zone de résidence juive de l’Empire au cours de la Première Guerre, et l’arrivée massive des juifs en Russie centrale suite aux évacuations (conduites en partie sous la forme de véritables déportations) des régions occidentales. L’une des conséquences prégnantes de la guerre fut en effet l’installation nouvelle et donc notable des juifs dans les grandes villes du pays dont ils avaient été jusqu’alors exclus, à l’exception de très faibles quotas. L’entrée dans le service du nouvel État fut certes une opportunité face à des situations matérielles souvent très précaires, mais c’est le fait même de pouvoir devenir fonctionnaire qui joua, semble-t-il, comme une forte stimulation, signe d’une véritable démocratisation de l’État. Au sein des institutions, les juifs furent très fortement représentés dans des secteurs liés à leurs compétences traditionnelles comme les départements juridiques, le bureau de presse du Sovnarkom (ce dernier cas illustra également le rôle joué par les dirigeants politiques revenus d’émigration, en l’occurrence Tovij Aksel´rod, dans certains regroupements). S’agissant de la surreprésentation supposée des juifs dans l’appareil de répression, l’auteur démontre à quel point il s’agit là d’un cliché (ils n’y furent guère plus de 5 % à la fin de la guerre civile), auquel donna peut-être prise leur visibilité à la tête des organes (en décembre 1918, on comptait 2 juifs parmi les 5 dirigeants de la Tchéka moscovite).

4Cette clarification faite, quelle a été la politique du gouvernement bolchevik face aux juifs ? L’auteur l’analyse de différentes manières. Tout d’abord à travers l’action du Commissariat juif (Evkom), dirigé par deux anciens émigrés, S. Dimanstein et S.Ogurskij, qui eut pour mission d’organiser la propagande à l’égard du prolétariat juif et de combattre les organisations juives. Le Evkom s’illustra tout particulièrement par sa lutte très effective contre le sionisme, soulignant bien par là que la seule voie proposée aux juifs dans le nouveau régime était celle de l’assimilation. En s’en prenant tout à la fois au nationalisme juif et à la bourgeoisie capitaliste juive, le gouvernement bolchevik se trouvait lui-même pris dans une certaine ambivalence propice au développement de l’antisémitisme. Les décrets de lutte contre cette tendance furent cependant nombreux, mais leur réitération signalait aussi l’existence persistante du problème dans les rangs des Rouges. O. Budnickij, en analysant les textes produits par les dirigeants, ne manque pas en effet de rappeler que ceux-ci furent rédigés avant tout à l’intention du camp bolchevik. De fait, les pogromes orchestrés par l’Armée rouge se manifestèrent dès le printemps 1918 dans la région de Tchernigov, alors qu’il s’agissait d’aller combattre les Allemands. Réflexe hérité de la Grande Guerre, les juifs de la région furent alors pris à partie en tant qu’alliés objectifs de l’occupant… Durant toute la guerre civile, la presse bolchevique informa peu l’opinion des pogromes commis, même par les contre-révolutionnaires et se contenta, à quelques exceptions près, de n’en faire que très généralement mention. De son côté, le Evkom, dans son zèle à l’encontre des organisations juives, procéda à la liquidation du Comité Ukrainien des victimes des pogromes en 1919. À un moindre degré, certes, que leurs adversaires, les Rouges ont alimenté la sombre chronique des violences antisémites jusqu’à la fin de la guerre civile, comme en témoignent les célèbres écrits d’Isaak Babel´ sur la cavalerie Rouge de Budennyj. L’armée révolutionnaire, qui avait en partie fait ses armes pendant la Première Guerre, hérita de cette expérience ainsi que du fort préjugé antisémite dans lequel elle avait été baignée et que la propagande contre les spéculateurs et les milieux traditionalistes ne fit qu’exacerber lors du passage dans les shtetls des confins occidentaux. Le gouvernement bolchevik, quant à lui, manifesta une certaine fermeté dans son attitude face aux massacres des juifs en ceci qu’il réprima, une partie au moins, des coupables (plus de 200 d’entre eux furent condamnés à la peine capitale).

  • 1  À ce propos, on se reportera à l’ouvrage publié sous la direction de l’auteur (Oleg Budnickij, éd. (...)

5S’agissant du camp des Blancs, l’entreprise d’O. Budnickij vise moins à mettre en relief l’ampleur, bien connue, que revêtit l’antisémitisme, qu’à analyser ses modes de contamination, les formes de résistance qu’il suscita, les contradictions qui l’entourèrent au sein d’une constellation très vaste d’acteurs et de situations. Le premier protagoniste est, de toute évidence, l’armée blanche, soit une part de l’armée russe et de son Haut Commandement, dont la relation à la « question juive » justifiait ici une introspection plus vaste dans le passé, tant l’institution militaire a joué un rôle clé dans l’émergence et la diffusion de l’antisémitisme avant d’en devenir l’acteur, par excellence, des années 1914-1920. Abordant le lourd passif de la Première Guerre mondiale où le front correspondit à la zone de résidence juive, l’auteur souligne la radicalisation de l’argumentaire antisémite – les juifs ayant été assimilés en masse à des espions – et la violence avec laquelle beaucoup d’entre eux furent expulsés des régions frontalières avec le plein acquiescement du Haut Commandement. La déportation des juifs comme éléments politiquement suspects par le seul fait d’être juifs exprimait l’émergence d’un antisémitisme moderne, désormais distingué de son fondement religieux1. Moins connue et longuement analysée ici fut la réaction de l’armée face à l’émancipation des juifs qui leur permettait désormais d’accéder au corps des officiers. O. Budnickij consigne les nombreuses oppositions qui se manifestèrent à partir de 1917 à ce sujet et tout au long de la guerre civile. L’engagement des juifs dans l’armée blanche, même au titre de simples soldats, suscita de très fortes résistances. La posture des généraux blancs, à commencer par Denikin, ne fut pourtant pas majoritairement antisémite. Mais elle se caractérisa par un très fort laxisme face aux violences anti-juives auxquelles la soldatesque se livra massivement à partir de 1919, encouragée en cela par la virulence de la propagande de l’OSVAG (Département de surveillance et de propagande des Blancs). Cet organisme joua en effet une part décisive dans la consolidation et la diffusion du couple infernal juif-bolchevik comme figure de l’ennemi, grâce auxquelles le caractère fratricide du conflit se trouvait éludé et était entretenue la fiction de la poursuite d’un combat contre l’étranger, non plus allemand mais désormais juif. Seul Wrangel prit des mesures radicales contre le fléau de l’antisémitisme, qui se traduisirent avant tout par la liquidation de l’OSVAG, mais ces mesures intervinrent bien tardivement, à quelques mois seulement du retrait des Blancs. L’évidence d’un développement exponentiel du sentiment anti-juif se heurta néanmoins à des réalités complexes. Le cas de Rostov, capitale du mouvement blanc, est à cet égard édifiant. Dans cette ville où la présence juive, déjà importante avant-guerre, avait été considérablement renforcée avec l’afflux des réfugiés, la coexistence entre les tenants du pouvoir blanc et la communauté juive fut pour ainsi dire exemplaire, se manifestant par un rayonnement spectaculaire des organisations culturelles juives, un soutien, notamment financier, très significatif de la communauté au mouvement contre-révolutionnaire. Cela n’empêcha pas pourtant les Blancs, sitôt quitté Rostov pour l’Ukraine, d’engager des vagues de pogromes sans précédent…

6Les intellectuels libéraux qui avaient prôné l’émancipation des juifs de l’Empire tentèrent-ils, une fois engagés dans la lutte contre le bolchevisme, de mettre un frein à l’antisémitisme ? L’historien rappelle en premier lieu leur faible marge de manœuvre face au pouvoir des généraux, mais il distingue surtout la vigilance des diplomates à l’étranger, leurs interventions pour enrayer le fléau du laxisme, voire de la prégnance de l’idéologie ambiante dans la posture de bien des personnalités du camp libéral, qui finirent par faire leur l’idée d’une culpabilité collective juive dans l’effondrement de la Russie.

7L’Ukraine, pour avoir été le grand terrain d’affrontement de la guerre civile, non seulement des Blancs et des Rouges, mais aussi de multiples formations armées plus ou moins autonomes, qu’elles aient été nationalistes, anarchistes, « dissidentes » (telle l’armée de l’ataman Grigor´ev) ou réunissant des bandes de pillards, fut le champ des plus grandes violences antisémites. Tout en ne minimisant pas la part de l’Armée blanche dans le bilan des victimes, l’auteur insiste sur la responsabilité de la majorité des protagonistes dans le déferlement de barbarie à l’égard de la population juive et le caractère irrationnel de cette dérive que ne peut expliquer la seule soif de prédation. Pour l’historien, les massacres juifs de la guerre civile ne peuvent guère être assimilés aux « pogromes » des temps passés, perpétrés par les foules de voisins en présence de la passivité « stimulante » des autorités locales. Le rôle joué par les pouvoirs militaires dans les exactions, la systématisation et la banalisation des violences anti-juives distingue singulièrement cette période des précédentes. Les années 1919-1920 constituent le pic d’un nouvel antisémitisme moderne, promu par la guerre, et qui, dans l’embrasement généralisé des territoires du Sud, a atteint son apogée de barbarie. Les juifs apparaissent selon l’auteur comme les boucs émissaires de cette conflagration où la part d’irrationnel sanguinaire ne doit pas être sous-estimée. Bien que les juifs aient été massacrés pour le seul fait d’être juifs, aucune idéologie exterminatrice n’a pour autant sous-tendu les actes. En ce sens, il est bien clair pour l’auteur que si cette page sombre de la guerre civile est restée à l’ombre de l’Holocauste, elle ne l’a pas pour autant préfiguré.

Haut de page

Notes

1  À ce propos, on se reportera à l’ouvrage publié sous la direction de l’auteur (Oleg Budnickij, éd., Mirovoj krisis 1914-1920 godov i sud´ba votočnoevropejskogo evrejstva, M : Rosspen, 2005), dont il cite, commente et synthétise ici plusieurs des thèses développées dans les différentes contributions.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Catherine Gousseff, « Oleg Budnickij, Rossijskie evrei meždu krasnymi i belymi (1917-1920) », Cahiers du monde russe [En ligne], 48/4 | 2007, mis en ligne le 16 juin 2009, Consulté le 23 juillet 2017. URL : http://monderusse.revues.org/6121

Haut de page

Auteur

Catherine Gousseff

Articles du même auteur

Haut de page

Droits d'auteur

© École des hautes études en sciences sociales, Paris.

Haut de page