Navigation – Plan du site
De la fin de l'Ancien régime à la Guerre civile

Stephen F. Williams, Liberal Reform in an Illiberal Regime

Aurore Chaigneau
p. 688-690
Notice bibliographique

Stephen F. Williams, Liberal Reform in an Illiberal Regime. The Creation of Private Property in Russia 1906-1915. Stanford, CA : Hoover Institution Press, Stanford University, 2006, 290 p.

Texte intégral

1La fin du régime soviétique a promu de nouveaux champs de recherches historiques. Les travaux sur la période prérévolutionnaire sont d’autant plus actuels que ces temps de réformes profondes d’un Empire à bout de souffle font écho aux chantiers institutionnels contemporains. Voilà deux moments de son histoire où la Russie a tenté la libéralisation des relations foncières. Ce parallélisme est une des motivations de Stephen Williams pour revisiter la réforme de 1906.

2Les dernières décennies de l’Empire portent symboliquement l’empreinte d’une Russie qui s’émancipe de son carcan réactionnaire et se modernise, malgré elle, dirait-on. Cette image d’Épinal a été fortement mobilisée en Russie ces dernières années et nombreux sont les historiens, économistes et juristes à s’intéresser au héros solitaire de cette époque, le comte Stolypin. (Plusieurs études récentes figurent d’ailleurs dans la bibliographie du présent ouvrage). L’intérêt pour cette période dépasse cependant le camp des réformateurs en mal de puissance et soucieux de refermer une parenthèse de l’histoire ; il touche également les chercheurs affranchis d’une historiographie marxiste centrée sur la lutte des classes dans l’Empire. Il est désormais possible d’étudier la Russie impériale sur des bases moins manichéennes. Enfin, en témoigne le présent ouvrage, la Russie de Stolypin ouvre une troisième voie, assez proche de la première en réalité. Elle illustre la force de la pensée dite « libérale » et tend finalement à la justifier par sa réussite historique.

3Bien que la Russie de Stolypin ait subi de fortes tensions sociales, elle n’en a pas moins été animée par des élans autrement plus complexes que la dialectique marxiste ou les tensions slavophiles/occidentalistes, libéraux/non libéraux, ce qu’attestent, par exemple, les études récentes de Jane Burbank sur les tribunaux paysans. Ce fut certainement le terrain des extrêmes : pays économiquement arriéré, influencé par les doctrines européennes les plus radicales, Empire affaibli par la guerre où le pouvoir est acculé à laisser faire les réformateurs qui lui font encore allégeance. Mais c’est également un territoire pluriethnique segmenté, contraint par sa hiérarchie impériale rigide, discipliné aussi par des doctrines religieuses qui comblent l’espace dévolu au débat public en Europe de l’Ouest. Bref, un laboratoire d’un pluralisme singulier où aucune réforme ne peut se faire sans de nécessaires accommodements, exceptions, adaptations… à chacun des groupes concerné.

4À cet égard, Williams détaille les petits compromis du pouvoir : préférence pour les coopératives agricoles plutôt que pour les fermes individuelles. Il souligne les bornes, posées dès le départ, à la libéralisation des exploitations par la limitation des titres et de l’accès aux prêts. Toute réforme allant dans le sens d’une « transformation » des mœurs est en effet perçue comme un risque de déstabilisation des institutions impériales et toute uniformisation d’abord comme une ineptie, un fantasme intellectuel, comme en témoigne ce projet de Code civil de 1910 jamais adopté. Hélas, le présent ouvrage, pourtant le fait d’un spécialiste du droit, ne s’intéresse pas… au droit.

5Ne prenant en compte que la statistique économique, Stephen Williams reprend une approche traditionnelle de la grande réforme « libérale », la réforme agraire de 1906. Elle devait permettre la création d’un secteur agraire privé, d’exploitations à même de se remembrer et de faciliter l’exode vers les villes industrielles d’une partie des populations rurales jusqu’alors aliénées juridiquement à la terre. La guerre et la timidité des mesures d’un régime foncièrement antilibéral condamnèrent le projet.

6Pour déployer sa démonstration, Stephen Williams consacre les premiers chapitres de son ouvrage au contexte de la réforme. La propriété paysanne, l’émancipation des serfs, la commune paysanne, la perception de la propriété (chapitre II), la composition de la Douma, les tendances politiques et les autres réformes (chapitre IV), tel est le contexte institutionnel. Production agricole, productivité par paysan, prix et taxes (chapitre III), voilà le contexte économique, statistiques à l’appui. Il expose ensuite les différentes alternatives au projet envisagé. Puis il aborde les critiques de ces réformes et les difficultés de leur mise en œuvre dans les campagnes (chapitres V et VI). Enfin, il tente d’évaluer les répercussions de ces mesures d’un point de vue quantitatif et qualitatif, avant de les mettre en perspective avec le revirement opéré par les bolcheviks en 1918 et les réformes foncières contemporaines (chapitre VII).

7De l’aveu même de l’auteur (p. 10 sqq.), dont l’étude prend corps à partir de recherches historiques antérieures déjà nombreuses, son orientation est ici spécifique : il inscrit son travail dans le champ de l’analyse économique du droit (la théorie de Coase sur les coûts de transaction notamment). Et de conclure que l’échec de la réforme s’explique par le coût trop élevé de la transaction des droits imposée par la réforme et donc l’impossible réallocation efficace de ceux-ci.

8Le sixième chapitre, le plus instructif, montre les compromis et les adaptations des textes à l’épreuve de leur mise en pratique. On y voit la difficile décollectivisation des usages fonciers, les efforts du ministre pour imposer sa réforme malgré les vagues successives de réticences politiques, administratives, paysannes, intellectuelles. Il traite également des aléas de la distribution des terres, notamment de la titularisation des possesseurs, des problèmes de conversion de titres et des risques d’une titularisation purement formelle qui fausse d’ailleurs la statistique sur les effets réels de la réforme.

9Le chapitre conclusif, qui tente une synthèse de l’événement et sa mise en perspective avec les périodes soviétique et contemporaine, semble moins convaincant. Lire une fois encore que Stolypin tenta de sauver l’Empire, mais que, malheureusement, il fut entendu trop tard, finit par éveiller un soupçon. Noble, propriétaire foncier, ancien gouverneur, bon connaisseur des campagnes russes, loyal au tsar, le comte Stolypin fut-il véritablement un brillant réformateur « libéral » ?

10L’étude de Stephen Williams, qui greffe sur cette époque une analyse en termes de marché, de société civile paysanne, de coûts et avantages, soulève le doute. Comme le montrent les travaux sur la période, la réforme a bien été suivie d’une forte activité agraire, d’un développement des investissements et de la production, mais de façon très inégalitaire selon les communautés et les régions. Les chiffres sont loin de prouver son succès.

11On est dès lors conduit à relativiser un lien direct établi entre nouveaux droits de propriété accordés aux paysans et profits de quelques-uns. Le schéma économique premier esquissé par Stolypin ne semble pas avoir pris acte, pas plus que notre auteur, des conséquences sociales parfois dures de la réforme, ni des risques pour la stabilité du régime. Mais pouvait-on espérer précipiter les paysans dans les villes sans provoquer de conflit majeur ? Ce saint sauveur de l’Empire arrivé trop tard et si souvent loué pour sa détermination n’était-il pas plutôt le défenseur d’un libéralisme utopique ?

12Et l’auteur de voir dans les réformes contemporaines la reprise d’une réforme restée inachevée en 1917 et qui aboutit désormais sous un jour plus « libéral ». Voici sa conclusion : l’aventure de Stolypin nous montre que dans un régime non libéral, des réformes libérales peuvent entraîner une libéralisation du régime qui ébranle alors ses fondements, même profondément antilibéraux. On regrettera, pour finir, de n’avoir pas pu saisir la définition du libéralisme selon Stephen Williams.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Aurore Chaigneau, « Stephen F. Williams, Liberal Reform in an Illiberal Regime », Cahiers du monde russe [En ligne], 48/4 | 2007, mis en ligne le 16 juin 2009, Consulté le 20 septembre 2017. URL : http://monderusse.revues.org/6067

Haut de page

Auteur

Aurore Chaigneau

Articles du même auteur

Haut de page

Droits d'auteur

© École des hautes études en sciences sociales, Paris.

Haut de page