Navigation – Plan du site

Penser l’histoire juive au début du xxe siècle

Sylvie Anne Goldberg
p. 519-534

Résumés

Entre le xixe et le xxe siècle, l’histoire pénètre le domaine politique. Pour les juifs, comme pour la plupart des peuples revendiquant alors l’autonomie, l’écriture d’une histoire nationale est perçue comme une manière d’émancipation. La singulière disparité existant entre les juifs de l’Europe de l’Ouest et ceux de l’Est – ces derniers constituant la majeure partie du peuple juif – conduira des approches distinctes : l’une se focalisant sur la réécriture du passé, l’autre se concentrant sur la construction de l’avenir. L’objet de cet article est de montrer sur quels principes se sont fondées ces disparités. Alors que l’enjeu des juifs allemands était de convaincre aussi bien non-juifs que juifs que ces derniers pouvaient s’insérer dans un monde social soumis aux règles d’un État souverain et développait, en conséquence, une approche universaliste, celui des Russes s’inscrivait dans un projet politique et historique plus radical, et développait une approche nationaliste. La sélection de quelques idées élaborées par des intellectuels et militants de la « cause » juive, tels Heinrich Graetz, Leopold Zunz, Péretz Smolenskin, Simon Dubnow ou Ahad Ha-Am, présentée ici, permet de suivre l’élaboration de ces divergences.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Sylvie Anne Goldberg, « Penser l’histoire juive au début du xxe siècle », Cahiers du monde russe [En ligne], 41/4 | 2000, mis en ligne le 15 janvier 2007, Consulté le 01 mai 2017. URL : http://monderusse.revues.org/57

Haut de page

Auteur

Sylvie Anne Goldberg

École des hautes études en sciences sociales, Paris.
goldberg@msh-paris.fr

Articles du même auteur

Haut de page

Droits d'auteur

© École des hautes études en sciences sociales, Paris.

Haut de page