Navigation – Plan du site

Entre steppes et stèles

Territoires et identités au Bachkortostan
Xavier Le Torrivellec
p. 369-400

Résumés

La remise en cause actuelle, par le Kremlin, du compromis fédéral de 1994 inquiète les gouvernements nationaux des républiques de la Fédération de Russie. Au Bachkortostan, dans l’Oural occidental, la classe politique a adopté un discours orienté vers la continuité d’une identité collective axée sur la notion d’un territoire transhistorique. Confrontés à un statut minoritaire dans leur république éponyme, face aux communautés tatare et russe, les théoriciens du nationalisme bachkir ont usé de cette rhétorique, depuis les années 30, pour justifier la création puis le maintien d’une république nationale. Aujourd’hui, c’est l’arrivée au pouvoir d’une oligarchie pétrolière originaire du sud-ouest, une région plus faiblement marquée par la présence tatare et russe, qui relance ces spéculations sur l’identité d’un territoire bachkir. Le présent article tente de recadrer dans diverses durées l’évolution de ce discours, en insistant sur le rôle déterminant qu’ont joué, dans la territorialisation des identités au Bachkortostan, le régime soviétique et sa politique de développement économique régionalisé.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Xavier Le Torrivellec, « Entre steppes et stèles », Cahiers du monde russe [En ligne], 41/2-3 | 2000, mis en ligne le 15 janvier 2007, Consulté le 25 juillet 2017. URL : http://monderusse.revues.org/52

Haut de page

Auteur

Xavier Le Torrivellec

xletorrivellec@yahoo.com

Haut de page

Droits d'auteur

© École des hautes études en sciences sociales, Paris.

Haut de page