Navigation – Plan du site
Articles

De l’abus de l’historiographie

Approches de l’histoire russe de Herberstein à Custine
Francine-Dominique Liechtenhan
p. 135-150

Résumés

Jusqu’au règne de Pierre le Grand, les « spécialistes » de la Moscovie se référaient à une histoire aléatoire du pays, empreinte de références légendaires ou bibliques, pour marginaliser les Russes, voire les exclure du système des nations européennes. Les philosophes des Lumières profitèrent de ce manque d’informations pour inventer le mythe d’une Russie modèle du Progrès et de la Raison ; afin de rehausser l’oeuvre du grand homme, on coupa la Russie moderne de ses racines moscovites. L’appel d’historiens comme Schlözer, soucieux d’exploiter et de classer des sources nouvelles afin de rédiger une « vraie » histoire de Russie, tomba rapidement dans l’oubli. Après 1789, partir en Russie relevait d’une attitude politique (quête d’un appui contre les idéaux révolutionnaires ou justification de la Terreur par la dénonciation de l’autocratie) ; on redécouvrit les textes sur la Moscovie, on y puisa des arguments majeurs pour ou contre ce pays, mais jamais neutres.

Haut de page

Entrées d'index

Keywords :

Russia
Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Francine-Dominique Liechtenhan, « De l’abus de l’historiographie », Cahiers du monde russe [En ligne], 41/1 | 2000, mis en ligne le 15 janvier 2007, Consulté le 23 mars 2017. URL : http://monderusse.revues.org/41

Haut de page

Auteur

Francine-Dominique Liechtenhan

Centre d’études du monde russe, soviétique et post-soviétique, École des hautes études en sciences sociales, Paris.
liechten@ehess.fr

Articles du même auteur

Haut de page

Droits d'auteur

© École des hautes études en sciences sociales, Paris.

Haut de page