Navigation – Plan du site
Empire, nationalités, régions

Marek E. Jasinski, Oleg V. Ovsjannikov, Vzgljad na Evropejskuju Arktiku

Nicolas Plagne
p. 780-782
Notice bibliographique

Marek E. JASINSKI, Oleg V. OVSJANNIKOV, Vzgljad na Evropejskuju Arktiku. Arhangel´skij Sever : problemy i istočniki (Regard sur l’Arctique européen. La région d’Arkhangelsk, problèmes et sources), Saint-Pétersbourg, « Peterburgskoe Vostokovedenie », 1998, 2 vols, 464 + 432 p. (Archeologica petropolitana, 4, 6)

Texte intégral

1L’Institut d’histoire de la civilisation matérielle de l’Académie des sciences de Russie (Saint-Pétersbourg) et l’Institut d’archéologie de la faculté de sciences naturelles et de technologie de l’université de Norvège publient, avec le soutien du Conseil norvégien de la recherche, deux gros volumes de Marek Jasinski et Oleg Ovsjannikov sur « l’Europe arctique », c’est-à-dire le « nord arkhangelskien ». La zone étudiée va d’est en ouest, du golfe de la Petchora et de l’Oural à la mer Blanche et la presqu’île de Kola, et constitue une vaste région littorale dont l’arrière-pays est soumis aux conditions climatiques du cercle polaire arctique. La période considérée s’étend du xe au début du xixe siècle.

2Première synthèse basée sur un ensemble de sources archéologiques, graphiques et manuscrites, l’ouvrage offre une histoire richement documentée de la colonisation russe, en retrace la chronologie et les données sur la longue durée. Tout un monde jusque-là négligé renaît du croisement des sources et de l’interprétation convaincante des auteurs. Un processus complexe, pas toujours saisissable (quid des rapports interethniques et de la disparition des autochtones ?), ni continu (rappel d’un accident climatique qui, comme partout en Russie à l’époque de Boris Godunov, frappe une agriculture plus riche qu’on ne le pense), se poursuit avec l’apparition des Slaves puis des Russes à partir du xie siècle. On constate un début de colonisation permanente à partir du xiie. Les analyses thématiques sont illustrées d’annexes documentaires : relevés archéologiques, nombreuses photographies de monuments et d’objets, larges extraits d’archives (cadastres du xvie siècle), reproductions de sources d’État (cartes et dessins commandés par le Sénat) du xviiie siècle. Le recueil de sources est volumineux et unique, les exposés très informés approfondissent et renouvellent le sujet.

3Le tome 1 traite de population et de colonisation. Il étudie le « système d’installation sur le littoral nord du xie au xviie siècle », en s’appuyant sur la fouille d’un gorodišče (vestiges d’une ville)de la fin du premier millénaire, de monuments funéraires du xie au xiiie s., de fortifications et installations urbaines (posad) du xive au xviie s. (ch. 1) ; du fort, de la ville de bois et du chantier naval d’Arkhangelsk (xvie et xviie s.), puis de la construction en pierre et des comptoirs marchands au xviiie siècle (ch. 2). Des documents illustrent la place et les activités des marchands russes, hollandais et hambourgeois. Le chapitre 3 (« La route vers l’océan ») situe la navigation locale dans la tradition russe.

4Le tome 2 est consacré aux métiers : travail des métaux (ch. 1), de l’os dans les bourgs du nord (ch. 3), fabrication des cloches (ch. 2), de la peinture d’icônes et des maîtres régionaux (ch. 4), de l’architecture de pierre et de ses constructeurs de la fin du xvie au xviiie siècle (ch. 5).

5Spécialistes incontestables du sujet actuellement, Marek Jasinsiki (rattaché à l’université de Norvège et à la faculté de Trondheim pour les sciences et la technologie) et Oleg V. Ovsjannikov (remarquable archéologue de terrain de Saint-Pétersbourg où il a fini ses études en 1959) livrent au public le fruit de décennies de recherches. Ovsjannikov en particulier a fouillé patiemment tous les grands sites des régions d’Arkhangelsk (notamment le site de Mangazeja qui précéda Arkhangelsk), Vologda et Mourmansk de 1959 à 1996 ; Jasinski, le Spitzberg de 1987 à 1997. Nul n’est plus qualifié qu’eux pour présenter ce corpus et cerner les problèmes qu’il pose à l’historien. Introduction, conclusion et table des matières en anglais permettent à tout lecteur de prendre connaissance d’un travail passionnant dont le contenu intéressera aussi bien historiens et archéologues qu’ethnologues et tous ceux qu’intéresse la « civilisation matérielle » comparée.

6Parler d’Europe arctique, c’est nommer un immense ensemble qui n’a pas toujours fait partie de la Russie au sens politique ou même culturel, contrairement à ce qui a parfois été publié en URSS vers 1970. La notion d’Europe se justifie évidemment par la frontière de l’Oural qui délimite à l’est le « nord arkhangelskien » des auteurs, mais aussi par l’ancienneté des liens économiques entre le littoral et son hinterland d’une part, le noyau de la Russie et l’Europe de la mer du Nord d’autre part. Arkhangelsk, et auparavant Mangazeja, ne se comprennent pas sans l’ouverture sur l’Occident et l’arrière-pays de la Dvina septentrionale, de la Carélie et du lac Onega.

7On connaît depuis longtemps l’importance internationale d’Arkhangelsk, depuis sa fondation jusqu’à la relève prise par Saint-Pétersbourg. Mais, dès le xie siècle, l’archéologie repère la présence slave et, aux xiie et xiiie siècles, apparaît une colonisation donnant lieu à des installations permanentes, posady, gorodišča,  avec leurs métiers, principalement métallurgie, mais aussi, là où c’est possible, agriculture. Il ne s’ensuit pas que la colonisation fut un processus continu et sans accidents. Ainsi les auteurs pensent que l’agriculture de cet Extrême Nord européen connut un déclin dû à un changement climatique (le « petit âge glaciaire » de Le Roy Ladurie ?) qui affecta l’ensemble de la Russie et entraîna les famines responsables du Temps des Troubles. Cependant les ethnies finno-lappones cèdent la place, à l’exception de celles qui seront assimilées.

8L’ouvrage témoigne d’un travail scientifique de grande valeur qui aurait pu rester dispersé. On ne peut que se féliciter du sponsoring norvégien très actif dont il bénéficie. L’enjeu écologique majeur de la pollution nucléaire rappelle aux contemporains que parler d’Europe arctique, au-delà d’une stratégie de communication, c’est contribuer à la prise de conscience d’une solidarité de destin qui va au-delà de l’intérêt norvégien.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Nicolas Plagne, « Marek E. Jasinski, Oleg V. Ovsjannikov, Vzgljad na Evropejskuju Arktiku », Cahiers du monde russe [En ligne], 43/4 | 2002, mis en ligne le 17 juin 2009, Consulté le 23 juillet 2017. URL : http://monderusse.revues.org/4051

Haut de page

Droits d'auteur

© École des hautes études en sciences sociales, Paris.

Haut de page