Navigation – Plan du site
Dossier

Vladimir Solov’ev, la « mutabilité » d’une pensée

p. 159-184

Vladimir Solov´ev est un penseur courageux dont la pensée a évolué de façon évidente, presque dramatique. Parti de la critique de la pensée occidentale marquée par Hegel, puis par Comte, il tente de penser une autre « histoire » de la fin de l’histoire avec ses réflexions sur la théocratie, puis il met en doute le nationalisme slavophile et sa propre pensée historiosophique. Les trois articles réunis ici ont pour point commun d’essayer de saisir le moteur de l’évolution de Solov´ev.

Bernard Dupuy analyse le raisonnement soloviovien sur le schellingianisme et l’idée que « la raison revient toujours nécessairement sur elle-même ».

François Rouleau relit les Trois entretiens comme des « retratationes » en s’appuyant sur un article de jeunesse, « Les trois forces ».

Georges Nivat, constatant, lui aussi, la « mutabilité » de la pensée de Solov´ev la rapporte au principe de la pensée européenne dans la tradition de Montaigne, une et variable.

Vladimir Solov´ev’s ever-evolving thought. – Vladimir Solov´ev was a courageous thinker whose thought underwent a visible, almost dramatic evolution. He started out with criticism of Western thought, then under the influence of Hegel and later Comte, and worked out a different account of the fulfilment of history in his reflections on theocracy. Later on, he questioned Slavophile nationalism and his own historiosophical thought. The three articles presented here all have in common the fact that they strive at comprehending the mechanism of Solov´ev’s evolution. Bernard Dupuy analyzes Solov´ev’s reasoning on Schellingianism. François Rouleau reinterprets Tri razgovora as a retractation in the light of an article written during the philosopher’s youth, “Tri sily.” Georges Nivat also notices Solov´ev’s ever-evolving thought and compares it with the Montaigne tradition of European thought, one and yet never the same.