Navigation – Plan du site
Articles

Russia’s ambivalent response to the Boxers

David Schimmelpenninck van der Oye
p. 57-78

Résumés

La réaction ambiguë de la Russie à l’insurrection des Boxers. – À l’instar des autres puissances ayant des intérêts en Chine, la Russie prit part à l’intervention militaire visant à écraser l’insurrection des Boxers, cette explosion de violence xénophobe qui eut lieu à Pékin et dans les provinces voisines dans le courant de l’été 1900. Cependant, la participation de Saint-Pétersbourg à cette opération se distinguait de celle de ses partenaires par son ambiguïté. Lorsqu’au début de l’année 1900 les diplomates russes furent informés des troubles pour la première fois, ils rejetèrent cette nouvelle comme alarmiste et ne joignirent pas leur voix aux protestations européennes. Quand l’émeute se transforma en insurrection et que les légations étrangères furent assiégées l’été suivant, c’est à contrecoeur que Nicolas II marcha sur Pékin avec les autres nations. Pendant l’automne 1900 et au début de l’année suivante, le représentant russe implora ses collègues de faire preuve de modération dans leur demande de réparations au gouvernement chinois. Les appréhensions de la Russie reflétaient le désir de celle-ci de maintenir une relation privilégiée entre la dynastie des Romanov et celle des Qing, désir qui s’exprimait surtout au niveau des hauts fonctionnaires des ministères des Finances et des Affaires étrangères et dans certains articles de presse.

Haut de page

Entrées d'index

Keywords :

Russia, China
Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

David Schimmelpenninck van der Oye, « Russia’s ambivalent response to the Boxers », Cahiers du monde russe [En ligne], 41/1 | 2000, mis en ligne le 15 janvier 2007, Consulté le 21 juillet 2017. URL : http://monderusse.revues.org/38

Haut de page

Auteur

David Schimmelpenninck van der Oye

History Department, Brock University, St. Catharines, Ontario.
dschimme@spartan.ac.brocku.ca

Articles du même auteur

Haut de page

Droits d'auteur

© École des hautes études en sciences sociales, Paris.

Haut de page