Navigation – Plan du site
Basile Kerblay (1920-2004)

Aux débuts des Cahiers du monde russe et soviétique

Basile Kerblay
Marc Ferro
p. 371-372

Texte intégral

1Il avait été l’un des neuf fondateurs de la revue, au printemps 1959, mais dès 1961 on ne vit plus au Comité de rédaction ni les juristes Jacques Bellon et René David, ni les slavistes Jean Train et Claude Frioux (alors à Rennes), ni Stuart Schramm qui l’avait quitté. Avec Alexandre Bennigsen, Henri Chambre et René Portal, Basile Kerblay fut bien une des chevilles ouvrières de la revue, en même temps que François de Liencourt, un diplomate épris de la Russie, et Paul Lemerle, le spécialiste de Byzance. Très bientôt, les rejoignirent Hélène Carrère d’Encausse, Georges Haupt puis Alain Besançon (en 1965).

2C’était l’époque où, réunis à Moscou, 81 partis communistes avaient condamné le culte de la personnalité, où de Gaulle avait rencontré Hrushchev, où celui-ci faisait l’éloge des guerres de libération, celle de l’Algérie entre autres. C’était l’époque aussi où commença à se construire le Mur de Berlin.

3Il fallait le rappeler ici, car c’est entourées d’un autre mur que se tenaient les réunions du Comité de rédaction, celui – opaque – qui les isolait de l’actualité. Dans le climat idéologique de ces années-là, toute irruption de cette actualité dans les propos d’un de ses membres l’eût frappé d’anathème et l’aurait exclu de cette éminente assemblée. Cela ne pouvait émaner, bien sûr, du spécialiste de Byzance (à moins d’aborder le problème de l’origine de l’État russe), ni même de ceux qui analysaient l’alliance franco-russe (à moins d’aborder la question polonaise), ni des riches pourvoyeurs en documents et en études sur l’islam de Russie, ces membres-là assurant à la revue sa spécificité d’avenir.

4Or, pour remplir sa mission, et qu’en URSS on s’abonne à la revue, « il fallait éviter les problèmes qui fâchent », bref demeurer parallèle à la vie, c’est-à-dire ne pas la rencontrer. Or, précisément, Basile Kerblay s’intéressait à la vie, celle des Soviétiques en particulier. Déjà, dans les Annales (ESC), il en avait étudié les modes et pratiques alimentaires ; puis, dans France Observateur, il avait analysé, sous le pseudonyme de B. Apremont, la crise des kolkhozes – ce qui avait mis fin à sa collaboration avec cet hebdomadaire.

5Mais comment faire entrer la vie dans une revue érudite, académique et savante, dans un climat aussi délétère. Toujours souriant et très calme, Basile Kerblay s’y essaya. Il avait alors l’allure un peu lunaire de Mon oncle, qu’on venait de voir sur les écrans. Et, comme Mon oncle, il parlait peu. De fait, les silences que ses courtes interventions suscitaient étaient des silences d’un type particulier qui différaient des autres silences dont la combinaison constituait une des caractéristiques des réunions du Comité.

6Des silences d’un premier type saluaient l’apport de ces riches contributions sur l’islam ou les Tatars : par leur masse et leur intérêt, ne risquaient-elles pas d’ensevelir la revue tout entière ?

7Des silences plus lourds accueillaient cette interrogation récurrente sur une éventuelle participation des savants soviétiques. Tant qu’ils proposaient des articles sur les recherches océanographiques dans l’océan Arctique, passe. Mais cette idée que la revue devait contribuer « au rapprochement des deux pays », voilà qui rendait circonspects les membres du Comité.

8Basile Kerblay était à l’origine d’un silence d’un troisième type : il s’agissait de faire entrer la vie de la société soviétique dans la revue : « Quelle société ? Quelle vie ? »

9Il tenait à cette rubrique qui finit par se voir reconnaître le statut subalterne de chronique, en petits caractères, mentionnée en bas du sommaire, et sans appareil critique. La rubrique eut du mal à s’installer, car il n’était pas aisé de lui donner quelque substance, et il n’y avait pas encore de sociologie en URSS. Mais les débats sur les projets de réforme de Liberman témoignaient de l’existence d’un début de dégel en Union soviétique.

10Or, voilà qu’en 1964, découvrant les travaux de Chajanov, Basile Kerblay publiait une « modeste contribution » qui devait jouer le rôle d’une bombe dans la discussion hors d’URSS, et plus tard en URSS même, sur la question agraire.

11Un article cette fois, pas une chronique, et qui devait révéler la maîtrise de Basile Kerblay, prince des études sur la société soviétique.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Marc Ferro, « Aux débuts des Cahiers du monde russe et soviétique », Cahiers du monde russe [En ligne], 45/3-4 | 2004, mis en ligne le 06 janvier 2014, Consulté le 29 mai 2017. URL : http://monderusse.revues.org/2651

Haut de page

Auteur

Marc Ferro

Secrétaire de rédaction des Cahiers de 1962 à 1965

Articles du même auteur

Haut de page

Droits d'auteur

© École des hautes études en sciences sociales, Paris.

Haut de page