Navigation – Plan du site

Avant-Propos

Wladimir Berelowitch et Françoise Daucé
p. 249-250

Texte intégral

1Le présent numéro spécial des Cahiers du Monde russe regroupe les contributions des participants aux journées d’étude « Histoire des sciences et relations internationales. Les relations entre la Russie et l’Europe occidentale, en particulier la France, du xviiie au xxe siècle », qui se sont tenues au Centre franco-russe en sciences sociales et humaines de Moscou le 31 mai et le 1er juin 2001.

2L’idée qui avait présidé à l’organisation de cette rencontre était d’étudier, à partir d’une série de cas, l’histoire des relations franco-russes ou russo-européennes dans le domaine des sciences sociales et humaines sous l’angle des voies précises qu’elles empruntaient. L’idéal ultime était de croiser, mieux, de fondre histoire intellectuelle et histoire sociale, à travers l’étude des personnes, des réseaux, des institutions qui soutenaient ces relations.

3Bien entendu, cet ouvrage ne vise pas à couvrir, même de loin, le champ de recherches concerne qui est très vaste, mais à proposer seulement quelques éclairages ou pistes de recherche, qui se partagent à peu près ainsi :
– l’étude des réseaux de relations scientifiques ;
– l’histoire d’institutions créées précisément comme des supports de ces relations ;
– l’étude de cas individuels et de personnages dont l’identité se situait au confluent de réseaux ou de pays différents ;
– le regard porté par des étrangers sur les institutions scientifiques russes ;
– la présentation de sources, de méthodologies ou de projets en cours ;
– les contextes politiques et diplomatiques de ces relations.

4Malgré la diversité des thèmes, plusieurs idées-forces traversent ce livre, notamment : la nécessité d’études précises, et non pas seulement cantonnées aux idées, qui permettent de reconstituer les trames concrètes des relations ; la rupture indispensable avec les problématiques optimistes ou triomphalistes héritées de l’École méthodique française ou de l’Alliance franco-russe, ce qui conduit à considérer l’histoire des relations dans ses accidents, ses échecs, ses silences, et non pas dans une linéarité « progressiste » ; la nécessité de les étudier dans leurs contextes européens qui doivent à tout le moins constituer un horizon indispensable, sans quoi l’histoire de ces relations demeurerait extrêmement limitée, pratiquement circonscrite à quelques faits impossibles à interpréter.

5L’organisation de ces journées fut assurée par le Centre franco-russe en sciences sociales et humaines, ainsi que par le Centre d’études du monde russe, soviétique et post-soviétique (EHESS/CNRS), avec le soutien de la Maison des sciences de l’homme.

6À cet ensemble d’études, nous avons ajouté plusieurs articles, dont les thématiques sont assez proches des sujets évoqués, puisqu’il s’agit des émigrations russes en Europe, des relations franco-russes et de l’historiographie de la France en Russie.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Wladimir Berelowitch et Françoise Daucé, « Avant-Propos », Cahiers du monde russe [En ligne], 43/2-3 | 2002, mis en ligne le 16 janvier 2007, Consulté le 24 juillet 2017. URL : http://monderusse.revues.org/117

Haut de page

Auteurs

Wladimir Berelowitch

Articles du même auteur

Françoise Daucé

Articles du même auteur

Haut de page

Droits d'auteur

© École des hautes études en sciences sociales, Paris.

Haut de page