Navigation – Plan du site
Mémoires contestées

La mémoire impossible

La Russie et les révolutions de 1917
Impossible remembrance: Russia and the 1917 revolutions
Maria Ferretti
p. 203-240

Résumés

Cet article reconstitue la manière dont les révolutions de 1917 ont été représentées en Russie depuis la perestroïka jusqu’à aujourd’hui. On y analyse, à l’aide d’une pluralité des sources, les différentes figures mémorielles qui se sont succédé, en mettant en lumière les enjeux multiples, à la fois politiques, idéologiques et identitaires, qu’elles mobilisaient. En particulier, le débat sur les interprétations de 1917, impliquant différentes manières d’envisager l’avenir du pays, a joué un rôle crucial dans la formation de la culture politique des nouvelles forces politiques en gestation, des libéraux et des nationalistes en premier lieu. Si, pour les premiers, la Russie avait été détournée en 1917 du cours « naturel » de l’histoire emprunté par l’Occident, et qu’il s’agissait donc d’y revenir pour mettre le pays sur le chemin de la prospérité et de la démocratie libérale, pour les autres, 1917 avait été une catastrophe provoquée, d’une façon ou d’une autre, par l’Occident lui‑même, afin de détruire la grandeur de la Grande Russie, qui devait donc reprendre son « chemin particulier », nouvelle hypostase de l’ancien mythe de Moscou troisième Rome. Le but de ce travail est donc de mettre au jour, en les inscrivant dans une perspective plus vaste, les raisons qui expliquent pourquoi, les révolutions de 1917, tout en étant fortement enracinées dans la mémoire de la société russe, ne peuvent pas s’inscrire dans la Russie de Putin, qui se veut de plus en plus comme l’héritière de la Russie impériale tout en ayant intégré la mémoire de l’époque soviétique, récupérée sous le signe du nationalisme. Tout cela fait des révolutions de 1917 une mémoire impossible.

Haut de page

Extrait du texte

Cairn

Texte intégral disponible via abonnement/accès payant sur le portail Cairn. Le texte intégral en libre accès sera disponible à cette adresse en janvier 2021.
Consulter cet article

Plan

La mise au ban de la révolution d’Octobre et la naissance du mythe de la Russie tsariste
La métamorphose de l’image d’Épinal de la Russie impériale
L’apologie de la Grande Russie : la révolution comme épreuve

Aperçu du texte

Les bolcheviks ont commis un acte de trahison nationale
V.V. Putin

Depuis le naufrage de l’U.R.S.S., la Russie en quête d’identité n’a jamais cessé d’interroger le miroir brisé du passé pour essayer de reconstituer une image acceptable, voire positive, de son histoire, capable de lui fournir une boussole dans le difficile processus de transformation en cours. Le tumultueux, et très douloureux, éveil de la mémoire du stalinisme pendant la perestroïka avait en effet émietté la représentation triomphaliste imposée par l’histoire officielle, qui présentait un pays en marche, dès la révolution d’Octobre, vers l’avenir radieux du communisme, allant de victoire en victoire (la construction du socialisme et l’industrialisation ; la défaite des nazis et la victoire de 1945 ; la conquête de l’espace, et ainsi de suite). Dans cette construction visant à légitimer le régime et à célébrer le rôle de guide du Parti, il n’y avait évidemment pas de place pour les tragédies qui avaient dévasté la soci...

Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Maria Ferretti, « La mémoire impossible », Cahiers du monde russe [En ligne], 58/1-2 | 2017, mis en ligne le 01 janvier 2019, Consulté le 22 novembre 2017. URL : http://monderusse.revues.org/10078

Haut de page

Auteur

Maria Ferretti

Università degli Studi della Tuscia, Viterbe, mariaferretti@libero.it

Haut de page

Droits d'auteur

2011

Haut de page