Navigation – Plan du site
Dynamiques révolutionnaires

La fin des révolutions

Raskol´nikov et Robespierre
The end of revolutions: Raskol´nikov and Robespierre
Tamara Kondratieva
p. 147-178

Résumés

L’histoire de Fëdor Raskol´nikov (1892‑1939) est marquée par la dualité entre l’image du héros de la révolution d’Octobre et de la guerre civile, et celle du traître transfuge qui, alors qu’il est diplomate en poste en 1938, se soustrait à l’ordre de Moscou de rentrer en URSS. Après sa réhabilitation, il apparaît comme un vrai bolchevik léniniste, un diplomate sans faille et un écrivain qui prend une part très active à l’élaboration du romantisme révolutionnaire. Cependant, une de ses œuvres littéraires est négligée par tous ses biographes : Raskol´nikov est l’auteur de Robespierre, une pièce de théâtre montée en 1931 à Leningrad, puis au théâtre de la Porte Saint‑Martin à Paris, à l’occasion du cent cinquantenaire de la Révolution française en 1939. Dans cette pièce s’opère à l’évidence un jeu de miroir entre deux révolutionnaires face à leur propre fin tragique. Nous proposons de mettre au jour les conditions de production, de diffusion et de réception par les contemporains de ce texte et de ce spectacle, en l’inscrivant dans les deux contextes successifs de sa création, celui de l’Union soviétique en 1931 et celui de Paris en 1939, afin de nourrir une réflexion sur les représentations de la fin des révolutions.

Haut de page

Extrait du texte

Cairn

Texte intégral disponible via abonnement/accès payant sur le portail Cairn. Le texte intégral en libre accès sera disponible à cette adresse en janvier 2021.
Consulter cet article

Plan

Tout feu tout flamme
Sur le front littéraire
Robespierre 1
Robespierre 2
La fin

Aperçu du texte

L’histoire de Fëdor Raskol´nikov (1892‑1939) est marquée par la dualité entre l’image du héros de la révolution d’Octobre et de la guerre civile et celle du traître‑transfuge qui, alors qu’il est diplomate en poste en 1938, se soustrait à l’ordre de Moscou de rentrer en URSS. Après l’avoir réhabilité officiellement en 1963, S.P. Trapeznikov, responsable de la direction idéologique du Comité central du PCUS, exige à nouveau en 1965 que Raskol´nikov soit présenté comme traître et le condamne à l’oubli. Il faut attendre les années 1980‑1990 et une nouvelle vague de révélations sur les crimes de Stalin, pour que Fëdor Raskol´nikov retrouve son statut de héros et de victime du dictateur. À travers ses propres écrits et les travaux de ses biographes, Raskol´nikov apparaît alors comme un vrai bolchevik léniniste, un diplomate sans faille et un écrivain, qui prend une part très active à l’élaboration du romantisme révolutionnaire.

Dans la liste bien connue de ses œuvres littéraires, l’une d...

Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Tamara Kondratieva, « La fin des révolutions », Cahiers du monde russe [En ligne], 58/1-2 | 2017, mis en ligne le 01 janvier 2019, Consulté le 24 septembre 2017. URL : http://monderusse.revues.org/10074

Haut de page

Auteur

Tamara Kondratieva

Cercec, EHESS‑CNRS, tamara.kondrat@wanadoo.fr

Articles du même auteur

Haut de page

Droits d'auteur

© École des hautes études en sciences sociales, Paris.

Haut de page