Navigation – Plan du site
Historiographie

The Russian Revolution in German Historiography after 1945

La révolution russe dans l’historiographie allemande après 1945
Matthias Stadelmann
p. 57-78

Résumés

Cet article retrace les voies empruntées par l’historiographie ouest‑allemande sur la révolution russe après la grande césure de 1945. L’historiographie allemande sur la Russie dut alors se risquer à de nouveaux départs au‑delà des paradigmes nationaux socialistes de perception. À l’époque, les historiens se concentraient sur les activités politiques, les perspectives de développement d’une monarchie constitutionnelle en Russie et la force destructrice du bolchevisme. Le tournant général vers l’histoire sociale a aussi conduit à un changement radical dans l’interprétation de 1917. Les chercheurs se sont mis à problématiser les structures apparemment déficientes de la « Vieille Russie » et ont fait glisser leur perspective, celle‑ci passant de l’État et de la politique aux besoins et aux intérêts de la société. Ils en ont conclu que les bolcheviks avaient pu l’emporter, seulement parce qu’ils avaient bénéficié d’un soutien considérable de la part des masses. Dans l’ensemble, l’attitude envers les préoccupations bolcheviques était plutôt favorable ; parfois le balancier se plaçait sur la position marxiste léniniste : l’influence de l’historiographie est‑allemande n’y était pour rien, cela résultait de l’ambiance « progressiste » largement répandue au sein des jeunes générations de l’Allemagne fédérale. Cependant, vers la fin des années 1980, l’attrait fascinant de l’Union soviétique s’est éteint. Les historiens allemands eurent alors à choisir entre deux voies : celle des descriptions et des évaluations générales de l’événement révolutionnaire ou celle des essais d’approches culturelles et historiques. Mais cela n’a engendré aucun nouveau récit sur 1917. Que des approches comparatives sur le long terme conduisent à une relance de la recherche innovante sur 1917, même en cette année anniversaire 2017, ne semble pas encore concevable.

Haut de page

Extrait du texte

Cairn

Texte intégral disponible via abonnement/accès payant sur le portail Cairn. Le texte intégral en libre accès sera disponible à cette adresse en janvier 2021.
Consulter cet article

Plan

Interim: the Russian revolution in German historiography between 1945 and 1968
New beginnings in the late 1960s
Social history pluralism
Culture, periphery, nations

Aperçu du texte

1917 ranks among the most described years of Russian history. Irrevocably and in a far‑reaching way the year of the two revolutions saw significant upheavals of state, economy, culture and society in Russia, and it mightily influenced regions soon coming under the territorial and administrative umbrella of the USSR as well as countries outside the Soviet empire. In particular the October revolution was branded as a decisive caesura in modern history. How did historiography in Germany analyse Russia’s 1917? This article traces the paths of West‑German historiography on the Russian revolution during the post‑war period. Historical preconditions and peculiarities described below coined this particular way and ask for explanations. East‑German historiography is excluded, because it followed the path of Soviet research on 1917 and was very much engaged in unveiling “bourgeois falsifications.” It had no influence on West‑German historiography at all.

Was (or is) there something like a “nat...

Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Matthias Stadelmann, « The Russian Revolution in German Historiography after 1945 », Cahiers du monde russe [En ligne], 58/1-2 | 2017, mis en ligne le 01 janvier 2019, Consulté le 16 août 2017. URL : http://monderusse.revues.org/10066

Haut de page

Auteur

Matthias Stadelmann

University of Erlangen‑Nuremberg, Department of History, matthias.stadelmann@fau.de

Haut de page

Droits d'auteur

© École des hautes études en sciences sociales, Paris.

Haut de page