Navigation – Plan du site
Comptes rendus
Varia

Marianna S. Landa, Maximilian Voloshin’s Poetic Legacy and the Post‑Soviet Russian Identity

Catherine Depretto
p. 986-990
Notice bibliographique

Marianna S. Landa, Maximilian Voloshin’s Poetic Legacy and the Post‑Soviet Russian Identity, New York : Palgrave Macmillan, 2015, XXIII, 273 p.

Texte intégral

1Longtemps considéré comme un artiste mineur de l’Âge d’argent pour des raisons à la fois esthétiques et politiques, Maksimilian Vološin (1877‑1932) est, depuis les années 1990, l’objet d’une attention soutenue en Russie et à l’étranger. Quasiment mis à l’index en URSS du milieu des années 1920 jusqu’à la mort de Stalin, il a connu un début de reconnaissance au moment du dégel, mais n’a vraiment retrouvé une large audience qu’avec la perestroïka.

  • 1 Vladimir Kupčenko, Trudy i dni Maksimiliana Vološina : letopis´ žizni i tvorčestva 1877‑1916, 1917‑ (...)

2On dispose désormais d’éditions conséquentes de son œuvre littéraire (la principale en 13 volumes est parue de 2000 à 2013) ; des travaux importants lui ont été consacrés, dus principalement à Vladimir Kupčenko en Russie, à Barbara Walker ou Marie‑Aude Albert à l’étranger1. Poète, artiste peintre, critique, Vološin apparaît désormais comme une figure importante de la vie culturelle du début du xxe siècle, en raison d’une œuvre foisonnante, de ses liens avec les intellectuels, artistes russes et européens, conséquence de ses longs séjours en France comme correspondant étranger entre 1910 et 1916, de l’hospitalité de sa demeure des rives de la mer Noire, à Koktebel´.

3Au cœur de la réévaluation dont l’œuvre poétique de Vološin a été l’objet, une place particulière revient aux vers des années de la révolution de 1917. À la différence des poètes qui, des prolétariens aux « Scythes », ont chanté l’énergie créatrice, libérée par le bouleversement révolutionnaire, Vološin a pressenti, dès février, les conséquences, dramatiques à ses yeux, du processus en cours, sentiment qui n’a fait que s’accentuer après Octobre. Néanmoins, sa position ne saurait être assimilée à celle des pourfendeurs les plus acharnés de la révolution. Tout en proclamant la fin de la Russie, trahie, vendue (poème « La paix », 23 novembre 1917), il n’exclut pas l’idée d’un futur possible pour son pays et ne rejette pas comme un corps étranger la révolution sociale, y voyant au contraire l’héritage de Razin ou de Pugačev (poème « Le jugement de Razin », 22 décembre 1917). S’il mobilise largement l’histoire russe pour donner sens aux événements, il n’oublie pas non plus la Révolution française de 1789. Son souci de prise en compte des aspects les plus contradictoires de la réalité se traduit dans le choix d’une position « au‑dessus de la mêlée » pendant les différentes périodes d’occupation de la Crimée au cours de la guerre civile. S’il témoigne sans ambiguïté possible de la terreur et de la famine, consécutives à la reconquête définitive de la péninsule en 1920 par l’Armée rouge, il n’exonère pas pour autant les armées blanches. Pendant ces années, certains de ses poèmes ont pu être publiés aussi bien par les Blancs que par les Rouges (cf. p. 9, 93).

  • 2 Vološin fit don à l’Union des écrivains soviétiques de sa demeure qui servit de lieu de villégiatur (...)

4Sa demeure de Koktebel´ qui, avant 1917, ouvrait généreusement ses portes à de nombreux visiteurs, a continué à accueillir, à partir du printemps 1917 et pendant toutes les années qui suivirent, intellectuels et artistes, désireux de trouver un havre de paix ou cherchant à échapper aux conditions difficiles de la vie en Russie soviétique2. Et lorsque la situation l’exigeait, Vološin était la personne susceptible d’intervenir auprès des différents pouvoirs ; l’épisode le plus célèbre est sa démarche pour faire libérer Mandelštam, soupçonné par les Blancs d’être un agent bolchevik.

5C’est cette posture spécifique, assumée par Vološin pendant les années de la révolution et de la guerre civile, qui est au centre de l’ouvrage de Marianna Landa. Cette position serait à l’origine de la place que Vološin a occupée à l’époque et du rôle qu’il continue à jouer aujourd’hui dans la conscience collective russe. Depuis 1991, en effet, son image est mobilisée comme figure d’apaisement et de possible réconciliation à chaque fois qu’un épisode particulièrement dramatique frappe la Russie.

6Nous n’avons donc pas affaire à une biographie classique, centrée sur Vološin et son œuvre, mais à un ouvrage d’histoire culturelle qui s’interroge sur le pourquoi de ce phénomène et met en évidence ce qui pourrait être une réponse aux recherches d’une identité nationale dans la Russie d’aujourd’hui. Pour cette raison, l’ouvrage s’articule autour de deux parties, d’inégale longueur ; la première, la plus importante, est centrée sur la période postrévolutionnaire, la seconde sur la période postsoviétique.

  • 3 Čerubina de Gabriak, Ispoved´ [Confession], V.P. Kupčenko, M.S. Landa, I.A. Repina, eds, М. : Agraf (...)

7L’auteur commence par retracer à grands traits le parcours de Vološin et insiste sur son ancrage dans le symbolisme religieux, eschatologique, incarné, en particulier, par Vjačeslav Ivanov dont il était proche. Par‑delà un certain messianisme propre à la réactivation de l’idée russe, ce symbolisme se caractérise par la propension (qu’il partage avec d’autres acteurs de la période) à la « création de la vie » (žiznetvorčestvo), voire à la « mythologisation de la vie » (mifotvorčestvo). Dans le cas de Vološin, cette tendance a pu prendre des formes extrêmes puisque, dans un registre assez prosaïque toutefois, il est à l’origine de l’invention de la poétesse Čerubina de Gabriak3 derrière laquelle se dissimulait son amie Elizaveta Dmitrieva (1887‑1928).

8Le rappel du lien de Vološin avec le symbolisme religieux est important pour comprendre l’évolution de son écriture après 1917, le choix d’un style qu’il définit lui‑même de « naturalisme biblique », en totale rupture avec son esthétique jusqu’alors proche du Parnasse français.

9Les vers postérieurs à 1917 se caractérisent, en effet, par une rudesse, une violence dans l’expression et par le recours à une série d’images puissantes, réactivant des épisodes de l’histoire passée de la Russie et de la Bible.

  • 4 Ce sujet était cependant connu, cf. par exemple White Duffield, « Voloshin’s Poems on the Revolutio (...)
  • 5 Le recueil Stihi o terrore [Vers sur la terreur] fut publié à Berlin, en 1923, de même que la secon (...)

10Un aspect central du livre de Mariana Landa est l’analyse successive et minutieuse de ces poèmes (dont le texte est reproduit dans le livre au cours de l’analyse et de façon intégrale en annexe), qui donne à voir l’originalité de la vision de Vološin, teintée de certains accents slavophiles connus. Dans cette étude détaillée, une part essentielle revient aux poèmes sur la terreur rouge et la famine (« La Pâque rouge », « Terminologie », « La Terreur », « La Famine »…) qui, stylistiquement, sont d’une autre veine et témoignent de l’horreur subie par la population de Crimée entre 1920 et 1923 (Chapitre 3 de la Première partie, p. 109‑150). L’auteur prend soin de mobiliser les récentes recherches historiques sur cet épisode afin de mieux mettre en évidence l’importance de ces vers de Vološin qui, en raison de leur force dénonciatrice, ont mis du temps à parvenir jusqu’au lecteur contemporain et sont loin d’occuper la place qu’ils méritent dans nombre d’études et d’anthologies poétiques, même les mieux informées, parues avant 19914. Il va de soi qu’à l’époque ses poèmes n’ont pu être publiés en Russie soviétique ; leur diffusion passait principalement par le canal de lectures publiques, de feuilles imprimées5 et ils rencontraient une assez large audience, due à la présence d’une partie significative de réfugiés issus de l’intelligentsia en Crimée.

11Un aspect non moins intéressant du livre est l’analyse des raisons de la popularité de Vološin dans la Russie postsoviétique, en particulier au moment de l’effondrement de l’URSS et des crises plus récentes de Géorgie (2008) et de Crimée (2014). Le travail s’appuie essentiellement sur la consultation de certains sites russes et sur les interventions de différents acteurs sociaux. La position de Vološin qui, dans ses vers de la période révolutionnaire, veut croire en un futur pour la Russie, malgré une histoire aux accents catastrophiques est sans doute de nature à répondre aux angoisses de la population russe et à son besoin de réconciliation identitaire. L’amour que Vološin porte de manière égale à la Russie et à l’Europe, sa tolérance, son pacifisme et son humanisme, son rêve d’une Russie libre en font une figure naturellement crédible pour les libéraux. Ses accents religieux et bibliques le rendent en même temps acceptable pour l’Église orthodoxe, ce qui n’exclut pas certaines mobilisations radicales contre lui (cf. en particulier celle de l’archimandrite Sergii [Karamyšev], soulevant en 2012, pour les 135 ans de la naissance du poète, la question suivante «Vološin ne mérite‑t‑il pas l’anathème ? »).

  • 6 À noter une coquille fâcheuse glissée p. xix : Ekaterinoslav est donné comme lieu d’exécution de la (...)

12Vološin proclame en quelque sorte que la Russie est promise à un grand destin, quels que soient les tourments qu’elle a traversés et qu’il lui faudra encore endurer. Sa poésie est de nature à réconcilier les Russes avec leur passé et leur présent. Le livre est complété d’un canevas de la vie du poète6, d’une bibliographie assez riche, d’un index.

13En conclusion, cet ouvrage intéressera les littéraires, spécialistes de la poésie russe du premier tiers du xxe siècle comme les spécialistes de la Russie contemporaine. On peut regretter néanmoins que la poésie de Vološin des années révolutionnaires n’ait pas été davantage confrontée à celle de ses contemporains, en particulier à propos de son utilisation des images bibliques, comme des parallèles historiques, russes ou français. Il est loin d’être le seul à user de cette rhétorique et pas uniquement parmi les poètes. D’autre part, si l’on comprend bien les raisons de la popularité actuelle de Vološin, peut‑être aurait‑il fallu interroger plus en avant le pouvoir de fascination, la puissance consolatrice de son mythe national qui ne proclame pas autre chose que l’idée d’un destin à part de la Russie.

Haut de page

Notes

1 Vladimir Kupčenko, Trudy i dni Maksimiliana Vološina : letopis´ žizni i tvorčestva 1877‑1916, 1917‑1932 [Œuvre et vie de Maksimilian Vološin : chroniques de la vie et de l’œuvre 1877‑1916, 1917‑1932], vols 1 et 2, SPb. : Aletejja 2002, 2007 ; Barbara Walker, Maximilian Voloshin and the Russian literary circle : Culture and Survival in Revolutionary Times, Bloomington : Indiana UP, 2005 ; Marie‑Aude Albert, Maximilian Volochine, esthète, poète et peintre (1877‑1932) : des ateliers de Montparnasse aux rivages de Cimmérie, P. : L’Harmattan, 2002.

2 Vološin fit don à l’Union des écrivains soviétiques de sa demeure qui servit de lieu de villégiature pendant de nombreuses années et dans laquelle fut heureusement ouvert un musée en 1984. Parmi les hôtes de Vološin les sœurs Cvetaeva, Sergej Efron, Kornej Čukovskij, Osip Mandelštam, Il´ja Erenburg, Sof´ja Parnok…

3 Čerubina de Gabriak, Ispoved´ [Confession], V.P. Kupčenko, M.S. Landa, I.A. Repina, eds, М. : Agraf, 1999.

4 Ce sujet était cependant connu, cf. par exemple White Duffield, « Voloshin’s Poems on the Revolution and Civil War », Slavic and East European Journal, 19, 3 (1975), p. 297‑309. Comparer avec Efim Etkind, « Maximilian Volochine (1877‑1932) », Histoire de la littérature russe : Le xxe siècle. L’Âge d’argent, P. : Fayard, 1987, p. 533‑553.

5 Le recueil Stihi o terrore [Vers sur la terreur] fut publié à Berlin, en 1923, de même que la seconde édition de Demony gluhonemye [Les démons sourds‑muets, Hark´ov, 1919], Usobica : stihi o revoljucii [Guerre civile : Vers sur la Russie], L´vov, le tout également en 1923.

6 À noter une coquille fâcheuse glissée p. xix : Ekaterinoslav est donné comme lieu d’exécution de la famille impériale.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Catherine Depretto, « Marianna S. Landa, Maximilian Voloshin’s Poetic Legacy and the Post‑Soviet Russian Identity », Cahiers du monde russe [En ligne], 57/4 | 2016, mis en ligne le 01 octobre 2016, Consulté le 18 octobre 2017. URL : http://monderusse.revues.org/10052

Haut de page

Auteur

Catherine Depretto

Paris‑Sorbonne

Articles du même auteur

Haut de page

Droits d'auteur

2011

Haut de page